AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371190594
Éditeur : Piranha (24/08/2017)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Tout oppose Maud et Tim. Fille unique de parents modestes, Maud est une scientifique brillante. Issu d’une famille nombreuse, aisée et fantasque, Tim passe ses journées à jouer et composer de la musique. Elle est secrète, réticente à la vie. Il est exubérant et exprime ouvertement ses sentiments. Réunis par leur passion commune, la voile, ils finissent pourtant par former un couple puis une famille. Lorsqu’une terrible tragédie les frappe, chacun réagit à sa manière... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  29 janvier 2018
Maud fille unique de parents modestes, enseignants, rencontre Tim , issu d'une famille nombreuse, aisée et fantasque . Tout les oppose.
Réunis par leur passion commune: la voile, ils ne tardent pas à former un couple puis une famille .
Lorsqu'une tragédie les frappe , ils réagissent chacun à leur manière.......
Voici un ouvrage atypique, énigmatique à l'écriture particulière où on "entend" plus les mots qu'on ne les lit , nous avons l'impression d'assister à un bande filmée sans le son : de très longues séquences visuelles !
Le choix de la 3éme personne et l'utilisation du présent de l'indicatif forcent cette impression.
On écoute les mots et on s'immerge au sein de cette narration distante et impersonnelle , le récit prend corps ........
L'auteur s'attache au personnage de Maud, cette scientifique brillante et distante aux événements, absente, qui intériorise tout même la "tragédie," le drame" qui la frappe,.
Elle apparaît infiniment mystérieuse , pudique, insaisissable.
On ignore si elle souffre, on ne sent pas sa colére,encore moins sa joie et sa tristesse .
Ce qui m'a gênée en temps que femme et mère !
Tim est tout le contraire , insouciant , musicien , issu de parents aisés qui passe ses journées à composer de la musique et à jouer !
Il est amoureux du sexe, fantasque , sait traduire ses sentiments , il a dit à Maud , une fois "Les hommes se plaignent tout le temps des femmes qui parlent tout le temps. Mais moi, j'ai l'extraordinaire femme qui ne parle pas ".........
Lors de la "tragédie " , Tim ne surmonte pas sa douleur et se réfugie chez ses parents .
L'auteur évoque les problémes de la vie de couple, le rapport aux beaux - parents, la science, le désir et le sexe, un petit côté fantastique à la fin de l'ouvrage très ouverte .......
C'est un livre original que j'ai failli abandonner plusieurs fois.Ce récit intimiste est déroutant , le style est froid, l'auteur restitue l'histoire sans chercher à la magnifier ni à l'embellir .
Lorsque aux deux tiers du livre Maud tente de se reconstruire, lors de sa navigation solitaire et ses aventures au Grand large , le récit regorge de descriptions techniques et de jargon maritime , qui paraissent superflues ..........pour une personne peu adepte du vocabulaire maritime ........Elle rencontre un mini village uniquement peuplé d'enfants ...... fantastique , étrange .".La nuit la mer n'est qu'un bruit ", livre original ,et surprenant , emprunté à cause du titre et la 1ère de couverture est une fresque sur la difficulté d'aimer , la perte et le deuil,
la fuite en dedans de soi , la faculté de communiquer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
dedanso
  02 octobre 2017
La nuit, la mer n'est qu'un bruit est un roman vraiment très étrange. Je ne sais ce qui est le plus perturbant, de l'écriture d'Andrew Miller ou de son personnage principal, tous les deux assez hermétiques.
Tim, solaire, rencontre Maud, taciturne, et leur passion commune pour la navigation va les rapprocher, jusqu'au drame qu'ils devront tenter de surmonter, chacun à sa façon.
Dès les premières lignes, l'on sent que le style d'écriture va poser problème, qu'il va falloir s'immerger totalement dans le récit pour espérer l'apprécier. Le choix de la troisième personne et du seul présent de l'indicatif rend la narration assez impersonnelle et froide. L'utilisation d'un vocabulaire marin pointu peut également poser problème pour les novices comme moi. Je pense qu'il faut en fait "écouter" ces mots sans forcément les comprendre, n'en garder que la poésie.
Ce fut laborieux en ce qui me concerne, mais j'ai fini par y prendre goût à partir du moment où le récit s'attache seulement au personnage de Maud. Là le style sert à la fois l'histoire et le personnage.
Et quel personnage ! Maud m'est d'abord apparue comme tout à fait agaçante, sa distance, sa froideur et sa passivité donnant l'impression qu'elle manque cruellement d'empathie. Ce qui devient très problématique (peut-être encore plus lorsque l'on est maman soi-même) lorsque Maud devient mère. Ce personnage est un vrai mystère ! Puis j'ai appris à l'aimer, à comprendre certaines de ses réactions, à supputer l'origine de cette manière d'être.
Je pourrais ajouter quelques mots pêle-mêle sur : la vie de couple, le rapport à la belle-famille, la navigation en pleine mer, la science, le travail et les liens collègues/hiérarchie, le sexe et le désir, l'accouchement, le petit côté fantastique que l'on retrouve par touches puis à la toute fin du récit...
J'avoue avoir d'abord pensé abandonner ma lecture. Impossible cependant puisque ce récit m'a été offert dans le cadre d'une masse critique : je me devais d'aller au bout pour les éditions Piranha et Babelio, que je remercie pour ce partage. Puis Maud a pris le large et m'a embarquée avec elle à bord du Lodestar, et c'est là que tout a changé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Metehera
  09 octobre 2017
La nuit, la mer n'est qu'un bruit est un roman de Andrew Miller, publié aux éditions PIRANHA le 24/08/2017.
Je tiens à remercier Babélio (via son opération Masse critique) et les éditions PIRANHA qui m'ont permis de découvrir ce livre qui me faisait tant envie.
Disclamer : Même si j'ai reçu ce livre gratuitement en échange d'un avis pour le site Babélio (opération masse critique), je tiens à signaler que mon avis est toujours sincère et le plus objectif possible.
En lisant le résumé, ce roman m'a tout d'abord intrigué puis j'ai eu très vite envie de le lire.
Dès les premières lignes j'ai compris qu'entre le résumé et l'histoire, il y avait un océan. Peut-être aurais-je du lire des extraits des livres déjà publié de l'auteur pour me faire une idée de son style ? Ou peut-être avais-je placé la barre trop haut ?
Quoi qu'il en soit, je n'ai pas été conquise par ce livre. Ça c'est le moins qu'on puisse dire et je vais vous expliquer pourquoi.
Premier point : le problème du résumé. Dans celui-ci on nous explique que Maud et Tim après avoir subi une énorme épreuve vont réagir différemment à celle-ci. Sauf que le livre ne débute pas au moment, ou peu de temps avant, qu'ils subissent cette épreuve mais bien lorsque Maud et Tim se mettent en couple. Cela ne peut paraître qu'un détail mais dans les faits, cette partie occupe presque un bon tiers du roman !
Second point : le style de l'auteur. Je l'ai trouvé un peu brouillon, cynique (trop pour moi) et pas assez direct. L'auteur abuse trop souvent de périphrase et de détails inutiles, au lieu d'aller à l'essentiel.
Troisième point : les personnages. le personnage principal est censé être Maud mais jamais on ne sait vraiment ce qu'elle pense. Plusieurs personnages vont partager ce qu'ils pensent d'elle et vont même aller jusqu'à interpréter ses « intentions » sans jamais lui demander directement ce qu'elle, elle veut.
L'auteur va très loin dans les « souffrance » et les épreuves qu'il inflige à son personnage (Maud), à tel point, que j'en suis venu à me poser la question s'il ne voulait pas régler ses comptes avec la gente féminine …
Dernier point et plus personnel celui-ci : J'ai trouvé qu'il y avait trop de narration et pas assez de dialogue. Alors, oui je sais que c'est un parti pris mais moi j'ai beaucoup de mal avec ce style narratif.
Je tenais, tout particulièrement, à donner mon avis pour aider de potentiel lecteurs(lectrices) à savoir s'ils avaient envie de lire ce livre.
Vous l'aurais compris, je suis plus que dubitative sur ce roman. Je ne conseillerais ou ne déconseillerais donc pas de le lire parce que chacun est libre de se faire son propre avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
coquinnette1974
  06 octobre 2017
Merci à Net Galley et les éditions Piranha de m'avoir permis de découvrir ce roman.
J'ai un peu tardé à le lire car en fait, j'ai eu énormément de mal à accrocher au début. Et il a fallu que je me force par moment pour le lire !
Je me suis quand même décidé à le lire, et mon avis est assez mitigé.
J'ai difficilement accroché au rythme, trop lent à mon goût. Quand aux personnages, ils m'ont laissé un peu indifférentes. Notamment Maud, une femme décidément très difficile à cerner.
L'écriture m'a semblé plate par moment, bref je crois que vous l'aurez compris j'ai vraiment eu du mal à apprécier ce livre.
Je mets deux étoiles et demie.
Commenter  J’apprécie          130
RamonaLisa_Reads
  07 juin 2017
C'est l'histoire d'une histoire d'amour où l'amour ne s'exprime pas. Ou en tout cas, sans réciprocité. Pas nécessairement qu'il ne soit pas partagé, en fait, on n'en sait même rien, mais il ne se manifeste que du côté de Tim. Ce qui, on peut s'y attendre, le plonge dans un certain désespoir, dans une solitude que Maud ne perçoit même pas.
Et justement, Maud, dans tout ça ?
Et bien, c'est tout le mystère de ce roman. Tout au long du récit, Maud reste un personnage fuyant, mystérieux, insaisissable. A la fois assertive et absente. Aucune émotion ne semble jamais la traverser. Jamais de colère, de tendresse, de joie. A quelques moments, fugaces, on devine de la tristesse. Parfois. Peut-être.
La présence de Maud dans ce récit est marquée par son absence. Et ça m'a un peu dérangée.
J'ai aimé la première partie du roman, qui est construite autour des difficultés relationnelles de Maud, en particulier autour de son couple bancal. Mais s'agit-il vraiment de difficultés relationnelles ? Plutôt une incapacité à entrer en relation avec qui que ce soit. Sans que, manifestement, cela n'engendre de tristesse chez elle. Non, c'est plutôt pour les autres, que le problème se pose. Ceux qui, comme Tim, essaie de rentrer dans sa vie, et qui, malgré la promiscuité apparente, physique parfois, ne parviennent même pas à l'effleurer.
Il y a quand même quelque chose qui trouve grâce dans le coeur de Maud : c'est la navigation. La mer, son bateau, eux seuls semblent parvenir à se lier à elle, à l'emporter, à lui permettre de baisser la garde. Et de lever le voile (ou la voile ?) sur quelques fragments de son passé, qui, s'ils peuvent vaguement donner quelques pistes sur le pourquoi de cette atrophie émotionnelle, n'entame rien du mystère autour de Maud.
Et justement, j'aurais aimé apprendre à la connaître davantage. J'ai terminé le livre en ayant le sentiment d'être passée, moi aussi, comme tous les personnages de ce roman, à côté d'elle. Je n'ai même pas pu avoir de l'antipathie pour elle. Comme la mer, c'est comme si tout glissait sur elle.
J'ai également été mise à distance par la structure du récit. Si le premier tiers se concentre sur la vie terrestre de Maud et de son couple, le roman dérive ensuite sur des aventures maritimes. J'y ai retrouvé des échos du Vieil Homme et la Mer et de Sa Majesté des Mouches, et je m'y suis ennuyée, en particulier quand il était question de descriptions techniques, bourrées de jargon maritime, donnant lieu à des phrases telles que : "Il y a un génois qu'elle pourrait baguer sur le faux-étai (...). Un autre foc, qui a déjà été bien réparé autour de l'armure et un petit tourmentin, passablement raide et buriné, mais sans signe de faiblesse apparent". Les descriptions techniques, très nombreuses, se rajoute au personnage hologrammatique de Maud pour donner un récit qui manque de corps, de chair, de substance.
J'aurais préféré qu'Andrew Miller recentre sa narration sur l'histoire de Maud et Tim, qu'il aille plus loin dans l'analyse de leur relation, de leur solitude respective, et qu'il raconte, avec sa plume à lui, à quel point on peut se sentir seul-e quand on est mal accompagné-e.
Lien : https://ramona-lisa-reads.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Annette55Annette55   29 janvier 2018
"J'espère que vous me pardonnez d'utiliser le mot "Vérité ". Dès que je dis"Vérité ",je m'attends à ce que les gens demandent"Qu'est ce que la Vérité ? Est-ce que la "Vérité existe"? Imaginons qu'elle existe. Le mot existe, par conséquent le sentiment existe .......
Commenter  J’apprécie          121
_Ness_Ness   21 juillet 2017
Tout ce à quoi elle aboutit, en guise de réponse, c’est qu’elle était bien idiote d’imaginer qu’elle pourrait naviguer libérée de tout. N’est-ce pas l’une des règles de la fuite ? Ne jamais considérer que ce qu’on fuit est, d’une certaine façon, devant soi ?
Commenter  J’apprécie          00
MarieKeyMarieKey   29 juillet 2017
Il lui a dit une fois : « Les hommes se plaignent tout le temps des femmes qui parlent tout le temps. Mais moi, j’ai l’extraordinaire femme qui ne parle pas. »
Commenter  J’apprécie          00
MarieKeyMarieKey   29 juillet 2017
Un grand oiseau vert descend la piste. Il porte la lumière sur son dos. C’est comme apprendre le vert pour la première fois.
Commenter  J’apprécie          00
MarieKeyMarieKey   29 juillet 2017
A-t-elle jamais été tenue par qui ou quoi que ce soit comme la tient la mer ?
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Andrew Miller (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrew Miller
Dernier requiem pour les innocents de Andrew Miller aux éditions Pocket
Paris, 1785. Une odeur pestilentielle s'est emparée du c?ur de la capitale. Des caves avoisinantes aux étals des marchands, le cimetière des Saints-Innocents déborde, pourrit à ciel ouvert, contamine tout le quartier. À Versailles, on s'inquiète. Chargé de résoudre le problème, le jeune ingénieur normand Jean-Baptiste Baratte plonge au c?ur du Paris des petites gens et des commerçants qui vivent autour du cimetière, et se met à l'ouvrage. Mais pour transférer les fosses vers les catacombes de Denfert, il devra livrer au conservatisme et à la superstition une bataille féroce. Pour faire enfin briller quelques Lumières, au milieu des charniers...
http://www.lagriffenoire.com/51421-romans-dernier-requiem-pour-les-innocents.html
Vous pouvez commander Dernier requiem pour les innocents sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : navigationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre
.. ..