AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782505081012
192 pages
Kana (19/03/2021)
3.68/5   28 notes
Résumé :
Une employée administrative dans un hôpital décide d’accomplir son rêve et de démarrer une activité professionnelle parallèle. Elle veut ouvrir un salon de manucure qui n’ouvre que le soir, pour les femmes actives qui veulent rester coquettes. Mais se lancer comme indépendante n’est pas une mince affaire, surtout quand les autres, et surtout les hommes, tentent de vous décourager jugeant l’entreprise trop compliquée pour “une petite femme inexpérimentée”. Pourtant, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 28 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

Tachan
  06 avril 2021
Mari Okazaki est une de ces autrices que j'avais eu le très grand plaisir de découvrir il y a une quinzaine d'années quand Akata travaillait en collaboration avec Delcourt et offrait des titres féminins vraiment puissants, malheureusement disparus aujourd'hui... J'avais eu un coup de foudre pour la narration visuelle très puissante de cette autrice et ses thématiques poétiques et malaisantes à la fois. Malheureusement, n'ayant pas eu le succès escompté, elle avait disparu de nos rayonnage. J'ai donc été plus que surprise et ravie quand je l'ai vue sur la liste des séries prévues par Kana pour sa nouvelle collection Life. Prévu à l'origine pour octobre dernier, la crise nous aura fait attendre jusqu'en mars de cette année. Mais ne dit-on pas qu'on garde le meilleur pour la fin ?
Pour ceux qui ne connaissent pas, Mari Okazaki est une autrice de shojo-josei, qui a débuté par de nombreuses histoires courtes à la fin des années 90, qui ont débarqué chez nous dans les années 2000. On a ainsi pu la lire dans Déclic amoureux, BX, le cocon, Vague à l'âme ou encore Effleurer le ciel... Mais le tournant fut vraiment sa série Complément affectif (Suppli en vo) où déjà elle mettait en scène non plus des lycéens mais une femme active et ses amours compliqués en plus de sa quête d'émancipation. C'est encore à ce jour l'un des titres qui m'a le plus touchée dans ma vie de lectrice !
Dans & - And, série en 8 tomes qui date de 2010 au Japon, l'autrice a décidé de replonger dans cet univers impitoyable qu'est le monde du travail, mais exit les agences de pub de Complément affectif et place au monde médical, à la manucure et à l'informatique. La jeune héroïne d'And, Kaoru, est une secrétaire médicale qui semble faire son travail parce qu'il le faut mais qui cherche à côté une autre voie où s'épanouir. Alors un jour, sur un coup de tête, elle décide de développer son second travail, qu'elle faisait jusqu'alors en dilettante, en cherchant un endroit où faire des manucures à ses clients après le boulot.
Sur le papier, on pourrait se dire, bof encore une histoire de fille, en plus la manucure c'est vraiment pas mon truc... Mais And, c'est bien plus qu'une histoire de jeune active.
Kaoru est une jeune femme pétrie de complexes, mal dans sa peau, qui craint le contact physique mais aussi les engagements. Elle est seule et solitaire sous ses dehors de jolie fille facile d'accès. Mari Okazaki nous propose donc le récit d'une chrysalide qui cherche à devenir papillon mais qui va devoir lutter pour sortir de sa coquille.
Avec sa narration très particulière, j'ai d'emblée été emportée par l'histoire. Mari Okazaki aime les planches éclatées avec les pensées et les paroles qui s'envolent et se mélangent, créant une ambiance perchée, un peu étrange mais que je trouve très poétique. L'ambiance est poisseuse, lourde et malaisante. Chaque personnage cache des problèmes bien ancrés en lui qui le rendent dysfonctionnel et étrange alors qu'au premier abord il a l'air tout à fait normal et facilement abordable. Mais en fait ils portent tous un masque cachant leurs failles et faiblesses. Avec son trait très poétique, l'autrice cherche à montrer la noirceur derrière la jolie façade qu'ils ont érigée et c'est glaçant lorsque le masque se craquelle.
Alors non And n'est pas une lecture facile. C'est une lecture qui peut mettre mal à l'aise. L'héroïne est troublante. Elle peut faire coquille vide parfois ou petite fille trop naïve. Elle peut ainsi agacer. Moi, je me suis reconnue en elle dans ses difficultés à nouer des relations avec les autres. J'ai trouvé saisissant la façon très expressive et onirique dont la mangaka la mettait en scène. Son ami geek qu'elle recroise et qui va l'aider à trouver un local, a un petit côté stalker malaisant, mais c'est surtout un amoureux transi maladroit, à l'image de ses collaborateurs d'ailleurs qui sont soit très mal à l'aise avec les filles (moment tordant) soit très rentre dedans. Quant à ses collègues à l'hôpital, on a la secrétaire croqueuse d'hommes à première vue mais divorcée, ce qui je parie cache bien des fragilités ; un docteur très sûr de lui, Akasaka, mais qui s'inquiète énormément pour son collègue le docteur Yagai ; quant à ce dernier, c'est celui qui me fascine le plus, vu son lourd passif et son côté Docteur House. Alors oui, ce dernier a tout du type détestable qui se comporte mal avec les autres et les femmes en particulier, mais Mari Okazaki est plus fine que ça et il fera chavirer votre coeur pour peu que vous lui laissiez sa chance.
Tout ce groupe de personnages nous emporte dans une histoire mélangeant vie perso et vie pro dans un entrelacs comme seul sait le faire l'autrice. Ses dessins et sa narration en spirale participent énormément à ce sentiment de mélange voire de quasi fusion. On n'arrive pas à démêler l'un de l'autre. Les malaises ressentis dans sa vie perso influent sur sa vie pro et vice versa. Il faut plonger dans cette drôle d'ambiance pour se rendre compte de son côté étouffant et pourtant poignant. Les révélations sur le passé de Yagai prennent à la gorge, tout comme le malaise de Kaoru vis-à-vis des autres qui pourtant trouve une éclaircie, une percée, dans sa relation trouble avec ce docteur acariâtre.
Alors oui, on voit se dessiner le traditionnel triangle amoureux dont on n'est pas forcément féru ici, mais la puissance et la dramaturgie annoncées des sentiments est tellement belle que je n'en suis pas gênée pour une fois. Je suis juste prise par le flot de sentiments naissants chez une Kaoru novice en relation relation humaine qui est ainsi d'une extrême maladresse et commet bien des erreurs.
Avec une sensualité et poésie exceptionnelle (oui on sent que je suis archi fan), Mari Okazaki met tout ça en image et frappe le lecteur par des dessins immersifs et entêtants. Ce sont des entrelacs de fleurs et de poissons qui nous capturent et nous plongent dans les travers de l'histoire. Il y a une symbolique féminine très puissante aussi avec cette héroïne en difficulté face au contact et ces tâches rouge sang presque lorsqu'elle conte cela. Ça m'a frappée ! Je sais que les réfractaires à la narration "shojo" auront du mal face à ces planches où tout vole en tout sens car c'est complexe et potentiellement perturbant, moi je trouve cela poétique et magique, mais d'une puissance.
Comme prévu, j'ai donc eu un énorme coup de coeur lors de mes retrouvailles avec Mari Okazaki, une autrice phare de la littérature féminine pour moi, qui sait mettre en scène de très beaux personnages complexes et malaisants dans des histoires banales et puissantes à la fois, le tout dans un trait d'une belle sensualité. Retour plus que gagnant !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
starmornielna
  04 mai 2021
Mari Okazaki est une mangaka reconnue dans l'univers du josei avec notamment sa série la plus longue, Complément affectif, parue dans les années 2000, période pendant laquelle elle a été la plus prolifique. Lisant très peu de josei, je ne connaissais pas du tout la mangaka que j'ai découverte avec &. J'ai été totalement attirée par ce titre pour le moins étrange, juste une esperluette… le premier tome est sorti au Japon en 2010, il a donc fallu attendre onze ans pour le voir arriver chez nous ! D'ailleurs, au Japon la série est depuis longtemps terminée, elle comprendra au total huit tomes.
J'ai été voir les couvertures de chacun des tomes, elles sont vraiment sublimes ! Très épurées, sur fond blanc avec peu de couleur, elles mettent en scène Kaoru, l'héroïne, entourée de fleurs ou d'animaux. On reconnaît directement l'univers graphique de la mangaka, qui ne plaît pas à tout le monde à cause de ces visages particuliers et de l'effet brouillon maîtrisé de la mise en scène. de mon point de vue, tout surprend dans ce manga, du dessin aux personnages, jusqu'à l'histoire ! Aussi, il faut s'attendre inévitablement à sortir de sa zone de confort dès les premières pages de ce tome !
Pour résumer, Kaoru est secrétaire médicale dans un grand hôpital, et en plus de ce travail elle souhaite ouvrir un salon de manucure nocturne. Pendant ses recherches plutôt infructueuses, elle tombe sur un vieil ami à elle, Shiro, qui a ouvert sa propre entreprise de programmation et qui accepte de lui prêter le rez-de-chaussée de ses bureaux pour qu'elle puisse démarrer son projet. Elle va donc devoir s'installer et apprendre à travailler en tant qu'indépendante, en même temps qu'elle doit gérer ce qui se passe à l'hôpital. Alors qu'elle ne supporte pas d'être touchée, elle va s'intéresser au docteur Yagai, un chirurgien plus âgé qu'elle, dont l'histoire va la bouleverser.
Honnêtement, je n'ai jamais lu un manga comme ça ! Tout y paraît brutal, et les événements s'enchaînent rapidement, tellement que parfois c'est difficile à suivre. Aussi, il m'est compliqué de donner un avis certain sur seulement un premier tome, mais globalement j'ai aimé ma lecture qui, dans une certaine mesure, m'a captivée. le manga est très mature, il aborde des problématiques actuelles qui sont exploitées et dénoncées finement, en plaçant au centre cette femme socialement différente de ce que l'on attend d'elle à son âge.
Kaoru est volontaire, elle ne laisse pas les autres lui dicter ce qu'elle doit faire. Pour autant, elle reste idéaliste et inexpérimentée, aussi elle manque parfois du recul nécessaire pour s'affirmer pleinement. La vie est dure, et cela se ressent particulièrement dans le manga avec son entourage qui ne lui épargne rien. On peut ainsi voir les difficultés que peut rencontrer une femme à s'installer seule et à mener un projet. Entre les agences qui refusent de lui louer un local, les collègues qui ne croient pas en elle ou qui préfèrent lui demander quand elle va se marier, elle a intérêt à savoir ne compter que sur elle-même. Quant à son travail à l'hôpital, ce sera l'occasion pour elle de se rapprocher du docteur Yagai, un homme très doué dans son métier mais aussi traumatisé par son passé. J'ai beaucoup aimé les passages avec ce médecin, qui tranchent avec le reste du manga, et qui confrontent Kaoru à son propre problème, celui de ne pas supporter d'être touchée.
Un autre personnage a son importance, il s'agit de Shiro, un ami de Kaoru, qui clairement occupe une bonne place dans sa friendzone. Réservé, asocial, gentil mais aussi très talentueux dans son travail, c'est lui qui prête le rez-de-chaussée de son entreprise à Kaoru. Pour l'instant, on n'en sait pas trop sur lui mais j'imagine qu'il va prendre une grande place par la suite. En tout cas, c'est le seul qui soutient Kaoru dans ses démarches, et qui tente même de l'aider indirectement. C'est d'ailleurs le seul que j'ai trouvé sympa, j'espère qu'on va rapidement en apprendre plus sur lui !
De manière générale, ce manga est, pour moi, une lecture atypique. J'ai été très surprise par la narration, par les dessins, et par les personnages. Je ne m'attendais réellement pas à ça ! Je pense que ce premier tome mérite d'être lu ! Huit tomes pour une série c'est assez court, aussi je ne pense pas qu'il y aura vraiment des longueurs comme on peut le voir dans certains shojo trop longs. Au contraire, je pense que l'histoire est bien maîtrisée par la mangaka. Je suis donc très curieuse de savoir où cette histoire va aller, j'imagine que ce sera tout sauf ce à quoi je m'attendais ! 😊 La bonne nouvelle, c'est que le tome 2 sort très bientôt, le 21 mai, je ne vais pas manquer de me le prendre !
Lien : https://lesaffamesdelecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TheOtter
  13 octobre 2021
Chroniques des tomes 1 à 4.
And est un josei de Mari Okazaki qui raconte l'histoire de Kaoru Aoki, secrétaire médicale de 26 ans qui décide d'ouvrir un salon de manucure comme 2e emploi. La jeune femme est en difficulté et essaye d'atteindre une certaine stabilité, tant financièrement que socialement et sentimentalement. Autour d'elle gravitent plusieurs personnages, liés de près ou de loin à ses activités professionnels, et qui rentrent tous plus ou moins subtilement dans sa vie privée.
And est un manga qui mérite d'être discuté. Je le trouve fascinant, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme. L'histoire qu'il raconte, les émotions qu'il suscite restent en moi longtemps après la lecture, alors même que je ne suis pas sûre d'apprécier son propos.
Mais prenons les choses dans l'ordre. D'abord, les dessins. Les compositions et cadrages de la mangaka sont beaux, notamment parce qu'ils partent régulièrement dans l'onirique. Cela peut surprendre au départ, le titre étant terre à terre, mais l'on s'y fait vite, et cela contribue à la poésie de l'oeuvre. Les arrières plans sont splendides, et accompagnent complètement le vague à l'âme et les doutes de l'héroïne. Introspections, flash-backs, dialogues ou sensualité, tout est bien construit et se lit avec fluidité et réel plaisir, alors même que j'ai eu du mal avec le style de dessin propre de la mangaka. En effet, si mes louanges sont sincères, je n'ai vraiment pas aimé ses personnages, et plus particulièrement leurs visages. Je m'y suis faite au fil des pages, mais cela m'a désarçonnée au début. Clairement, j'ai été prise par surprise, dans le bon et le moins bon du coup de crayon.
Et cela est confirmé également par l'histoire. Après 4 tomes (sur 8 au total), le récit est lancé, je suis complètement dedans, et pourtant, je continue de m'interroger sur ce que veut raconter la mangaka. La totalité des personnages tiennent des propos extrêmement durs sur leur existence, mais aussi et surtout sur le couple et la place des femmes dans la société. Je n'ai toujours pas réussi à comprendre si Mari Okazaki adhérait aux paroles de ses personnages ou si elle ne faisait que retransmettre les stéréotypes ambiants. A titre d'exemple, son héroïne elle-même reconnaît que la valeur d'une femme s'exprime principalement au sein de son couple ; pourtant, c'est cette même héroïne, qui doute énormément, qui choisit de faire fi des stéréotypes et de suivre les passions qui l'animent.
Le sexisme, les attentes extérieures, les difficultés inhérentes à la vie pèsent sur le récit, pèsent et plombent les romances qu'il développe. Je trouve le personne masculin principal absolument imbuvable, aucune maladresse ne pouvant excuser son comportement. Mais cette lourdeur fait aussi émerger du récit des émotions et des réflexions particulièrement fines, qui vont droit au coeur. Parce qu'elles sont vraies.
En bref, du bon, du bas, du débat. And est un manga qui m'a étonné et qui sort du lot. Et quand bien même il ne plaît pas, je pense qu'il a les qualités pour laisser une marque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Rickola
  07 mai 2021
Dernier né de la collection Life, ayant débarqué chez nous le 19 mars, j'attendais beaucoup And de Mari Okazaki pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce que j'ai totalement confiance dans les choix de l'éditeur quant aux titres qui rejoignent cette collection qui en un an ne m'a jamais déçu. Et également car Mari Okazaki est un grand nom du manga, dont l'oeuvre devient de plus en plus compliquée à trouver en France. de ce fait, And signe le grand retour de la mangaka chez nous, créant de ce fait une certaine attente à en juger par les nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.
À 26 ans, Kaoru Aoki est une secrétaire médicale intérimaire. À cause de sa répugnance à être touchée par autrui, elle n'a jusqu'ici jamais eu de vraies relations amoureuses. Mais, à l'hôpital, elle rencontre pour la première fois quelqu'un qui ne la laisse pas insensible : Kôga Yagai, un chirurgien plus âgé qu'elle. Pour changer ce qu'elle est aujourd'hui, Kaoru décide de réaliser son rêve : créer un salon de manucure ouvrant le soir, pour que les femmes actives puissent trouver un endroit où se détendre après une longue journée. L'occasion pour elle de prendre son envol…?
Resituons tout d'abord la série, And est une série prépubliée au Japon dans le magazine josei Feel Young de Kodansha de 2010 à 2014, et disponible dans son pays d'origine en 8 volumes reliés. Elle nous arrive donc bien tardivement en France, dans la collection Life de Kana, et j'espère vraiment que l'éditeur se penchera sur d'autres titres de la mangaka, car sur la base de ce premier volume, j'ai très envie d'en voir plus !
Nous suivons donc Kaoru Aoki, secrétaire médicale qui souhaite ouvrir un institut de manucure afin d'avoir un complément de salaire. Elle ne trouve pas de local à prix décent jusqu'au moment où elle rencontre un ancien camarade de fac qui lui propose d'utiliser un étage inoccupé du bâtiment où il a installé sa boite d'informatique. Elle accepte, et on suivra donc la jeune femme jongler entre son emploi de secrétaire médical et son institut.
Ce premier volume a surtout pour but de nous présenter les personnages principaux, en particulier Kaoru, mais aussi les deux personnages masculins principaux qui, on le devine, risquent de créer une dynamique classique de triangle amoureux. Précision également importante, Kaoru n'a jamais eu de relation amoureuse, notamment du fait qu'elle ne supporte pas d'être touchée. On peut supposer que cela doit venir d'un traumatisme quelconque, qui sera sans doute exploré par la suite.
Ce qui est certain, c'est que les trois personnages principaux sont des êtres blessés, porteurs de fêlures plus ou moins importantes, qui les rend d'emblée très touchants et humains… Y compris le docteur Yagai, supérieur de Kaoru au comportement quelque peu déplacé, introduit en mettant un coup sur les fesses de la jeune femme avec des documents. Si le premier contact avec le personnage n'est pas des plus positifs, il se révèle déjà porteur de nuances qui contribuent à le rendre très intéressant. de même pour Shiro, qui a l'air assez désagréable de prime abord mais qui risque fort de nous réserver quelques surprises.
De ce fait, ces trois portraits de personnages rapidement esquissés dans ce premier volume ont déjà réussi à attirer mon attention et me toucher, on sent une forte complémentarité entre chacun, et des caractères bien différents et très crédibles qui sont vraiment le moteur du récit, et de son intensité émotionnelle.
Le tout servi par un dessin directement identifiable, même pour quelqu'un comme moi qui n'ait lu qu'une seule oeuvre de la mangaka. Les visages de ses personnages sont très expressifs, élément important pour un titre porté sur les émotions et l'écriture de ceux-ci. le découpage et clair, et le travail sur les décors est vraiment appréciable et contribue à nous mettre dans l'ambiance.
Reste évidemment à voir comment les choses vont évoluer au fil du récit, mais il est clair que cette mis en place très soignée est particulièrement réussie. Je suis donc très emballé à l'idée de suivre ces trois personnages cabossés, et de voir comment leurs failles vont faire évoluer le récit et leurs relations. Si la structure du triangle amoureux potentiel est relativement classique, c'est vraiment sur l'écriture de chacun que la mangaka peut tirer son épingle du jeu. Pour le moment, c'est clairement une entrée en matière de qualité que nous avons là, qui me donne très envie de voir ce que la suite nous réserve !
Lien : https://apprentiotaku.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lesvoyagesdely
  26 mars 2021
Mari Okazaki, je m'en souviens comme quelqu'un ayant l'art de raconter des histoires qui nous laissent un goût amer dans la bouche, et c'est exactement ce que j'ai retrouvé dans cette histoire.
Un graphisme, qui n'est pas celui qui me fera accrocher le plus, mais dégage quelque chose et une certaine force. Il y a même une certaine poésie quand elle capture les sentiments de Kaoru, tout un gouffre saisissant.
On se sent en train de suffoquer, oppresser, pas content personnellement, mais c'est intéressant.
Et en plus, nous avons quand même quelques surprises.
Les différents métiers croisés vont également apporter de belles réflexions, sur des choses diverses et variés.
Donc commençons par cet aspect, nous avons de la programmation informatique, et elle est secrétaire médicale dans un hôpital, où il y a également des infirmières, des médecins…
Les patients à gérer, y compris leurs plaintes. Elle fait également la remarque qu'on ne voit jamais les secrétaires médicales dans les séries médicales.
En bref, qu'elle est dans un maillon de la chaîne plutôt invisible.
Par ailleurs, Kaoru a cette idée de se lancer dans de l'entrepreneuriat, d'ouvrir un salon de manucure le soir. Vu que nous vivons dans un monde pressé, qu'une large partie travaille toute la sainte journée, cela permet de pouvoir prendre rendez-vous après son travail, quand les bureaux reviennent au silence avant une nouvelle journée.
Elle va avoir des difficultés à trouver un local, et elle est en plein doutes, hésitations.
Prendre un deuxième boulot pose la question de va-t-elle tenir le coup ? Toujours assurer à son premier boulot ? Va-t-elle à un moment donné lâché son premier boulot ? Etre juste sa propre patronne avec tout ce que cela peut impliquer ?
Encore une fois, nous voyons combien avoir des relations peut faciliter certains aspects. Mais rien n'est si simple.
Les comportements des gens ? Ah c'est sans doute là, le point qui fait le plus mal dans ses histoires. On y a toute la réalité et l'amertume de la vie, les complexités, les injustices, …
Bref, ça ne fait pas rêver, et je dirai même que c'est monstrueusement énervant par moment.
Kaoru semble comme inadaptée socialement, ne rentrant pas dans le moule, ne correspondant pas à ce qu'on attend d'elle.
C'est tellement frustrant et énervant toutes ces remarques qu'elle se prend en pleine figure sans compter les stéréotypes, t'as juste besoin d'un homme etc.
Mais aussi cette façon qu'ils ont de dire que finalement c'est sa faute.
Nous irons aussi dans son passé, elle ne comprend pas tous les codes, des gens se font des fausses idées, etc.
Et pour finir, nous avons aussi d'intéressantes réflexions sur la médecine, sur le fait de sauver parfois mais à quel prix ? Sur ces docteurs trop surchargés ? Sur ces docteurs aux comportements un peu limites, etc.
Kaoru détonne, et elle tente de tracer son chemin. Elle est pleine de bonnes volontés, mais les gens ne l'aident pas beaucoup quelques parts avec tous ces reproches.
Bref, comme dans mon souvenir, c'est une lecture aussi intéressante, que difficile et frustrante, avec même un côté malaisant.
J'adore le toucher de la couverture. Je n'ai manqué de le faire plusieurs fois pendant ma lecture.
Des pages qui sont entre les chapitres semblent également avoir ces fleurs qui ont l'air d'être comme des tatouages, et donne un côté spécial au toucher de la couverture.
Graphisme : plus tard
Des thématiques intéressantes
-> Place de la femme
-> Confiance en soi
-> Ouvrir son entreprise
-> Relations sociales

Eprouvant à lire
-> Sentiment de suffocation
-> Risque d'être éprouvé par bon nombre de comportements
-> Gêner et déranger par certains
-> Beaucoup d'hommes ont une attitude détestable
-> Et des femmes qui ne sont pas mieux et en rajoutent
-> Capture l'amertume de la vie

Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
BDGest   26 mai 2021
Alléchant, le début de & - And saura plaire aux amatrices du genre.
Lire la critique sur le site : BDGest
MangaNews   22 mars 2021
C'est ce que & - and - décrit à travers ses 8 tomes, à travers le parcours d'une femme qui malgré ses faiblesses et ses craintes, son besoin d'appartenance et de reconnaissance, cherche à voler de ses propre ailes.
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
starmornielnastarmornielna   28 avril 2021
Le jour où je me suis plongée dans son histoire… je suis tombée dans un trou. Un trou dans lequel j’étais incapable de me tenir droite, de toute ma hauteur. J’ai eu envie de le toucher. Je n’ai pas pu garder mes distances.
Commenter  J’apprécie          10
pommerougepommerouge   18 mars 2021
"Pourquoi tu n'as pas de petit ami ?" Cette question revient sans cesse. Les seuls moment où je me sens gênée de ne pas en avoir, ce sont ceux comme celui-ci.
Commenter  J’apprécie          10
lespetitsdetailsdejess1lespetitsdetailsdejess1   22 mars 2022
Ce que je désire du plus profond de mon être semble ne jamais exister sous la forme que j’espère.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : manucureVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1150 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre