AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791022608923
Éditeur : Métailié (22/08/2019)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Les malédictions ont la vie dure. Depuis que Kintu, gouverneur d'une lointaine province du royaume du Buganda, a tué accidentellement son fils adoptif d'une malheureuse gifle, en 1750, un sort est lancé sur tous ses descendants, les vouant à la folie, à la mort violente, au suicide. Et en effet, trois siècles plus tard, les descendants de Kintu semblent abonnés au tragique : Suubi harcelée par sa soeur jumelle qu'elle n'a jamais connue, Kanani, le « réveillé » évang... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bazart
  13 septembre 2019
2004 : en Ouganda, un homme injustement acusé de vol, lynché par une foule hystérique, décédera de façon terrible. Pour l'opinion publique, cette tragédie est étroitement liée à une malédiction gémellaire bien particulière.
Une malédiction ancestrale qui remonte en 1750 lorsque le gouverneur de la province de Buganda tua un de ses fils d'une gifle accidentelle et qui a ensuite rendu victime tous les prétendants au trône...
Premier roman ( écrit il y a déjà plusieurs années) mais qui ne sort qu'en cette rentrée littéraire en France chez Metailié, habitué à publier des romans venus de contrées africaines ou sud américaines, "Kintu", écrit par l'ougandaise Jennifer Nansubuga Makumbi, a connu un beau succès de vente dans certains pays africains mais aussi dans certains pays anglo saxons comme les USA et la Grande Bretagne.
Bienvenue au royaume de Buganda, où les malédictions et la magie des rites africains peuplent la destinée d'un pays à travers deux siècles.
Une saga épique et flamboyant qui sonde la place de la femme dans une société ultra patriarcale porté par un rythme qui nous laisse sans répit
Les secrets et rites dans un pays qu'on connait très mal en occident l'Ouganda, nous perdent un peu parfois pour les initiés mais ravira à coup sur les amateurs de saga romanesque qui traverse les époques.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Stelphique
  22 août 2019
Ce que j'ai ressenti:
▪️Parcourir le royaume de Buganda, entre risques et périls…
Les terres d'Afrique sont riches d'évasions, de prières, d'enfants, d'amours mais aussi de sangs et de légendes, et Jennifer Nansubuga Makumba nous en sculpte, un roman d'une beauté saisissante. VI livres comme autant de destins maudits. Des lundis 5 janvier 2004, comme points de départs pour ces vies en suspens. 470 pages pour nous emmener au coeur de la culture et des traditions africaines. Un voyage magnifique, intense, et dépaysant. Emballée dans une poésie renversante, parsemée des grains de mots venus de ces terres lointaines, cette histoire vibre aux sons de leurs cris d'amour, des liens du sang, des fol espoirs de ces personnages. La puissance de la vie face à la fatalité de la mort, et entre ces deux extrêmes: une famille tourmentée. Dans leurs souffrances, dans leurs errances, dans leurs croyances, dans leurs espérances, je les ai trouvé tous, fascinants.
On ne s'aperçoit pas qu'on est maudits jusqu'à ce qu'on soit exposé à cette autre façon de vivre.
▪️La puissance d'une malédiction.
Kintu, est un nom maudit. En effet, en ayant eu un geste malencontreux cet homme condamne toute sa descendance et la marque, à jamais, dans le drame…Même après 250 ans, elle est toujours là, cette malédiction.Tenace, inquiétante, puissante. Elle guette dans l'ombre, et fonce en piqué, sur le sang des Kintu, immanquablement. Kidda, Suubi, Isaac, Miisi, Baale, Kanani, Magda et tous les autres, m'ont captivée. Chacun à leur manière, ces personnages ont quelque chose à nous faire ressentir, à nous faire découvrir, à nous apprendre même…Et l'auteure réussit un tour de force impressionnant, en nous faisant vivre, viscéralement, cette malédiction. Il y a une multitude d'émotions, de mystères et de découvertes dans ces pages, et c'est pour cela que j'ai adoré suivre les Kintu dans leurs cheminements intérieurs, les voir se débattre avec leurs destinées sanglantes et leurs karmas malheureux. Il vous prend aux tripes, ce roman, parce qu'il est bouillonnant de sentiments. C'est un ailleurs qui a le pouvoir d'envoûter, littéralement. Et bien sûr, c'est comme une évidence, de se laisser charmer de la sorte…
-Quels sont les derniers mensonges du monde?
▪️Un premier roman magistral.
Jennifer Nansubuga Makumbi nous conte admirablement le poids des traditions, les transmissions familiales, la puissance des liens, des mystères venus d'ailleurs, les effets de la gémellité, la beauté d'un pays, le coeur battant d'un peuple. Et c'est magnifique. Autant l'écriture que les thèmes abordés, on est transporté par ce roman débordant de vie. J'ai passé un moment très fort avec les Kintu. Il était tellement dense et beau ce roman, que j'ai encore du mal à quitter les membres de cette famille. Coup de Coeur!
Il sourit en pensant à l'ironie de la chose. Pour lui, l'humanité était maudite, de toute façon.
Ma note Plaisir de Lecture 10/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
traindenuit
  10 septembre 2019
Kintu nous laisse découvrir sa longue descendance en même temps que l histoire de cette province d' afrique: le Buganda ( le plus grand des royaumes traditionnels actuels de l'Ouganda) de 1750 à nos jours. A travers ses descendants ( très nombreux, on s y perd parfois!), on est invité à rentrer dans cette histoire africaine, pleine de magie et de malédiction, et qui à travers le colonialisme, va se perdre entre le pragmatisme occidental et la mystique africaine. Les personnages que Makumbi nous décrits sont des tragédiens hauts en couleur harcelés par leurs ancêtres mais incapables de le comprendre car leurs esprits occidentalisés ne sont plus ouverts à leurs racines et à leur héritage culturel. Heureusement ou malheureusement, les multiples branches de la tribu de Kintu ont encore quelques racines bien ancrées...
Mon voyage dans cette tribu fût enchanteur, même si parfois un peu chaotique. L'écriture de Makumbi est affûtée pour un premier roman et déjà une grande plume africaine.
Commenter  J’apprécie          00
PtitVincent
  24 août 2019
1750, le gouverneur d'une province du Buganda, Kintu Kidda, commet l'irréparable lors d'un long périple pour présenter ses voeux au nouveau roi du pays. Pire que tout, il le cache à son retour à l'ensemble du village et de ses proches. Un homme lui lance alors une malédiction pour lui et toute sa descendance. Descendance vaste dans cette famille, puisque la « tradition » est d'y voir naître de nombreux jumeaux. 2004, on y suit quelques-uns des enfants Kintu dont la vie est effectivement loin d'être rose. Suubi, née maigre et malade, subit une enfance malheureuse, tout le monde étant persuadé que sa santé fragile ne lui offre aucun avenir. Et malgré tout, Suubi grandit, hantée par sa jumelle décédée, l'empêchant de vivre libérée et pleinement heureuse. Kanani, un homme hanté tout comme son épouse par la religion anglicane… et par le sexe. Une double obsession qui l'amènera à évangéliser autour de lui, mais lui apportera la damnation éternelle et ce, dès sa vie terrestre. Isaac Newton est quant à lui persuadé d'avoir transmis le sida à sa femme récemment décédé et son fils Kizza. Un homme qui pourtant avait réussi à franchir de nombreux obstacles vers la réussite professionnelle. Enfin Miisi, le patriarche des descendants malgré lui, un intellectuel formé par les blancs, ayant connu l'exil durant la dictature d'Amin Dada, et s'occupant de ses petits-enfants après avoir perdu 10 de ses enfants. Tout ce petit monde se réunira dans une cérémonie traditionnelle pour conjurer ce sort ancestral. Un premier roman polyphonique et ambitieux, à la fois centré sur une famille et une région d'Afrique (le Buganda, province de l'Ouganda) mais aussi plus universel, car cette malédiction n'est-elle pas tout simplement celle de l'Afrique ? Misère, violences, maladies, prééminence des religions, relation complexe avec l'Occident tous ces maux sont-ils vraiment la conséquence d'un sort jeté deux siècles et demi plus tôt, par un père en colère ? Jennifer Nansubuga Makumbi nous fait découvrir l'histoire et les traditions d'une région, le Buganda, et celles d'un pays, l'Ouganda, territoire redécoupé par l'homme blanc selon ses convenances. Une très belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viduite
  26 juillet 2019
De la gémellité magique à une malédiction héréditaire. Avec une variation rythmée de point de vue, Kintu nous conte le devenir d'un clan, différents aspects de la vie contemporaine en Ouganda, sous l'angle d'une malédiction sur laquelle Jennifer Nanubuga Makumbi laisse toujours planer le doute. Kintu offre alors une fine réflexion sur les récits qui nous constitue.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   12 septembre 2019
Baale sourit. Les enterrements de vie de garçon légendaires auxquels ne participaient que les hommes mariés : il avait hâte.
Commenter  J’apprécie          60
BazartBazart   07 septembre 2019
Par deux fois, Kintu se sentir sur le point de vomir mais ravala sa nausée. Ssentalo était le plus haut général de l'armée du Buganda. Il avait servi huit ba hakaba sans compter Mwanga qui n'avait regné que neuf jours.
Commenter  J’apprécie          40
StelphiqueStelphique   22 août 2019
Il sourit en pensant à l’ironie de la chose. Pour lui, l’humanité était maudite, de toute façon.
Commenter  J’apprécie          120
mailys_babeliomailys_babelio   11 juillet 2019
Quelqu'un frappa à la porte. La compagne de Kamu se réveilla et l'enjamba pour aller ouvrir. Elle ramassa un kanga par terre et l'enroula autour de son corps nu. Elle tchipa, agacée d'être dérangée de si bonne heure, et alla à la porte avec la contrariété d'une épouse légitime dont le mari était à la maison.
Commenter  J’apprécie          00
StelphiqueStelphique   22 août 2019
On ne s’aperçoit pas qu’on est maudits jusqu’à ce qu’on soit exposé à cette autre façon de vivre.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox