AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B0014PXS5Y
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture : Le trop connu "Discours sur l'Universalité de la langue française" a masqué, pour la postérité, la véritable nature de Rivarol, esprit primesautier et écrivain d'humour. A l'aube de la Révolution, la Monarchie trouve en lui un de ses plus fougueux défenseurs. Mais la passion qu'il éprouve pour l'ordre établi le conduit à une critique des pouvoirs en place aussi virulente que celle du révolutionnaire Marat. Ainsi, par un paradoxe souvent vér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   17 mai 2012
Si l'on peut considérer Mathiez comme le meilleur historien de la Révolution française, ce n'est point parce qu'il fut marxiste : l'exemple de ceux qui utilisèrent ses notes pour poursuivre son oeuvre suffit à le prouver. Mais parce que, à part de très rare exceptions, les hommes de la Constituante et de la Législative ne préfigurent pas, même de loin, les doctrinaires du socialisme, Mathiez les étudie et les juges avec la rigueur de l'entomologiste (et il va sans dire qu'à un Mathiez moins perspicace et moins judicieux, cet avantage eût été refusé).

411 - [10-18 n°196, p. 15] Préface de Willy de Spens
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JcequejelisJcequejelis   17 juin 2012
En Franche-Comté, vers la fin du mois d'août 1789, le jour anniversaire de la St-Bartélémi, le peuple résolu d'égorger tous les nobles. Quatre coups de fusil devaient être le signal du massacre ; mais celui qui tirait les coups ayant été surpris avant de tirer le quatrième, avoua le complot, et on pendit trois bourgeois et trois soldats des plus coupables.

444 - [10-18 n°196, p. 84 note de bas de page]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JcequejelisJcequejelis   17 mai 2012
... Albert Mathiez affirmera que, la fièvre tombée, les députés de la noblesse et les membres du tiers état qui partageaient certains de leurs privilèges (car beaucoup de bourgeois possédaient des terres nobles) s'entendirent comme larrons en foire pour reprendre foirdement les droits qu'ils avaient abandonnés à la légère : le clergé fit les frais de ce renversement d'alliance et, en définitive, fut le seul sacrifié. Par un curieux détour, le royaliste Rivarol rejoindra plus d'une fois le marxiste Mathiez. Ne nous en étonnons pas. Condamnant, au même chef, la monarchie conservatrice et le réformisme bourgeois, Mathiez tient pour seuls révolutionnaires authentiques, Robespierre, Marat, Saint-Just et surtout le collectiviste Babeuf...

410 - [10-18 n°196, p. 13] Préface de Willy de Spens
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : recueil d'articlesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2276 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre