AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Chantal Le Brun Kéris (Traducteur)
EAN : 9782283024829
180 pages
Éditeur : Buchet-Chastel (10/03/2011)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Dans une belle résidence pour personnes âgées, une charmante vieille dame se prend d'affection pour un adolescent russe perturbé qui lui donne des cours d'informatique. Le temps passé avec lui allège la charge parfois difficile du vieillissement qu'elle vit au quotidien mais qu'elle observe avec humour et détachement. Un texte plein d'humour, d'ironie et d'impertinence sur des sujets graves : le vieillissement, la maladi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
christianebrody
  27 octobre 2011
Décidée à échapper à l'emprise de sa belle-fille, une récente veuve de 80 ans se réfugie dans une résidence grand luxe pour personnes âgées avec sa chienne et un ordinateur portable qu'elle vole. On suit son quotidien. Entre les rendez-vous avec la coiffeuse, la visite des médecins, ses sempiternels goûtés avec ces congénères qu'elle fuit, ses monologues avec feu son époux, ses difficultés en informatique…… C'est la rencontre avec Waldemar Wagner, dit Vova, jeune russe-allemand au présent trouble qui bouleversera sa vie. Il est non seulement son dogsitter attitré mais aussi celui qui l'initie au merveilleux monde de l'internet. Sa bouffée d'oxygène dans ce monde en déclin.
Un jour, Waldemar disparait pour échapper à la police. Ni une ni deux, voilà notre grand-mère qui part à sa recherche et ce n'est pas un début d'Alzheimer ou son arthrose qui la freineront dans sa quête. Au contraire. Nous avons affaire à une vieille dame indigne au caractère bien trempé, intelligente, curieuse et combative. Entre les renseignements recueillis via internet et sa connaissance de la vie, elle enfonce toutes les portes et confronte tous les responsables des différentes institutions : le directeur du lycée, le psychiatre, la police et parvient à force de persévérance à traquer la famille dysfonctionnelle de Vova. Vova c'est aussi le représentant du pays des vaches rouges que l'on trait 3 fois par jour. Avec trois bouts d'indices retrouvés dans une poubelle, ma rock and rolleuse de mamie, limite attitude punk, prend la décision de vivre comme elle entend : elle fait un gros bras d'honneur à tout ce qui est politiquement correct ( l'institution) et part pour le pays des vaches rouges retrouver Vova.
J'aime cette petite Miss Marple sous stréroïdes. le regard acéré qu'elle porte sur elle et son monde, cette lucidité qui ne manque pas d'humour, cette soif de vivre pleinement. Au moins une fois. Ecrit par une philosophe de formation, la vieillesse et ses dégats ne sont pas stigmatisés, juste dépeints en quelques phrases bien senties au travers de l'oeil de cette grand-mère. Il y a elle et les autres décatis. Elle prend soin de sa personne, fait tous les exercices pour entretenir sa mémoire, se montre très autonome dans le quotidien,et ne suscite jamais la pitié. Au contraire, c'est de l'admiration que je ressens pour ce personnage car son attitude fière et entière me démontre que je peux aussi envisager cette partie de la vie sous cet angle. Elle inspire l'espoir. Car le drame de la vieillesse n'est pas d'être vieux mais d'être jeune. Oui, j'ai adoré.
Lien : http://www.immobiletrips.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lalivrophile
  26 décembre 2011
Voilà un joli petit livre. Joli parce qu'il renferme une note d'espoir, malgré certaines choses difficiles dont il fait état.
La narratrice est d'emblée sympathique au lecteur. Elle se raconte sans se plaindre. Malheureusement, son histoire est banale, et elle parvient à attirer la sympathie et à provoquer l'indignation du lecteur en peu de mots.
Ensuite, à travers son récit, on découvre une personne sensible, qui sait que le temps passe sur elle, qui tente de se faire une raison... Elle déplore le fossé entre les générations, se plaint parfois des bandes de jeunes, mais n'en est pas aigrie. Après tout, c'est sa voisine qui fait marcher sa télé jusqu'à une heure du matin.
Elle met en avant l'espèce d'indifférence amusée dont font preuve certains quant à la déchéance des personnes âgées. L'exemple le plus frappant est sûrement celui de la coiffeuse dont le premier mouvement est de rire d'un incident, ce qui rend la narratrice furieuse. Il est vrai qu'on pourrait commencer par rire, à l'instar de la coiffeuse, mais à y bien réfléchir, rien n'est drôle, là-dedans...
[...] Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sand94
  08 juin 2011
Oui, je suis heureuse, car on a besoin de moi. Peut-être chaque être humain n'a-t-il besoin pour être heureux que d'une seule personne qui ait besoin de lui. (p.177)
Madame le professeur a disparu de son petit appartement de la maison de retraite où elle a accepté de s'installer une fois « jetée à la porte » de chez elle, après le décès de mon mari, par une belle-fille manipulatrice, le monstre, comme elle la surnomme. Âgée de 80 ans, madame le professeur est une femme qui prend encore soin d'elle, qui observe ce petit monde de la maison de retraite avec un regard ironique et lucide. Avant de quitter sa maison, elle a embarqué le tout nouvel ordinateur portable de l'ami du monstre, elle a pris quelques leçons d'informatique à la maison de retraite, et depuis elle y consigne son journal…
Lien : http://leslivresdegeorgesand..
Commenter  J’apprécie          20
Nikoz
  01 novembre 2018
Une trouvaille! La rencontre très bien écrite entre une vieille femme, un jeune délinquant avec en seconds rôles l'informatique et une belle fille ingrate.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PusziPuszi   19 mars 2014
p. 27 « Lorsque l’on commence à s’inquiéter de la santé d’autrui, on court le risque de devoir écouter pendant des heures des histoires de malade. »
p. 35 « D’une façon générale, je m’irrite de plus en plus souvent et violemment avec l’âge. Où est passée cette sérénité propre à la vieillesse qui vous fait prendre les choses telles qu’elles sont ? »
p. 63 « On ne peut pas vivre non plus sans aucun contact avec les autres. Même ici. »
p. 78 « A partir d’un certain âge, on a tous un petit arsenal de pièces de rechange. »
p.177 « Oui, je suis heureuse, car on a besoin de moi. Peut-être chaque être humain n’a-t-il besoin pour être heureux que d’une seule personne qui ait besoin de lui. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NikozNikoz   01 novembre 2018
Comment était-ce possible, elle était sa mère et ne le connaissais quasiment pas.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
310 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre