AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782706122446
269 pages
Éditeur : Presses Universitaires de Grenoble (04/05/2015)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Jacques Maréchaux a vingt ans lorsqu'il décide d'entrer en Résistance. Le nom d'un contact en poche, il prend le train pour Grenoble et rejoint le maquis en octobre 1943 avant d'intégrer la compagnie Stéphane. Pendant une année, sous le nom de Cousin, il sillonne avec ses compagnons les massifs environnants.

Son récit, un des derniers témoignages majeurs inédits du maquis, narre la vie quotidienne de la compagnie. Il nous permet de découvrir les condi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Parthenia
  11 juillet 2015
À l'occasion du 70ème anniversaire de l'armistice de 1945, les sorties littéraires mettent l'accent sur cette époque sombre de notre histoire. Si les ouvrages pullulent sur la 2ème guerre mondiale, que ce soit sous forme d'essais ou de romans, finalement peu de témoignages portent sur les maquis et leur vie quotidienne. Comme souligné en avant-propos, la plupart des résistants au lendemain de la Libération retournèrent à leur vie civile, discrètement, sans demander de reconnaissance ni de titres ou d'honneurs... Ce livre et l'occasion de rendre hommage à leurs sacrifices en retraçant l'histoire d'un maquis isérois, dans une région emblématique de la Résistance....
Jacques Maréchaux a 16 ans au début de la guerre. Un an plus tard, la défaite de la France le marque, et il se sent profondément révolté par l'occupation du pays par les troupes allemandes et le pillage en règle de ses ressources. Il ne pourra satisfaire son désir d'engagement qu'à 20 ans, en abandonnant ses études d'ingénieur pour rejoindre un maquis isérois où il retrouve son cousin Jean (d'où son pseudonyme de résistant !^^)...
Avec Jacques, nous entrons dans le quotidien des maquisards, tous très jeunes, partons à la rencontre de leur charismatique chef, à peine plus âgé qu'eux, mais dont la compétence suscite chez eux une indéfectible loyauté. Et pourtant Stéphane ne les ménage guère, les soumettant à un entraînement éprouvant, à une vigilance de tous les instants, au sein d'une nature parfois hostile (l'hiver est particulièrement rude !) mais grandiose. Nous sommes touchés des risques que prend la population pour les héberger et les ravitailler, par la solidarité qui lie les maquisards entre eux, par la mort qui en fauche certains.
Le livre fourmille de détails très intéressants sur le fonctionnement de leur compagnie, sur le contexte de l'époque...
Nous apprenons la présence de déserteurs allemands parmi leur troupe, le surnom de "double vache" donné aux gendarmes allemands à cause de la plaque métallique qu'ils portent autour du cou et qui affiche les lettres "WH", l'existence de groupes de voyous battant la campagne, pillant les fermes et torturant les gens en se faisant passer pour la Résistance (il s'avère que ce groupe est commandé par une fille !)...
Nous ressentons également le désarroi de ces maquisards face à la tournure que prend la Libération (la tonte des femmes ayant fauté avec l'ennemi, l'absurdité arrogante de certains officiers quand Stéphane est arrêté au lendemain de la libération de Grenoble parce qu'il a refusé de saluer un militaire !)...
Jacques ne nous cache rien de leurs actions... les plus dangereuses, comme celles moins avouables d'un autre groupe qui ne possède pas leur sens de l'honneur !
C'était passionnant de suivre le quotidien, souvent rude, de ces garçons, les conséquences de leur engagement (Jacques porte une grenade sur lui pour se supprimer en cas de capture par l'ennemi), le fonctionnement de leur compagnie, leur courage, leur refus d'abdiquer, leur tristesse suite à la mort de leurs camarades, leur sacrifice... Mais il y a également des épisodes plus insouciants qui nous rappellent l'extrême jeunesse de ces maquisards et leur joie de vivre !
Je remercie Babelio et PUG pour cette lecture très intéressante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ladydede
  04 juillet 2015
C'est l'histoire d'un homme qui a décidé de changer sa vie en 1943. C'est l'histoire de Jacques Maréchaux, dit Cousin, résistant et l'un des pionners de la compagnie Stéphane.
Pour ceux qui ne connaissent pas, la compagnie Stêphane est un groupe de Rêsistants très célèbre à Grenoble pour avoir eu des maquis en Chartreuse et en Belledonne. Ce groupe a aussi mené de nombreuses opérations qui ont permi de libérer Grenoble.
Habitant Grenoble et connaissant son histoire, je me suis plongée dans l'histoire de Jacques avec plaisir. Avec un style très simple, il nous explique son parcours de l'année 1943, date de son engagement au sein de la Résistance à la fin de la guerre. On y découvre le fonctionnement de la compagnie, ses difficultés et ses forces.
Le témoignage de Jacques Maréchaux est précieux et ce livre est là pour nous le rappeler. Ma Résistance dans la compagnie Stéphane est un outil et document historique à lire et relire précieusement !
Merci à Babelio et aux PUG pour cette lecture indispensable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
stef6534
  17 juin 2015
Je remercie Babelio et les PUG pour l'envoi de ce livre dans le cadre de l'opération masse critique.
L'ouvrage est le récit par Jacques Maréchaux de son année passée au maquis. En 1943, âgé de 20 ans, encore étudiant en région parisienne, de son propre gré, Jacques Maréchaux décide de rejoindre le maquis isérois. Il intègre la compagnie d'Etienne Poitau dit Stéphane.
C'est un témoignage très intéressant du quotidien des maquisards. D'autant plus que la compagnie Stéphane est une unité d'élite. L'entraînement y est rude, les conditions de vie difficiles. Mais la survie des uns et des autres est à ce prix. Les maquisards sont inférieurs en nombre face à l'occupant et à la Milice et leur matériel de guerre, hétéroclite, voire insuffisant pour affronter de front l'ennemi.
L'auteur parle de ses compagnons de lutte dont les origines sont diverses, déserteurs allemands, ouvriers, étudiants mais tous unis fraternellement dans un combat mortel.
De façon surprenante il ne manque pas d'admirer les beautés de la nature : un coucher de soleil, une pleine de lune, instillant ainsi un peu de poésie et de beauté dans le récit.
De ce récit je retiens principalement le triomphe de la volonté (petit pied de nez à Leni Riefenstahl) ainsi que le courage, le dévouement, l'amitié profonde des maquisards de la compagnie Stéphane.
Un beau témoignage sur un groupe de maquisards.
A noter une introduction très intéressante de G Emprin, professeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
stef6534stef6534   17 juin 2015
Au cours de ces douze mois, j'ai appris une foule de choses et acquis une extraordinaire expérience. Comme l'a écrit fort bien Pierre Guillain de Bénouville, "la Résistance fut, en vérité, pour chacun de ceux qui y participèrent, le matin d'une nouvelle vie."
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : grenobleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1896 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre