AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Couton (Traducteur)
ISBN : 2266080687
Éditeur : Pocket (07/07/1998)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 637 notes)
Résumé :
Morty traverse les champs en courant ; il mouline des bras et s’égosille comme un beau diable. Non. Même ça, même effrayer les oiseaux pillards, il n’est pas fichu de s’en tirer proprement.
Son père, au désespoir, l’observe depuis le muret de pierres.

« Il manque pas de cœur, fait-il à l’oncle Hamesh.
— Ah, dame, c’est le reste qu’il a pas. »

Et pourtant un destin hors du commun attend Mortimer. Car à la foire à l’embauch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  31 janvier 2018
Cette aventure du cycle du disque monde est excellente. Pour l'instant, ce "Mortimer" est tout simplement mon préféré de la série (bon Ok, ce n'est que le 4ème, je ne peux pas savoir ce que la suite me réserve mais quand même...).
Au départ il y a une idée tout simplement géniale la Mort qui embauche un apprenti en la personne de Morty, un jeune homme naïf et au bon coeur. Ce concept est déjà sublime en soi mais en plus Pratchett le traite à merveille. L'intrigue est accrocheuse et menée tambour battant. Jamais l'auteur ne se contente de son idée de départ, il propose des péripéties et des développements tous plus réussis les uns que les autres. Les personnages sont tous très chouettes. Même ceux qu'on ne voit que très peu ont un petit quelque chose qui fait qu'on se souvient d'eux. On se marre beaucoup et souvent. Pratchett fait encore preuve d'un humour désopilant que ce soit dans les situations ou les jeux de mots (encore bravo au traducteur d'ailleurs). le récit fourmille d'idées et de trouvailles, qu'elles soient comiques ou non. Et en plus, j'ai plaisir de retrouver Rincevent dans un court passage.
Ce 4ème volet est un très très bon tome, qui fait travailler les zygomatiques tout en n'omettant pas une petite dose de tendresse. Un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
RosenDero
  07 janvier 2018
Que va devenir Morty ? Que va-t-on pouvoir faire de lui ? Qui serait prêt à prendre ce jeune homme gauche et un peu niais en apprentissage ?
- MOI !
Oh, oui, bien sûr, tout ce que vous voudrez...
---
Ah, un très bon tome des Annales ! Dès le début, on sent que ce petit Morty, ou Mortimer, ou Mort, même (Nomen est omen) va être attachant.
On se doute qu'il n'est pas simplet mais naïf, pas bête mais maladroit, pas idiot mais iconoclaste. Il nous charme avec ses réflexions et ses questionnements enfantins ("Que fait le soleil la nuit alors que c'est à ce moment qu'on aurait le plus besoin de lui ?" etc.).
Alors, quand la Mort le choisit, on se dit qu'ils vont en baver tous les deux.
Sauf que ...
Et oui, tout ne va pas se passer comme prévu, car, au fond de lui, Morty est un vrai chevalier servant, prompt à sauver la veuve et l'orphelin et à faire triompher la justice... Mais la Mort n'est pas juste, c'est bien connu, elle ne choisit pas, elle ne juge pas, elle met un point final à tout, au moment venu... Sauf quand elle fait sa sentimentale. Là c'est autre chose. Et c'est génial !
L'inversion des rôles et la course contre la montre, le valet énigmatique et la princesse énervée, la fille adoptive et le cheval volant, le magicien débutant et l'autre magicien débutant, oui, lui, oui, oui, la Mort et les Dieux, Ankh-Morpork et le Disque, les montagnes du Bélier et le Mur de l'empire Agatéen, les chats et les tavernes, les Rois et les poivrots... Tout ne fait qu'un.
Un "un" très bon au demeurant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Shenandoah
  17 avril 2015
La Mort est sans doute le personnage le plus emblématique de la saga du Disque-Monde. Il (oui, la Mort est un homme) n'avait jusque là fait que quelques brèves apparitions dans les livres, et celui-ci est le premier à lui être entièrement consacré.
Nous suivons Mortimer, un jeune garçon qui se retrouve embauché comme apprenti par la Mort. Il apprend progressivement à faire le travail de son maître tandis que celui-ci découvre la liberté. Mais Morty ne va pas tarder à faire une erreur qui met en péril la réalité même.
De manière ironiquement logique, les livres de la Mort sont sans doute ceux qui sont le plus centrés sur l'humanité. Alors qu'il serait facile de présenter ce personnage comme un simple antagoniste, Pratchett a au contraire décidé de l'humaniser au maximum, en tenant compte du fait qu'il est quand même profondément différent. Cela provoque des décalages comiques hilarants lorsqu'il essaie de comprendre les humains ou de se comporter comme tel. du coup, le mélange des genres entre l'implacabilité inhérente au personnage et sa naïveté le rend profondément attachant.
Cependant, la Mort n'est pas le personnage principal de ce roman puisque, comme son titre l'indique, le héros de ce livre est Mortimer. Ce livre est en effet quasiment un roman initiatique, et nous voyons Morty évoluer, passant du stade d'ado maladroit et empoté à celui d'homme qui fait face aux conséquences de ses actions. Si l'humour est donc bien présent, ce livre possède tout de même une réelle profondeur, et on passe de moments légers à d'autres plus sombres et plus intenses.
Ce livre est donc, pour moi, le premier à vraiment être du Pratchett tel qu'on le connaît, avec un juste mélange d'humour et d'émotion, servant une intrigue efficace et originale. Comme beaucoup d'autres babélionautes l'ont signalé, il s'agit effectivement d'une excellente porte d'entrée à l'univers du Disque-Monde pour ceux qui pourraient ne pas accrocher avec les premiers livres.
Enfin, ce livre permet de vraiment prendre conscience des liens qui existent entre tous les livres de la série, et que même si les différents cycles se centrent sur des personnages spécifiques, tous les autres peuvent y faire une apparition. de plus, je ne me souvenais plus que l'auteur plantait dans ce livre une graine pour un futur personnage que j'aime beaucoup, ce qui permet également de lier le cycle de manière chronologique...
Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman, encore une fois peut-être davantage que lors de mes premières lectures. Il faut croire que ces romans se bonifient avec l'âge du lecteur !
Challenge Variétés 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
ibon
  30 mai 2014
La Mort fait peur... et elle fait rire dans l'univers loufoque de T. Pratchett qui se compose, rappelons-le, d'un disque de 15000 km de diamètre porté par 4 éléphants eux-mêmes portés par la Grande A'Tuin, une tortue qui suit son chemin dans l'espace.
Elle fait peur parce qu'elle en impose avec sa haute stature - surtout montée sur son cheval argenté Bigadin - sa voix intimidante, caverneuse (on le suppose car elle s'exprime en MAJUSCULES), sa faux, sa grande cape noire, des orbites,comme un néant, qui vous fixent et un sourire permanent , tout aussi foudroyant, puisque la Mort, rappelons-le aussi, est un squelette.
Mais la Mort aime aussi rappeler qu'elle ne tue pas: "LES GENS SE FONT TUER, MAIS ÇA, C'EST LEUR AFFAIRE. MOI, JE NE PRENDS LE RELAIS QU'À CE MOMENT-LÀ." ELLE arrive simplement au rendez-vous déterminé par le sablier- qui se vide d e ses derniers grains de sa partie supérieure - et saisit l'âme du mourant, à l'aide de sa faux, puis ses dernières paroles avant un autre voyage qui ne LA concerne pas.
Pour l'instant, ce n'est pas drôle.
Mais cela le devient quand ELLE décide de prendre des vacances ...et de former un apprenti pour LA remplacer, un garçon de 16 ans: Mortimer. Et là commence un récit déjanté -puisque cet apprenti commet quelques erreurs de jeunesse-et mouvementé dont je tairai l'intrigue.
Récit loufoque mais non dénué d'aspects un peu sérieux, comme à chacun de ces 4 premiers tomes- ici, c'est la mort- Attendez-vous donc à quelques avis tranchés ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Marple
  29 mai 2016
Mortimer est un jeune bon à rien dont personne ne sait trop quoi faire dans ce petit coin du Disque-Monde... jusqu'à ce que la Mort décide de l'embaucher comme apprenti, ou plutôt comme remplaçant pendant ses vacances bien méritées...
Mortimer, c'est aussi le quatrième tome des Annales du Disque-Monde, et le premier du cycle de la Mort. Un livre qui peut tout à faire servir de porte d'entrée à cet univers délirant et délicieux, comme il l'a fait pour moi.
Mortimer, en un mot, c'est... MORTEL ! Je n'aime pourtant pas toujours les histoires trop déjantées et foutraques. Mais là, rien à dire, je me suis régalée !
Bourré d'humour, de jeux de mots, d'effets de STYLE, de situations cocasses et de personnages loufoques, ce livre est bon pour le moral et les zygomatiques. Il est bon aussi pour les neurones, car il est brillant, plein de trouvailles astucieuses et même d'une certaine profondeur dans la recherche par la Mort d'un sens à sa "vie"...
Aucun doute, Mortimer m'a convertie au plaisir du Disque Monde; j'espère que lui et son patron me laisseront le temps de lire la suite de leurs aventures avant de venir me voir en vrai pour casser mon sablier !
Challenge Petits plaisirs 27/xx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2611
Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
MelisendeMelisende   09 juin 2012
UN QUOI ? s'étonna la Mort, assis derrière son bureau ouvragé ; ses mains tournaient et retournaient son coupe-papier en forme de faux.
- Un après-midi de congé", répéta l'apprenti.
La pièce parut soudain vaste à en étouffer, et lui complètement à découvert au milieu d'un tapis d'à peu près les dimensions d'un champ.
"MAIS POURQUOI ? demanda la Mort. CA N'EST PAS POUR ALLER A L'ENTERREMENT DE TA GRAND-MERE, ajouta-t-il. JE LE SAURAIS.
- J'veux seulement, vous comprenez, sortir et voir des gens, dit le jeune homme qui essayait de faire céder ce regard bleu impassible.
- MAIS TU EN VOIS TOUS LES JOURS, DES GENS, objecta la Mort.
- Oui, je sais, seulement... ben, jamais pour très longtemps. J'veux dire, j'aimerais bien en rencontrer avec une espérance de vie qui dépasse les quelques minutes, monsieur", ajouta-t-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
TwiTwiTwiTwi   23 avril 2010
" VOUS AVEZ ENVIE DE ME PARLER ?
- Oui, bien sûr. J'écoute bien.
- PERSONNE N'AVAIT ENCORE EU ENVIE DE ME PARLER.
- C'est honteux.
- ON NE M'INVITE JAMAIS A DES FÊTES, VOUS SAVEZ.
- Tss.
- ON ME DÉTESTE. PERSONNE NE M'AIME. JE N'AI PAS UN SEUL AMI.
- Tout le monde devrait avoir un ami, fit sagement le tenancier.
- JE CROIS ... JE CROIS QUE JE POURRAIS ÊTRE L'AMI DE LA BOUTEILLE VERTE."
Commenter  J’apprécie          280
okkaokka   26 novembre 2015
« ET POURQUOI, D’APRÈS TOI, JE T’AI ENVOYÉ À L’ÉCURIE ? RÉFLÉCHIS BIEN, MAINTENANT. »
Le jeune homme hésita. Il y avait déjà beaucoup réfléchi, entre deux comptages de brouettées. Il s’était demandé si son travail n’avait pas pour but de lui coordonner la main et l’œil, ou de lui donner l’habitude d’obéir, ou de lui démontrer l’importance, à l’échelle humaine, des petites tâches, ou de lui faire comprendre que même les grands hommes doivent commencer au bas de l’échelle. Aucune de ces explications ne paraissait convenir.
« J’pense… commença-t-il.
-OUI ?
-Ben, j’pense que c’était parce que vous étiez dans la merde jusqu’au cou, à vrai dire. »
La Mort le considéra un bon moment. Le jeune homme se dandina, mal à l’aise, d’un pied sur l’autre.
« ABSOLUMENT CORRECT, lâcha la Mort. CLARTÉ D’ESPRIT. VISION RÉALISTE DU PROBLÈME. TRÈS IMPORTANT DANS UN MÉTIER COMME LE NÔTRE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
WolandWoland   29 mai 2015

[...] ... Il s'agissait bel et bien d'Albert. Morty trouva plusieurs références au pain frit.

- "On va voir ce qu'il fait en ce moment," dit Ysabell.

- Vous croyez ? C'est un peu comme de l'espionnage.

- Et alors ? T'as la trouille ?

- D'accord."

Il feuilleta l'ouvrage jusqu'à ce qu'il arrive aux pages blanches, puis revint en arrière pour trouver l'histoire de la vie d'Albert qui s'écrivait à une vitesse surprenante, étant donné l'heure indue ; la plupart des biographies n'avaient pas grand chose à raconter sur le sommeil quand on n'avait pas de rêves agités.

- "Tenez votre bougie droite, vous voulez bien ? J'veux pas faire tomber du gras sur sa vie.

- Pourquoi pas ? Il aime ça, le gras.

- Arrêtez de rire bêtement, vous allez nous faire dégringoler tous les deux. Tenez, regardez ce passage ..."

Il avançait sur la pointe des pieds dans les ténèbres poussiéreuses des Rangements, lut Ysabell, les yeux fixés sur la toute petite lueur de la bougie là-haut. Ils fouinent, songeait-il, ils fourrent leur nez dans ce qui ne les regarde pas, les petits monstres ...

- "Morty ! Il ...

- Taisez-vous ! Je lis !"

... pas tarder à y mettre le holà. Albert s'approcha silencieusement du pied de l'échelle, cracha dans ses mains et s'apprêta à pousser. Le maître ne le saurait jamais ; il était bizarre ces temps-ci ; tout ça, c'était la faute de ce gamin, et ...

Morty leva les yeux dans ceux, horrifiés, d'Ysabell.

La fille lui retira alors le livre des mains, le tendit à bout de bras, les yeux rivés à ceux de son compagnon, et le lâcha.

Morty regarda bouger ses lèvres et se rendit soudain compte que, lui aussi, il comptait tout bas.

Trois, quatre ...

Un choc mat, un cri assourdi et le silence. "Vous croyez que vous l'avez tué ?" demanda Morty après un moment.

- Quoi, ici ? De toutes façons, tu n'as pas trouvé de meilleure idée, toi.

- Non, mais ... il est vieux, tout de même.

- Non, il n'est pas vieux," répliqua sèchement Ysabell qui commença de redescendre l'échelle.

- Deux mille ans !

- Soixante-sept, pas un jour de plus.

- Les livres disaient ...

- Je te le répète, le temps ne compte pas, ici. Pas le vrai temps. (...)" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TakateruTakateru   04 novembre 2012
Harga décida de ne pas discuter.
« Ben, tu fais du sacré bon boulot, mon gars, dit-il.
- COMMENT ON APPELLE ÇA, QUAND ON SE SENT BIEN, QU’ON EST CONTENT ET QU’ON VOUDRAIT QUE ÇA NE S’ARRÊTE PAS ?
- J’pense qu’on doit appeler ça le bonheur », répondit Harga.
Dans la toute petite cuisine étriquée tapissée de plusieurs décennies de couches de graisse, la Mort virevoltait et pirouettait, taillait, tranchait et bondissait. Sa poêle voltigeait dans la vapeur fétide à la vitesse de l’éclair.
Il avait ouvert la porte à l’air frais de la nuit, et une dizaine de chats étaient entrés nonchalamment, attirés par les bols de lait et de viande – la meilleure de la maison, s’il vous plaît – stratégiquement disposés ici et là par terre. De temps en temps, la Mort s’arrêtait dans son travail pour en gratter un derrière les oreilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Terry Pratchett (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
Beignets de prédiction, grimoires volants, serpillière enchantée et pilleur d'âmes... Bienvenue dans le monde ensorcelant de Magic Charly! Audrey Alwett nous plonge dans une aventure de grande fantaisie, à la croisée des univers de Terry Pratchett, J.K. Rowling et Myazaki. A découvrir en librairie.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..