AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B088H3TJV6
194 pages
Éditeur : (12/06/2020)
4.36/5   7 notes
Résumé :
Une légende orientale raconte qu'un ruban rouge unit toutes les personnes qui doivent se rencontrer au cours de leur vie. Le fil s'emmêle, se tend, il peut faire vingt fois le tour de la terre, il s'étirera toujours suffisamment pour permettre la rencontre.

C'est une longue traversée qui débute pour Alexandre, Mathilde et Tien Sinh avant qu'ils ne trouvent chacun l'extrémité du fil rouge.

Dans les Mèreveilleuses, il est question de mate... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
AMR_La_Pirate
  24 avril 2021
J'ai enfin lu ce roman d'inspiration autobiographique de Nathalie Longevial, Les Mèreveilleuses… Ce récit est dans ma PAL depuis sa sortie, confiée par l'auteure pour un service de presse.
Situation paradoxale : je l'ai accepté tout en sachant que je l'aborderais avec une certaine appréhension. Je préfère être honnête avant de publier ma glose : mon mari, mes ainés et moi avons aussi fait « le voyage en adoptie »… Je connais le sujet de l'intérieur, je peux en témoigner, mais je garde aussi une immense pudeur car ce magnifique parcours, semé d'embûches et de bonheurs, reste quelque chose de très intime et personnel. J'ai aussi une certaine expérience des troubles visuels… Bref, affaire sensible en vue !
En découvrant Semer des graminées, il y a un an environ, j'ai compris que Nathalie Longevial n'hésite pas à parler de sa vie personnelle dans ses écrits ; son style empreint d'humanité et de sincérité m'avait séduite… Mon a priori est donc teinté de confiance…
Une femme se cherche et attend : cette attente vague va peu à peu prendre forme et réalité… Elle veut adopter un enfant.
À l'autre bout du monde, à Hanoï, il y a un enfant perdu dans un orphelinat, perdu dans sa vie et perdant la vue.
Entre eux, il y a un fil, celui qui, selon une légende orientale « unit toutes les personnes qui doivent se rencontrer au cours de leur vie ». Lui aussi, sans le savoir encore, est dans le temps de l'attente.
Au bout de l'attente viendra la rencontre…
Immédiatement, la narration omnisciente m'a rassurée quant à une prise de distance, un certain recul… C'est un roman, inspiré de faits réels : les noms des personnages ont été changés. Pourtant, le JE s'insinue à l'occasion dans le récit, le JE de l'auteure qui interpelle ses lecteurs : « mais vous savez autant que moi qu'un rêve ne dure que quelques secondes »… Les dernières pages re-contextualisent la vraie vie. Impossible donc de vraiment croire à une véritable prise de recul.
Nathalie Longevial sait très bien parler de l'idée d'adopter un enfant, elle ne s'attarde pas sur les démarches, nous évite l'habituel et inévitable « parcours du combattant » auprès des services de l'Aide À l'Enfance pour obtenir l'agrément. Son écriture est factuelle quand il le faut, suggestive, honnête. Elle a préféré parler des ressentis et, surtout, elle a trouvé comment dire l'attente, cette longue grossesse psychologique, cette absence d'enfant, cette non-reconnaissance de la maternité en devenir. Parfois, j'ai relevé des redites, une certaine circularité dans la narration ; le style alors se fait illustration de la frustration, de l'impatience, de l'espoir, de la vacuité des journées… Elle nous décrit également la perception de cette attente par l'enfant, pris dans la routine de l'orphelinat, son sentiment d'abandon, ses résiliences.
Le changement de focalisation, l'alternance des points de vue rend le récit vivant, ménage des pauses et des passerelles. Déjà, le lecteur comprend que le projet va aboutir : il connaît les aboutissants et en découvre, au fil de sa lecture, les tenants.
Un récit résolument maternel, un point de vue féminin… le père est là, en tant que partenaire durant l'attente, mais comme en retrait, ainsi que les frère et soeurs. Même le mot inventé du titre, Les Mèreveilleuses, les exclut. C'est un choix délibéré et assumé, peut-être parce qu'il est difficile de se mettre à la place de l'autre. Je sais que ce terme a été emprunté à un autre de mes amis écrivains, Vincent Lahouze, auteur d'un roman d'inspiration autobiographique intitulé Rubiel e(s)t moi, un superbe livre, mais lui parle aussi du « repère », aux côtés de la « merveilleuse » et loin de l' « éphémère »…
Le rôle du père et de la fratrie s'étoffe à la fin, dès le moment de l'apparentement, quand le projet devient enfin concret, que la famille part finaliser l'adoption au Viet-Nam.
Je n'ai pas pu rester longtemps sur la défensive par rapport au sujet de ce livre…
Quelques échanges avec Nathalie Longevial, lors de la lecture de Semer des graminées m'avait déjà prévenue que nous avions des points communs ; à mon corps défendant, son personnage, par certains côtés, me ressemble. Je me suis, non pas identifiée à Mathilde, mais reconnue dans certaines pages de ce livre… J'ai revécu les questionnements, l'émotion, eu la chair de poule… Au contraire, parfois, elle m'agaçait, ramenant tout à elle…
Même si mon parcours de mèreveilleuse a été plus discret pendant la procédure d'agrément où seuls nos enfants biologiques savaient, puis pendant l'attente proprement dite, période durant laquelle seule la très proche famille avait été mise au courant, si je ne suis pas allée sur les forums (c'est mon mari qui y allait…), etc., je peux affirmer que Nathalie Longevial a écrit avec son coeur et ses tripes…
J'ai été frappée cependant par ce parti pris de parler essentiellement du lien maternel, que l'on pourrait juger égocentré. C'était parfois un peu dérangeant.
J'ai lu ce livre par petits bouts, un peu chaque jour, pas trop.
Je demeure persuadée qu'il y a des moments très intimes qu'il faut garder entre soi. J'en ai parlé avec mon mari, l'occasion de revivre à deux pleins de souvenirs. Toujours très pertinent, il m'a posé la question suivante : « si tu avais écrit un livre sur notre histoire d'adoption… ? ». D'abord, je ne l'ai pas laissé finir puisque, pour rien au monde, cela n'a et n'aurait été le cas… J'ai simplement tenu un journal de bord de quelques semaines, entre notre arrivée à Bogotá (Colombie) et notre retour en France et ce livret, imprimé en un seul exemplaire, a été remis au principal intéressé pour son douzième anniversaire. Mon mari a insisté : « prenons l'hypothèse selon laquelle tu aurais écris…, qu'aurais-tu mis dans ce livre et pourquoi ? »… Nathalie Longevial a senti le besoin ou l'envie d'écrire ce livre, elle a choisi d'y mettre l'attente, un choix que je respecte sans le comprendre ni le partager. Je suis certaine qu'elle a à coeur de protéger sa tribu…
Vous l'aurez compris : une lecture très subjective de ma part.
Un ressenti très personnel.
Ce roman plaira surement à ceux qui n'ont pas fait de voyage en adoptie car il y est question d'amour et de maternité, de parentalité, de légitimité… Celles et ceux qui y sont allés, s'y reconnaitront ou pas au regard de la merveilleuse aventure humaine que cela représente.

Lien : https://www.facebook.com/pir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nineentreleslignes
  27 juin 2020
Mathilde, Alexandre et leur tribu terminent leur périple au Cambodge quand Mathilde a une révélation, une fulgurance …Touchée en plein coeur de la même façon que certains avouent avoir été touchés par la grâce, elle ressent l'impérieuse certitude qu'un enfant l'attend.
L'adoption s'immisce dans sa vie, dans sa tête et dans son corps. C'est viscéral, organique et impérieux ! Quand quelques temps plus tard, elle évoque le sujet avec Alexandre, ce n'est pas une inquiétude ou une incompréhension qu'elle trouve face à elle, mais le moteur pour entamer les démarches et se lancer dans la grande aventure de l'Adoptie. Ce long voyage éreintant qui prendra souvent des allures d'Absurdie.
Se confronter aux instances, aux administrations, aux enquêtes, aux délais, aux prérogatives, aux doutes, aux lenteurs de la machine, au désarroi et à la certitude que chaque jour qui passe est une journée perdue auprès de l'enfant tant attendu !
Le projet de Mathilde et Alexandre devient un projet familial où chacun s'implique, une quête, un Graal... Mathilde s'essouffle et trouvera du réconfort sur les réseaux sociaux, ou les mères veilleuses s'entraident, se parlent, se racontent…on est moins seul quand une chaîne de solidarité vous entoure !
Mathilde collectionne les signes, les clins d'oeil offert par la vie et va garder le cap. Elle ne va jamais baisser les bras, apprendre qu'il n'y a pas de rêves trop grands et son témoignage est une leçon de courage au-delà de la réussite !
C'est une histoire de maternité avant d'être une histoire d'adoption, un fil rouge attrapé au bon moment… Je vous conseille de sortir des sentiers battus et de vous glisser dans le récit de Mathilde et Alexandre, vous en sortirez grandi !
Une magnifique leçon de vie qui a un goût d'authentique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesMissChocolatinebouquinent
  24 novembre 2020

Dans la vie il y a ces évidences souvent éphémères, parfois uniques et universelles. Elles débutent d'une rencontre fugace devenant ce souvenir éternel. Pour Mathilde cet état de conscience éclate lors d'un voyage. Comme une évidence suprême, l'adoption devient le projet dans lequel elle s'y jette corps et âme.
Nathalie Longevial dépeint ici avec une frénésie touchante ce long parcours qu'est l'adoption. Au travers de doutes, des espoirs de Mathilde, elle explore l'ambiguïté, l'intensité de ce parcours hors du commun. de l'autre côté, nous suivons la vie du petit Tien Sinh, orphelin et en situation de handicap. Une enfance teintée de malheurs mais qui tentent de s'effacer et de s'atténuer au fil des mois, au fil de ces farces, de ces rires perdus, de ces aventures. Pas à pas, au rythme des mots, les tableaux se complètent. Tristesse, joie, euphorie, abandon, doute, question tout autant de touches qui les parfont. Ce fil rouge se tend, se perd, s'embobine, fait des détours, et arrive après d'interminables mois à ce qu'il aspire.

Nathalie Longevial rend un hommage vibrant et touchant à toutes ces personnes qui ont choisi cette voie, et elle donne espoir à ces petites mains tenant ces fils.

J'ai beaucoup apprécié la teneur de ce roman sans contexte puissant et bouleversant. J'ai cependant regretté ces longueurs où les émotions ont eu tendance à me faire suffoquer.
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
perette85
  17 août 2020

Il suffit parfois d'un regard pour changer une vie... un regard pour que ne commence à se dérouler le fil... ce fil rouge qui unit deux êtres sans le savoir...
C'est un regard échangé avec Dané, cette petite fille qui les sert dans ce restaurant au bout du monde qui va changer la vie de Mathilde, Alexandre et leur trois enfants... dans les yeux de cette petite, Mathilde voit l'évidence... un enfant l'attend quelque part... pas un autre enfant qu'elle créerait avec Alexandre son mari... mais un enfant qui lui est relié... par ce fil... un enfant qui lui est destiné et auquel elle est destinée...
.
Un très joli et émouvant roman sur l'adoption, tout en sincérité et en émotion.
Des mots simples pour évoquer l'essence de la vie : l'Amour
Commenter  J’apprécie          20
Mathilda07
  21 juin 2020
Une belle aventure en Adoptie, thème peu souvent abordé en littérature où l'on suit les pas de Mathilde et Tien Sinh. Une plume à la fois poétique et efficace, une suite de questions qui hantent le cerveau des jeunes mères qulque soit la façon pour le devenir. Encore un livre de Nathalie qui aborde l'amour et l'attente. Je recommande.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Mathilda07Mathilda07   07 août 2020
Elle ne voulait pas être une mère ordinaire. Il méritait mieux, il lui fallait une mèreveilleuse.
Commenter  J’apprécie          00
nineentreleslignesnineentreleslignes   27 juin 2020
En 2008, lors de leur voyage au Cambodge, son destin était déjà en retard sur ses rêves.
Commenter  J’apprécie          00
Mathilda07Mathilda07   07 août 2020
Elle voulait toujours croire qu'il arriverait du côté où le soleil se lève.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre