AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2940431728
Éditeur : La Baconniere (17/08/2017)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Goan Si est un plongeur du futur proche. Il explore un data lake matérialisé dans un bassin de mémoire liquide nommé « omniscience ». Suite à l'époque des archives papiers puis des bases numériques, les données mondiales sont stockées sous cette nouvelle forme. Les plongeurs servent un ministère souvent cocasse, évocateur du Brazil de Terry Gillian remis au goût du new public management. Leur rôle est de tisser des fls narratifs dans le bassin ou de les décrypter, à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tipee
  22 octobre 2017
Merci à babelio et aux éditions la Baconnière pour m'avoir donné l'opportunité de lire ce livre.
Pour être clair dès le début de cette critique, je n'ai pas vraiment compris où voulait nous emmener l'auteur et je ne sais pas s'il voulait vraiment nous emmener quelque part. Cela a été très long pour moi de le lire… bien qu'il soit intéressant.
Le récit à plusieurs trames, plusieurs locuteurs. L'on suit le plus souvent Goan Si. L'on vit dans un monde où les bibliothèques ont disparu et l'omniscience l'a remplacé. Ce sont des immenses salles en sous-sol, des archives liquides. Pour aller rechercher les informations, l'on envoie des plongeurs (scaphandriers) pour tisser les liens. Ces fils trament une histoire ou une information. Nous sommes dans les big data, ses problèmes, son obsolescence. A travers ce personnage, l'on suit un fil rouge, la quête de la compréhension de l'individu E#26. Goan Si passe donc dans toutes les institutions physique de cet univers pour comprendre cet individu mystérieux. Par ailleurs, cela nous permet de nous faire découvrir son monde. D'ailleurs, je crois que le nombre de mangeur de viande a diminué, c'est un peu trop contraignant d'en manger…
Je trouve le livre assez complexe, mais c'est sans doute le fait que j'avais trop de travail pour pouvoir le lire à vitesse plus soutenu. Il m'a embarqué, peut-être parce que je travaille quelquefois avec ces bases de données et comprend les problèmes auxquels Goan Si fait face dans cette quête. Cette recherche est intéressante, le monde scénarisé également.
Mais je pose des réserves quant à cette histoire. Je pense que si l'on n'a pas l'habitude de manier ce genre de données, ou que l'on a jamais été confronté à des problèmes de ce type, il doit être très difficile de se plaire dans ce récit. Peut-être que les fans de SF, et plus particulièrement de la hard-science pourrait entrer dans l'univers, mais je ne pense pas que cela soit tout public.
Mais je pense que le principal, c'est que cette histoire m'ait embarqué, m'a posé de nombreuses questions et qu'au final ceci était plaisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lokipg
  27 septembre 2017
À l'avenir, le papier sera lentement supplanté par les supports numériques, avant d'être eux-mêmes remplacés par de gigantesques piscines remplies de Médium, sortes de molécules de savoir. Chaque molécule représente un fait, une donnée brute qui, par un savant procédé chimique et informatique, est capable de s'associer aux autres molécules de Médium pour former des chaines d'informations et devenir l'Omniscience. Dans cet océan de données – au sens littéral du terme – des plongeurs tissent des fils qui permettent de rationaliser quelque peu ce savoir.
Goan Si est l'un de ces plongeurs. Son patron va lui confier une tâche différente de son travail habituel. Il devra rechercher l'origine d'un des tout premier fil dont on ne connait pas l'auteur : E#26.
Omniscience est un vrai roman de science-fiction, dans son acception la plus pure, en ce sens qu'il possède une réflexion particulièrement poussée et cohérente sur notre avenir. Ici c'est le traitement de l'information et la gestion de la mémoire individuelle et collective qui est au centre du roman, mais pas seulement. André Ourednik lance d'intéressantes réflexions sur la société, l'écologie, le transport, notre rapport au temps et à l'espace, etc. Comme tout bon roman de SF, cette vision de l'avenir nous renvoie à notre présent et on peut s'amuser à comparer ce qui est de ce qui sera, ou pourrait être.
L'écriture est agréable. Malgré la complexité des thèmes abordés, je ne me suis jamais senti perdu. Un certain humour diffus, teinté d'ironie, se dégage des lignes et permet d'absorber les passages plus techniques, voire métaphysiques, en douceur.
Les chapitres [E#26] m'ont surpris. Ils sont écrit à la seconde personne. Contrairement à la première personne, où le lecteur incarne le personnage principal, la seconde personne place le lecteur lui-même comme faisant partie de l'histoire. C'est très déroutant et je n'avais encore jamais lu un texte écrit de cette manière. Cela donne à ces passages une ambiance unique.
J'ai vraiment aimé ce roman, que je recommande à tout amateur de science-fiction d'anticipation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ione
  27 octobre 2017
J'ai vraiment essayé, et même réessayé, promis !
...mais je n'ai jamais pu arriver au bout de ce livre à la thématique pourtant très prometteuse.

Ce qui m'a arrêté est une impression négative tout à fait personnelle, liée au style narratif de l'auteur.
Je n'ai pas du tout accroché avec, et je trouve ça d'autant plus regrettable que le sujet est passionnant et les idées développées pertinentes et tout à fait d'actualité.
En effet, le sujet traite de la gestion des données numériques dans l'avenir proche. Après la numérisation de tous les supports papier, les données sont stockées dans des piscines de Médium. Les molécules de Médium peuvent s'associer entre elles pour former un fil logique d'information, tissé par des plongeurs.
L'auteur nous offre des pistes de réflexion vraiment intéressantes sur tout ce qui a trait aux rapports que nous pouvons entretenir avec les différents supports d'information.
Ces supports façonnent entre autre notre façon de penser le monde.
Je n'ai malheureusement pas eu le courage d'aller bien avant dans le livre (j'ai dû lire à tout casser 70 pages sur les 269 qui le composent) car le style et l'humour de l'auteur se sont révélés bien trop alambiqués pour moi.
Je pense que si un lecteur n'est pas rebuté par le style bien particulier de l'écrivain, il peut vraiment se régaler avec les concepts proposés.
Bonne lecture à vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lokipglokipg   24 septembre 2017
De loin, tu entends Thot annoncer l'invention de l'écriture au roi :
– Cette science rendra les Égyptiens plus savants et soulagera leur mémoire !
Mais Amon dit : [...]
– Ton moyen ne sert pas la mémoire, mais la simple réminiscence : tu n'offres à tes disciples que le nom d'une aptitude sans sa réalité. Car, lorsqu'ils auront lu beaucoup de choses sans maître, ils croiront posséder de nombreuses connaissances, et cette présomption les rendra insupportables dans le commerce de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TipeeTipee   24 octobre 2017
Plus personne ne lit de livres et le taux de personnes capables de lire tout court diminue chaque jour.
Les étudiants présents dans la salle lisaient pour la plupart et ils se sentirent exceptionnels à ce titre ; ils eurent tort.
De fait, il faut être fou pour continuer à lire, poursuivit Turmdijk. Il existe d’autres moyens que les livres pour conserver la pensée, et ceux-là ont surtout perdu l’avantage de la vitesse d’apprentissage depuis un siècle. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TipeeTipee   13 octobre 2017
Un jour, songea-t-il, le monde entier finira dans l'Omniscience.
Les bureaux se rempliront de gestionnaires qui passeront le reste de l'éternité à définir des processus de remémoration. On ne vivra plus rien, il n'y aura plus d'expériences. on se contentera de patauger dans l'image du monde.
Commenter  J’apprécie          20
TipeeTipee   25 octobre 2017
- Ton moyen ne sert pas la mémoire, mais la simple réminiscence : tu n’offres à tes disciples que le nom d’une aptitude dans sa réalité. Car, lorsqu’ils auront lu beaucoup de choses sans maître, ils croiront posséder de nombreuses connaissances sans connaître, et cette présomption les rendra insupportables dans le commerce de la vie. 
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : hard scienceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2143 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre