AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709663960
192 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (06/03/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.94/5 (sur 1239 notes)
Résumé :
« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.
Et la peur de mourir.
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me si... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (396) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  07 mars 2019
“Michka a largué les amarres “, elle part en maison de retraite avec sa petite bouteille de whisky cachée sous ses pulls. L'attend une nouvelle vie rétrécie mais parfaitement réglée.
Elle a heureusement Marie, qui l'aime, la regarde, l'écoute. Mais la jeune femme est impuissante face à cette femme cultivée, intelligente, réduite par un âge qu'elle peine à accepter.
"Mais je t'ai apporté des livres en gros caractères, tu as essayé ?
-Lesquels ?
-Les livres que je t'ai apportés la dernière fois. Écrits en gros.
-En gros ? C'est pour les vieux ça… Je les ai prêtés au type."
Et puis arrive Jérôme , l'orthophoniste. Il vient aider Michka, car les mots "s'enfouillent... s'enfuitent", elle les perd la nuit, elle en réinvente le jour. Jérôme lutte pour les récupèrer , car "sans le langage, que reste-t-il ?"
Et il y a les gratitudes.....aux personnes qui nous ont vraiment aidés à vivre, à survivre, au prix de sacrifices.....
De Vigan trouve à nouveau un sujet lourd, délicat et émouvant, avec des touches autobiographiques, qu'elle traite avec subtilité et légèreté, agrémenté d'un zeste d'humour, juste ce qu'il faut. J'ai lu les derniers chapitres la gorge nouée, que vous dire de plus. J'aime ce qu'elle écrit.
Je terminerais sur une note personnelle que je partage avec De Vigan ( et sûrement avec beaucoup d'entre vous), puisque les citations ci-dessous sont du livre.
Je trouve injuste qu'on termine nos vies de la sorte, réduite, dépendante, une décrépitude qui fait mal, très mal à l'intéressé, mais tout autant à ses proches. le pire c'est la lucidité......et je sais malheureusement de quoi je parle.
"Comment est-ce possible ?
Est-ce vraiment ce qui nous attend tous sans exception ?
N'y a-t-il pas une déviation, un embranchement,un itinéraire bis qui permettrait d'échapper au désastre ? "
J'espère toujours, et je doute que nos enfants prendront autant soin de nous que nous en avons pris de nos grand-parents, et prenons encore actuellement de nos parents......
"Vieillir, c'est apprendre à perdre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          17636
La_Bibliotheque_de_Juju
  07 mars 2019
D'abord, « merci » Delphine de Vigan d'avoir écrit ce livre.
Il y avait déjà LES LOYAUTES. Et cette première page gravée en moi.
Delphine de Vigan continue l'exploration de ces sentiments intimes et peu évoqués en littérature. Ici les gratitudes, celles qui nous construisent, celles qui restent intacte tout au long d'une vie. J'étais déjà déjà conquis par cette idée mais je ne m'attendais pas à ce déferlement d'émotions qui m'ont traversé à la lecture de cette pépite.
Michka est une vieille dame qui ne peut plus rester seule. Elle doit quitter sa vie et s'installer là où on va vivre lorsque la vieillesse frappe trop fort à la porte et entre dans nos vies par effraction. Avec pertes et fracas.
Auprès d'elle, il y a Marie, la petite voisine devenue femme, toujours présente, tellement précieuse. Et Jérôme, orthophoniste qui va tenter de l'aider à retrouver ses mots qui peu à peu se font la malle.
Je me suis fait cueillir. Je me suis senti trébucher. Je me suis fait toucher en plein coeur. Au beau milieu de ces choses que l'on ne dit pas. Ces choses qui en général ne se racontent pas. Sur la vieillesse. Sur le grand âge. Sur ce drôle de naufrage.
Les mots de Delphine de Vigan. Sincères et cruels comme l'existence. Cette écriture sans effets de manche, sans artifices. Précise, émotionnelle et universelle. Et tellement émouvante. Tellement forte.

Chacun d'entre nous porte en lui cette fameuse gratitude. Chacun d'entre nous ne s'est pas senti à la hauteur de ce qui lui a été offert. Chacun d'entre nous est éternellement reconnaissant à quelqu'un ou quelque chose.
Ce livre. Oh, ce livre. Ce livre est un immense coup de coeur. Un beau. Un vrai. Quel bonheur de lecture. Je vous parle souvent de livres que j'ai aimé. Celui-ci m'a bouleversé.
Car je porte, moi aussi dans mon coeur une Michka et cette gratitude infinie. Vous me pardonnerez Delphine de mêler quelques mots personnels à ce modeste billet.
Parceque parler d'un livre que l'on a aimé profondément peut mener à un peu parler de soi. Sans pudeur aucune.
Avec tellement de pudeur.
Car Michka, c'est peut être un peu aussi ma Janine. Là sur la photo. Je veux ici lui dédier ma liberté. Je lui dédie ma folie douce et mes éclats de vivre. Ce courage insensé de n'être que soi. Qu'elle soit écrit quelque part. Je lui dédie mes mots, ici et à venir. Qu'elle ne lira pas. Mais qu'elle inspirera.
Et surtout je dépose ici un peu de tout cet amour. Pour qu'il m'en reste encore un peu. Pour qu'il s'envole un peu plus haut. A la hauteur de ce qu'elle fut, de ce qu'elle reste. Pour moi et pour toujours.
Avec toutes mes gratitudes.

Merci mamie de la ferme.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15922
Ladybirdy
  20 mars 2019
On devrait pouvoir dire merci à tous ces gens qui ont compté, traversé notre route, ceux qui passent pour nous faire contourner le talus épineux et nous offrent des roses comme un bouquet de sourires.
On devrait recevoir un sms qui nous avertirait, demain ton père, il va mourir. Pour pas te dire ah c'est dommage.
Michka c'est une vieille dame, non, pas une personne âgée, elle préfère faire partie des vieux Michka, c'est plus fier. Elle est tendre, intelligente, sensible, un peu maladroite parce qu'elle fait tomber les mots dans le trou. Elle n'en peut rien, elle souffre d'aphasie, les mots se perdent en chemin, ils se carambolent l'un contre l'autre, ils rigolent entre eux les coquins, tiens tu veux un merci et bien non, voilà merdi, tu veux un d'accord, nous on préfère d'abord, t'es en cloque non t'es en cloche, tu veux un fauteuil roulant, prends plutôt un fauteuil croulant mais si tu me parles d'un film qui s'appelle la merditude des choses, on t'offre la mercitude, tu le mérites bien Michka.
La petite vieille avec tous ces trous dans la mémoire, toutes ces choses qu'elle perd et qu'elle ne retrouve plus, elle finit par avoir la frousse d'être toute seule chez elle. C'est Marie, une aide à la personne qui va lui trouver une place dans une maison de retraite. Avec Jérôme l'orthophoniste, ils vont être au petit soin pour Michka. Ils vont apprendre surtout à écouter l'aïeule car même si ses mots trébuchent, elle a le coeur au bout des lèvres Michka.
On n'a plus le temps pour les regrets, les rancoeurs, les histoires qui finissent mal. Michka elle veut du bonheur.
Et puis va pour la merditude, va pour la mercitude, va pour les gratitudes. le temps passe trop vite, faut pas les oublier nos vieux, faut tendre ses bras, faut sourire, faut pas pleurer surtout, non gamin reviens, tu lis Delphine de Vigan et tu en as plein la figure de cette tendresse toute dégoulinante, de cet amour moelleux comme un coeur au soleil. Et ça fait un bien fou. Tu donnes, tu reçois, c'est pas plus compliqué. On essaie les gratitudes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13815
Sebthocal
  09 mai 2019
Le dit-on vraiment ? Entre les convenances et les automatismes, quelle est la valeur du mot merci ? Delphine de Vigan examine ici nos échanges entre obligeance et bienveillance pour mieux sonder notre besoin de reconnaissance et examiner nos consciences
Après Les loyautés en 2018, qui auscultait ce sentiment étrange et pluriel, ces « fidélités silencieuses » qui nous lient aux autres et à nous-mêmes, Delphine de Vigan inspecte de nouveau dans Les gratitudes, nos fragilités intimes à travers notre sociabilité.
Ma chronique :
Lien : https://www.fnac.com/Les-Gra..
Commenter  J’apprécie          14314
Harioutz
  23 juillet 2019
J'ai acheté ce roman au printemps, alors que Sociolitte progressait dans sa lecture et nous faisait partager ses touchantes citations ...
J'avais très envie de le lire à mon tour et, dans le même temps, pas du tout envie d'être triste ( j'imaginais que je le serais intensément, je me voyais pleurer à chaudes larmes, tournant les pages une à une ) car mon printemps a été professionnellement éprouvant, et je ne me sentais pas les épaules pour affronter "Les gratitudes".
En congés depuis quelques jours, j'ai pensé qu'il était temps que je prenne "mon courage à deux mains", parce que j'allais bientôt voyager pour retrouver des vieilles personnes qui me sont chères ... j'ai pensé que si ce roman pouvait m'aider à dire ma reconnaissance avant qu'il ne soit trop tard, il était vraiment temps que je l'affronte.
Et bien je crois que j'ai trop attendu ... mettre ses sentiments à distance, les anesthésier pour ne pas souffrir, et le revers est là ... Michka ne m'a pas touchée, ma carapace était sans doute bien trop épaissie, depuis le printemps.
En effet, j'ai tourné les pages, un peu anxieuse au début, puis impatiente d'arriver "enfin" à mes mouchoirs, pour finir déçue de constater à quel point cette vieille dame qui nous quitte peu à peu n'a pas réussi à fendiller ma belle armure.
C'est Marie, dont je ne me méfiais pas, qui m'a émue aux larmes !
Marie qui galère dans une relation de couple bancale en voie de séparation, Marie qui va devenir maman solo. Elle, encore, qui se questionne sur l'amour qu'elle pourra donner à son enfant, sur ce qu'elle lui transmettra, volontairement, ou pas ... C'est elle qui a fait écho dans mon âme, et ses questions ont réveillé les miennes.
C'est décidé, je remercierai, avec de vraies paroles, les yeux dans les yeux, mes vieilles amies qui m'attendent déjà; je ne ferai pas de visites superficielles, avec des sujets de conversation convenus, pour faire comme si nous allions assurément nous revoir tous dans un an ... je ne serai plus dans la fiction, je risque d'avoir besoin de mouchoirs cette fois-ci, ou peut-être pas ... nous verrons bien quelles sont les émotions qui se présentent, car à vouloir les anticiper pour les contrôler, elles nous échappent pour revenir insidieusement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1067

critiques presse (11)
LeJournaldeQuebec   27 juin 2019
Bouleversant, réaliste, Les gratitudes est à la fois un exercice de style et une invitation à dire merci, en mots et en gestes, avant qu’il ne soit trop tard.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   26 avril 2019
Un roman doux comme un baume qui parle d'humanisme et de ce que l'on doit aux autres
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaCroix   09 avril 2019
Delphine de Vigan relate dans une fiction solaire la reconnaissance d’une jeune femme pour une voisine entrée dans le grand âge.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Liberation   01 avril 2019
Y a-t-il une intrigue plus rebattue que l’inéluctable destin de vieilles personnes obligées de s’installer dans une maison de retraite ? Oui. Il y a encore plus tendance. C’est d’imaginer une histoire de petite fille juive confiée pendant la guerre à des Français inconnus par sa maman qui n’est jamais revenue la chercher, et elle n’aura de cesse de les retrouver plus tard pour les remercier.
Lire la critique sur le site : Liberation
Culturebox   29 mars 2019
Avec Les gratitudes (JC Lattès), son neuvième roman, Delphine de Vigan poursuit un voyage littéraire commencé avec Les loyautés (JC Lattès 2018), dans lequel elle visite les sentiments et les relations intimes entre les êtres humains. Un roman bouleversant sur la fin de vie, qui met en scène une attachante vieille dame perdant l'usage des mots dans un moment où elle en a le plus besoin.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   27 mars 2019
Dans son dernier roman Les Gratitudes, Delphine de Vigan met en scène Michka qui est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elle, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre. Une des questions du roman c'est de savoir dire merci à temps.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bibliobs   20 mars 2019
Dans les Gratitudes, Delphine de Vigan met en scène une émouvante vieille dame qui perd ses mots dans un Ehpad.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   15 mars 2019
Un roman d'une rare puissance sur les dettes morales et ces liens invisibles qui nous gouvernent.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   15 mars 2019
Avec Les Gratitudes, l’écrivaine livre un roman solaire et délicat, aux allures de pièce de théâtre, sur la vieillesse, la fin de vie et son accompagnement.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeSoir   11 mars 2019
En refermant Les gratitudes, le nouveau roman de Delphine de Vigan, on quitte des personnages tous positifs et pourtant le livre est formidable.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Actualitte   08 mars 2019
J’aime la plume de Delphine de Vigan, j’aime sa façon de raconter des histoires et je trouve ce nouveau texte très réussi. Peut-on parler de fable ? Pourquoi pas, mais je crois vraiment aimer cette façon (subtile ou non, à vous de décider) de nous rappeler de dire merci.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (319) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   05 mai 2019
Quand je serai vieille, je m'allongerai sur mon lit ou me calerai les reins dans un fauteuil et j'écouterai la musique que j'écoute aujourd'hui, celle qui passe à la radio ou dans les boîtes de nuit. Je fermerai les yeux pour retrouver la sensation de mon corps en train de danser. Mon corps délié, souple, obéissant, mon corps au milieu des autres corps, mon corps affranchi de tout regard, quand je danse seule au milieu de mon salon. Quand je serai vieille, je passerai des heures ainsi, attentive à chaque son, à chaque note, à chaque impulsion. Oui, je fermerai les yeux et je me projetterai mentalement dans la danse, dans la transe, je retrouverai un à un les mouvements, les ruptures, et mon corps épousera de nouveau le rythme, la mesure, au plus près de sa pulsation.
Quand je serai vieille, si je le suis un jour, il me restera ça. Le souvenir de la danse, les basses qui cognent dans le ventre, et l'ondulation de mes hanches.

Page 96, JCLattès, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
SebthocalSebthocal   08 mai 2019
Vieillir, c'est apprendre à perdre.
Encaisser, chaque semaine ou presque, un nouveau déficit, une nouvelle altération, un nouveau dommage. Voilà ce que je vois.
Et plus rien ne figure dans la colonne des profits.
Un jour, ne plus pouvoir courir, marcher, se pencher, se baisser, soulever, tendre, plier, se tourner, de ce côté, puis de l'autre, ni en avant, ni en arrière, plus le matin, plus le soir, plus du tout. S'accommoder sans cesse.
Perdre la mémoire, perdre ses repères, perdre ses mots. Perdre l'équilibre, la vue, la notion du temps, perdre le sommeil, perdre l'ouïe, perdre la boule.
Perdre ce qui vous a été donné, ce que vous avez gagné, ce que vous avez mérité, ce pour quoi vous vous êtes battu, ce que vous pensiez tenir à jamais.
Se réajuster.
Se réorganiser.
Faire sans.
Passer outre.
N'avoir plus rien à perdre.

Page 130, JCLattès, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          686
SebthocalSebthocal   02 mai 2019
— Mais l'un n'empêche pas l'autre, Michk’ : l’orthophoniste vient deux fois par semaine dans ta chambre, mais toi tu peux aller en bas à l'atelier mémoire, le mercredi, avec les autres. Tu as déjà essayé ?
— J'aime pas. Il y en a une qui répond à tout, comme ça, du tic au tic. . . pas une seconde d'hésitation. À brûle-pourpoint, elle dit la bonne réponse. Elle connaît tous les mots possibles et imaginaux, elle fait la fière, tu vois, ça me tagace. Pourquoi elle vient, si elle sait déjà tout ? En plus, elle pourrait s'habiller, eh ben non, même pas, elle passe sa vie dans une robe des champs comme si c'était du plus grand choc, tu vois...
— Elle se sent peut-être plus à l'aise comme ça.
— Oui, mais bon, un peu de clémence ne nuit pas. Pourquoi tu ris ? Au moins, si ça te fait rire. Mais tu sais, tu as mieux à faire, franchement. Tu ne devrais pas venir si souvent. Tu vas t'ennuyer.

Pages 62-63, JCLattès, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
SebthocalSebthocal   04 mai 2019
Quand je vais rendre visite à Michka, j'observe les résidentes. Les très très vieilles, les moyennement vieilles, les pas si vieilles, et parfois j'ai envie de leur demander : est-ce que quelqu'un vous caresse encore ? Est-ce que quelqu'un vous prend dans ses bras ? Depuis combien de temps une autre peau n'est pas entrée en contact avec la vôtre ?
Quand je m'imagine vieille, vraiment vieille, quand j'essaie de me projeter dans quarante ou cinquante ans, ce qui me paraît le plus douloureux, le plus insoutenable, c'est l'idée que plus personne ne me touche. La disparition progressive ou brutale du contact physique.
Peut-être que le besoin n'est plus le même, que le corps se rétracte, se recroqueville, s'engourdit comme lors d'un long jeûne. Ou peut-être qu'au contraire il crie famine, un cri muet, insoutenable, que plus personne ne veut entendre.

Page 95, JCLattès, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
SebthocalSebthocal   01 mai 2019
Quand je les rencontre pour la première fois, c'est toujours la même image que je cherche, celle de l'Avant. Derrière leur regard flou, leurs gestes incertains, leur silhouette courbée ou pliée en deux, comme on tenterait de deviner sous un dessin au vilain feutre une esquisse originelle, je cherche le jeune homme ou la jeune femme qu'ils ont été. Je les observe et je me dis : elle aussi, lui aussi a aimé, crié, joui, plongé, couru à en perdre haleine, monté des escaliers quatre à quatre, dansé toute la nuit. Elle aussi, lui aussi a pris des trains, des métros, marché dans la campagne, la montagne, bu du vin, fait la grasse matinée, discuté à bâtons rompus. Cela m'émeut, de penser à ça. Je ne peux pas m'empêcher de traquer cette image, de tenter de la ressusciter.

Page 41, JCLattès, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          551
Videos de Delphine de Vigan (108) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Delphine de Vigan
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES
Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie.
De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective.
Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout.
La littérature aussi est une forme de vie sauvage !
Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI.
Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com.
Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron
Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Delphine de Vigan

Delphine de Vigan a écrit son premier roman "Jours sans faim" sous un pseudonyme. Quel est-il ?

Agnès Dantzig
Lou Delvig
Sara Dliping
Mia Dumrig

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thème : Delphine de ViganCréer un quiz sur ce livre
.. ..