AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Claudine Richetin (Traducteur)
EAN : 9782253145134
252 pages
Le Livre de Poche (30/11/-1)
4.02/5   76 notes
Résumé :
Je suis née en 1940 dans un harem à Fès." Ainsi commence le récit de Fatima Mernissi, évocation d'une enfance dans la médina d'une des cités les plus prestigieuses du Maroc.

À travers le regard curieux et volontiers frondeur d'une petite fille, c'est à une plongée dans l'univers clos des femmes que nous convie l'auteur. Des plus traditionnelles aux déjà féministes, anciennes esclaves ou combattantes contre les Français ou les Espagnols, conteuses pui... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 76 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Fatima Mernissi se rememore dans "Reves de femmes" son enfance a Fez, dans la maison ou vivaient sa grand mere paternelle, ses oncles, cousins, et autres parents, avec sa petite famille nucleaire. Un patio carre, avec une fontaine en son centre, entoure de chambres. Les portes et fenetres des chambres donnaient toutes sur ce patio. Aucune n'etait ouverte vers l'exterieur. Une maison aux allures de forteresse. C'etait un harem. Pas un harem imperial, cher a l'imaginaire et aux phantasmes des occidentaux, mais un harem familial, c.a.d. une maison ou vit une famille elargie.

Decrit-elle un monde revolu? Peut-etre ce genre de harem domestique existe encore en quelques endroits. Mais j'arrete d'extrapoler et me reporte au recit de Mernissi. Ce sont les annees 40 du XXe siècle. C'est une fillette qui apprend comment s'affirmer en tant que femme dans un monde qui la confine a l'interieur de frontieres antiques, demodees, donc craquelantes. Ces frontieres, ce ne sont pas seulement les hauts murs qui entourent la maison d'ou elle ne peut sortir que par permission speciale ou par effraction. le "houdoud", la frontiere, c'est surtout le respect aveugle de normes de conduite traditionnelles. Sa maitresse le lui enseignait: respecter le houdoud c'est avant tout obeir. Sans poser de questions.

Mais Mernissi est une petite fille curieuse de tout, qui s'etonne de tout, veut tout comprendre. Pourquoi sa mere deteste le harem familial et reve d'un petit appartement pour sa famille restreinte, son mari et ses enfants. Pourquoi sa mere, analphabete, lutte pour la faire passer de l'ecole coranique traditionnelle a une ecole moderne. Pourquoi elle lui rabache sans arret qu'elle se doit de devenir une femme moderne, independante , forte, surtout pas soumise comme elle. Pour comprendre, la petite Fatima s'appuie sur sa tante Habiba, divorcee et d'autant plus recluse. Habiba a le "hanan" (=affection, et surtout tendresse), qu'elle donne inconditionnellement, sans demander contrepartie. Et en plus c'est une grande conteuse. Les contes de la tante Habiba, tires des mille et une nuits, eveillent en elle des reves de femmes fortes et sages qui arrivent a etre les egales des hommes. Des reves d'avenirs fantastiques pour elle-meme. Ces contes sont doubles de petites saynetes qu'organise sa cousine Chama, admiratrice des premieres femmes "feministes" de Turquie et d'Egypte. Chama ne se revolte pas seulement contre le harem familial, comme sa mere, mais contre la condition de la femme au Maroc. La petite Mernissi a une autre conseillere aimee et admiree en la personne de sa grand-mere maternelle, Yasmina, qui vit dans une ferme a la campagne. Cette ferme est aussi un harem, dans le sens que plusieurs femmes partagent le meme mari, mais comme c'est a la campagne chacune d'elles est beaucoup plus libre de faire ce qu'elle veut et d'aller pratiquement ou elle veut. Comme il n'y a pas de murs, de frontieres physiques, les frontieres sociales sont aussi beaucoup plus laches. Mais Yasmina explique a sa petite fille que rien n'est jamais accorde sans un peu d'affirmation de volonte, sans un certain entetement, bref sans lutte.

A travers ses souvenirs Mernissi transmet non seulement le quotidien des femmes qui entourerent son enfance, mais aussi et surtout leurs reves, leurs esperances. Elle fait aussi allusion a la situation historique des annees 40: la partition du Maroc en protectorats francais et espagnol, le nationalisme (moderne) grandissant, la guerre entre chretiens qui fait rage hors du pays, l'arrivee de soldats americains. le tout vu par ses yeux de petite fille, et plus ou moins explique (et moins ou plus compris) par les grands.

Le livre charme. Il est bien ecrit (malgre quelques passages longuets). En plus, bien qu'on n'entende que la voix d'une petite fille, on sent les preoccupations (sinon les jugements) de la sociologue universitaire, de la feministe engagee qu'est devenue Mernissi. Il faut dire que son parcours de vie peut etre edifie en modele: fille et petite fille de femmes analphabetes, elle n'a parle que l'arabe jusqu'a ses vingt ans. Decidee a franchir – entre autres frontieres – la barriere de la langue, elle a reussi a en dominer plusieurs, ecrivant – apres des etudes en Sorbonne et a Brandeis – exclusivement en francais et anglais. Et je le repete: ecrivant bien. Ce livre est bien ecrit (ce n'est pas que mon avis. D'autres critiques le partagent). Il charme tout en faisant grincer les dents. Un livre charmeur et combatif en meme temps: que peut-on demander de plus?

Commenter  J’apprécie          635

Rêves de femmes, c'est l'évocation de l'enfance de l'autrice, Fatima Mernissi, alors une fillette dans un harem marocain au milieu du XXe siècle. Les souvenirs de la Seconde guerre mondiale sont encore vifs dans les esprits, tellement qu'ils se confondent avec le présent. On y retrouve la petite Fatima, ses parents, oncles, tantes, cousins et, bien sûr, le grand-père, le patriarche de la famille, avec ses épouses. Il y a celle qui vient du Rif, dans le nord montagneux, robuste, l'autre qui vient de la ville puis, enfin, celle qui vient de Maurétanie, aux coutumes étranges mais qui a toujours des histoires originales à raconter. Parlant d'histoires, l'enfance de la petite Fatima est bercée par celles-là, mais surtout par les contes des Mille et une nuits (en particulier celui de la princesse Budur, qui s'est travestie pour protéger sa vie et son existence. Toutes illettrées parce que l'essentiel, c'est d'être belle et de divertir… C'est ce à quoi est destiné la fillette?

Pour l'instant, La petite Fatima ne pense pas si loin. Elle vit une enfance (sur)protégée, enfermée dans une cage dorée, elle s'amuse avec son cousin Samir (encore assez jeune pour aller et venir comme il le veut dans le harem des femmes). En tant que lecteur, nous découvrons cet univers avec elle. La montée du nationalisme en Égypte, la rivalité entre les chanteuses Asmahan et Oum Kelthoum, les escapades au cinéma, etc. Et, à l'image du lecture, Fatima devient une fine observatrice du monde qui l'entoure. La vie en communauté, avec l'épouse principale du patriarche qui régente la vie de toute la famille, les changements apportés par les français, au niveau technologique (radio, cinéma) mais aussi sociétal (fin de l'esclavagisme). Et féministe? Les femmes veulent augmenter « leur pouvoir de séduction, se coiffer avec une frange pour ressembler à l'actrice française Claudette Colbert, ou bien comploter des escapades […] » (p. 169)

Cette reconstitution de ce monde (presque) révolu, l'autrice Fatima Mernissi a su le créer en fouillant dans ses souvenirs, en choisissant ceux qui sont les plus évocateurs et en les agençant pour en former un tout cohérent. Surtout, son écriture est si fluide. Je n'aime pas ce mot, trop souvent utilisé, mais aucun autre ne semble convenir ici. Pendant ma lecture, c'est comme si je glissais entre les souvenirs et les événements. Et que dire du ton intimiste? J'avais l'impression de faire partie de la famille. de plus, même si l'autrice dépeint un univers différent du mien, passé et étranger (du moins, pour un lecteur occidental, nord-américain de surcroît), elle réussit à le rendre compréhensible, accessible… familier? Décidément, ce mot revient et revient.

Toutefois, plus les années passent, plus elle s'interroge sur le monde des adultes et sa place dans le monde. Elle grandit, commence à s'intéresser à des recettes de beauté, à l'image qu'elle projette (comme ses tantes illettrées). Samir grandit aussi, on l'éloigne du harem des femmes. Fatima elle aimerait également voir ce qu'il y a au-delà mais on l'en empêche. Elle ne comprend pas pourquoi, jusqu'à ce moment, son cousin pouvait fréquenter le harem des femmes ni pourquoi, elle, ne pourrait éventuellement aller du côté des hommes. La réponse des femmes? « L'enfance, c'est quand les différences ne comptent pas. À partir de maintenant, vous ne pourrez plus y échapper. Vous serez gouvernés par cette différence. le monde va devenir impitoyable. » (page 232)

C'est terrible, comme une sentence. du point de vue de la fillette et du mien. Fatima comprend alors avec douleur les différents traitements entre les sexes. Elle ne semble pas s'en satisfaire. le roman se termine sur cette note un peu amère. Toutefois, c'est compensé par le fait que l'histoire a donné raison à la petite Fatima, la grande majorité des femmes ne sont plus contraintes comme l'étaient celles de cette maison de Fez. D'ailleurs, l'autrice elle-même a pu s'en échapper, est devenue sociologue, travaille à l'université. Son oeuvre a été traduite dans une dizaine de langues.

Commenter  J’apprécie          280

C'est un livre débordant d'intelligence, d'humour et de sensibilité commençant par « je jouais à I-msaria b-Iglass, un jeu que j'ai inventé à cette époque et que je trouve encore très utile à présent »

C'est un livre qui qui transmet non seulement le quotidien des femmes qui entourèrent l'enfance de Fatema Mernissi , mais aussi et surtout leurs rêves, leurs espérances.

Elle montre magnifiquement les conditions de vie des femmes, les couleurs, les parfums, les rites, le poids des traditions, et surtout les rêves des femmes qui tentent, par le rêve, d'abattre les murs que les hommes ont élevés pour les enfermer.

Sans oublier qu'Elle fait aussi allusion à la situation historique des années 40: la partition du Maroc en protectorats français et espagnol, le nationalisme (moderne) grandissant, la guerre entre chrétiens qui fait rage hors du pays,l'arrivée de soldats américains.

Il y a des pages très belles, sur la vision du ciel depuis la cour carrée, sur les rites de leur vie, la cuisine, la broderie, le hammam, sur la vie dans la médina de Fès, sur la ville de Marrakech, sur les montagnes de l'Atlas.

Mais c'est surtout un livre qui décrit une société luttant contre les droits de la personne, c'est un instrument de combat contre le pouvoir caché derrière la tradition. D'ailleurs on remarque bien que le côté sociologue et féministe engagée de Fateme mernissi prend souvent le dessus pour expliquer et épuiser ses sujets.

Commenter  J’apprécie          160

Courte, dense, passionnante, fiction et réalité, histoire d'une femme, histoire d'une famille, histoire du Maroc vers l'indépendance et le nationalisme apportant dans ses bagages, un combat en entraînant un autre, l'éducation et sa conséquence l'émancipation des femmes et l'ouverture d'une société vers ce qui n'était pas là hier. Des yeux d'une petite fille décrivant son monde, le livre devient lutte contre une société luttant contre les droits de la personne, commencé comme un conte avec Shéhérazade, l'ouvrage devient instrument de combat contre le pouvoir caché derrière la tradition.

Pour raconter cette période, Fatima Mernissi ( فاطمة مرنيسي), née à Fès dans un harem au sein d'une famille de la haute bourgeoisie marocaine, universitaire et sociologue reconnue internationalement autant de par ses ouvrages que par son action civique. Tout, dans sa délicate écriture, démontre son amour et son respect pour sa famille, le Maroc, son histoire et sa religion.

Mais l'amour se nourrit de liberté. Cet appel à la liberté individuelle, liberté de choix devient un combat lorsque la société refuse à l'amour, la liberté, et lui offre l'enfermement. La magie des mots portera son rêve : “Je me ferai magicienne. Je cisèlerai les mots, pour partager les rêves avec les autres et rendre les frontières inutiles”.

Fatima Mernissi nous prend par la main nous entraînant dans un monde inconnu et pourtant aujourd'hui si proche. Il faudra de l'attention au lecteur occidental pour ne pas caricaturer de par ses propres grilles de lecture les propos et les situations.

Ce livre est un ouvrage incontournable pour tous les européens qui voudraient tenter de comprendre nos voisins.

Lire l'article complet sur le blog.


Lien : http://www.quidhodieagisti.fr
Commenter  J’apprécie          190

Une phrase de ce récit le résume bien :" Je cisèlerais les mots, pour partager le rêve avec les autres et rendre les frontières inutiles ". Fatima Mernissi a ciselé les mots pour décrire la vie dans le harem Marocain d'une famille de Fès, dans les années 1940/1950. Elle montre magnifiquement les conditions de vie des femmes, les couleurs, les parfums, les rites, le poids des traditions, et surtout les rêves des femmes qui tentent, par le rêve, d'abattre les murs que les hommes ont élevés pour les enfermer. Ce n'est pas le harem d'un sultan avec un grand nombre de femmes lascives, attendant le bon vouloir du maître, image d'Epinal du harem dans l'esprit des occidentaux, mais plutôt la vie dans la maison d'une grande famille, ou les hommes, père, oncle de l'enfant narratrice, sont entourés de plusieurs épouses, mères, tantes, grand-mères. Les femmes y sont enfermées et sur la terrasse elles tiennent des conversations, elles commentent leurs conditions, s'affrontent entre générations construisent autour des conteuses des pièces de théâtres, lisent et relisent les contes des Mille et une nuits, font l'éducation des enfants, et rêvent de cinéma, de chansons, de danse, de vie à l'occidentale, de liberté, d'éducation. Il y a des pages très fortes sur l'origine du harem, sur le poids des traditions qui forme autour de ces femmes un harem invisible, sur la vision musulmane des communautés juives et chrétiennes, sur la présence des français colonisateurs. Il y a des pages très belles, sur la vision du ciel depuis la cour carrée, sur les rites de leur vie , la cuisine, la broderie, le hammam, sur la vie dans la médina de Fès, sur la ville de Marrakech, sur les montagnes de l'Atlas. Fatima Mernissi a publié ce livre dans les années 90, depuis elle a continué à écrire sur la condition des femmes dans le monde musulman.

Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Laissons terminer Fatima Mernissi décrire son combat qui est aussi le nôtre :
“Le concept de harem est intrinsèquement spatial, c’est une architecture où l’espace public, dans le sens occidental du terme, est inconcevable, car il n’y a qu’un espace intérieur où les femmes ont le droit d’exister et un espace masculin extérieur d’où les femmes sont exclues. C’est pour cela que la bataille actuelle de la démocratisation du monde musulman se focalise et tourne jusqu’à l’obsession autour du voile et l’enfermement symbolique des femmes (le monde arabe a l’un des prolétariats féminins les plus misérables du monde), et que dans les sociétés où la crise de l’Etat et sa remise en question sont radicales comme en Algérie, on n’hésite pas à tirer sur celle qui se dévoilent. Car l’accès des femmes dévoilées à la rue, l’école, le bureau et le Parlement est un acte hautement politique et révolutionnaire, comme une revendication immédiate, non-voilée d’un espace public. Une femme voilée accepte la règle, le voile signifie :“ je traverse rapidement et secrètement cet espace que je reconnais être masculin”. Celle qui se dévoile se revendique comme citoyenne, et bouleverse du coup toute l’architecture non seulement sexuelle mais aussi politique, recréant donc par ce petit geste symbolique un Etat musulman qui reconnait l’existence d’un espace public. […]
On peut résumer la bataille qui se déroule de nos jours dans le monde musulman autour de la démocratie et des droits de la personne, comme une bataille pour la création d’une espace public, chose totalement étrangère à la culture politique musulmane. Dans e modèle, l’homme est aussi politiquement voilé, car l’espace public est rejeté comme étranger à la nature du système.
Commenter  J’apprécie          330
La dignité c'est d'avoir un rêve, un rêve fort qui vous donne une vision, un monde où vous avez une place, où votre participation, si minime soit-elle, va changer quelque chose.
Vous êtes dans un harem quand le monde n'a pas besoin de vous.
Vous êtes dans un harem quand votre participation est tenue pour si négligeable que personne ne vous la demande.
Vous êtes dans un harem quand ce que vous faites est inutile.
Vous êtes dans un harem quand la planète tourne et que vous êtes enfouie jusqu'au cou dans le mépris et l'indifférence
Une seule personne a le pouvoir de changer cette situation et de faire tourner la planète en sens inverse, et c'est personne c'est vous.
Commenter  J’apprécie          720
Debout et libre
“Il faut que tu lui tiennes tête les cheveux découverts. Il ne sert à rien de se couvrir la tête et de se cacher. Ce n’est pas en se cachant qu’une femme peut résoudre ses problèmes. Elle devient au contraire une victime toute désignée. Ta Grand-mère et moi avons assez souffert avec cette histoire de masque et de voiles. Nous savons que cela ne marche pas. Je veux que mes filles aillent la tête haute sur la planète d’Allah en regardant les étoiles.”
Commenter  J’apprécie          370
”Tant elle (sa mère) était soucieuse de me voir échapper à la tradition : Les projets d’une femme se voient à sa façon de s’habiller. Si tu veux être moderne, exprime-le dans les vêtements que tu portes, sinon tu te retrouveras enfermée derrière des murs. Certes les caftans sont d’une beauté inégalable, mais les robes occidentales sont le symbole du travail rémunéré des femmes”.
Commenter  J’apprécie          330
Tante Habiba était persuadée que si les hommes portaient des masques de beauté au lieu de masques de guerre, le monde serait bien meilleur.
Commenter  J’apprécie          480

Video de Fatima Mernissi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fatima Mernissi
Vidéo de Fatima Mernissi
autres livres classés : marocVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
451 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre