AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782416005879
Eyrolles (07/07/2022)
4.26/5   29 notes
Résumé :
Alice adore Fatima, sa nounou. Ses parents, Valentine et Pierre, sont des personnes importantes, occupées, trop occupées pour s'occuper d'elle. Au gré des années et des soins, Fatima devient la mère que la vie concède à Alice, même si elle en fait parfois trop. Alice a huit ans quand Valentine, cherchant à reprendre en main l'éducation de sa fille, licencie brutalement Fatima. Cette décision va changer irrémédiablement le cours des vies de chacune...
Le trio ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,26

sur 29 notes
5
8 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Yvan_T
  25 septembre 2022
Dès la naissance, Valentine et Pierre confient l'éducation de leur fille à une nounou. Au gré des années Fatima devient ainsi une sorte de mère de substitution pour Alice, qui ne voit que très peu sa mère biologique, absorbée par sa carrière professionnelle. du coup, lorsqu'après huit ans de bons et loyaux services, Valentine décide subitement de licencier Fatima, bien déterminée à reprendre elle-même l'éducation de sa fille en main, tout l'univers de la petite se retrouve bouleversé !
Dans ce roman à trois voix, Amélia Matar donne alternativement la parole à Alice, à sa mère et à sa nounou, permettant ainsi d'alterner les points de vue au fil des chapitres, chacun étant d'ailleurs précédé par une citation pleine de sagesse de Maria Montessori. L'autrice dévoile non seulement les liens qui se tissent progressivement entre les différents personnages, mais également le passé de Valentine et de Fatima, invitant ainsi à mieux comprendre la manière dont elles éduquent chacune la petite Alice, reproduisant le schéma familial de leur propre enfance.
Outre ces schémas familiaux dont il est difficile de s'extraire, l'autrice aborde essentiellement le thème de l'amour maternel, comme suggéré par le titre de l'ouvrage, que ce soient les liens avec une mère de sang ou ceux avec une mère de coeur. le résultat est un roman bourré de tendresse et débordant d'humour, emmené par une jeune héroïne terriblement attachante. J'ai donc passé un excellent moment de lecture malgré une conclusion/épilogue légèrement trop précipitée à mon goût.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          866
magielivres
  15 août 2022
Ainsi naissent les mamans de Amélia Matar.
Quel joli petit livre, 165 pages sur ma liseuse, lu en quelques heures. J'ai passé un très bon moment. Il est rempli de tendresse et beaucoup d'humour.
C'est une histoire à trois voix : Valentine, Alice sa fille, Fatima la nounou.
La première a été élevée, par une mère indifférente, aucune caresse, pas de tendresse, le néant côté amour maternel. Tout ce qui comptait, c'était son rang dans la haute bourgeoisie, l'apparence et la réussite. Une éducation très rigide qui ne laisse pas de place aux émotions. Cela fait froid dans le dos.
Suivant le schéma familial, Valentine s'élève dans la société et réussit pleinement tout ce qu'elle entreprend.
Vient le moment, où elle est enceinte d'Alice, ne se voyant pas dans le rôle de mère, elle décide d'engager une nounou, qui aura la tâche d'en être une à sa place.
Fatima, au contraire de Valentine, a été entourée d'amour, d'enfants et d'une mère toujours à l'écoute.
A une semaine, ce beau bébé, sera aimé, entouré, caressé, cajolé. Fatima sera sa seconde maman dans tous les sens du terme. Elle l'élèvera durant ses huit premières années. Une enfant très intelligente et aimante.
"Allez, Fatima, tu sais bien que je vais bien et que c'est pour être avec toi. Et moi je sais bien que, toi aussi, tu en as très envie. C'est toi qui le dis, il faut savourer les cadeaux que Dieu nous envoie. Et là, ton Dieu nous amène sur un plateau d'argent des morceaux de bonheur. D'alléchantes tranches de plaisir et de rires. Il ne nous reste plus qu'à les croquer à pleines dents. Faisons de cette journée un festin de gaieté, un gueuleton de rires, un banquet d'amusements. Ma Fati chérie, dis oui, dis oui, dis oui.
Je la serre contre moi. Je m'enfonce dans ses bras. J'attends sa réponse."
Malgré la négligence de ses parents, Alice sera la plus heureuse, jusqu'au jour où Fatima sera licenciée. Pour elle, c'est la fin de tout cet amour qu'elle reçoit. Elle a huit ans et se battra contre les principes, la méchanceté, les codes d'une société, qui bien souvent ne prend pas en compte le bonheur des enfants.
Alice, se bat aussi avec ses mots, elle est très drôle dans ses réparties. Un moyen de cacher ses sentiments.
Un vrai bonheur ce roman, de l'amour qui fait du bien, le poids de l'éducation familiale, l'écoute. Tout est amené par des citations de Maria Montessori, au début de chaque chapitre.
Laissez-vous aller et plongez dans ce petit bijou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1710
Emilie77400
  25 juillet 2022
Mais quel merveilleux livre!
Je ne m'attendais pas à être à ce point emportée par cette histoire. Alors oui, bien évidemment, le résumé me plaisait mais à l'origine j'avais prévu de le lire en 4 jours avec une amie (à raison d'une 50aine de pages par jour) mais, à peine les premières pages lues, il nous a été impossible de le lâcher, il a donc été lu dans la journée.
C'est un roman polyphonique, les chapitres alternent avec les points de vue d'Alice, 8 ans, de sa mère Valentine et de sa nounou Fatima.
Il y a donc Valentine, élevée dans la grande bourgeoisie ou seules les apparences et la réussite comptent. Sa mère ne s'est jamais montée aimante et alors qu'elle est désormais adulte, Valentine peine à se sortir de ce schéma familial.
Fatima, elle, a connu l'amour d'une mère bien que celle-ci ait eu de grandes ambitions pour ses enfants. Elle n'a jamais pu avoir d'enfant mais elle a consacré sa vie à ceux des autres. Fatima est une mère dans l'âme, ses enfants elle ne les a pas porté dans sa chair mais dans son coeur.
Et enfin, il y a Alice, cette petite fille remarquablement intelligente laissée aux soins de sa nounou alors qu'elle n'avait qu'1 semaine à peine. Si ses parents la néglige au quotidien, elle a pourtant grandi dans l'amour grâce à Fatima.
Dans ce roman il est donc essentiellement question d'amour, et du poids de "l'héritage" familial. Valentine et Fatima ont beau être de milieux différents et être déjà des adultes, elles restent les filles de leurs mères et subissent encore leurs jugements. On se rend compte qu'il est difficile de s'affranchir de l'éducation qu'on a reçue et que celle-ci forge à jamais l'adulte que l'on deviendra.
L'importance de bien réussir l'éducation de nos enfants dans l'amour et l'écoute est appuyée à chaque début de chapitre par une citation de Maria Montessori dont les méthodes éducatives longtemps utilisées puis mises de côté un temps reviennent au goût du jour.
C'est vraiment une lecture que j'ai énormément appréciée et que j'ai trouvée très touchante. J'ai beaucoup aimé l'approche de l'auteure et cela m'a poussée à en savoir davantage et à aller voir ce qu'était le projet COLORI dont elle est la cofondatrice. Je peux vous dire que je regrette que mon fils soit déjà trop grand car j'aurai adoré qu'il s'initie à cette méthode!
Bref vous l'aurez compris, je suis totalement charmée et je ne peux que vous inciter à lire ce très beau roman!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
soleil
  21 juillet 2022
📘Au premier chapitre, la voix d'Alice-l'enfant-traduit l'atmosphère familiale sans qu'il soit besoin de douter des heures durant de l'absence d'affection. Lorsque le second chapitre donne la parole à Valentine-sa mère- il justifie le titre du roman : "Ainsi naissent les mères".
➡️ Amélie Matar donne tantôt la voix à la fillette, tantôt à sa mère ou sa nounou mais selon moi, elle raconte surtout une histoire d'enfances.
Ce que l'on a reçu sera-t-il ce que l'on donnera ?
➡️L'auteure décrit la manifestation protéiforme de la parentalité, de la maternité et la féminité chez Valentine et Fatima (la nounou). Ces femmes restituent ce qui les ont nourries.
La tâche de l'éducation semble aussi naturelle et simple à Fatima qu'incongrue et déshonorante pour Valentine. L'éducation qu'elle mène est dépourvue d'affection patente, s'apparentant davantage à une tâche à accomplir et qui ne réjouit pas (voire agace) qu'à une manifestation d'amour.
➡️Finalement, ce n'est pas tant une incapacité à aimer chez Valentine qu'une incapacité à signifier l'amour qui essaie pourtant de se faufiler un chemin à travers son corps et son cerveau corsetés, emprisonnés dans des diktats maternels et normatifs.
➡️Ces deux femmes ont reçu une éducation avec un but commun unique malgré un milieu social différent : réussir socialement, à savoir se marier avec un beau parti et avoir un travail que l'on situe en haut de l'échelle.
Ainsi, lorsque l'une essuie un revers familial à propos de son mariage, l'autre subit le courroux maternel sur l'éducation qu'elle donne à sa fille.
Éternelles filles.
➡️Puis il y a la voix de la fillette, Alice, qui ne se départ pas de la candeur et de la spontanéité de l'enfance et qui sera peut-être celle qui saura rompre et ne pas répéter ce qui l'aura blessée.
Une lecture que j'ai beaucoup aimée que ce soit pour le rythme, le sujet et l'évolution des personnages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zabouille
  16 août 2022
"Ainsi naissent les mamans" de Amélia Matar
Éditions Eyrolles romans
Parution le 07/07/2022
195 pages
Note : 9/10
Le Club Lecteurs Eyrolles
Une lecture époustouflante et bouleversante qui m'a beaucoup touchée, une très belle surprise.
Ce roman est construit de sorte à donner la voix et le point de vue de chaque personnage : Valentine la mère, Alice la fille et Fatima la nounou. Et c'est ainsi qu'on aborde le thème fort de l'amour maternel et de la relation maman enfant.
Valentine est mariée avec Pierre, qui n'a pas le sens de la famille, c'est le moins qu'on puisse dire. Volage et très absent, il ne sera ni mari ni père. Elle, de son côté, très prise par son travail, décide très tôt de rechercher une nounou pour sa future petite fille Alice. C'est ainsi que Fatima entre dans leur vie.
Elle est devenue nounou par vocation et bien contre l'avis de sa mère, qui la voyait soit médecin, soit à l'Elysée. Mais Fatima s'est démarquée et n'a pas accédé aux désidératas maternels. Elle a suivi son coeur : sa place est auprès des enfants. C'est d'ailleurs ce qu'elle fait depuis toujours, au sein de la cité où elle habite. Elle fait donc la connaissance d'Alice quelques mois après sa naissance. Elle lui donne l'affection maternelle que Valentine n'est pas en mesure de lui accorder. Les câlins, les consolations, sans oublier ses fameux Makrouts, c'est Fatima qui les lui offrira.
Forcément, huit ans passés avec cette enfant, les liens se tissent, se renforcent.
Jusqu'au jour où Valentine, se laissant influencer par sa propre mère despotique, décide de remercier Fatima sous prétexte, entre autres, qu'Alice doit apprendre l'anglais aux côtés d'une fille au pair.
"C'est le lot des nourrices. Nous payons la primeur de leurs câlins par la douleur d'en voir la fin."
C'est la dégringolade. Une immense tristesse envahit Alice et le désarroi s'empare de sa nourrice. Mais c'est sans compter sur la perspicacité de la jeune fille qui a plus d'un tour dans sa poche. Parviendra-t-elle à ses fins ?
"Je sens ses larmes tièdes tomber sur mes joues. Je regarde par la fenêtre. Des cordes de pluie nettoient le trottoir. Des cordes de larmes nettoient notre histoire."
Pour sûr, cet acte sera un véritable coup de fouet sur Valentine, qui lui ouvrira enfin les yeux, la conduisant à changer les choses...
Assister au tissage de ces liens entre Alice et Fatima est un délice mais aussi un déchirement car cela accentue et illustre  l'absence de sa maman. Bien évidemment, je me suis énormément attachée à elles, je n'avais qu'une hâte, retourner à ma lecture pour les retrouver.
Ce premier roman est une source jaillissante où tous les sentiments nous éclaboussent et s'entrechoquent, mais également une belle leçon d'apprentissage, qu'agrémente une citation de Maria Montessori à chaque nouveau chapitre. Je confirme les dires de Marie Robert sur le bandeau "Que l'on soit parent ou non, cette narration bouleverse."
C'est en effet un texte précieux, divin. Chère Amélia Matar, je vous décerne un coup de coeur 😍.
Un immense merci aux Editions Eyrolles et à son Club Lecteurs pour cette superbe parenthèse littéraire.
"Faut-il porter la vie dans sa chair pour être mère ? Nourrir, soigner, éduquer, cajoler, égayer, aimer un enfant, jour après jour, année après année, sans discontinuer, voilà ce qu'est être parent."

https://littelecture.wordpress.com/2022/08/16/ainsi-naissent-les-mamans-de-amelia-matar/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Emilie77400Emilie77400   25 juillet 2022
Faut-il porter la vie dans sa chair pour être mère? Nourrir, soigner, éduquer, cajoler, égayer, aimer un enfant, jour après jour, année après année, sans discontinuer, voilà ce qu'est être parent. Peu importe le gros ventre et le cordon ombilical, ce qui fait grandir un enfant, c'est tout ce qui vient après.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : maternitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Amélia Matar (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre