AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213655340
Éditeur : Fayard (25/08/2010)

Note moyenne : 2/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Antoine, riche directeur d'un grand laboratoire pharmaceutique, en pleine déshérence conjugale, exauce le désir de sa jeune maîtresse Francine en fondant l'Eden-Plage à Saint-Tropez. Filles faciles, cocktails, drogues, stars du cinéma, rien ne manque. Mais à trop vivre dans l'insouciance et dans l'excès, on finit par blesser ceux qu'on aime et se détruire soi-même.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
tilly
  03 septembre 2010
Cette fois, : non, j'ai pas aimé.
C'est mauvais, raté, et sans doute ce qui est pire car impardonnable : c'est bâclé.
Normalement je ne parle pas de ce que je n'aime pas. Je passe sous silence... mais là...
La dédicace de ce roman devrait être : à Françoise S., car Les grands gestes la nuit, c'est un “à la manière de”, ni plus, ni moins.
J'accepte de reconnaître qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise de la part de l'auteur : le décor de son roman, l'époque, les personnages, les thèmes, sont bien ceux des romans de Sagan. Aucun doute n'est possible. Un petit peu de celui-ci, beaucoup de celui-là, un zeste d'un autre. Les ingrédients choisis sont de qualité, la recette ancienne est éprouvée, mais hélas l'exécution rate, ça ne prend pas, c'est mauvais.

Est-ce en voulant rendre un hommage à l'auteur des Bleus à l'âme que Thibault de Montaigu s'est imprudemment enlisé dans une histoire sans grand intérêt pour le lecteur d'aujourd'hui parce que déjà lue hier, et en mieux ?
Comment un jeune écrivain (trente ans et quelques, troisième roman) peut-il manquer à ce point d'originalité ? Un éditeur, de lucidité ?
Nous sommes dans les années 50 à Paris, à St Tropez, Amsterdam, Montreux, et pour finir, à la prison de la Santé.
TdM nous fait vivre l'ascension puis la dégringolade d'Antoine Braque, jeune tycoon de l'industrie pharmaceutique saisi à l'approche de la quarantaine par l'ennui, le conformisme ambiant, et la peur panique de vieillir sans avoir vécu. Attiré par le chant de sirènes d'un milieu qui n'est pas le sien, il va plonger pour les rejoindre. Elles sont jeunes, belles, insouciantes et savent s'amuser. Mais il ne saura finalement pas se les attacher autrement que par le pouvoir de son argent sur leurs addictions. Sirènes et cigales à la fois, les nouvelles amies d'Antoine danseront et chanteront pour lui pendant quelques étés mais l'histoire finira mal, très mal.
Au début des années 60, Sagan aurait pu écrire, beaucoup mieux, cette histoire datée. Puis Vadim en aurait fait un film, avec Delon dans le rôle d'Antoine, Deneuve dans celui de Fanny l'épouse froidasse, et Bernadette Lafont en Francine, la sirène-cigale déjantée...
Pour planter son décor et surtout l'époque, TdM fait appel à notre culture (!) en dressant à plusieurs reprises, des listes de noms. Exemple :
Mylène Demongeot, Jacques Angelvin, Marina Vlady, Sylvia d'Harcourt, Michèle Morgan, Emmanuel Vronski...”
Cela fait penser aux pages événements dans Jours de France, jadis.
Françoise Dorléac, Marie Laforêt, Sacha Distel sont cités plusieurs fois.
Sagan elle-même apparaît en silhouette à deux ou trois endroits.
Et tiens donc, Jacques Charrier (Monsieur Brigitte Bardot, pour les très jeunes) est, lui, remercié à la toute fin du livre avec quelques autres pour : “son aide précieuse” !
TdM n'abuse pas de cet artifice des listes de noms, c'est vrai, mais il en a d'autres, comme le détournement d'anecdotes connues.
L'amie Kiki (de Montparnasse, of course) dont le talent de plume a été incidemment découvert par Bernard Franck (ben voyons), revient d'une séance de dédicace à New-York :
“Alors ? Cette signature à New-York ? s'enthousiasma Jean.

- Une catastrophe, répond Kiki.

- Comment ça ?

- Eh bien, c'est simple, j'ai signé chaque ouvrage : With all my sympathies
.- C'est adorable.

- Pas du tout. Ca veut dire : avec toutes mes condoléances. Tu imagines leurs têtes ?”
Il est bien connu que c'est Sagan elle-même qui racontait cette anecdote lors de conférences de presse, au retour de son premier voyage à New-York.
Francine, l'héroïne (sans jeu de mots laid), conduit des voitures de sport pieds nus en fumant des Pall Mall. Cousu de fil blanc, je vous dis !
Plus tordu encore : l'évocation d'un événement sous forme d'énigme pour happy-few.
Mais franchement il n'y a vraiment pas de quoi être fière (moi) de reconnaître Chet Baker dans le trompettiste chargé qui déambule dans les rues d'Amsterdam en jouant My Funny Valentine, à la page 176.

C'est dommage, une scène de club de jazz bien écrite et dramatiquement swing, aurait été bienvenue pour rendre un vrai hommage à Chet (mort défenestré à Amsterdam en 1988).

Idem, les descentes de police et l'arrestation d'Antoine pour détention et trafic d'héroïne rappellent évidemment les gros soucis de Françoise Sagan à la fin de sa vie.

Sans vouloir m'acharner... j'ai relevé quelques perles stylistiques à vous faire partager :
page 172 (la scène se déroule à Amsterdam) : “ Ils partirent dîner dans un restaurant près du fort “ - Brel doit se retourner dans sa tombe sous les cocotiers ! Je sais c'est une typo, mais franchement chez Fayard, ils font “port” !
page 41 : “ Elles éclatent de rire et vident leurs verres, une demi-lune de rouge à lèvres épinglée aux rebords. “ - c'est l'image de l'épingle que je vois pas bien...
page 221 : “ Partout, les rires fusaient pareils à de petits wagons blancs s'échappant vers le ciel fauve. “
page 276 : “ le Tallec sourit, son visage rayé comme un vieux vinyle. “
page 306 : “ C'étaient des Brésiliens très chics, qui souriaient tout le temps et parlaient avec des accents d'oiseaux exotiques. “

Post Scriptum - Les romans de Françoise Sagan sont enfin en cours de réédition (chez Stock), grâce au dévouement et à l'acharnement de Denis Westhoff, son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zazette97
  01 novembre 2010
"Les grands gestes la nuit" est le 3ème roman, publié le 25 août, de l'écrivain français Thibault de Montaigu, auteur des romans "Les anges brûlent" et "Un jeune homme triste".
Antoine Braque, magnat du secteur pharmaceutique, mène une existence paisible auprès de sa femme et de leurs deux enfants. Mais lorsqu'il rencontre Francine, sa vie bien rangée prend un tout autre tournant.
La jeune femme aime la vie facile, les voitures de sport, les plaisirs de la fête, le tout sans attaches. Antoine fera tout pour la garder auprès de lui, quitte à transformer son quotidien en une fête permanente dans laquelle Francine et lui se retrouvent et se perdent...
Difficile de ne pas penser à Françoise Sagan en découvrant ce roman. Si celle-ci n'a droit qu'à quelques mentions éclairs dans le récit, force est de constater que l'écrivaine se cache derrière chacune des lignes de ce roman.
A commencer par le titre, "Les grands gestes la nuit", emprunté à un poème de Paul Eluard comme ce fut le cas du premier ouvrage de la romancière "Bonjour Tristesse".
Francine/Françoise, les similitudes entre les deux femmes ne se limitent pas à une simple consonance entre prénoms.
Les plaisirs que revendiquent Francine font largement écho aux excès qui furent les thèmes chers à l'oeuvre de Sagan : luxe, drogue, alcool, bolides,... Pas de casinos mais une vie jouée à la roulette russe.
L'arrivée de Francine dans la vie d'Antoine sonne comme un détonateur : si elle se veut une jeune femme enjouée et insouciante, Antoine laisse entrevoir un côté sombre, alimenté par des angoisses existentielles associées à la peur de vieillir. Antoine lance un établissement à Saint-Tropez, l'Eden Plage, où défilent de nombreuses personnalités issues de la jet-set.
A deux, ils forment les deux faces d'une même pièce, un couple bancal uni par une puissante dépendance à l'héroïne. Mais si Francine tente de se sortir de cette spirale infernale, Antoine, enclin à l'autodestruction, s'obstine à toucher le fond.
Durant ma lecture, je ne savais comment qualifier ce roman. Dans ma dédicace, l'auteur le définit comme "une fresque de la France des années 50-60". Sagan est citée à 3 reprises, comme ça l'air de rien, parmi d'autres personnalités telles que Brigitte Bardot, Bernard Frank, Eddie Barclay, Madame Claude, France Gall,...
Et pourtant, à l'exception de quelques éléments fictifs, toute la vie de Françoise Sagan se partage entre celles d'Antoine et de Francine : le passage d'un extrême à un autre, de l'euphorie à la mélancolie, l'entourage douteux et intéressé, la fête, l'addiction à l'héroïne.
J'ai été gênée par cette biographie déguisée formée par un mélange hybride entre fiction et réalité, comme un hommage à Sagan que l'auteur n'assumerait pas.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chouchane
  06 octobre 2010
On ne s'attache à rien dans ce roman ni à l'histoire - les années 60 et leurs turbulences rock and roll - ni aux personnages qui défilent en listes régulières. On n'est même pas attentif au côté éventuellement historique de la chose. Tout est prévisible, tout est archétypal, les images sont surfaites : la jeune femme se blottissant tremblante contre son petit ami, le tout dans un pull mohair blanc ! On lit vite, on ferme, on oublie.
Commenter  J’apprécie          20
letendard
  29 novembre 2010
Pour une critique plutôt positive...
http://www.denecessitevertu.fr/
Lien : http://www.denecessitevertu...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ElisanneElisanne   15 octobre 2010
Je t'aime... Oh ! et puis, merde ! (p.97)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Thibault de Montaigu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thibault de Montaigu
Vidéo de Thibault de Montaigu
autres livres classés : roman actuelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre