AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Dieu en personne (37)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
milado
  25 décembre 2012
Alleluia Dieu est parmi nous (...oui, je sais c'est Noël, mais là je parle de la BD de Marc Antoine Mathieu !!! ) pfff !!! Donc Dieu a daigné descendre sur terre mais comme il est arrivé en catimini les hommes ont bien du mal à y croire. Enfin, bien vite , devant son omniscience, ils sont bien obligés d'admettre que c'est bien Lui.
Et dès que son identité est admise, des hordes d'avocats, de publicitaires, d'investisseurs et autres grands penseurs se mettent... ????? à son service - enfin ils ont flairé la bonne affaire quoi ! - Dieu sera décliné en livres, parcs d'attractions, marque déposée... il sera aussi appelé à comparaître devant un tribunal pour répondre de son oeuvre...
Je ne connaissais pas Marc-Antoine Mathieu, son album est monochrome : blanc, gris, noir. les planches souvent surpeuplées, les bâtiments imposants, les perspectives assez osées... assez cinématographique comme oeuvre.
Et puis le traitement du sujet est original, plein de philosophie, d'humour, de réflexions profondes. Ce n'est pas de Dieu qu'on se moque mais bien des hommes, de leurs Dieux Pouvoir et Argent.
Une bande dessinée originale, pour adultes à coup sûr, les concepts maniés aussi intéressants soient-ils pourraient apparaître ennuyeux aux plus jeunes.

http://www.youtube.com/watch?v=II8mTh1-JHE
... Désolé Marina ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Eve-Yeshe
  12 août 2017
J'ai bien aimé l'idée de Dieu se matérialisant sans papiers, faisant la queue lors d'un recensement et devant prouver qui il est et que l'on finit par interner devant ses affirmations jugées fantaisistes. L'entretien avec le psychiatre ne pouvait que me plaire :

« Comment vous définiriez-vous ?

Comme quelqu'un qui échappe à toutes définition y compris la mienne…

… Si vous étiez un chiffre ?

Zéro, matériellement inexistant mais tellement pratique. » P 19

Bien-sûr, pour explorer les prodiges de Dieu, on va faire passer un scanner et autres tests qui montre que son cerveau fonctionne à 99,91% et on revisite au passage le boson de Higgs, l'évaluation du nombre de livres contenus dans la bibliothèque entière ou l'épisode où il indique à l'oeil nu plusieurs exoplanètes… il va ainsi devenir un phénomène de foire remplissant les stades…

On va faire appel à toutes sortes d'analystes : sociologues, scientifiques, historiens, philosophes, ce qui donnent bien des palabres. La BD est bien ancrée dans le monde moderne et ses techniques de communication et on voit débarques livres, pièces de théâtre, logos etc…

L'auteur réussit à évoquer « le vieux barbu » tel qu'on le représente dans l'imagerie populaire, sans entrer dans les religions : l'idée de Dieu, créateur ou non, (sa vie son oeuvre serai-je tentée de dire en souriant pour paraphraser Jean d'Ormesson)

L'idée du procès gigantesque avec une kyrielle d'avocat pour le défendre et gérer la communication est tout aussi drôle…

J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur émaille son texte de citations d'auteurs connus, qui se glissent subtilement sans le texte et que l'auteur recense à la fin de la BD.

On rencontre ainsi Raymond Queneau : « Dieu est le non-être qui a le mieux réussi à faire parler de lui »

ou Voltaire : « Dieu est un comédien qui joue devant un public trop effrayé pour rire »,

ou Einstein « ce qui est incompréhensible, c'est que le monde soit compréhensible »

ou encore Sartre : « Dieu c'est la solitude des hommes » et d'autres. Très honnêtement, c'est ce qui m'a plu dans cette BD, avec son côté un peu loufoque, bien d'actualité, ainsi qu'un chapitre intéressant consacré au rêve.

Un bémol : les dessins très sombres (et pourtant j'aime le noir et blanc des mangas). Donc, avis mitigé, si on ne m'avait pas prêté cette BD, je ne l'aurais probablement pas lue.


Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
HORUSFONCK
  24 octobre 2016
Marc-Antoine Mathieu, à qui rien ne semble impossible, imagine la rencontre entre un Dieu - assez vraisemblable et convaincant - et les humains.
Pauvres humains, en vérité, obnubilés par l'omniscience d'un Dieu plus vrai que nature auquel ils attribuent leurs turpitudes , leurs rêves évanouis et leur marketing dégénéré.
Un album intéressant, certes, mais qui se veut trop brillant et m'est apparu un rien verbeux.
raison pour laquelle je n'attribue "que" quatre étoiles.
Commenter  J’apprécie          110
MarilouC
  20 novembre 2018
Attention spoilers Inside !!

J'ai déjà lu quelques très bonnes BD sur Dieu (j'ai même fait un Quizz sur "Dieu dans les BD/comics/mangas" sur Babelio), parce c'est un sujet (Dieu, la religion) qui me passionne. D'ailleurs, je vous conseille "La Nostalgie de Dieu, L'intégraâl" (fin et subtil malgré une certaine familiarité voire vulgarité, et si drôle !), ou encore "In God we trust" (un cran en dessous du précédent, mais pas mal du tout).

Ensuite, j'aime bien Marc-Antoine Mathieu, même si ce n'est pas mon auteur BD préféré, loin de là. C'est un type très fort pour créer des BD aux concepts fous, originaux et qui font vraiment cogiter. J'aime bien la série des Julius Acquefacques par exemple, bien que je ne sois pas particulièrement fan de son dessin. J'avais aussi découvert "3 secondes", que j'avais trouvé ingénieux, bien que lassant. On reconnait, dans Dieu en personne, la patte inimitable de MAM, que ce soit dans le graphisme ou dans l'aspect "high concept". Et sur Babelio, de nombreuses critiques disaient que Dieu en personne était à la fois drôle et philosophique, alors, je n'ai eu aucune hésitation au moment de le prendre !

Le pitch : Dieu est revenu sur terre. On ne sait pas trop pourquoi. Son retour va provoquer tout le cirque médiatique auquel on peut s'attendre, sans parler de ce procès dans lequel tous les insatisfaits de la terre se sont portés partie civile.

Au niveau des dessins, déjà , je dirais qu'ils donnent une certaine sensation d'étouffement, comme souvent chez l'auteur, Ses cases sont souvent saturées de monde, d'anonymes, de visages qui se ressemblent et qui n'ont aucune expression. MAM a beaucoup de mal à dessiner de grands espaces vides. Et même les grands espaces vides sont chez lui oppressants, menaçants ou bizarres.

Ensuite, le pitch est super effectivement, mais le problème, quelque fois, des super pitch/super concepts, c'est que ça s'essouffle vite, et qu'on finit par retenir seulement le pitch de départ, au détriment de l'histoire. C'est, je trouve, ce qui se passe ici. L'action tourne en rond, on n'avance pas vraiment. L'intrigue en elle-même est quasi-inexistante. le procès n'a pas vraiment d'intérêt, car il est noyé dans les autres délires provoqués par le retour de Dieu : Godland, le cours de prêche (pas mal), la pièce de théâtre…

Ca part dans tous les sens pour dénoncer l'hypermercantilisme actuel, la marchandisation du sacré, l'opportunisme des medias, la bêtise du genre humain etc.… C'est malin, bien trouvé, mais c'est diablement répétitif et je ne trouve pas que ce soit une idée neuve. Et puis ça manque un peu d'incarnation, de chair, et d'humour pour rendre tout cela supportable. Tous les personnages paraissent désespérément creux, voire vaguement antipathiques. On reste du coup très extérieur à l'histoire.

En fait, je trouve que l'ensemble de la BD est un peu vain (peut-être est-ce voulu), et que finalement on passe un peu à côté du sujet, qui, j'en conviens, peut être traité de milliers de façons différentes selon les sensibilités. L'auteur de BD ne répond à aucune question posée par le pitch, ne fait finalement que de la rhétorique ampoulée et tarabiscotée. Dieu lui-même n'est pas un personnage très attachant, ni très charismatique (on ne le voit quasiment pas d'ailleurs) ce qui est quand même un peu con je trouve.

L'ouvrage finit sur un twist malin mais un peu facile, qui ajoute encore à la confusion et détruit même la portée de tout ce qui est dit avant, réduisant tout cela à une vulgaire opération marketing.

Donc la morale que j'ai retenue est que notre civilisation brasse du vide. Et que Dieu est un super produit à vendre. Mouais. Ce n'est pas un scoop. Et surtout, je pense qu'il n'y a pas que ça à retenir de l'être humain, surtout si on commence à parler de divin.

Tout ça pour ça, ai-je envie de dire.
Bref. Je n'ai pas aimé cette BD.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
GuillaumeTM
  14 juillet 2013
Que se passerait-il si, un beau jour, Dieu apparaissait sous forme humaine sur Terre ? C'est à cette question que Marc-Antoine Mathieu tente de répondre.

Dans un monde sur-médiatisé comme le nôtre, il serait sûrement en proie à une foule en liesse, on le scruterait comme une bête curieuse, lui poserait toute sorte de questions, cherchant des preuves de son identité. Puis une fois ce fait attesté, il serait invité dans tous les talk-shows télévisés, publierait des livres rédigés par un nègre, un parc d'attraction serait construit à son nom, chacun cherchant à tirer profit de sa personne et de son prestige pour en définitive le substituer au rôle du Pape. Mais surtout, un immense procès lui serait intenté par les athées, les agnostiques, les dogmatistes, les déistes etc... La folie du cirque médiatique battrait son plein.
C'est une vision très américaine de l'univers médiatique qui nous est livrée ici mais qui n'est pourtant pas si éloigné de nous, européens.

La trame narrative est plutôt astucieuse pour une bande dessinée, s'inspirant de certains films, comme « Citizen Kane » d'Orson Welles par exemple, prenant en effet la forme d'un film documentaire où chaque intervenant raconte son point de vue ou les circonstances de sa rencontre avec ce Dieu qui n'était venu sur Terre uniquement pour pouvoir rire. On avance également, dans ce livre, de façon dialectique puisque chacun émet une thèse différente quant à l'existence de Dieu, du philosophe au sociologue en passant par l'ordinateur H-1. La conclusion n'en est que plus remarquable.

Robert Musil aurait très bien pu inclure cette histoire dans son roman « L'homme sans qualités » car je vois bien Ulrich imaginer, tout comme il l'a fait avec Platon, Dieu de retour parmi nous à la merci des médias stupides et versatiles.

C'est une sentence sans appel sur la bêtise humaine sous sa forme la plus connue : celle qui mis en place la traite négrière, qui en bon occidental paternaliste colonisa des terres étrangères sans demander l'avis de personne, et j'en passe et des meilleurs. Oui, on retrouve un peu cet orgueil de supériorité chez ces personnes peuplant le livre.

Seule la fin (surprenante) est, à mon sens, un peu décevante mais colle parfaitement au sujet du livre car on imagine très bien de quoi sont capables les publicitaires les plus cyniques pour ramasser un gros pactole de fric.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
badpx
  04 août 2018
Mes précédentes lectures de Marc-Antoine Mathieu m'avaient laissé un sentiment plutôt positif, de bonne lectures divertissantes et forçant à la réflexion.
Alors c'est en pleine confiance que j'ai emprunté ce livre.
Et malheureusement je sors de cette lecture assez déçue. L'idée de départ est pourtant très prometteuse : Dieu revient sur Terre.... mais le traitement de cette histoire au travers d'un procès, et d'une exploitation du personnage principal par toutes nos dérives du XXIème siècle autour de la communication et de la consommation n'a pas fait accrocher....
J'ai trouvé cette lecture très longue et finalement ennuyeuse. J'étais heureuse d'arriver enfin au bout... sur cet épilogue qui me déçoit autant que le reste.
Commenter  J’apprécie          70
antoineperroud
  18 novembre 2013
Dieu en personne, oui oui, le gars avec la barbe blanche, celui qui crèche habituellement tout là-haut, sur son petit nuage. Et bien, il est là, juste devant vos yeux. Ce dieu, qui un jour (le premier), créa tout, va devoir rendre des comptes.

Les thèmes de la création et de la perception de cette dernière ont toujours été au coeur des travaux de Marc-Antoine Mathieu. Les jeux logiques qui se jouent des codes de la BD dans les aventures de Julius Corentin Acquefacques et les quêtes verticales que sont L'Ascension et Les Sous-sols du Révolu sont autant de tentatives pour explorer les différents niveaux du réel et de l'imaginaire. Quel meilleur personnage que Dieu pour continuer cette investigation ?

Sous le couvert d'un nouveau procès de dieu, l'auteur de Mémoire Morte s'intéresse en fait à un autre sujet : comment fabrique-t-on une histoire et qu'elles sont les différentes façons de la raconter. D'un tournage de film à une pièce de théâtre en passant par un reportage sportif, une multitude de techniques narratives sont testées sous nos yeux. Pour autant, la lecture reste parfaitement fluide tant la construction de Mathieu est sans faille. Même plongé au milieu du plus sérieux des débats (certains passages nécessitent une sacré concentration pour suivre les argumentaires pointus des exégètes judiciaires), il tient son récit et manipule avec jubilation ses personnages ainsi que le lecteur. Comme à son habitude, l'auteur joue avec les codes, mais dans le cas présent, pas dans l'unique but de surprendre. Il montre avec un certain brio les illusions créées par les différents médias (télévision, publicités, arts) pour faire passer leurs messages, mais aussi ce biais, si humain, qui nous fait continuer à croire aux contes de fées.

Et Dieu dans tout ça ? En bonne entité omniprésente, il est évidemment le personnage idéal pour ces expériences narratives. Il se fond parfaitement dans tous les rôles que la société veut bien lui faire endosser. Comme son visage n'est jamais montré, il agit également comme un excellent miroir universel, un reflet de nous-même en quelque sorte.

Dieu en personne n'apporte peut-être pas LA réponse sur l'existence d'un dieu. Marc-Antoine Mathieu réalise néanmoins un nouvel album brillant, tant sur le fond que sur la forme.
Lien : http://www.bdgest.com/chroni..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimasson
  16 juin 2011
Dieu en personne est une bande dessinée jubilatoire dans le sens où, d'un point de vue plutôt érudit, elle mêle une somme de pensées variées sur le sujet du héros de notre histoire : Dieu.
On retrouve de nombreux propos philosophiques issus de Voltaire, d'Einstein, de Gustave Flaubert, de Jules Renard et bien d'autres, ainsi que les conséquences scientifiques que la découverte ou l'apparition de Dieu provoqueraient sur Terre. Identifié comme un phénomène de consommation de masse, universel et intemporel, Dieu trouve sa déclinaison dans divers ouvrages, émissions télévisées, parcs de jeux à thème et pièces de théâtre tout au long de cet ouvrage (qui n'échappe d'ailleurs pas à la règle).

Ici, difficile de s'attacher à un quelconque personnage, pas même à Dieu qui ne cesse de changer de visage au cours des chapitres. Cette bande dessinée s'adresse au cerveau du lecteur, et certainement pas à son coeur ou à ses sentiments.
Tout y est prétexte à joute verbale entre les détracteurs et les défenseurs de Dieu, entre Dieu lui-même et H-1, l'ordinateur le plus puissant du monde. Certainement pas non plus condensé de toutes les idées qui ont pu être émises à ce sujet, l'ouvrage proposera pourtant une fin judicieuse et assez intelligente…
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jamiK
  24 octobre 2015
Un dessin épuré, monochrome, un peu de philosophie, d'humour, un savant dosage de sophisme et de cynisme, un livre qui questionne et qui fait bien rire. J'ai passé un bon moment avec ce livre et je le conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          60
MickaB
  01 septembre 2015
Mon libraire me l'avait conseillé sachant que j'avais apprecié le chat du rabbin et que cette bd traitait egalement du spirituel à travers la venue de Dieu sur Terre. Je me suis au final pas mal ennuyé à lire cette BD. le sujet est tellement delicat que j'ai eu l'impression que l'auteur errait sans trop savoir quoi dire pour ne pas prendre position. L'analyse sur les methodes de communication actuelle est interessante avec Dieu pris en charge par une horde de conseillers mais le running gag revient inlassablement perdant ainsi de son interet... J'ai Dieu en personne chez moi maintenant c'est peut etre au final la seule note positive que je garderai de cette lecture. :-)
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14467 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre