AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070368471
214 pages
Gallimard (14/10/1976)
3.86/5   486 notes
Résumé :
L'homme se trouve devant deux destins possibles : périr dans son berceau, de sa propre main, de son propre génie, de sa propre stupidité, ou s'élancer, pour l'éternité du temps, vers l'infini de l'espace, et y répandre la vie délivrée de la nécessité de l'assassinat. Le choix est pour demain. Il est peut-être déjà fait.
Que lire après La Faim du tigreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 486 notes
S'il ne résoud aucun des mystères existentiels Barjavel les pose à sa façon très personnelle, mêlant les faits scientifiques à son écriture empreinte de poésie, et mettant à mal toutes les convenances.

Ce petit livre de 215 pages est un trésor à dévorer le plus lentement possible, pour n'en perdre aucun détail...chaque phrase contient 100 000 fois son poids de sens et de réflexion. Et de savoureuse hérésie!

Attention : ce livre changera sûrement votre vision du Monde...il a 45 ans mais n'a peut être jamais été plus actuel qu'aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          450
Le désir d'explorer la totalité de l'oeuvre de Barjavel m'a guidé vers "La faim du tigre", un livre qu'il revendique comme essentiel dans sa bibliographie. Certes, il est différent de ceux que j'ai lus jusque là ! Toutefois, si je devais effectuer un classement personnel, il ne dominerait pas les autres romans qui ont toujours réussi à m'emporter, ailleurs, loin de la banalité et du quotidien, en dehors de moi. Celui-ci moins. Ses réflexions sur l'homme sont accompagnées d'un jus scientifique vulgarisé qui a subi les ravages du progrès. le voile s'est dissipé par endroits et les découvertes récentes faussent certaines hypothèses, certains postulats, même si, son questionnement sur l'espèce humaine et son évolution fait sens et résonne bien plus dans une société confrontée aux conséquences tangibles, notamment climatiques, de la course en avant effrénée de l'homme que dans celle des trente glorieuses, période d'écriture et de publication de ce roman. Sa quête du chemin vers Dieu, l'Absolu, la force supérieure qu'importe le nom donné rejoint celles d'autres intellectuels, savants, écrivains ou philosophes passionnés d'ésotérisme. Sa colère contre les religions, qui ont brisé le lien, caché puis perdu la connaissance et le moyen de communiquer avec le Créateur m'a ramené à un passé récent. Je me suis beaucoup intéressé à cette volonté humaine remontant à des millénaires lors de l'écriture de la Malédiction de Nostradamus. de ce fait, sûrement, le discours de l'auteur m'a semblé une redite de ce que j'avais pu relever dans la phase documentaire. Mais, ses interrogations ou son analyse des religions ont néanmoins trouvé un écho bienveillant. le temps de la révélation ne devrait plus tarder, selon les auteurs du « Visage de Dieu » ou les prédictions anciennes. Lui à peut-être déjà les réponses.
Commenter  J’apprécie          250
Essai qui débute de manière un peu foutraque, sans que cela ne lui porte préjudice... Au contraire, dans un foisonnement d'idées spéculatives, Barjavel nous parle du libre-arbitre de l'homme -nul selon lui car l'homme n'a pas d'autre destinée que celle de se reproduire et toute sa vie est dirigée dans la réalisation de cet objectif (ça ne vous rappelle pas un peu Schopenhauer ?)

Entre autres humiliations adressées à la prétention humaine, Barjavel n'hésitera pas à lancer quelques comparaisons sympathiques :

"Les espèces ont-elles conscience de leur mission ? le genre humain sait-il qu'il doit continuer ? Si cette conscience collective existe, l'homme individu ne peut pas plus la connaître qu'une cellule musculaire de la cuisse d'un pilier de mêlée ne peut connaître les règles du rugby et le désir de vaincre. Et pourtant, toutes les cellules du joueur travaillent pour cette victoire. "

Malheureusement, Barjavel poursuit en se consacrant à la question de la religion. A partir de ce moment-là, le bouquin se transforme en un alignement de tracts prosélytes... Toute son originalité disparaît au profit des notions bien convenues (mais avec lesquelles Barjavel semble quand même s'emmêler les pinceaux) de Créature, de Créateur, de religion vraie/fausse/pervertie, faisant des démonstrations de tout et n'importe quoi tout en avouant qu'il n'y connaît pas grand-chose et qu'il a tout juste survolé les textes religieux -mais pas besoin d'en savoir plus pour faire des théories !

Ne nous morfondons pas trop... Après tout, ce texte n'est peut-être qu'une belle rêverie... Un essai qui joue sur les mots et les interprétations des phrases... Ainsi en est-il de cet extrait significatif parmi tant d'autres :

"Alors Yahvé Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. Puis, de la côte qu'il avait tirée de l'homme, Yahvé Dieu façonna une femme… » (Genèse, 2-21, 22.) Remarquons d'abord que le début de ce récit est la relation parfaite d'une intervention chirurgicale : anesthésie, opération, fermeture de la plaie, opératoire. Ce qui permet de déduire que l'auteur du récit, il y a cinq ou six mille ans, vivait dans une société où les opérations sous anesthésie étaient habituelles. […]"

Mais partant de là, les interprétations sur le monde deviennent infinies et perdent tout leur sens... le tigre avait si faim qu'il a fini par se provoquer une belle indigestion...
Commenter  J’apprécie          161
La faim du tigre/René Barjavel
Après avoir lu et relu dans ma jeunesse les oeuvres les plus connues de René Barjavel, « Ravage », « La nuit des temps », « le voyageur imprudent », « le diable l'emporte », « le grand secret », je relis aujourd'hui cette suite de réflexions sur la vie qui m'avait enthousiasmé naguère.
Publié en 1966, ce recueil allie candeur et réflexion profonde : les questions essentielles sont posées ; les réponses échappent il faut bien le reconnaître.
Avec un certain humour, Barjavel nous livre ici quelques belles pages toutes simples qui nous rappellent que « la matière vivante ne semble pas avoir d'autre raison d'être que de s'étendre dans l'espace et se perpétuer dans le temps… »
En particulier, « l'homme doit donner la vie qu'il a reçue, il ne sert qu'à cela, il naît, pense, travaille, se bat, souffre uniquement pour cela, et s'il meurt sans l'avoir fait, d'autres l'ont fait autour de lui, son existence inutile ne compte pas plus que son existence utile, ce qui compte, c'est la vie de l'espèce. »
Une arme toute puissante va interférer chez l'humain : le plaisir de l'amour. Et l'amour, c'est l'oubli de soi. le piège n'est pas loin qui va se refermer.
L'auteur aborde ensuite la question sous l'angle de la nécessité puis du hasard: « l'organisation du vivant ne s'est pas faire par nécessité pour défendre la vie. » La cellule initiale était mieux armée pour se défendre qu'un organisme multicellulaire. Et cette progression dans la complexification de la vie « ne peut pas être le fait du hasard, car hasard et progrès ne sont pas compatibles. »
Pour l'auteur, l'évolution était déjà tout entière contenue dans la première cellule.
Paradoxalement, plus les conditions sont effroyables pour l'espèce, plus elle est prolifique.
La vie reste un miracle et Barjavel se demande « s'il existe une fin vers laquelle tendent l'énergie prodigieuse, l'organisation impitoyable, les perpétuels et éblouissants miracles de la vie. »
Il prend comme exemple la parfaite conception d'une oreille, son anatomie et sa physiologie. Un outil d'une perfection inouïe. Et il ajoute :
« Il faut être singulièrement facile à contenter pour accepter de voir dans la simplification harmonieuse de son aménagement général, le raffinement de ses détails, la diversité de son fonctionnement mécanique, acoustique, électrique, chimique, séreux, sanguin, conjonctif, osseux, musculaire, nerveux, liquide, solide, gazeux…le résultat chanceux de mutations hasardeuses…Le hasard ne conçoit pas, n'ajuste pas, n'organise pas….L'examen de notre univers sans parti pris impose à notre logique la conclusion qu'il est le fruit d'une intelligence inventive et d'une volonté planificatrice. »
Attention, le mot Dieu est banni et les religions exécrées par l'auteur. Son regard anticlérical porte plus loin.
Si la première loi de notre univers c'est l'équilibre, force est de constater que l'homme met à mal cet équilibre depuis quelques décennies.
Le suicide collectif des lemmings en Scandinavie et des bobacs en Sibérie narré par l'auteur et par Giono nous rappelle que l'équilibre biologique sait user de tous les procédés pour qu'une espèce ne prolifère pas outre mesure. Les déséquilibres provoqués par la disparition des rapaces et des loups expliquent cela. Un étonnant passage du livre…
Pour l'Homme, ce sera l'Homme lui-même le prédateur. Les guerres, la bombe, les armes…Et comme « chaque camp est persuadé qu'il n'y a qu'une façon pour l'homme d'être heureux : la sienne, il est prêt à imposer ce bonheur à l'autre camp par la force. »
Bien sûr il est dur de lire : « L'individu n'est rien. L'espèce le commande. Et la loi d'équilibre commande les espèces.» Et pourtant !
Plus loin, Barjavel aborde en toute simplicité les questions cosmologiques, univers, expansion et infini.
Les religions n'ont pas su entrouvrir la porte vers la compréhension de ce monde affirme Barjavel qui analyse ensuite le rôle de Moïse une fois redescendu du Sinaï. Et d'ajouter : « Comme celui de Moïse, le visage de Jésus a reçu son voile. » Les religions ont faussé la donne : elles ne répondent pas aux questions.
A la fin, Barjavel se pose en philosophe, s'interroge et nous questionne : « Est-ce cela le rôle du vivant ? Donner une existence à L Univers en le percevant ? »
Pour conclure, je dirai que j'ai bien aimé la phrase qui suit dont je fais souvent une devise : « Ma famille protestante m'avait appris à respecter et honorer mes ancêtres huguenots qui s'étaient battus pendant des siècles pour la liberté de leur culte et de leur pensée. Je me sentais solidaire d'eux… » Mais c'est une autre histoire … !
En bref, un très bon livre qui fourmille d'anecdotes amenant chacun à son niveau à se poser des questions.
Commenter  J’apprécie          80
Après ses nombreux romans d'anticipation, René Barjavel se lance cette fois dans un essai philosophique où il pose toutes les questions que se pose l'humanité.
Dans un bouillonnement foisonnant de questions et de réflexions, il aborde ainsi des thèmes aussi variés que l'origine de la vie, sa perpétuation, le cycle de la vie, l'univers et la création.
Avec la plume qui le caractérise, Barjavel nous offre un récit enlevé où de nombreuses questions sont soulevées, sans trouver de réponse, mais qui nous permettent de partager la sensibilité de l'auteur face à des sujets qui dépassent souvent de loin les capacités de perception et de réflexion qui sont les nôtres, celles d'humains dotés de cinq sens.
Un livre intéressant qui nourrit la réflexion.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (153) Voir plus Ajouter une citation
1er janvier 1966. Je vais terminer ce livre aujourd'hui, malgré tous les efforts de mes deux petites filles qui grattent à ma porte, m'appellent, courent dans le couloir après la queue du chien, pleurent, rient, vivent et ne se doutent de rien.
J'ai deux petits-fils aussi, au bord de la mer.
Quatre bourgeons qui portent déjà dans leurs cellules innocentes les ordres de la lignée, de l'espèce et de la vie. Et d'ici que ce livre paraisse, peut-être y en aura-t-il un ou deux autres en chemin.
La vie, l'amour, l'espèce ne sont pas chiches.
L'année finit l'année commence, la vieille la jeune terre tourne, tourne sur elle-même, tourne autour du soleil dans le grand espace vide, tourne comme le dernier valseur qui ne veut pas que le bal finisse.
Commenter  J’apprécie          150
1 - Rien ne justifie la guerre. Jamais.


2 -La guerre est un processus d'automutilation déclenché au sein de l'espèce humaine par la violation de la loi d'équilibre du monde vivant.
Commenter  J’apprécie          510
Un dé à coudre empli de tourbillons de rien : c'est l'humanité. Découpez, en trois milliards. Prenez votre part. Voilà le baigneur ! c'est l'homme. Je. Moi qui écris ce livre...Moi qui le lis...Je suis un trois-milliardième de dé à coudre. Cet acier dur, c'est du vide, tourbillons, néant. C'est un couteau zéro. Ma main pareil. Mon cœur non plus...Pourtant, si cette main zéro prend ce couteau de vide et le plante dans ce cœur de rien...
Aïe !...
La vie, la mort, la souffrance ne tiennent pas dans le dé à coudre.
Commenter  J’apprécie          150
Les espèces ont-elles conscience de leur mission ? Le genre humain sait-il qu’il doit continuer ? Si cette conscience collective existe, l’homme individu ne peut pas plus la connaître qu’une cellule musculaire de la cuisse d’un pilier de mêlée ne peut connaître les règles du rugby et le désir de vaincre. Et pourtant, toutes les cellules du joueur travaillent pour cette victoire.
Commenter  J’apprécie          160
Et j'accuse les Eglises de me voler Dieu parce qu'elles sont devenues incapables de le montrer et de le démontrer.Quand elles prétendent que Dieu n'est ni montrable ni démontrable, elles ne démontrent que l'ignorance où elles sont tombées.
Elles ne sont plus des maisons de Dieu, elles ne sont que des maisons de la morale, où l'on enseigne des règles que l'individu ne doit point enfreindre s'il ne veut pas se voir refuser la Vie éternelle. En réalité, ces règles ne l'approchent ni ne l'éloignent de Dieu. ce sont des règles destinées à rendre possible la vie sociale et empêcher les structures des groupes humains de s'écrouler. Chaque Eglise a les siennes, qui correspondent aux mœurs de la société au sein de laquelle elle s'est développée. Elles sont nécessaires à la vie en commun, mais n'ont rien à voir avec la recherche de Dieu.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de René Barjavel (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Barjavel
Découvrez le nouveau roman de Maxime Chattam. Un roman au suspense saisissant, hommage lumineux à Barjavel et à la littérature qui divertit et qui interroge. Maxime Chattam comme vous ne l'avez jamais lu.
Pour en savoir plus: https://www.albin-michel.fr/lux-9782226470072
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
autres livres classés : essaiVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1337) Voir plus



Quiz Voir plus

La nuit des temps - Barjavel

Quel est le prénom de l'auteur ?

Gaston
René
Albert
Franck

10 questions
1173 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit des temps de René BarjavelCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..