AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Claude Bleton (Traducteur)
EAN : 9782330153168
400 pages
Actes Sud (01/09/2021)
3.96/5   84 notes
Résumé :
Dans une Afrique encore traversée de magie et de superstition, l'épopée tragique d'un enfant soldat, victime et bourreau, innocent et coupable. Après l'enfer de Nazino et la Russie stalinienne de "Toutes les vagues de l'océan", Victor del Árbol nous plonge dans les ténèbres du coeur de Joseph Kony, le Sorcier du Nil.
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 84 notes
5
11 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
0 avis

paroles
  25 mars 2022
Arrivé à Barcelone encore adolescent, Isaïe a lutté d'arrache-pied pour gagner son droit au bonheur. Il s'apprête à connaître les joies de la paternité et pense avoir tourné le dos pour toujours à une Afrique féroce qui embrigade des enfants. Quand il reconnaît, dans l'embrasure de son atelier, un ancien camarade (ou plutôt frère d'armes), il perçoit d'instinct que sa paisible existence vient de voler en éclats. L'émissaire exerce désormais des fonctions officielles, et Isaïe se laisse convaincre de retourner en Ouganda afin de participer à une conférence sur la réconciliation nationale.
Mais à peine arrivés à Kampala, sa femme est enlevée...

C'est par un incessant aller-retour entre passé et présent que l'auteur nous embarque dans la vie d'Isaïe, Ougandais d'origine et réfugié à Barcelone.
Une vie cassée, fracturée dans sa courte période d'adolescent, propulsée au coeur des ténèbres. Un récit conté à la première personne par Isaïe lui-même qui ne cache aucune émotion, aucun détail de sa vie et de son enrôlement, aucun fait même le plus sordide.
C'est un roman éprouvant mais riche car il questionne sur la mémoire, sur les souvenirs que l'on garde ou que l'on transforme pour les rendre acceptables et ceux que l'on veut oublier, sur ses actes voulus ou subis, et sur la construction de soi. Un roman aussi sur l'innocence et la culpabilité, sur l'envie de comprendre, de pardonner et de se pardonner. Un roman sur le destin d'un enfant-soldat victime et bourreau, sur lequel plane l'ombre de Joseph Conrad et de son roman « au coeur des ténèbres ».
Un livre glissé entre mes mains, avec moult recommandations, par le propriétaire de la petite librairie Opuscule de Montpellier que je remercie. de son coup de coeur, j'en ai fait le mien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Crossroads
  12 octobre 2021
Isaïe bosse à Barcelone.
Comblé aux côtés d'une femme aimante dont il attend un enfant, il doit composer avec ses innombrables démons abandonnés en Ouganda.
Aussi, lorsqu'une vieille connaissance franchit le pas de son échoppe puis l'invite pressamment à retourner au pays dans le but oh combien louable d'assister à une conférence censée taffer sur la réconciliation nationale, Isaïe aurait dû écouter sa petite voix intérieure et refuser tout de go ce billet retour pour l'enfer.
J'aurais adoré adorer, ce ne fut pas le cas.
Si le sujet abordé et développé fait preuve d'une maîtrise et d'un sens de la pédagogie certain, difficile d'en dire autant de l'écriture qui m'aura laissé sur le bord du chemin du début à la fin.
Isaïe est un personnage complexe, torturé par un passé qui lui explose de nouveau à la gueule sans préavis, et qui semble avoir pour film fétiche Un jour sans fin (saloperie de marmotte, tiens).
Véritable pierre angulaire de ce roman, sorte de Kurtz emblématique d'Apocalypse Now, dont il est régulièrement fait référence, et appelé à plonger encore et encore dans un chaos perpétuel, il semble voué à revivre éternellement ce qu'il s'évertue à oublier pour le salut de son âme.
Pour la résilience, c'est en face. En vous remerciant.
Les thématiques sont d'une richesse et d'une multiplicité incroyable.
Ce roman, très dur, lève le voile sur un pays meurtri, balafré par des conflits d'une violence inouïe à l'encontre d'une populace expiatoire.
Joseph Kony et sa LRA, en seigneur de guerre rebelle, homme brutal, sans conscience, avide de pouvoir, fût-il obtenu hors de tout cadre législatif et aux détriments d'innombrables atrocités commises par des enfants soldats qu'il s'évertuait à enrôler dès leur plus jeune âge.
Ouganda, terre de légende, de magie mais également de rituels ancestraux d'une bestialité peu commune. Naître albinos, c'était (c'est encore aujourd'hui dans certains pays) s'aliéner des années de persécution, voire de sacrifices rituels à base guillerette de décapitation, d'éventration et de démembrement.
Avant les années terribles aurait, de source peu sûre, été banni de tout office de tourisme ougandais.
Formidablement instructif et, paradoxalement, terriblement humain, il ne lui aura manqué qu'une adhésion pleine et entière au style pour cocher toutes les cases du très très grand roman.
Merci à Babelio et aux éditions Actes Sud pour ces années de plomb.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
bidule62
  24 septembre 2021
Dans ce roman l'auteur alterne deux périodes :
- début des années 90 - guerre civile en Ouganda
- années 2010 - le personnage central, Isaïe, va quitter l'Espagne où il s'est réfugié pour revenir dans son Ouganda natal participer à un colloque sur la réconciliation.
Très rapidement on comprend qu'Isaïe est un ancien enfant soldat de l'Armée de résistance du Seigneur (sans rire) du tristement célèbre Joseph Kony. Personnage toujours poursuivi par La Haye. Toujours en fuite, toujours vivant. Jamais jugé.....
Ce roman aborde aussi la question des albinos africains et l'horrible traitement qui peut leur être réservé. Vu comme des esprits noirs, dont la mort (de préférence sous torture) ou les organes peuvent apporter bonheur, santé etc à ceux qui les massacrent....
.
En soi ce livre est très intéressant. "Mais" car il y a un mais....
La partie années 90 est passionnante. On sent que c'est le sujet qui intéresse l'auteur. C'est fouillé, étudié.... S'ajoutent les questionnements du personnage central sur ce qu'il est, ce qu'il est devenu, le fait d'être innocent et coupable à la fois.
La 2e partie fait "too much", c'est trop.... Trop de rapt, de violences, de retournements, de traîtrises.... Au final j'ai trouvé que ça desservait le livre.
.
Donc un roman utile mais avec une petite pointe de déception en ce qui me concerne. Mais que cela ne vous empêche pas de jeter un oeil sur ce livre !
Merci pour ce cadeau obtenu lors de la dernière Masse Critique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
Didjmix
  27 octobre 2021
Direction l'Ouganda. L'auteur, plutôt classé en polar, nous sert ici un livre sur la guérilla sanglante qui eut lieu dans les années 90 - sorte de thriller historique ?! ce livre est puissant, très instructif. La réalité a été celle d'enfants-soldats, même pas adolescents, enrôlés pour trucider, violer, et souvent mourir. La narration alterne entre ces années noires et l'année 2016, lorsque notre héros est invité à revenir dans son pays, pour un colloque et raconter cette folie meurtrière. Revenu donc, il tombe dans un guet-apens : parce que tous ses ennemis, des deux camps, n'ont pas oublié qu'il a été le "chasseur". Très bon travail de l'auteur sur la frontière ténue entre la responsabilité d'être victime et bourreau. Et même lorsqu'un travail sur soi peut avoir lieu, d'acceptation par exemple, il y a toujours quelqu'un pour vous refaire porter les habits d'un passé très obscur. Comme on dit, ça colle à la peau. Lecture passionnante et déroutante.
Commenter  J’apprécie          310
Michel69004
  21 septembre 2021
Difficile d'écrire après «Toutes les larmes de l'océan » considéré à peu près unanimement comme un chef d'oeuvre et publié en français en 2015.
Victor del Arbol a beaucoup écrit depuis et s'est sans doute un peu perdu.
« Avant les années terribles » est une sorte de titre prémonitoire pour cet auteur, que j'aime beaucoup et que j'ai eu la chance de rencontrer à Lyon.
Après 2 romans décevants il change son M16 d'épaule et nous précipite, à la suite d'Isaë ,dans le chaos ougandais.
Isaë est réparateur/vendeur de vélos à Barceloneta, métier qui a le vent en poupe…
Mais les fantômes du passé vont venir le titiller et Enmanuel K(?) le convint de venir faire un tour à Kampala , le temps d'une conférence sur la Réconciliation nationale.
Ex-enfant soldat, longtemps victime (mais pas innocent, précise l'auteur) d'un sévère état de stress post-traumatique ( on le serait à moins) Isaë part avec sa femme , Lucía ( avocate, famille hyper-riche)enceinte de cinq mois.
Une fois en Afrique ça devient compliqué, tout va se rejouer en pire , etcétéra ,etcétéra…
Franchement le pitch était vraiment tentant.
Malheureusement il y a plusieurs petits soucis :
Passons sur quelques incohérences chronologiques ( même si je n'aime pas du tout ça) mais soit il y a un gros problème de traduction soit Victor del Arbol s'est empêtré dans les problèmes de conjugaison. le style est lourd, terriblement empesé , ça en est presque gênant.
Il y a aussi des incohérences géographiques mais là aussi passons.
Le mérite de l'ouvrage est de donner un grand coup de projecteur sur l'Ouganda et là, pour le coup, on apprend pas mal de choses.
Pays maudit de l'Afrique de l'Ouest, l'Ouganda est un magnifique pays avec une histoire terrible. S'intéresser à son histoire c'est mettre un bout d'orteil dans l'immense complexité africaine post-coloniale.
On y apprend aussi le sort impitoyable des albinos, leur destin victimaire et leur rôle dans la sorcellerie.
Mais la narration est malheureusement assez confuse avec pourtant une structure narrative sommaire.
Qu'est il arrivé à cet auteur que j'aimais tant ?
Souvent présent à Quais du polar , l'homme est charmant et parle un beau français avec une pointe d'accent catalan.
Peut-on se remettre de Toutes les larmes de l'océan ?
Pas sûr……
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164


critiques presse (1)
LeMonde   06 septembre 2021
L’écrivain espagnol se transporte en Ouganda, parmi les enfants-soldats de l’Armée de résistance du seigneur (LRA). Un roman de la perte de l’innocence.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   17 février 2022
Je retournai avec férocité à la guerre , dont je ne sais rien , bien que j'y aie été plongé pendant trois ans . Je n'ai jamais su la raconter . J'admire ces reporters qui la montrent .... ils impriment la juste dose d'émotion , évitant d'être trop crus , semblent connaître les ressorts . Pour eux la guerre est claire , tout le monde sait ce qu'il doit faire et le gagnant est celui qui a su agir avec efficacité .... La guerre c'est de la fumée .... Une fumée qui vous empêche de respirer et qui vous aveugle . C'est une somme de cris infernaux , on crie quand on tire , Quand on est blessé , quand on veut se cacher dans un trou et se boucher les oreilles et crier encore ...Tout crie , les hommes qui attaquent , ceux qui meurent , les chèvres , les chiens , l'âne qui trépigne , affolé , pour s'enfuir , les singes qui crient presque autant que les humains quand les arbres prennent feu sous les bombes , dans les champs les rats crient aussi . La guerre c'est avancer , reculer , ramper , crapahuter , courir , s'immobiliser au cœur d'un tourbillon qui vous encercle . Se battre contre des hommes plus grands et plus forts , esquiver les baïonnettes qui veulent vous couper le cou , mordre , griffer , arracher les yeux , écraser les crânes à coups de pierre

Pleurer , tout le temps pleurer .

Et tout cela , en même temps ! On dirait que cela ne finira jamais , mais si on résiste , c'est la fin .

Personne ne vous dit que votre mort ne compte ni pour les uns ni pour les autres . Perte inutile , sacrifice stérile . Un ridicule et immense tragique . Si votre camp gagne , il mettra un drapeau sur votre cercueil et peut-être une plaque à votre nom sur une petite place de village ; si les adversaires gagnent , ils jetteront votre corps sur une belle montagne de cadavres , et une pelleteuse vous poussera dans une tranchée et vous ensevelira sous deux mètres de terre anonyme ; les uns et les autres vous oublieront , vous deviendrez un chiffre , au mieux une statistique dans les manuels d'histoire ; au pire , vous serez un crâne et un fémur qu'un tracteur exhumera en labourant , on mettra vos restes dans un sac poubelle sans que personne ne vous réclame ni puisse vous identifier . Vos vies et vos réussites subsisteront dans de vieux souvenirs de famille , mais ces échos finiront aussi par s'éteindre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
parolesparoles   25 mars 2022
Quand les gens sont furieux, la vérité importe peu. Ils veulent juste un bouc émissaire.
Commenter  J’apprécie          170
SofiertSofiert   30 novembre 2021
Je mis du temps à comprendre le jeu de l'affection et de la cruauté : un jeu qui annihile toute capacité de résistance. On ne sait jamais à quoi s'en tenir, à quoi s'attendre. La carotte ou le bâton ? Finalement on se résigne à accepter ce qui se présente, que ce soient des coups ou des caresses, tout naturellement. L'amour devient une perversion.
Commenter  J’apprécie          20
parolesparoles   25 mars 2022
Avant les années terribles, j’étais un enfant heureux. Bien entendu, je ne l’aurais pas dit de cette façon ; le bonheur ne s’explique pas, personne ne me demandait au réveil si j’étais heureux, et je n’aurais pas su répondre à une question aussi étrange. Le bonheur semble être un état normal, aussi évident que le soleil qui s’élevait chaque matin. 
Commenter  J’apprécie          10
parolesparoles   25 mars 2022
C’est une redoutable erreur de croire que les gens qui nous aiment sont, par le seul fait de nous aimer, stupides ou aveugles. Ou que leur patience est infinie. Si vous vous éloignez un peu trop, peut-être ne vous donneront-ils pas l’occasion de revenir. L’amour n’est pas un blanc-seing.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Victor del Arbol (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor del Arbol
À l'occasion du salon du livre de Genève 2019, rencontre avec Víctor del Arbol autour de son ouvrage "Par-delà la pluie" aux éditions Actes Sud.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2283734/victor-del-arbol-par-dela-la-pluie
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : ougandaVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus