AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070142293
448 pages
Gallimard (30/11/-1)
3.48/5   83 notes
Résumé :
Kautokeino. Localité de Laponie norvégienne où des Sames – un peuple autochtone – continuent à vivre de l’élevage des rennes, et selon des traditions ancestrales.
Anna Magnusson, jeune substitut du procureur à Stockholm, mène une existence à mille lieues de ses origines sames, que sa mère a reniées en venant vivre en Suède… Jusqu’au jour où sa grand-mère l’appelle à l’aide : son cousin Nils Mattis est accusé de viol. Chargée de trouver un arrangement avec la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 83 notes

Sylviegeo
  12 décembre 2016
Difficile de ne pas penser à Olivier Truc et ses deux titres sur le peuple Sami, soit Le dernier Lapon et Le détroit du Loup en lisant La loi des Sames. Disons que ce premier roman de Lars Pettersson en est à des kilomètres , en motoneige ou en auto ...L'immersion au pays des Sames est selon moi, ratée. Elle se fait ici sans aucune sensibilité, sans aucune ouverture, sans aucune attention. Ce n'est que froid, neige, poèle à bois, viande de renne, alcool et longs, inutiles et lassants trajets à travers ces immenses étendues de neige qu'est la Laponie. Je n'ai pas bien compris, non plus, comment Anna, après plus de 25 ans à vivre à Stockholm, en Suède et revenant vers ses racines pour rendre service à sa famille encore en Laponie, pouvait installer, instantanément, cette familiarité avec les gens de ce milieu, autres bien sûr que ceux de sa famille. L'intrigue - Anna dont le cousin est accusé de viol revient conseiller sa famille - est mal développée; les personnages sont grossiers, frustres et antipathiques; tout est accablant, éprouvant et comme la neige, tout est froid.
Bref, une lecture qui m'a laissée de glace ...oui, elle était facile celle-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Marilynzillah
  25 mai 2020
Kautokeino. Localité de Laponie norvégienne s'étendant sur quelque dix mille kilomètres carrés, où une poignée d'habitants appartenant au peuple same vit de l'élevage des rennes, et selon des traditions ancestrales. Pour Anna Magnusson, Kautokeino n'évoque que de lointains souvenirs de vacances d'été, puisque sa mère, refusant un destin tout tracé, avait décidé de venir s'installer en Suède. Procureur adjointe à Stockholm, la jeune femme mène une existence indépendante, parfaitement intégrée à la société « moderne ». Jusqu'au jour où sa grand-mère, la matriarche du clan, lui lance un appel à l'aide : son cousin Nils Mattis est accusé de viol. Un an après la mort de sa mère, Anna accepte de sacrifier quelques jours de congés pour essayer de régler l'affaire et renouer des liens avec cette famille same qu'elle connaît très peu. Mais ce « retour » à Kautokeino est moins évident que prévu. Traitée comme une étrangère, Anna doit s'adapter à cet héritage qu'elle méconnaît et s'aperçoit que dans ces contrées reculées, les clans ont leur propre conception de la justice et du droit. À rebours de la mission que lui confie sa famille, elle encourage Karen Margrethe, la victime du viol, à maintenir sa plainte. Refusant de céder aux pressions et aux menaces, Anna poursuit son enquête et découvre un monde complexe où il est difficile de trancher entre le bien et le mal. Elle en reviendra transformée en profondeur. Et le lecteur avec elle. Premier roman d'une grande richesse, cette histoire se vit, s'entend, se ressent, si bien qu'on ne voit pas les pages défiler. Lars Pettersson sait donner juste assez de détails pour nous faire partager ce que vit l'héroïne : le froid extrême et tout ce qu'il implique, la dangereuse majesté des paysages polaires, la réalité de la société same contemporaine, ses archaïsmes et sa force millénaire…
Un style très cinématographique et une lecture fluide, dense et précise d'une intrigue et d'un environnement parfaitement maîtrisés par son auteur, attestent sans bémol de la haute qualité de ce premier roman efficace, palpitant, divertissant et instructif à la fois. Et la profondeur du personnage principal, l'attention que lui porte l'auteur laissent espérer que ce roman pourrait bien connaître un prolongement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fanvin54
  06 juillet 2015
Des rennes, et de la neige en abondance. On pourrait s'attendre à voir surgir le Père Noel dans un tel environnement (d'autant qu'il ne réside pas très loin, me semble-t-il…). Mais point d'ambiance de fête et de réjouissance dans ce roman, bien au contraire.
Les Sames sont un peuple autochtone de la Laponie norvégienne. Anna, substitut du procureur à Stockholm, a des origines sames : sa propre mère a toutefois quitté sa famille, pour fuir la vie toute tracée, et peu enthousiasmante, qui l'attendait dans cet extrême nord de la Norvège. Elle est ainsi venue vivre en Suède, mais a toujours ressenti une certaine culpabilité vis-à-vis de ses proches restés là-bas… Après le décès de sa mère, Anna accepte de se rendre à Kautokeino, en Laponie norvégienne, pour aider son cousin Nils Mattis, lequel est accusé de viol. C'est aussi une façon pour Anna de s'acquitter d'une sorte de dette familiale.
Ce roman est à l'image du climat, froid, glacé. Difficile de ressentir beaucoup de sympathie pour ces personnages, quand l'auteur ne fait vraiment pas grand-chose pour la susciter. Et que dire des lieux (restaurants, bars, hôtels,…) ? Tous semblent bien aseptisés, particulièrement tristes. le rythme s'avère par ailleurs assez lent. Enfin, certains passages m'ont semblé superflus, n'apportaient rien à l'histoire.
Reste que j'ai apprécié l'immersion dans cette communauté same, la découverte de son rude mode de vie, ses coutumes et traditions, ses caractéristiques (son côté austère, sa méfiance vis-à-vis des personnes extérieures à la communauté, son rapport à la justice,…). C'est là l'originalité de ce roman, et peut-être finalement le seul motif de s'intéresser à cette histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
emi13
  21 février 2016
Très bon roman divertissant qui nous fait découvrir le peuple de Sames. La Laponie Norvégienne un peuple autochtone qui vit de l'élevage des rennes et a toujours ancré en eux les traditions anciennes. Anna Magnusson, jeune substitut de Stockholm, reçoit un coup de téléphone de sa grand-mère vivant toujours en Laponie. Cela l'étonne car sa mère a été reniée par la famille Sames. Sa grand-mère lui explique que son cousin Nill Mattis est accusé de viol et que son devoir est de venir les aider. Elle va devoir trouver un arrangement avec la plaignante mais les Lois de là-bas NE sont pas les même que chez elle, toutes les personnes qu'elles rencontrent dans cette affaire NE font que mentir. Anna va avoir beaucoup de mal à résoudre……. Ou pas ce dossier.
Commenter  J’apprécie          180
MarieC
  04 janvier 2015
Anna, jeune substitut de procureur à Stockholm, reçoit un appel téléphonique de sa grand-mère same (on dirait plutôt laponne, en France) : son cousin est accusé de viol, elle voudrait qu'Anna vienne défendre la famille. Anna porte en elle la culpabilité de sa mère, qui a abandonné sa culture d'origine et une famille qui compte sur tous ses membres pour survivre. Elle part pour Kautokeino, en Norvège, où elle n'est pas retournée depuis son enfance. Elle réalise bientôt que son cousin est coupable, mais que cet aspect des choses a bien peu d'importance dans une société où la morale est bien différente...
J'ai apprécié le rythme assez lent de l'intrigue, lié au contexte. Quand l'héroïne veut rencontrer le procureur, il lui donne rendez-vous dans une ville voisine, à 250 km. Et ces 250 km se parcourent en voiture, si la route est dégagée. Sinon, il faut attendre le chasse-neige, pour rouler en convoi... et impossible de prévenir de son retard, les portables ne passent pas, on fixe donc un rendez-vous de substitution, par précaution... Une vraie bouffée de fraicheur par rapport au rythme haletants des polars plus méridionaux !
L'intrigue policière en elle-même reste assez secondaire, et faut-il dire, assez banale. le roman m'a davantage passionnée pour sa peinture de la culture laponne. Impossible, en cela, de ne pas penser à un autre roman "le dernier lapon", d'Olivier Truc, qui déroule dans les mêmes lieux et le même contexte culturel une intrigue assez comparable.
L'autre point fort de ce roman se situe dans la psychologie du personnage d'Anna, qui, au cours de l'enquête, règle ses comptes avec la culpabilité de sa mère et ses origines.
Un bon roman policier à recommander à ceux qui ont aimé "le dernier lapon".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
Actualitte   14 octobre 2014
Un style très cinématographique et une lecture fluide, dense et précise d'une intrigue et d'un environnement parfaitement maîtrisés par son auteur, attestent sans bémol de la haute qualité de ce premier roman efficace, palpitant, divertissant et instructif à la fois. Et la profondeur du personnage principal, l'attention que lui porte l'auteur laissent espérer que ce roman pourrait bien connaître un prolongement.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Fanvin54Fanvin54   24 novembre 2014
Grand-mère était bouleversée quand elle m’avait parlé de lui, au téléphone. Peu loquace, cherchant ses mots dans cette langue inha-bituelle pour moi, avec en plus un ton implorant que je ne reconnaissais pas. Mais c’était peut-être simplement son manque d’habitude du téléphone. Ou bien elle pensait au prix de la communication avec l’étranger.
Commenter  J’apprécie          90
Fanvin54Fanvin54   02 juillet 2015
Ma mère avait quitté tout cela pour une autre vie. Elle voulait évidemment fuir l'existence provinciale et restreinte. Echapper à une vie de femme entravée par les coutumes et les traditions. Elle était jeune, intelligente, avait une bonne formation et ne voulait pas que ses possibilités soient limitées par un modèle sexué immuable de répartition des rôles.
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2Charybde2   07 mai 2019
Ce qui m’avait effrayée, cette nuit-là, lorsque j’étais assise dans la voiture glacée, c’était la manière dont j’avais vécu cette mise à mort. Mes actes avaient été dictés par un schéma remarquable, conservé quelque part dans on corps. Gestes, instinct et adrénaline s’étaient conjugués pour agir ensemble sans que je les contrôle. Je n’avais jamais rien vécu de semblable.
Le plus terrifiant, pourtant, ce qui me bouleversait le plus, était que cela n’avait nullement été une expérience désagréable. Au contraire. J’avais éprouvé un sentiment de satisfaction à tourner le couteau. Sentir les cartilages et les vertèbres se briser me confirmait que j’avais agi comme il fallait. Que j’avais trouvé le bon endroit sur la colonne vertébrale de l’animal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
frimoussettefrimoussette   21 janvier 2018
Une personne ayant habité dans le Svalbard m'avait dit un jour que l'on pouvait voir combien de temps les gens avaient vécu au nord du cercle polaire au nombre de vêtements qu'ils enlevaient dans un café .Ceux qui gardaient leur doudoune et leur chapka y avaient passé au moins un an . Quand ils entraient quelque part , ils ne retiraient que leurs gants .
Commenter  J’apprécie          50
emi13emi13   20 février 2016
Je respirai profondément , me mis à genoux et rampai sous l'avant du scooter. Genoux fléchis , je me tortillai sur le dos dans la soupe glacée , pour placer ma tête devant la corde que j'avais fixée entre les skis. Je reniflais , sanglotais de froid et de fatigue. Mais cela ne servait à rien de pleurer ici. Personne ne m'entendrait.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : laponieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2236 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..