AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782800170138
64 pages
Éditeur : Dupuis (05/05/2017)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Zandra, 16 ans, sort d'une séance de cinéma avec son petit ami, André, lorsque des zorgbots leur tombent dessus et l'enlève... pour la ramener de force chez son père, Zorglub. La conversation qui s'ensuit ne plaît guère à la jeune fille et ne tarde pas à s'envenimer. Jusqu'à ce que, en colère et par erreur, Zorglub déclenche un rayon laser qui transforme une ville entière en île. Alors que le génial inventeur tente de se faire pardonner auprès de son enfant et que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
ElGatoMalo
  19 juillet 2017
Zorglub dans le monde de Spirou, c'est une sorte de "mythe". Alors quand la dernière Masse Critique BD a proposé ce titre, et bien c'est avec un enthousiasme forcené (à peine un cran au dessus de mon état psychiatrique standard) que je me suis précipité dessus. Mais voila quelques temps que j'ai fini de lire l'album et j'hésite ; et je tergiverse ; et je tourne autour du pot car j'ai bien du mal à rédiger une chronique qui tienne debout. Non pas que l'histoire m'ait déçu, bien au contraire, et pour tout dire, pour faire plus amplement connaissance avec le triste sire, dans la foulée, j'ai même commandé le volume 7 de la réédition intégrale de l'oeuvre de Franquin sur la série Spirou et Fantasio, volume très justement nommé le mythe de Zorglub.
Qu'est-ce qui me retient ? Surtout la difficulté de rendre compte de l'histoire sans découvrir le noeud du récit le plus intéressant qui se révèle, à la fin de ce volume, en apothéose, dans une double double page : chaque page se déplie en doublant la largeur du bouquin et se voit dans le prolongement de son vis-à-vis. Ne serait-ce qu'en indiquant cet artifice éditorial, je gâche la surprise qu'un lecteur est en droit de savourer pleinement en découvrant et en manipulant lui-même ces feuillets gigantesques. Cette originalité vient s'ajouter à l'illustration de couverture dont le titre est imprimé en métal argenté (ce qui ne se voit pas du tout sur les photos). Mine de rien, c'est un bel album qui sort bien de l'ordinaire.
Donc, ne pouvant rien dire sur le contenu "narratif" sans sombrer dans d'horribles remords qui me gâteraient mes vacances, il ne me reste plus qu'à comparer le Zorglub nouveau à l'ancien.
Les petits bonZhommes créé par Franquin (plus connu aujourd'hui comme le papa de Gaston Lagaffe) à la fin des années 50, se montraient sous un jour bien différent. le personnage de Zorglub était finalement assez pitoyable dans son excès d'orgueil aussi démesuré que mal placé et, surtout dans sa volonté d'être reconnu pour un génie scientifique, sans pour autant être reconnu comme un génie du mal (un moment, cependant, j'ai cru reconnaître le modèle archétypal du méprisable Gru, personnage central de la série de dessins animés : Moi, bête et méchant). le mythe de Zorglub tient à l'image du scientifique tout puissant et à une idée que la science pourrait tout ou, du moins, pense avoir le pouvoir de tout contrôler. Mais voila : si savoir c'est pouvoir, savoir absolument, chez Zorglub, c'est l'occasion de pouvoir rater absolument aussi. Car la figure originale de Zorglub échoue lamentablement. Tout le temps. Même dans la plus simple des situations. Ainsi il manque de se tuer parce qu'il a oublié de faire le plein, ou il oublie une marche de trois mètre en sortant de son Zorgcoptère ; ou il rate le coup le plus magnifique de sa vie parce qu'il n'a pas supervisé le travail de ses subordonnés : le zorglhomme de base reste un zombie décérébré (même pas drôle, contrairement aux minions), soit dit en passant. Faut-il être bête pour ne pas s'en rendre compte ?
Est-ce qu'il y a autant de prétention et de ridicule dans le Zorglub nouveau ?
Non, ce dernier est devenu un bon père de famille, un peu trop protecteur. Si des catastrophes se produisent, ce n'est plus pour souligner, en contrepoint, sa pénible arrogance. Elles s'insèrent dans le fil de l'histoire, en péripéties assez naturelles. Il n'y a plus de zombies/zorglhommes. La spécialité du jour est dans l'air du temps : l'automate, le robot (les zorglhommes dans l'oeuvre de Franquin faisaient penser aux robots de Karel Kapek). Ces automates-là sont de plus en plus autonomes et sont même capables de tirer d'affaire leur patron avec une certaine élégance (il y a, ici, un peu de la nouvelle la Mère d'Euréma où le héros construit des machines qui font correctement à sa place ce qu'il est incapable de réussir lui-même comme tout le monde comme draguer une fille - [R. A. Lafferty dans Histoires mécaniques au Livre de poche]). Finalement le Zorglub modernisé n'a plus rien de méprisable et en devient même attachant. Mais n'est-ce pas l'objectif à atteindre si on espère voir, un jour prochain, paraître le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
jamiK
  19 février 2018
Je n'étais pas de ceux qui ont dézingué leur association à la réalisation de Spirou et Fantasio (Paris sous Seine, L'homme qui ne voulait pas mourir, Spirou et Fantasio à Tokyo, et Aux sources du Z), j'ai même trouvé les deux premiers très bons. Donc l'idée de lancer une série parallèle avec Zorglub comme personnage central me semblait alléchante, je trouve que ça serait dommage de bouder mon plaisir. Et ce premier tome a satisfait mes attentes. le personnage de Zorglub est un personnage plutôt attachant, pas tout à fait méchant, pas tout à fait bon, très doué, mais aussi gaffeur. L'histoire est pleine d'action, de gadgets en tout genre, d'humour, la fille du Z est aussi un personnage bien imaginé, espiègle, dynamique, rebelle… le scénario n'est pas révolutionnaire, mais il ne cache pas ses références, on va allègrement de Pinocchio à James Bond sans que cela paraisse choquant, c'est même assez réussi Maintenant, les rebondissements et la trame globale n'ont rien de révolutionnaires, mais l'ensemble est très dynamique, enjoué, tout ce qu'il faut pour en faire une lecture agréable, plaisante, amusante et distrayante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Bubu-le-bourguignon
  24 juin 2017
EVIV BULGROZ !
Ces quelques mots issue d'une langue bien particulière raisonne dans les esprits de ceux qui lisent ou ont lues les aventures de Spirou et Fantasio.
Mais qui est Zorglub ? Un méchant... Enfin presque... Inventeur de la Zorglonde, onde qui annihile la volonté des personnes, Zorglub n'a qu'une idée : être reconnu comme un savant de génie. Quitte à passer par la domination du monde pour l'imposer.
Divers auteurs ont utilisés Zorglub dans un épisode de Spirou. Munuera n'est pas à son coup d'essai puisqu'il avait repris la série avec Jean David Morvan en scénariste : Paris sous Seine, Aux sources du Z.
Là, Munuera fait cavalier seul : dessin et scénario.
Histoire basé uniquement sur Zorglub, pas de Spirou, pas de Champignac, pas de Zorglhommes, c'est tout de même un pari risqué que de reprendre un personnage pour lui créé une série.
C'est une histoire surprenante où le lecteur découvre que Zorglub a une fille. Après tout pourquoi pas ! C'est un être humain.
Les Héros et les Anti Héros sont toujours des personnages peu ordinaires qui vivent des aventures folles, abracadabrantes, palpitantes et dangereuses. Là, Munuera cré un Zorglub ordinaire, toujours aussi méchant mais avec une vie de famille.
Mais sa fille est elle vraiment comme les autres ? Au fur et à mesure des pages nous apprenons que Zandra (c'est son nom) n'est pas une fille ordinaire. Même si elle va au lycée, même si André représente pour elle, un petit ami idéal , Zandra n'est pas comme toute les filles de son âge.
Je laisse au lecteur le plaisir de découvrir pourquoi. C'est l'intrigue principale.
Mais cette fille peu ordinaire attire des convoitises. Elle est le marché passé entre son père et un militaire. Zorglub, malgré ses défauts, n'a pas l'intention d'honorer son contrat. Sa fille est devenue le bien le plus précieux qu'il possède. Au diable les vols des inventions qu'il a grandement amélioré, au diable sa vie luxueuse.... Il s'est rendu compte que sa fille est un tout. Il se comporte d'ailleurs, dans cette épisode, comme un vrai père : protecteur, anxieux face au garçon qu'elle rencontre.. Un vrai papa poule.
Une lecture somme toute sympa d'une histoire à la Munuera. Sur la tranche, Dupuis a indiqué que ce tome était le numéro 1.
Cela présage t il un tome 2 ? Si oui, espérons que l'histoire sera à la hauteur. Il n'est pas facile de réaliser une histoire avec un personnage de second plan dans une série bien connu.
Et de toute façon, n'oublions pas que Zorglub a tout de même eu une descendance. le réveil du Z, par Tome et Janry, nous a révélé une descendance issue de Zorglub.
Donc, serait ce un signe révélateur ??
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Playmo44
  24 avril 2018
Pour surprotéger sa fille de 16 ans, Zorblug intervient en empêchant son petit copain de l'embrasser à la sortie du cinéma. Ce faisant, le Z va déclencher une série de catastrophes qui vont attirer l'attention du gouvernement, qui jusque-là fermait les yeux eu égard aux services rendus. Néanmoins, celui-ci va encore une fois étouffer l'affaire mais va lui demander en contrepartie de lui vendre une arme redoutable que Zorglub n'est pas prêt à donner…

Deux mois d'affilé, l'album sélectionné, pour la chronique BD, commence par Z et est édité par Dupuis, c'est assez drôle me direz-vous mais ce n'était pas forcément prémédité. le mois dernier, nous parlions de Zombillenium car le film d'animation sortait en salle. Cette fois-ci, nous parlons du Z parce que le personnage de Franquin et Greg, apparu la première fois dans les pages de la série Spirou et Fantasio en 1959, vient d'avoir sa propre série et que c'est un coup de coeur de mon libraire. Même si je ne porte pas au pinacle cette bande dessinée, car je ne suis pas un inconditionnel de l' « école de Marcinelle », j'avoue avoir éprouvé du plaisir à sa lecture. Déjà parce que je n'ai plus l'habitude de lire ce genre de publication jeunesse, ce qui m'a fait retourner un peu en enfance. D'autre part parce qu'il est toujours jubilatoire de lire les aventures d'un méchant qui a sa propre série. Enfin parce que même si c'est un méchant, il est plutôt sympathique et gaffeur.

Zorglub est un ancien camarade d'université de 2 personnages de l'univers Spirou : Miss Flanner et du comte de Champignac, dont il devient le concurrent. D'après le peu que l'on sait de lui, il n'a pas eu une enfant très heureuse, ce qui l'a rendu aigri à l'âge adulte. Pour prouver qu'il est le plus grand scientifique, il vole les inventions des autres pour les améliorer et les revendre. Pour cela, il utilise sa première vraie création personnelle, la Zorglonde qui fait perdre son libre arbitre à ses victimes et peut aussi les paralyser. Il a une fille de 16 ans, Zandra, qu'il surprotége. Il est le meilleur ennemi de Spirou, tout en restant sympathique et depuis juin, il a sa propre série.

José Luis Munuera, après avoir dessiné 4 aventures de Spirou il y a presque 10 ans, avait été évincé de la série. Il était néanmoins revenu dernièrement chez Dupuis avec la série « Les Campbell », autre histoire sur les relations « père-fille ». Ayant une tendresse particulière pour le personnage de Zorglub, il a réussi à convaincre la maison d'édition de lui laisser réaliser ce spin off. Dupuis, lui a donné « carte blanche » et le résultat est plutôt réussi. Son coup de crayon colle parfaitement avec les personnages de l'album et s'intègre plutôt bien dans l'univers graphique dont avait imprégné Franquin, le créateur de Spirou, en son temps. Au niveau scénaristique c'est également le dessinateur espagnol qui est aux manettes et cela correspond à l'idée que je me faisais des anciens épisodes de la saga. Car oui, on peut parler de saga concernant Spirou car grâce à son héros intemporel, la série a connu et connaitra encore de nombreux épisodes et rebondissements.

Pleine d'humour, l'auteur utilise l'autodérision dès la première séquence en raillant les suites et autres spin off. C'est un peu sur le ton de la comédie que se déroule la narration dynamique comportant de nombreuses scènes d'action et d'explosion. Bien que le découpage des cases soit relativement classique, on découvre tout de même une petite originalité sous forme de double page qui se déplie pour en faire une quadruple page. C'est un effet de style qui avait déjà utilisé dans un tome de la série Croisades de Dufaux et Xavier.

Très bon premier tome qui pose les bases de cette nouvelle série dérivée, qui je l'espère va continuer à s'enrichir de nouvelles aventures. Ce qui sera le cas, devant le succès tant commercial et de manière globale de l'avis des lecteurs de cette fille du Z. D'après ce que l'on sait déjà, elle sera d'ailleurs présente dans le deuxième épisode où elle vit son premier chagrin d'amour et Zorglub est désemparé. Il décide alors de partir en ville pour effectuer un casting afin de trouver le meilleur prétendant pour sa fille.

Lien : http://www.artefact-blog-bd...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amindara
  20 février 2018
Je n'ai jamais lu une seule aventure de Spirou et Fantasio de toute ma vie. Je n'avais donc jamais entendu parler de ce personnage étrange qu'est Zorglub. Pour autant, cela ne m'a pas dérangée du tout dans ma lecture de cette BD.
Au début de cette BD, je pensais être face à une de ces innombrables histoires d'ados qui se plaignent du surprotectionnisme (hum… pas sûre que ce mot existe, mais vous voyez ce que je veux dire, non) de leurs parents. Sauf que là, les parents en question, c'est un papa qui maitrise une technologie de pointe un brin destructrice (il a de la chance André de s'en sortir vivant !).
Bon, qu'on se le dise, y'a un peu de ça. Mais pas seulement, et c'est pour ça que cette BD est aussi intéressante. Parce qu'au-delà de ces histoires papa/fille, nous allons de rebondissements en rebondissements et de découverte en découverte. Parce que figurez-vous que moi, le rebondissement magistral de cet album, je ne m'y attendais absolument pas ! (bon, si quelques pages avant la grande révélation, on la comprend quand même, on n'est pas idiot, mais je veux dire, en commençant la BD, on ne s'en doute pas.) Mais en tout cas, il y a une vraie intrigue, une vraie aventure.
En terme de dessins, c'est pas mal, le style colle assez avec le genre de l'histoire, un brin fantaisiste et humoristique. Pour le peu que je connaisse Spirou et Fantasio, ça me semble être dans la même lignée aussi.
Pour conclure, ce fut une belle découverte, j'ai apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (7)
BoDoi   24 août 2017
Comme quoi, des idées saugrenues naissent parfois des BD épatantes qui dépoussièrent les grands héros du patrimoine franco-belge.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   16 août 2017
L’artiste maîtrise l’art du mouvement et celui du gag visuel ; les expressions faciales sont éloquentes, les onomatopées ont de la gueule et les couleurs sont vibrantes.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   02 juillet 2017
Un récit où les courses-poursuites et les scènes explosives se succèdent à un rythme effréné. Séduisant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan   28 juin 2017
Pas de doute, La fille du Z nous fait craquer !
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   06 juin 2017
Luis Munuera démarre, avec beaucoup d’humour, cette jubilatoire nouvelle série.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BulledEncre   06 juin 2017
Une série spin-off prometteuse qui démarre avec beaucoup d’ingéniosité.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   22 mai 2017
José Luis Munuera se sort admirablement de ce premier pas. On devine que Les Campbell lui ont permis d'asseoir plus surement son écriture, surtout qu'il y gérait justement une famille pleine de caractère aussi.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Florian07Florian07   13 juillet 2017
- "Le fils du mal" ! Pfff ! pourquoi toujours exploiter les succès du passé au lieu de produire des films avec des idées originales ? Ils ne se gênent pas. Tout ce qu'ils font, c'est réutiliser des personnages connus et aimés du public et les revendre sous un nouveau costume. C'est du recyclage ! Du marketing ! De la franchise illimitée ! Au lieu de courir des risques avec quelque chose de créatif, ils préfèrent flatter la nostalgie et parier sur ce qui est sûr. l'absence d'idées règne dans tous les domaines... nous sommes envahis de "spin-off", de "remakes", de "suites", de "préludes" et d'"hommages"... jusque dans la BD !

- Si je comprends bien, tu n'as pas aimé le fi...

- Tu plaisantes ?! J'ai adoré ! Mais il faut entretenir son esprit critique : je le verrai seulement sept fois au lieu de dix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Florian07Florian07   11 octobre 2017
André : Ma copine est un robot. Le rêve érotique d’un fan de manga.
Zorglub : Espèce de crétin ! Ne dis plus jamais « rêve érotique » en parlant de ma fille !
André : J’ai dit « d’un fan de mangas ». Moi, mon truc, c’est plutôt la BD classique…
Zorglub [étranglant et se secouant André] : Veux-tu insinuer que ma fille n’est pas assez sexy pour toi ?
André : Bon , j’avoue, parfois je lis des mangas sur mon portable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Florian07Florian07   20 juillet 2017
Zorglub : J'ai activé par erreur le rayon Z !!
[...]
Zandra : Contrôle Z ! Tu as essayé le Contrôle Z ?
Zorglub : Bien sûr ! À ton avis, qui a inventé cette commande ?
Commenter  J’apprécie          50
mandrake17mandrake17   26 décembre 2017
- "Le fils du mal"! Pfff! Pourquoi toujours exploiter les succès du passé au lieu de produire des films avec des idées originales? Ils ne se gênent pas! Tout ce qu'ils font, c'est réutiliser des personnages connus et aimés du public et les revendre sous un nouveau costume! C'est du recyclage! Du marketing! De la franchise illimitée! Au lieu de courir des risques avec quelque chose de créatif ils préfèrent flatter la nostalgie et parier sur ce qui est sûr. L'absence d'idées règne dans tous les domaines... Nous sommes envahis de "spin-offs", de "remakes", de "suites", de "préludes" et d'"hommages"... Jusque dans la BD!
- Si je comprends bien, tu n'as pas aimé le fi...
- Tu plaisantes?! J'ai adoré! Mais il faut entretenir son esprit critique: je le verrai seulement sept fois au lieu de dix!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Florian07Florian07   27 octobre 2017
Frédorg : Excusez-moi un instant, Maître...
Zorglub : Frédorg, ne me dérange pas maintenant ! Tu ne vois pas que je vais lobotomiser ce crétin avant de l'assassiner trois ou quatre fois ???
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de José Luis Munuera (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Luis Munuera
Depuis plus d'un an et demi déjà, cette série d'aventures "spin off" met à l'honneur le méchant numéro un de Spirou et Fantasio, le machiavélique savant Zorglub. Elle propose donc de découvrir les mésaventures de ce mégalomane, papa d'une jeune fille particulière créée de ses propres mains. Afin d'en savoir un peu plus sur cette série, nous avons rencontré son créateur Munuera au festival de la bande dessinée d'Angoulême lors d'une interview fort sympathique. Il nous parle de son travail sur Zorglub, du prochain tome à paraître et enfin, de son actualité à venir.
autres livres classés : zorglubVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3718 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre