AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266203193
Éditeur : Pocket (05/06/2014)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 215 notes)
Résumé :
Lucy vit avec son mari Tom et leurs trois enfants Sam, 9 ans, Joe 5 ans et Fred 2 ans dans une banlieue cossue de Londres. Cette mère de famille, au demeurant fort sympathique, est une tête en l'air comme on en croise peu ! Quand elle ne perd pas les clés de chez elle ou ne se fait pas piquer dans les transports en commun sans ticket, elle part accompagner ses enfants à l'école en pyjama et oublie leur goûter... Rien de dramatique, non ! Sauf quand Mister super sexy... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
Gaoulette
  24 février 2017
Titre intriguant. Couverture suggérant un sujet tabou traité avec humour. Une sorte de Bridget Jones maman à temps complet. Je vais allez droit au but un gros ingrédient a manqué pour en faire un bon roman.
Lucy la trentaine passée, mariée, mère de 3 garçons fort attendrissants, mère au foyer débordée et pas très à l'aise dans son corps. Et parfois pendant ses périodes d'absences parle sans filtre. Ah détail important elle fantasme sur Père-sexy-au-foyer.
Les points positifs de ce chick lit : le sujet tabou de l'éducation. C'est quoi être une bonne mère de famille? Qui n'a pas jalousé lors de la sortie d'école ces mamans au foyers toutes parfaites, super bien gaulées après 3 ou 4 accouchements, celles qui n'ont pas besoin de travailler pour faire la popote, aller au coiffeur, faire la causette à la sortie de l'école ou même délègue pour avoir du temps pour elle. Comment gèrent les mamans Wonder Mum qui refusent de lâcher leur carrière professionnelle ? Et puis surtout comment peut-on dire qui est ou pas une bonne maman ?
Pour faire la critique de ce roman je pense qu'une introspection s'impose.
Je suis « une mère indigne » : il était hors de question que je sois une mère au foyer, la popote et moi c'est 2, je cuisine et mon mari repasse et fait le ménage, je déteste faire la causette au maman à l'école j'ai l'impression de ne rien avoir à leur raconter, je préfère mes copines avec ou sans famille avec qui je parle sexe ou se faire de grosse bringue comme à mes 20 ans, je n'ai pas culpabiliser de laisser mon fils pour partir en vacances avec mon mari pour m' envoyer en l'air comme je veux, et je n'ai jamais culpabilisé de l'emmener aussi depuis sa naissance à droite à gauche (voyage au 4 coins du monde) et tant pis pour sa sieste il suit et puis c'est tout. Participer aux événements de l'école est un exploit pour moi. Mais je le crie haut et fort j'aime mon fils plus que tout. Ah oui les grasses mat j'adore c'est mon mari qui gère. Et je précise j'ai une vie chargée pratiquement tous les week-ends et mon fils suit la majorité du temps.
Alors ce titre explicite on me l'a sorti. Je suis égoïste parce car je reste sur l'enfant unique pour garder mon temps libre, je fais subir ces voyages incessants à mon petit garçon (et oui comment tu fais quand il tombe malade, pour sa sieste, pour changer ses couches dans des pays sous-développés). Et bien je me suis toujours défendue : qu'il tombe malade au Sri Lanka ou en France il existe des pharmacies, la sieste peut se faire dans le bus, pour la nourriture et bien autant l'habituer à manger de tout, et surtout je veux que mon fils soit ouvert au monde. Et ma dernière réflexion : si mon fils et mon mari me sentent épanouie alors ils seront heureux et on formera une famille bien dans ses baskets. J'emmer……. Les autres, chacun sa vie.
Pourquoi avoir été narcissique dans ma critique ? J'ai compris Lucy sur certains points et j'assume d'être une mère indigne sur certains points aussi selon les critères de mathusalems.
Autre point intéressant du roman : la tentation qui est le fil conducteur jusqu'à la dernière ligne et rend l'histoire de Lucy addictive. Je défie quiconque je lui jeter la première pierre. Car la tentation elle y est tous les jours, on y succombe ou pas c'est le choix de chacun. Quand tout part en vrille et qu'un homme particulièrement séduisant peut vous sortir de votre cambrousse, je peux comprendre qu'on se sente prise dans un tourbillon d'émotions ambiguës. Je dis toujours à mon mari : toi et moi on ne fera jamais une soirée en célibataire si dans notre couple on n'est pas en osmose. Et oui un homme ou femme en souffrance peut vite se faire réconforter et toucher le point de non-retour.
Bon j'en viens enfin à la recette. Les ingrédients parfaits mais je pense qu'il manquait un élément plus qu'important : la fluidité. le « lait » pour rendre l'ensemble agréable à lecture. Je m'explique, aux passages loufoques, l'auteure tombe à plat complet. Elle ne va pas au bout de sa plume. Je racontais à mon cher mari et c'est là que j'éclatais de rire. Elle traite le mal-être de Lucy assez maladroitement dans sa trame. Parfois des retours en arrières qui déconcertent le lecteur. Des conversations qui commencent et finissent à un autre moment. Un coup on est en vacances et après à l'école. Et Tom personnage important et trop omniprésent. Pour moi Fiona Neill tenait un sujet parfait mais n'a pas réussi sa recette. Dommage car je me retrouve dans un cas complexe. Une histoire géniale mais une plume et un ensemble pas assez maitrisés. Dilemme vais-je mettre la moitié ou l'accorder un petit supplément car j'ai adoré les sujets tabous abordés en essayant l'humour. Mais le mélange est resté parfois sans saveur. Obliger de me refaire les scènes dans ma tête pour rire toute seule et comprendre la vie de Lucy. Et ça ce n'est pas le but d'un roman, c'est de le vivre en direct.
Donc pour moi ce sera ce mélange qui est la grosse déception et franchement je suis dégoutée surtout qu'on tient une trame géniale dans l'air du temps. Mais je le conseille quand même à toutes les mamans qui cherchent une référence pour savoir si elles sont des mères indignes ou pas…..
Note : 3.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          147
Missnefer13500
  24 février 2017
Je ne suis pas très fan de ce genre , entre chick-lit et journal de Bridget Jones. Cependant je boude rarement une LC alors me voilà lancée avec mes copines Anne, Marie et Gaëlle.
Que dire ? C'est une comédie plutôt très caricaturale mais qui fait sourire et rire de bon coeur parfois.
Nous suivons le quotidien de Lucy qui se débat tous les jours dans les nombreuses contraintes journalières d'une maman avec trois enfants. En effet pas facile, de plus c'est bien connu le travail d'un femme au foyer n'est pas vraiment reconnu et l'auteur met bien en avant cette problématique. Cathy, Emma les meilleures amies de notre héroïne le relèvent parfois, mais comment Lucy se débrouille-t-elle et que fait-elle de ces journées ?
Pour couronner le tout, Tom le mari de Lucy très carré voire maniaque se désole du manque d'organisation de sa femme. Petite femme qui outre le fait d'être dépassée est miss catastrophe et s'empêtre dans des situations les plus improbables . En face d'elle des mamans super-parfaites qui maitrisent la gestion de leur temps, toujours à l'heure, toujours tirées à quatre épingles, une belle-mère dans le même ton, même la baby-sitter semble mieux se débrouiller que notre héroïne.
Et c'est là ou le bât blesse pour moi, ce qui fait dire que le personnage de Lucy est très caricaturé, trop même, celle-ci part en pyjama à l'école (OK je l'ai vu parfois) perd ses clefs toutes les trente secondes, sa carte bleue, met ses verres de contact dans une tasse, oubli d'emporter les caleçons de son mari dans la valise pour les vacances et ne culpabilises pas un brin de toutes ses frasques...., ce qui donne des scènes cocasses et je dirais que pour certaines c'est un peu trop, et j'ai quand même souri et même ri souvent. Cependant l'auteure stigmatise un peu trop le manque de participation des hommes, pauvre Tom! et que doit faire pour être la mère parfaite en nous dépeignant tout son contraire
Cependant, force est de le reconnaitre, Fiona Neill traite parfaitement le délitement de la passion amoureuse
-(..) le problème, c'est que meme si c'est le sexe qui engendre les enfants, ce sont les enfants qui tuent le sexe"
et les conséquences d'un train train quotidien et des crises dans une vie de couple, les questionnements de toute femme, et oui le sexe féminin s'en pose plus que les hommes.
Le personnage de Tom est particulièrement attachant malgré son coté rigide et voire coincé, il m'a plus touché que Lucy. Pour autant j'aurais dû compatir pour elle, contrainte d'abandonner un métier plutôt passionnant pour un quotidien assez monotone rythmé par les catastrophes hebdomadaires dont elle est bien souvent responsable et qu'elle apprécie parce qu'ils cassent sa routine.
Alors doit-on comprendre son fantasme sur Père-au-foyer-sexy et son besoin de pimenter sa vie ? Je dirais oui, meme si ça peut choquer. Et de nous demander jusqu'au ira-t-elle et ce papa-sexy sera-t-il intéressé par une jeune maman aussi déjantée et si peu soigneuse de son apparence alors qu'il semble avoir une femme parfaite que malheureusement nous imaginons seulement , car elle est simplement entrevue ?
Je dois admettre que, même si je trouve son approche trop caricaturale avec tellement "too much", le style de l'auteur est plaisant malgré quelques digressions et le tout particulièrement agréable à lire. Les mésaventures de Lucy nous poussent en avant et l'on se demande bien ce qui va advenir de ce fantasme. Père-au-foyer-sexy et Madame-mère-indigne vont-ils "fauter" ? les personnages secondaires sont amusants et l'auteure brosse un tableau semblant assez réalistes et place nos protagonistes secondaires dans situations complexes et sujettes également à interrogations sur leur devenir. J'ai aimé cette ambiance Anglaise, son coté charme désuet et très moderne à la fois qui donne un ton agréable à cette aventure. Parfois la traductrice ponctue le tout avec des références très françaises, du moins je pense parce que Copains d' Avant ça existe en Angleterre ?
Le final est époustouflant et j'avoue que meme si j'avais deviné très vite la vérité sur le trio Guy/Emma/femme de Guy, je ne m'attendais pas du tout à une issue aussi vaudeville et Tom m'a vraiment séduite ( j'évite de penser que là aussi c'est un peu trop, je veux croire qu'un mec comme ça existe) .
Par contre je n'ai pas toujours compris comment une femme comme Lucy qui avait exercé un métier à responsabilité ait pu, en devenant mère au foyer se perdre totalement à ne plus parvenir à se plier à des codes sociaux comme si en acquérant ce nouveau statut, elle tombe dans une autre dimension et que ceux sont les mères parfaites de extra terrestres
Parmi toutes les scènes cocasses que nous suivons je suis restée frustrée sur la scène de la fête de Noël, j'en aurais voulu plus. J'ai eu aussi un petit soucis avec les personnages de mère parfaite et mère efficace, je me suis parfois un peu perdue jusqu'à ce que l'auteure attribue un prénom à l'une d'elle.
Merci à Anne pour avoir fait de ce roman un petit livre itinérant et m'avoir permis de passer un agréable moment de lecture sur un genre qui n'est pas cependant mon préféré. Quant à la note a lui attribuer, cela me pose un petit problème, parce que même si j'ai ri, souvent, je ne peux m'empêcher de trouver scènes et situations hautement improbables. Non je n'arrive pas à croire à la réciprocité de l'attirance de Lucy et bien d'autres choses encore, je vais me répéter, comme l'impossibilité d'une femme qui gérait sa vie professionnelle avec brio, du moins on le suppose, à moins que ce ne soit pas le cas et dans toutes ces digressions l'auteure n'y fait aucune référence, de gérer une famille et d'être à ce point une catastrophe ambulante qui pourrait attirer les hommes ! Ce coté trop improbable m'a dérangé.
Mais allez je vais être généreuse parce que j'ai souvent ri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
stokely
  30 janvier 2019
J'ai mis un petit peu de temps a entré dans cette histoire, je lis occasionnellement de la chick lit et j'aime bien cela mais ici ce livre est un peu plus gros que ceux que je lis en moyenne.
Nous faisons ici connaissance avec Lucy son mari Tom et leurs trois enfants Sam, Joe et Fred. Lucy a arrête de travailler afin de s'occuper de ces enfants et elle est plutôt une madame catastrophe puissance mille, sa voiture ressemble clairement à une décharge, son sac à main idem, elle oublie clé et passeport à longueur de temps. Même son petit Sam l'aide à taire la plupart de ses pertes.
Elle est entourée de mamans parfaites et de mamans super efficaces à ses yeux et tout son monde va être chamboulé quand elle va faire le connaissance d'un père hyper sexy qu'elle va d'ailleurs rencontré étant vêtu d'un pyjama en dessous de son manteau.
Un bon point pour le frère de Lucy qui se nomme Mark qui est un psychologue complètement allumé.
Lucy a également des copines complètement débridés sexuellement alors qu'avec Tom cela n'a plus rien de passionnel.
Une lecture divertissante mais ce n'est pas le meilleur livre chick lit que j'ai lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Dumakey
  24 août 2015
Encore un roman de la veine de Bridget Jones pour nous dire que que tout le monde a ses défauts, même ceux que nous admirons en secret. En fait, le sujet est un peu trop éculé pour être d'être traité avec aussi peu de subtilité et d'originalité, finalement c'est un roman assez peu divertissant.
Cette mère franchement cracra (elle a des bouteilles à pipi dans la voiture jamais vidées) finit par taper sur les nerfs. RIEN ne peut être bien fait par elle et on finit par se dire que son mari est inconscient de la laisser seule avec les enfants.
Dans ce genre," la meilleure d'entre-nous" place la barre nettement plus haut.
Commenter  J’apprécie          150
Bislys
  08 mars 2016
Lucy est la mère débordée de 3 enfants légèrement turbulents. Ajoutez à cela qu'elle a une tendance bordélique et vous vous retrouverez dans sa vie joyeusement fouillis. Et ce n'est pas Tom, son psychorigide de mari qui va lui donner un coup de main. Entre emmener les enfants à l'école, gérer le quotidien et les crises existentielles des copines, Lucy a plus que son lot de galères. le quotidien amusant d'une mère complètement débordée.
Lucy c'est la Bridget Jones des mères de familles. Elle multiplie les situations complètement loufoques et improbables. Au début, ses mésaventures sont amusantes, mais on se lasse très vite de ses déboires. C'est de pire en pire et à la fin, on voit arriver les situations. Je suis contente d'en avoir fini avec ce livre parce que le récit devenait vraiment lassant. Dommage.
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
mogador83mogador83   17 février 2015
L'incapacité des femmes a séparer les émotions du sexe, ne représente pas une faiblesse, mais une force. Cela favorise la communication et la compréhension mutuelle. Je n'ai jamzis compris pourquoi les femmes considéraient les coups d'un soir ou les beuveries comme un signe de progrès social. Les hommes feraient mieux de se comporter un peu plus comme les femmes. Enfin, tout cela est bien compliqué...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
boubiboubi   04 mars 2012
..., le chaos est inscrit dans les gènes. Ma mère en avait intelligemment élaboré une théorie intellectuelle et j'ai grandi en entendant dire qu'une maison bien tennue était antiféministe.
...les femmes devraient passer leur temps à cultiver leur cerveau au lieu de le perdre à ranger leur amoire à linge si elles voulaient briser les entraves domestiques qui les empêchaient de réaliser leur potentiel intellecuel. (26)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Adel89Adel89   22 mars 2017
- Maman, c'est grand comment, un spermatozoïde?
- Minuscule.
- Même si on est un spermatozoïde de baleine?
- Exacte. Quelle que soit ta taille, le spermatozoïde est toujours minuscule.
(...)
- Je peux en faire un animal de compagnie?
- Ils ne survivent pas longtemps une fois qu'ils ont quitté leur maison.
(...)
- Papa pourrait t'en donner un, intervient Sam, essayant de se montrer utile. Il en cultive.
- Je pense que je vais plutôt économiser mon argent de poche pour m'en acheter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
boubiboubi   12 mars 2012
...je me rappelle m'être allongée à côté de lui sur le sol de la cuisine. Je voulais calculer la valeur du minuscule espace qu'il occupait et je m'aperçu que ce genre de chose n'avait pas de prix.
Quand j'étais enceinte de Joe, il me paressait inconcevable d'aimer autant ce nouveau bébé. Je pensais qu'il me faudrait diviser mon affection en deux, car il y avait forcément un niveau d'amour bien défini.
Mais c'était sans compter le mystère de l'amour maternel.
J'ai en effet appris qu'il reste toujours des réserves d'affection inexploitées et disponibles. Et chaque jour, en dépit des bouleversements et du chaos, il y a de brefs instants où c'est tout ce que je ressens : le pur plaisir d'aimer. (297)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mogador83mogador83   15 février 2015
Le problème, c'est que même si c'est le sexe qui engendre les enfants, ce sont les enfants qui tuent le sexe.
Commenter  J’apprécie          120
autres livres classés : chick litVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Fiona Neill (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14882 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..