AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290339504
Éditeur : J'ai Lu (01/11/2003)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Sur son cou et sa poitrine on voyait des traces de sang, et sa gorge portait les empreintes des dents cruelles qui avaient ouvert ses veines... " Minuit. L'heure où les ténèbres recouvrent le monde... L'heure du vampire ! Oh ! Bien souvent, on ne le voit pas. Mais la pâleur morbide de ses victimes et les deux points rouges qu'elles portent dans le cou signalent son terrible passage. Depuis un siècle, le comte Dracula n'a cessé d'enflammer les imaginations. Son éléga... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
domisylzen
  17 septembre 2018
Un peu partagé au moment de prendre ce recueil de huit nouvelles d'écrivains différents. D'un côté ce sont des histoires de vampires et ça m'emballe plutôt, de l'autre la plupart de ces nouvelles sont écrites par des auteurs du dix-neuvième siècle et la, avec eux, j'ai franchement du mal et tous sont concernés que ce soit Hugo, Maupassant, Flaubert, Zola et tous les autres je ne peux pas les lire, ah oui tiens sauf Jules Verne. Dois-je en conclure que je suis un handicapé de la littérature ? Un attardé au bulbe ramolli des grands auteurs ? Voilà une belle occasion d'en découvrir certains.
A part deux ou trois je n'ai pas été plus horrifié que ça. En ouverture un poème de Goethe, au dixième vers j'étais déjà largué. Ce n'est qu'à la troisième que j'ai pris réellement mon pied : une nouvelle de Théophile Gautier intitulé "la morte amoureuse". Un jeune séminariste convaincu jusqu'au bout des ongles doit être ordonné. Sauf que la veille du grand jour il croise une magnifique beauté à la peau blanche et aux lèvres rouge sang qui le font basculer et remettent en cause toutes ses convictions. Rien que pour celle-là le recueil vaut le coup d'oeil.
Par contre je me faisais une joie de découvrir celle de H.P. Lovecraft, celle pour laquelle j'avais sélectionné ce recueil, eh bien je suis resté sur ma faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
mara
  05 novembre 2012
Une anthologie bien sympathique consacrée à Dracula et aux vampires en général.
En 1897, Bram Stoker écrivait le mondialement connu Dracula. A l'occasion du centenaire de cet événement, Barbara Sadoul a réuni 8 nouvelles mettant en scène le vampire.
Certains textes sont antérieurs au roman de Stoker (ceux de Goethe, de Polidori, de Gautier et de Crawford).Preuve que Stoker n'est pas l'inventeur du mythe du vampire, mais que celui-ci existait déjà depuis longtemps et avait déjà nourri la littérature de nombreuses oeuvres.
Faisant la jonction entre les oeuvres antérieures et postérieures à Dracula, on trouve une nouvelle de Stoker lui-même, L'invité de Dracula. A l'origine, cette nouvelle ouvrait le roman ,mais ayant été jugée trop longue elle avait été retirée. C'est l'occasion de découvrir comment le célèbre roman devait commencer.

Et enfin, on trouve trois nouvelles écrites après le roman de Stoker, au début du vingtième siècle (de Askew, de Ray et de Lovecraft). Ecrivains qui en dignes successeurs perpétuent le mythe du vampire.
Ou de la vampire devrais-je dire. Car sur le 8 nouvelles, 5 mettent en avant une femme vampire. Et ce, même si toutes les histoires sont racontées par des narrateurs.

Cette anthologie est le moyen de découvrir le mythe du vampire dans la littérature, en dehors de Dracula. Car bien souvent quand on demande une histoire de vampire classique (écrite avant la fin du vingtième siècle), c'est le nom de Dracula qui apparaît. Les nouvelles sont toutes très intéressantes. Certaines un poil trop longues néanmoins. Certaines descriptions diluent un peu l'histoire et font un peu décrocher le lecteur.
Néanmoins, pour tout amateur de vampire classique, je recommande cette anthologie, point de départ très intéressant pour découvrir le mythe du vampire à travers la littérature.
Lien : http://mondedemara.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shaitana
  20 novembre 2010
Edité en 1997 pour fêter le centenaire du "Dracula" de Bram Stoker, ce recueil présente des nouvelles "classiques" dans la littérature vampirique : de Goethe à Jean Ray en passant par Théophile Gautier et Lovecraft.
Hui nouvelles pour ceux et celles qui voudraient découvir les origines de ce que l'on appelle aujourd'hui la bit lit.
Commenter  J’apprécie          40
Bunee
  17 août 2008
Les grands classiques du genre, incontournable pour tout amateur de vampires (bien sur, certaines ont mieux vieilli que d'autres) :
1/Goethe - La fiancée de Corinthe
2/Polidori - le vampire
3/Gautier - la morte amoureuse (ma préférée)
4/Crawford - Car la vie est dans le sang
5/Stocker - l'Invité de Dracula
6/Askew - Aylmer Vance et le vampire
7/Ray - le gardien du cimetière
8/Lovecraft - la maison maudite (celle que j'ai le moins aimé)
Commenter  J’apprécie          30
UnKaPart
  26 novembre 2016
Paru en 1997, ce recueil commémore les 100 ans de Dracula (publié en 1897 pour ceux qui ne seraient pas doués en calcul mental). Avant que le genre ne devienne un sujet de rigolade plein de vampires décérébrés qui brillent au soleil, le nosferatu était un sujet sérieux.
Goethe, Polidori, Gautier, Crawford, Stoker (qui s'autocélèbre semble-t-il), Askew, Ray et Lovecraft, de quoi succomber à la nostalgie des vampires qui avaient la classe ou les crocs plutôt que des amourettes de lycéens.
Lien : https://unkapart.fr/critique..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   11 mai 2016
Ce soir, je veux rester éveillé, je veux voir ; j’ai bu le « chur » ; je suis couché sur le lit de camp, je ne veux pas dormir, je ne veux pas, de toutes les forces de mon cerveau. Oh ! la terrible lutte contre ce sommeil de plomb et de fer !

Ossip et Velitcho me regardent. Ils croient que je dors. Je résisterai encore une minute, une seconde peut-être...
Horreur ! Le courlis a crié près de la fenêtre.
Oh ! quelque chose d’atroce, d’épouvantable s’est passé !... Là... contre la vitre, un visage d’enfer s’est collé. De terribles yeux vitreux, des yeux de cadavre, des cheveux d’un blanc de neige, hérissés comme des lances, et une bouche immense ricanant sur des dents noires, une bouche rouge, rouge comme du feu, ou comme du beau sang qui coule. Puis la roue de feu a tourné dans ma tête et le sommeil est venu, et les cauchemars.

Je bois le « chur », je le bois tous les soirs. Ils me gardent comme des tigres et je sens que, toutes les nuits, quelque chose d’atroce se passe.
Quoi ? Je ne sais, je ne peux plus penser, je ne peux que souffrir...
Quelle force mystérieuse m’a poussé de nouveau vers l’enclos des croix ?
Comme je m’apprêtais à partir, mes yeux se sont attachés à un bout de bois dépassant de terre à côté de la huitième croix. Machinalement, je l’ai tiré : c’était une planche portant quelques mots écrits difficilement.
L’inscription avait beaucoup souffert, mais j’ai pu lire quand même :
« Ami, si tu ne peux pas fuir, ceci sera la place de ta tombe. Ils en ont tué sept. Je serai le huitième, car je n’ai plus de force. Je ne sais ce qui se passe ici. C’est un horrible mystère. Fuis !
« Pierre Brunen. »
Pierre Brunen ! Je me rappelle : c’est le nom de mon prédécesseur. Les huit croix indiquent les tombes des gardiens adjoints qui se sont succédé depuis huit années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SZRAMOWOSZRAMOWO   11 mai 2016
Le gardien du cimetière de Jean Ray
« Peu de temps avant sa mort, la richissime duchesse Opoltchenska — noblesse russe ou bulgare — proposa à la ville d’acheter le cimetière désaffecté pour une somme fantastique, à la condition qu’elle pût y avoir sa tombe et qu’elle fût la dernière à y être inhumée.
« Elle ajouta que le cimetière serait gardé nuit et jour par trois gardiens, aux frais desquels un legs pourvoyait. Deux de ses anciens serviteurs étaient désignés, un troisième était à adjoindre. Je le répète, la ville était pauvre, elle accepta d’emblée.
« Aussitôt, une foule d’ouvriers s’occupa d’ériger, dans le coin le plus reculé du cimetière, un vaste mausolée des dimensions d’un petit palais, et le mur d’enceinte fut triplé de hauteur et hérissé de hallebardes de fer.
« Le mausolée fut à peine achevé qu’il reçut la dépouille de la duchesse. Le monde n’avait vu dans tout cela qu’une pointe d’originalité : la millionnaire, s’étant fait enterrer avec des joyaux d’immense valeur, voulait mettre sa dernière demeure à l’abri des détrousseurs de tombes.
— Et voici mon histoire... :
Les deux gardiens m’ont fait excellent accueil.
Ce sont des colosses à la mine de bouledogues. Pourtant, ils doivent être de braves gens, car j’ai vu leur joie et leur énorme satisfaction devant mon bel appétit, et ce ne sont que les braves cœurs qui sourient à l’appétit des misérables.
En entrant en fonction, j’ai dû jurer la rigoureuse observation du règlement : ne pas quitter le cimetière pendant la durée de mon engagement — une année —, n’avoir aucun rapport avec l’extérieur, ni chercher à en avoir. Ensuite, ne jamais approcher du mausolée de la duchesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Barbara Sadoul (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Sadoul
Conférence Encore des vampires ? Oui ! Ça mord mais ça ne lasse pas ! enregistrée aux Imaginales 2018. Avec Jeanne-A Debats, Jean Marigny et Barbara Sadoul.
Dans la catégorie : Textes de fictionVoir plus
>Rethorique>recueils de textes appartenant à plus d'une littérature nationale>Textes de fiction (173)
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1689 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre