AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Moliterni (Préfacier, etc.)Édouard François (Traducteur)Anne Frognier (Traducteur)Frank Reichert (Traducteur)
ISBN : 2743609214
Éditeur : Payot et Rivages (31/01/2002)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Préfacé par Claude Moliterni, cet album retrace le rôle prépondérant du personnage des Peanuts : Lucy. Enfant terrible de la BD de Schulz, Lucy est une véritable teigne. Pourtant, Schulz décide de lui conférer le rôle de psychiatre dans le monde loufoque des Peanuts. C'est à elle désormais que les Peanuts raconteront leurs rêves sans pour autant oublier la rémunération de cinq cents que... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Jmlyr
  22 septembre 2017
Ah, là, j'exulte ! Même si la petitesse des cases me fait mal aux yeux... mais si, j'ai mes lunettes !
Je jubile totalement, quelle chipie indécrottable cette Lucy, et pitié, si vous avez besoin d'un psy, elle est à éviter absolument ! Tout transfert est fortement déconseillé !
Certains s'y sont risqués, ils ont « morflé ».

Je me souviens bien maintenant, pour l'avoir lu petite : c'est de là qu'est venu mon attrait pour tout ce qui touche à la psychologie ! De là à en déduire que je m'étais identifiée à elle, je ne vous y autorise pas !
Commenter  J’apprécie          774
Takalirsa
  05 janvier 2018
Après avoir renoué avec les Peanuts grâce au film d'animation sorti en 2015, je me replonge dans les aventures originales de Snoopy et de sa bande. Dans ce volume, c'est Lucy le « spécimen » qui est au centre des gags avec son stand psychiatrique à 5 cents. Fidèle à elle-même, elle joue tour à tour les pingres (elle réclame impitoyablement son dû bien que ses conseils soient très contestables!), les indifférentes (la plupart du temps, les soucis de ses petits clients l'ennuient), et peut même se montrer très méchante (elle n'hésite pas à frapper son frère Linus, s'amuse à retirer le ballon au moment où Charlie shoote dedans). Cependant on la découvre ici et là plus tendre et vulnérable, notamment lorsqu'elle est en compagnie de Schroeder le pianiste dont elle est amoureuse (sans retour). Elle se laisse même prendre par surprise par un bisou de Snoopy ! Certaines saynètes sont très drôles, par exemple lorsqu'elle confisque la gamelle de ce dernier faute de recevoir sa pièce (« - Tu crois t'en sortir sans payer ta note du médecin ? Eh bien, tu sais ce que je vais faire ? Je séquestre ta gamelle ! - OUIN ! »).
Cependant la principale (et préférée) victime de Lucy est bel et bien Charlie Brown. Il faut dire que le garçonnet est exaspérant avec son âme déjà torturée du haut de ses cinq ans ! On oublie vite d'ailleurs que tous ces personnages ne sont que des enfants tant leurs préoccupations semblent adultes. Charlie manque énormément de confiance en lui, et on ne peut pas dire que sa « psychiatre » l'aide beaucoup : « - Je t'ai bien rendu service ! Je t'ai indiqué tous tes défauts ! »... Il lui arrive aussi d'être désabusée : « - J'ai parfois la nette sensation que je suis en train d'évacuer une partie de mes problèmes d'enfance. - C'est bien, Charlie Brown, ainsi, tu seras prêt pour les problèmes de l'adolescence, ceux de la jeunesse, ceux du mariage, ceux de l'âge moyen, ceux de l'âge mûr et ceux de la vieillesse... ».
Malgré tout le livre se termine dans le rire, même si c'est encore aux dépens de ce pauvre Charlie :
Charlie : - En fait, je me demande si je serai capable un jour d'apprendre à être le roi de la fête !
Lucy : - TOI ? HA HA HA HA HA ! (...) Excuse-moi, ça m'a échappé... Où en étions-nous ? Ah oui, je me souviens... Toi ? le roi de la fête ? HA HA HA HA !
(...)
Sally : - Alors, comment s'est passée ta séance chez le psychiatre ?
Charlie : - Je lui ai demandé si je serai capable un jour d'apprendre à être le roi de la fête et...
Sally : - TOI ? HA HA HA HA !
Sans conteste, et malgré les années (le comic-strip a été créé dans les années 1950), « le docteur est là ! ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
WiniFRED
  17 janvier 2018
Depuis 1950, c'est plusieurs générations de jeunes (et moins jeunes) lecteurs et téléspectateurs qui ont été séduites par l'univers des Peanuts, créé par Charles M. Schulz. Comme tout le monde, il m'a été impossible d'y échapper.
Les Peanuts, ce sont les extraits animés présents sur la VHS de Banjo (le chat malicieux), que je regardais en boucle à l'époque où je fréquentais encore la cour d'école. Les Peanuts, c'est le film d'animation 3D, sorti en 2015. C'est ce sweat et ce polo de la collection Lacoste X Peanuts, ces paires de baskets et tennis de la collaboration Vans X Peanuts, que je porte (fièrement) parfois. Les Peanuts, c'est cette rencontre inopinée avec Charlie Brown et Lucy van Pelt au parc Universal Studios Japan à Ōsaka. En résumé, Les Peanuts, c'est une énorme madeleine de Proust !
…Et Lucy psychiatre, c'est avant tout Lucy van Pelt ! Personnage bleu et noir, mais néanmoins haut en couleur, qui fait depuis toujours l'objet de toute mon affection. Évidemment, je n'ai pas pu résister en tombant fortuitement sur la réédition, alors que je parcourais les étalages. Comment ne pas succomber aux crises d'hystérie et d'autoritarisme de Lucy van Pelt, tourmentant tour à tour Charlie Brown et sa bande ? Et surtout, comment ne pas esquisser de sourire lorsque Lucy van Pelt joue les psychiatres de bas étage, derrière son stand de limonade, indifférente aux problèmes existentiels de ses comparses ?
Mais c'est surtout l'interaction des personnages de Lucy van Pelt et de Charlie Brown, l'antagonisme de leurs tempéraments, qui fait tout l'intérêt de Lucy psychiatre. Avec sa guigne légendaire et son accablement constant, Charlie Brown incarne le patient/souffre-douleur idéal pour l'insolente Lucy. On se délecte de la voir dispenser ses conseils et sa vision singulière de la vie (qu'elle compare alternativement à un jeu, une maison, un lac, un transat, etc.) à un Charlie Brown toujours plus névrosé et désabusé. de temps à autre, on irait même jusqu'à déceler une pointe de vérité parmi les homélies espiègles déclamées par l'auto-proclamée doctoresse.
C'est pourquoi je ne suis pas à l'aise à l'idée de m'être montré aussi rude au moment de la notation de Lucy psychiatre : ★★★☆☆. le fait est que je ne suis pas un habitué des comic strips et autres bandes dessinées. Je ne puis que me résigner face à cette implacable réalité : je reste majoritairement hermétique au potentiel désopilant des nombreuses situations. Il est probable que la concision du format des quatre vignettes y soit pour quelque chose, de même que la répétition de gags éculés perdant à mesure de leur intérêt premier.
Malgré ce bref réquisitoire, Lucy psychiatre comblera tout lecteur en recherche de douce nostalgie (ce qui valait bien une ★) ou désireux de retrouver l'illustre Lucy van Pelt (qui à elle seule vaut ★★) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Estellecalim
  04 juillet 2013
Imprimés en noir et blanc, ces livres présentent des strips de 4 cases très efficaces publiés à l'origine dans des quotidiens américains.
Ces volumes montrent des strips très différents de la bande dessinée de notre enfance.
Alors que celle-ci est légère et privilégie les dessins où figurent Snoopy et son ami Woodstock, ou les préoccupations de joueur de base-ball de Charlie Brown, les volumes des éditions Rivages sont plus proches des petites BD satyriques du type Mafalda, par exemple.
Ce ne sont pas toujours des gags très compréhensifs par des enfants, mais pour un adulte, c'est très drôle.
J'aime particulièrement Lucy psychiatre car la psychanalyse est vivement critiquée et c'est très drôle. Les petites leçons de philosophie de cette petite fille de cinq ans me font rire, sourire, et parfois réfléchir. Tous les sujets sont abordés de manière naîve mais fine et les planches font quasiment toutes mouches.
Un bon petit moment de lecture en perspective si vous craquez pour l'un des volumes de cette collection.
Lien : http://lirerelire.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
JmlyrJmlyr   22 septembre 2017
Charlie Brown :
– La vie est dure. Et j’ai l’atroce pressentiment qu’elle ne va pas s’adoucir en grandissant. Comment faire pour me protéger ?

Lucy :
– Essaie de mettre un casque…
ça fera cinq cents.
Commenter  J’apprécie          427
JmlyrJmlyr   22 septembre 2017
(Sur le stand de Lucy est inscrit « Le Docteur est LÀ »)

Linus :
– Quand tu dis « Le docteur est là, fais-tu allusion à sa place dans la société ? Veux-tu dire qu’il est “là” comme certains passetemps “se posent là” tandis que d’autres seraient “dépassés”, selon les gens instruits et branchés ? Ou bien…

(Lucy lui colle directement un coup de poing)

Linus :
– Moi qui croyais tous les médecins patients, humains et compréhensifs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JmlyrJmlyr   22 septembre 2017
Lucy :
– Je pense que tu devrais t’efforcer d’améliorer ton caractère, Charlie Brown… Avant cinq ans, le caractère d’un enfant est presque déjà forgé…

Charly Brown :
– Mais j’ai déjà cinq ans ! Et même plus !

Lucy :
– Dommage… mais c’est la vie !
Commenter  J’apprécie          70
TakalirsaTakalirsa   05 janvier 2018
Charlie : - En fait, je me demande si je serai capable un jour d'apprendre à être le roi de la fête !
Lucy : - TOI ? HA HA HA HA HA ! (...) Excuse-moi, ça m'a échappé... Où en étions-nous ? Ah oui, je me souviens... Toi ? Le roi de la fête ? HA HA HA HA !
(...)
Sally : - Alors, comment s'est passée ta séance chez le psychiatre ?
Charlie : - Je lui ai demandé si je serai capable un jour d'apprendre à être le roi de la fête et...
Sally : - TOI ? HA HA HA HA !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JmlyrJmlyr   22 septembre 2017
Linus :
– Je me sens indésirable et insignifiant

Lucy :
– Bon, reviens demain, et nous discuterons plus longuement de ce problème .

Linus :
– D’acc, merci M’man.

( Il part)

Charlie Brown :
– "M’man" ?!

Lucy :
– Il y a une lueur d’espoir lorsque l’analyste devient une figure parentale pour son patient

Commenter  J’apprécie          30
Videos de Charles Monroe Schulz (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Monroe Schulz
Vidéo de Charles Monroe Schulz
autres livres classés : stripsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14982 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre