AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olivier Tallec (Illustrateur)
EAN : 9782081208551
30 pages
Éditeur : Pere Castor (16/03/2009)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Quand une maman meurt, rien n'est plus comme avant. On continue à vivre, à jouer, à respirer. Comment faire alors pour ne pas l'oublier ? On cherche son odeur, on entend sa voix, on voudrait toujours les garder avec soi, comme quand elle était là...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  24 juillet 2014
♥ Cet enfant est furieux contre sa mère : elle vient de l'abandonner.
Elle est morte cette nuit. Elle était malade, se savait condamnée, elle a essayé de préparer son petit garçon, mais comment croire à l'impensable, à l'inacceptable ?
"Hier, maman souriait en tout petit dans son lit.
Elle me disait qu'elle m'aimerait toute sa vie
mais qu'elle était trop fatiguée,
que son corps ne savait plus la porter
et qu'elle allait partir pour toujours.
Je lui ai dit qu'elle n'avait qu'à revenir après,
quand elle serait reposée, que je l'attendrais..."
Superbe album qui noue la gorge et pique les yeux dès la seconde page.
Terriblement émouvant parce que l'évocation du deuil y est sobre et tellement juste. La colère, le chagrin, le déni, les petits gestes du quotidien qui manquent, la peur d'oublier, la douleur des autres qu'on peut apaiser parfois, si jeune et si malheureux soit-on, la petite voix de l'absent qui accompagne et encourage, le retour timide du sourire et de minuscules instants de bonheur...
On peut s'étonner a priori que l'album soit rouge (texte et graphisme) et non pas noir. On comprend vite : rouge comme la colère, comme la douleur, comme le sang qui coule d'une plaie, comme la vie qui reprend le dessus.
Les illustrations d'Olivier Tallec sont aussi éloquentes que le texte, douces et poignantes. Petit garçon prostré, furieux, malheureux. Petit bonhomme tellement courageux au milieu d'un grand espace, trop grand pour lui sans sa maman, trop plein de vide et de souffrance.
/!\ Attention, la couverture est trompeuse. L'album ne me semble pas destiné aux enfants de moins de huit ans, non pas à cause de son sujet, mais par la manière dont il est traité. le texte est fourni, dense, pas si simple. Et la vue d'un adulte bouleversé par cette lecture risquerait d'effrayer les plus jeunes. Mieux vaut commencer à parler du deuil avec les tout-petits de manière plus légère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
ptitemarjo
  31 août 2015
Je viens de terminer cet album qui m'a vraiment ému.
J'apprécie beaucoup la collaboration Moundlic-Tallec qui a déjà donné quelques très bons albums comme "le slip de bain" ou autres... Quand j'ai découvert celui-ci par hasard à la médiathèque, je me suis empressée de l'emprunter.
C'est un texte poétique et touchant sur le décès d'une maman et la vie qui continue ... Des mots bien choisis, cela sonne juste et tellement vrai. Un petit bijou à découvrir qui pourrait être mis en réseau avec "Ma maman du photomaton" d'Yves Nadon sur le même thème.
Commenter  J’apprécie          160
dadotiste
  11 mai 2014
A la fin d'une journée harassante de travail, j'ai attrapé ce livre sur sa table et en ai lu les deux premières pages avant de me rendre compte que non, il ne s'agissait pas d'un simple album que je pourrai lire entre deux clients...
J'en étais déjà bouleversée...
Le lendemain, je suis arrivée un peu en avance pour le lire en entier et, j'ai su que je ne repartirais pas sans... Il me fallait ce livre, cette perle.
En réalité, cet album raconte l'histoire d'un petit garçon qui vient de perdre sa mère...
Ses sentiments ne sont pas voilés mais totalement et magnifiquement exposés.
En réalité, l'auteur a réussi à exposer exactement la tristesse et le sentiment de perte de l'enfant mais également celui de la responsabilité qu'il ressent vis à vis de son père. Doit-on se laisser aller ou au contraire se retenir de pleurer pour les autres ? Va-t-on oublier la personne qui vient de disparaître ? Comment faire pour retenir sa présence ? Pour ne pas oublier comment c'était avant ?
Vous aurez compris mon sentiment, c'est un livre qui peut poser des mots pour les enfants mais également pour les adultes...
Splendide, inoubliable !
Maintenant, la question que je me pose, c'est que si ce livre a réellement un effet catharsis, il me parait difficile de le lire à un enfant sans se laisser aller soi-même...
Ce livre peut également apprendre à de jeunes enfants à comprendre les sentiments d'un camarade... En effet, il n'est pas rare qu'ils ne comprennent pas et pour l'avoir vécu, il arrive que sans le vouloir, ils soient méchant avec un enfant qui a perdu un parent, pensant simplement que si le parent est parti, c'est parce que l'autre a été méchant...
En conclusion, ce livre est une perle rare mais, lisez-le avant de le lire à un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
letilleul
  28 mars 2020
Cette histoire du soir permet d'aborder de manière très simple, franche et apaisante la question du deuil. La littérature jeunesse et surtout les auteurs ont un don incroyable de pouvoir parler de la mort, de la séparation, de la douleur et de la résilience par des images toutes simples et accessible pour les petits comme la cicatrisation d'une croute.
Il est important que l'adulte saisisse le moment opportun pour parler du deuil mais les questions que soulèvent chaque jour l'actualité autour du nombre de mort rendent incontournable voire indispensable cet album en histoire du soir auprès des petits.
L'album monochrome choisi par Olivier Tallec est rouge comme le sang, le choc, mais aussi l'humanité, la vie....un rouge gai mais qui par son choix monochrome parle aussi du choc émotionnel que digère cette famille face à la mort. Tout est dit et cet album a le mérite de discrètement finir sur une étape de résilience qui donne espoir.

Lien : https://www.flammarion-jeune..
Commenter  J’apprécie          160
Jangelis
  26 septembre 2014
Choc en ouvrant le livre, double choc même.
J'avais emprunté cet album à la bibliothèque sans trop regarder (j'évite toujours les 4es de couverture quand je peux) pensant qu'il s'agissait juste d'une petite histoire gentillette autour d'un enfant qui tombe.
Je l'ai commencé avant de m'endormir, parce que je sortais d'un livre triste, et je me suis dit qu'un album serait plus propice au sommeil !
Le choc donc
"Maman est morte ce matin"
Première idée, je pense à Camus forcément, et la suite de la phrase est quasiment celle qu'on attend.
Et deuxième choc, je ne m'attendais pas à un début pareil pour un petit album.
Quoique, j'aurais dû un peu m'en douter ; Charlotte Moundlic écrit toujours sur des sujets profonds.
Et passé la surprise du début, un petit album merveilleux de tendresse et d'amour.
Des illustrations quasi monochromes toutes en douceur.
Et un petit garçon qui vient de grandir trop vite ; qui en plus de sa tristesse, se sent tellement responsable de son père.
J'ai pleuré tout le long, mais c'est un album à conseiller sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZilizZiliz   24 juillet 2014
C'est pas grave que [papa] ne sache plus vraiment bien me parler.
De toutes les manières, je ne dois pas trop écouter de choses.
Parce que j'ai peur d'effacer la voix de maman.
Alors je me bouche les oreilles et je ferme la bouche pour la garder.
Commenter  J’apprécie          160
atchoumgirlatchoumgirl   26 juillet 2010
J'ai tellement peur de l'oublier complètement que dès que je peux, je cours, je cours devant moi, je cours jusqu'à ce que mes muscles soient douloureux, jusqu'à ce que mon cœur batte si fort que j'ai du mal à respirer mais juste avant qu'il n'explose. Alors je sens maman qui tambourine très fort dans ma poitrine.
Commenter  J’apprécie          110
LilizLiliz   19 décembre 2015
Hier, maman souriait en tout petit dans son lit.
Elle me disait qu'elle m'aimerait toute sa vie mais qu'elle était trop fatiguée, que son corps ne savait plus la porter et qu'elle allait partir pour toujours.
Je lui ai dit qu'elle n'avait qu'à revenir après, quand elle serait reposée, que je l'attendrais...
Commenter  J’apprécie          50
JangelisJangelis   26 septembre 2014
Maman est morte ce matin.
Ce n'était pas vraiment ce matin,
papa a dit que c'était pendant la nuit
mais moi, je dormais pendant la nuit,
alors ça ne change rien.
Pour moi, elle est morte ce matin.
Commenter  J’apprécie          80
JangelisJangelis   26 septembre 2014
Ce matin, papa m'a dit que mamie venait.
Je suis un peu ennuyé.
Mamie, c'est la maman de maman,
ça va me faire deux adultes tristes à m'occuper ...
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Charlotte Moundlic (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlotte Moundlic
L'Escale du livre 2020 en chaussons, pour une échappée confinée Lecture dessinée : Charlotte Moundlic et François Roca “Blanche-neige” (Albin Michel Jeunesse) Ce conte traditionnel aux multiples versions n'en finit pas de nous fasciner et nous toucher par ses motifs simples et bruts, quel que soit notre âge, notre culture. L'autrice Charlotte Moundlic montre avec subtilité la perversité d'une femme obsédée par son apparence et dénuée de toute humanité et donne à entendre Blanche-Neige, l'enfant maltraitée. Elle choisit une fin questionneuse, à interpréter à sa convenance. le peintre François Roca peint d'une manière solennelle laissant percevoir les beautés ou les noirceurs intérieures des personnages et restitue sublimement l'atmosphère atemporelle du conte.
+ Lire la suite
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Juste en fermant les yeux - Les CM1deNY


3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Juste en fermant les yeux de Charlotte MoundlicCréer un quiz sur ce livre

.. ..