AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791037504098
135 pages
Les Arènes (03/06/2021)
4.08/5   25 notes
Résumé :
C'est une guerre qui ne dit pas son nom. En Colombie, chaque année, des centaines de " leaders sociaux " sont tués dans l'indifférence générale. Syndicalistes, responsables associatifs,
simples citoyens voulant faire valoir leurs droits...
L'une de ces figures s'appelait Maritza. Cette mère de six enfants fut assassinée dans sa ferme isolée, au coeur d'une région où se mêlent groupes armés, narcotrafic et enjeux touristiques. Pourquoi cette mort ? Emil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 25 notes
5
5 avis
4
12 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bookycooky
  24 juillet 2021
Maritza était un leader social. le terme beaucoup utilisé en Colombie, en mode fourre-tout, désigne toute personne qui se consacre à la défense ou à la promotion de droits –les siens, ceux d'une communauté, de l'environnement, de travailleurs, etc...
Elle a était tuée la nuit du 5 janvier 2019, par 4 balles tirées à bout portant.
La plume de Malfatto est d'une grande beauté. D'une enquête journalistique sur le meurtre d'une femme de soixante et un an , mère de six enfants, elle en fait une histoire profonde et émouvante dont la trame tragique est développée avec une délicatesse époustouflante. La Colombie et ses cinq décennies d'histoire politique et sociale douloureuse qui draine sept millions de cadavres est au coeur du récit. Maritza en est une de ses victimes, où quiconque tente de se mettre en travers de puissants, ou de leurs intérêts économiques –narcotrafic, grands projets énergétiques, miniers, agricoles ou autres –, est éliminé. "Trop d'argent à gagner pour que la vie humaine fasse le poids."
Dans la Sierra, on croit aux présages et au mauvais oeil, vu que l'absurde domine la logique. Pourquoi cette mort gratuite ? Cette femme était un danger pour qui ?
Maritza est le symbole de ces personnes exterminées pour rien ou si peu dans ces pays où les droits des hommes, la justice, la vie humaine n'ont aucune valeur, où "toute action doit être, sinon approuvée, du moins tolérée par ceux qui font la loi ". Et ces "ceux" ici sont nombreux et difficile à cerner, qui est qui ? Malgré l'évidence Malfatto cherche, enquête, pour parvenir au plus près de la vérité, afin de rétablir un semblant de justice et de respect pour ces personnes qui ont eu le courage de lutter et braver tous les dangers dans un pays de non-droit absolu où on peut être condamné pour trafic de drogue, mais les crimes contre la vie humaine sont rarement retenus.
C'est son second livre que je viens de lire après l'émouvant "Que sur toi se lamente le Tigre " , et celui-ci est Un Coup de Coeur ! C'est une écrivaine et une photographe extrêmement talentueuse, bravo !
"Je pensais relater une histoire simple, chroniquer une mort annoncée. Je me retrouve face à un casse-tête colombien, je me heurte à des paradoxes et des versions contradictoires, des mensonges et des omissions, où rien n'est clair ni revendiqué, et la vérité disparaît dans cette jungle tropicale."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9918
JIEMDE
  29 juin 2021
Passant du félin aux reptiles, Emilienne Malfatto en profite pour changer de continent et nous plonger, avec Les Serpents viendront vers toi, dans la Colombie des FARC et autres factions rebelles.
Un pays que l'auteure connaît bien pour y avoir vécu et étudié. Un pays dont elle voit les contrastes s'amplifier chaque année, entre la Colombie des plages privées pour touristes jet setters huppés, et celle des quartiers de réfugiés où s'entassent ceux qui fuient l'insécurité et la violence de la jungle et des montagnes.
Car la trêve conclue il y a six ans avec les FARC n'a pas éteint toutes les rancoeurs. Loin de là. Elle a au contraire réveillé l'esprit de vengeance et les appétits des multiples groupuscules qui voient dans cette paix apparente, une occasion de se faire une place au soleil.
Au milieu de cet équilibre impossible, il y a la population pour qui aucun choix n'est facile : soutenir les FARC, les guérilleros indépendants ou les forces armées gouvernementales, c'est prendre le risque de se faire tuer par le camp opposé. Rester neutre, c'est être immédiatement suspect de ne pas l'être. Pour un risque identique.
C'est tout un peuple qui vit ainsi dans la peur, et quelques-uns qui tentent de se sortir de cette équation sans solution, devenant des « leaders sociaux « pour le grand public et des cibles à faire taire pour les factieux.
Grand reporter et romancière, Emilienne Malfatto choisit de conjuguer ses deux talents dans un même livre, nous emmenant sur les traces de Maritza, lâchement assassinée à la porte de sa maison pour avoir juste voulu faire valoir ses droits à un peu de terre. À un peu de stabilité. À un peu de paix.
Reportage densifié et stylisé, Les Serpents viendront vers toi est rédigé comme une adresse directe et poétique à Maritza, et comme un questionnement sans toujours beaucoup de réponses, de 130 pages.
Le plaisir de retrouver le style élégant d'Emilienne Malfatto et l'intérêt politique et sociétal de son enquête sont bien là. L'empathie et l'émotion vis-à-vis de Maritza et des siens, un peu moins, me laissant en partie à distance du livre, comme gêné dans cet entre-deux éditorial un brin frustrant. Mais avec l'envie profonde d'en savoir davantage sur cette « guerre qui ne dit pas son nom ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
ELO1313
  21 juillet 2021
Les serpents viendront pour toi, un titre qui résonne comme une funeste prédiction...
Je lis habituellement peu de livres de non-fiction, mais cet ouvrage a retenu mon attention lors de la dernière opération masse critique de Babelio pour deux raisons :
- d'abord car il a été écrit par Emilienne Malfatto, l'auteure de « Que sur toi se lamente le Tigre » qui a reçu le prix Goncourt du Premier Roman et qui a fait l'objet de très belles critiques de la part de certains amis babéliotes,
- ensuite car le thème abordé, l'assassinat des « leaders sociaux » en Colombie, m'était inconnu, et j'étais curieuse d'en apprendre davantage à ce sujet.
Car en Colombie, malgré l'accord de paix conclu entre les FARC et le gouvernement en 2016, des centaines de leaders sociaux, (responsables associatifs, travailleurs sociaux, syndicalistes... ou pour reprendre la définition de l'auteure : « toute personne qui se consacre à la défense ou à la promotion de droit ») sont assassinés chaque année sans que les responsables soient retrouvés ou condamnés. Ces vies brisées semblent avoir bien peu de valeur aux yeux des autorités qui tentent de minimiser ce phénomène : « En décembre 2017, le ministre de la Défense a déclaré publiquement que l'immense majorité des assassinats de leaders sociaux étaient le résultat de disputes de voisinage et d'affaires de jupons ».
Pour incarner toutes ces victimes qui meurent dans la quasi-indifférence et qui retombent aussitôt dans l'anonymat, ne représentant qu'un numéro parmi les statistiques, Emilienne Malfatto a choisi de raconter l'histoire de Maritza, assassinée en 2019 dans sa ferme perdue au milieu de la jungle de la Sierra Nevada. L'auteure va mener une enquête minutieuse au plus près du terrain, en visitant les lieux dans lesquels elle a vécu et en rencontrant ses proches, les personnes qui l'ont côtoyée, et peut-être même son meurtrier, pour tenter de démêler les fils de cette histoire et comprendre les raisons de ce meurtre révoltant.
A travers cette enquête, l'auteure nous fait découvrir le contexte politique complexe de ce pays. Si depuis la fin officielle du conflit avec les FARC, certaines villes côtières de Colombie sont devenues une destination prisée des touristes, derrière l'image de carte postale et de sécurité apparente, se cache une réalité plus sombre.
De son écriture à la fois sobre et percutante, Emilienne Malfatto dépeint cet univers de violence dans lequel la population se retrouve prise en étau entre les FARC et les paramilitaires. Un monde dans lequel les narcotrafiquants règnent en maîtres, et dans lequel la recherche de la vérité peut s'avérer dangereuse.
Merci à Babelio et aux éditions les Arènes pour cette lecture puissante et poignante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          257
MaminouG
  24 août 2021
Son premier roman "Que sur toi se lamente le tigre" avait été un véritable coup de foudre. Je n'ai pas hésité un instant – et sans même savoir de quoi il parlait – à choisir sur la table de mes libraires ce nouvel ouvrage d'Emilienne Malfatto, au titre énigmatique, "Les serpents viendront sur toi". le plaisir de lecture fut au rendez-vous.
"Ce récit est le résultat d'une enquête menée à l'automne 2019…Depuis, certaines choses ont changé.", annonce l'auteure en postface. C'est donc bien d'une enquête qu'il s'agit, "une histoire colombienne" comme indiquée sur la couverture. Un récit en forme de lettre adressée à Maritza Queroz Leva, assassinée le 5 janvier 2019, dans sa maison "sur les pentes de la Sierra Nevada de Santa Marta". Elle était "leader social".
L'auteure enquête, rencontre les enfants de cette femme tombée sous les balles, mais aussi la guérilla des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) ou plutôt "ex-guérilla" depuis 2016, date à laquelle est signé l'accord de paix avec le gouvernement. Elle entend alors parler du Vieux, ou encore "El Patrón", Hernán Giraldo…le coupable ? Allez savoir ! Elle se rend vite compte qu'elle n'avance guère dans la résolution de ce crime non élucidé et doit se contenter d'émettre des hypothèses. Elle remonte l'histoire, visite les lieux de vie de Maritza, interroge sans fin.
D'une écriture simple, directe, vive, journalistique, ponctuée de passages empreints d'une grande poésie, Emilienne Malfatto nous raconte la Colombie, la violence des narcotrafiquants, des rebelles et des paramilitaires. Elle nous relate des chiffres, ceux des morts mais aussi des "déplacés internes", ceux qui ont tout perdu, à qui l'Etat a failli, qui fuient et terminent généralement dans les bas-fonds des grandes villes...qui, en 2004, représentaient officiellement plus de trois millions de Colombiens – plus de 7 % de la population de l'époque."
Un ouvrage à la fois littéraire, poétique, historique, politique et d'un grand intérêt qui met en lumière la Colombie, les défenseurs des droits humains et rend hommage à ceux dont les crimes n'ont toujours pas trouvé leurs coupables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Sofiert
  17 novembre 2021
Emilienne Malfatto mène une enquête émouvante, entre écrivaine et journaliste de guerre, sur la mort de Maritza, une leader sociale assassinée en Colombie en 2019.
Elle part à la rencontre de ceux qui ont connu Maritza, 61 ans, mère de six enfants sauvagement assassinée chez elle.
Maritza n'est pas la seule à avoir été assassinée, mais pour l'auteure, elle représente tous ses compatriotes qui ont connu ce sort atroce.
Qu'avait-on à lui reprocher ? Quelle menace représentait-elle ? Dans un pays gouverné par l'argent issu du narcotrafic et de la corruption, il est dangereux de se retrouver sur le chemin des groupes paramilitaires ou des FARC. Maritza ne semblait pas représenter une menace immédiate pour ces derniers, mais l'emplacement de sa ferme pouvait susciter des convoitises. Et militer pour défendre les droits d'une communauté est risqué lorsque des enjeux économiques colossaux sont mis en péril.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   24 juillet 2021
Plus la vie est dure, plus on croit en Dieu. Il doit y avoir quelque chose de terriblement rassurant dans l’idée d’une puissance supérieure, bienveillante et cohérente, dans l’idée que tout cela a un sens et fait partie d’un plan divin, même les catastrophes, même le coup de tonnerre dans le ciel serein.
Commenter  J’apprécie          434
JIEMDEJIEMDE   28 juin 2021
En venant ici, je croyais naïvement qu’un processus de démobilisation, de construction de la paix, passait nécessairement par la reconnaissance de ses erreurs, de ses crimes. Cela ne va visiblement pas de soi.
Commenter  J’apprécie          60
JIEMDEJIEMDE   27 juin 2021
En 2016, 97 leaders sociaux ont été assassinés. En 2017, 149. En 2018, 172. Et en 2019, 250. En mathématiques, on appelle ça une croissance exponentielle. On pourrait aussi appeler ça un massacre.
Commenter  J’apprécie          60
SarahmarinaamrSarahmarinaamr   04 juin 2021
  Je n’établirai pas la vérité, et justice ne sera probablement jamais faite. Et tu tomberas dans l’oubli. Une pierre tombale dans la touffeur des tropiques. Une ligne de plus dans les registres d’un Etat corrompu. 
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Emilienne Malfatto (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilienne Malfatto
Rencontre durant le festival Arte Mare. 8/10/2021
autres livres classés : colombieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1300 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre