AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070624595
Éditeur : Gallimard Jeunesse (01/12/2008)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 1645 notes)
Résumé :
Les contes de Beedle le Barde sont les cinq contes de fées qui bercent l'enfance des jeunes sorciers. Chacun de ces contes a sa magie particulière qui enchantera les lecteurs et les fera tour à tour rire ou frissonner.

Les commentaires passionnants et malicieux du professeur Albus Dumbledore qui accompagnent chaque récit seront appréciés des sorciers comme des Moldus. Le professeur y donne de nombreuses clefs et y dévoile, par la même occasion, maint ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (226) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  20 avril 2018
Très court, mais plaisant.
Le sorcier et la marmite sauteuse. (Une marmite héritée force son héritier à aider les moldus).
La fontaine de la bonne fortune. (Où quand l'alliance fait la force).
Le sorcier au coeur velu. (On ne badine pas avec l'amour).
Babbitty Lapina et la souche qui gloussait. (Un roi stupide et une sorcière maligne).
Le conte des trois frères. (On ne présente plus la baguette, la pierre et la cape).
Chacun des six contes est accompagné d'un note de Dumbledore en personne, qui sont au final clairement la partie la plus intéressante de ce petit livre qui n'est ni drôle, ni émouvant, ni épique. Juste un retour dans l'univers magique de l'auteure (à travers les notes, plus que les contes encore une fois).
Une petite bizarrerie agréable à lire...Si vous avez une heure à perdre, ou à gagner, c'est selon, mais pas quelque chose de mémorable ou indispensable à notre culture Potterienne ou même générale.
Commenter  J’apprécie          922
kllouche
  26 février 2012
Replonger dans l'univers de J.K. Rowling m'a fait un bien fou. Entre cette lecture et l'annonce de la publication dans l'année de son prochain roman pour adulte, je suis heureuse pour six mois. :lol :
Le livre en lui-même est magnifique. La couverture bleue avec des dessins en relief est très recherchée. Les petits dessins de la main de l'auteur qui agrémentent les contes sont très beaux. le fait que le tout soit très enfantin m'a beaucoup plu. Ca va avec le thème du livre. Et j'avais l'impression de redécouvrir l'univers d'Harry Potter.
Les histoires en elles-mêmes sont inattendues. Beaucoup plus violentes et choquantes que ce à quoi je m'attendais.
Tout d'abord, le conte des Trois Frères est en tout point semblable à celui du livre et du film des reliques de la mort. Pas de surprise de ce côté-là.
Le Sorcier et la Marmite sauteuse est moralisateur à souhait mais reste un peu drôle parce qu'elle finit bien.
Le Sorcier au coeur velu est peut-être le plus horrible des contes. Je doute effectivement que les parents racontés ça à leurs chérubins. Ca peut faire penser à Roméo et Juliette de loin mais en nettement plus gore.
Babitty Lapina et la souche qui gloussait est aussi très moralisateur mais je l'ai trouvé sympathique. C'est une belle façon de faire comprendre aux petits sorciers que rien ne peut faire revenir les morts. Je pense que celui-ci, je le raconterai un jour à mes enfants.
La Fontaine de la Bonne Fortune est celui que j'ai trouvé le moins marquant. Il inclut un moldu, ce qui n'est pas mal pour lutter contre l'antisémitisme sorcier. Il montre que bien des problèmes peuvent être résolus sans l'aide de la magie. Celui-ci aussi je le raconterai à mes enfants parce qu'il n'est pas trop choquant même s'il se base sur les malheurs des gens.
Mon plus grand regret provient des commentaires d'Albus Dumbledore. Je les ai trouvés ennuyeux. J'aurai bien aimé qu'ils soient agrémentés de notes personnelles d'Hermione Granger comme ce fut le cas dans les animaux fantastiques et le quidditch à travers les âges. Et surtout : pas de dessin des reliques de la mort ? C'est quoi ce délire ?
Cette fois-ci, c'est définitif. J'ai écoulé toutes les lectures possibles autour d'Harry Potter. Heureusement, Pottermore, Poudlard.org et UHP sont encore là pour me faire rêver.
Et le miracle de l'année est advenu. Un nouveau livre de la main de J.K. Rowling va sortir. Viiiiiiiiiiiiiiiiite !!!!!!!!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Under_The_Moon
  16 février 2014
J'ai hésité avant de me lancer dans la lecture des Contes de Beedle le Barde. Je me demandais si ces textes auraient un réel intérêt, ou si J K Rowling s'était contentée d'exploiter le filon Harry Potter.
Et bien je n'ai pas été déçue du tout ! J'ai beaucoup aimé ces contes, accompagnés des commentaires de l'inimitable Albus Dumbledore ! Même si, ces commentaires visent sans doute plus à contenter un public adulte que les jeunes enfants pour qui certains éléments cités pourraient paraître abstraits.
Les contes de Rowling suivent les structure et les éléments traditionnels des contes et sont écrits de manière très fluide, ce qui est appréciable pour les amateurs de J K Rowling comme pour les amateurs de contes "classiques" - et pour les lecteurs qui, comme moi, aiment les deux, c'est un délice ! Ainsi, la romancière nous parle de compassion envers les gens différents, de l'entraide, du passé et de l'avenir qui guérit les blessures du premier, de l'égoïsme, de l'arrogance qui résulte de l'illusion des pleins pouvoirs et du contrôle total. Des thèmes déjà importants dans la saga des Harry Potter mais qu'on ne se lasse pas de voir ré-aborder ici.
Et je pense que je n'aurait pas pu lire ces récits à un meilleur moment : dans ses commentaires, "Dumbledore" parle de l'instrumentalisation des livres au profit d'une idéologie et de leur réécriture à cet effet… un thème brûlant d'actualité !
C'est vrai qu'on peut faire dire - plus ou moins - ce qu'on veut à un texte littéraire, mais sa fonction première est tout de même de divertir, pour que le lecteur en tire un certain plaisir. Et cette fonction est parfaitement remplie ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
NathalC
  11 janvier 2018
5 contes qui ont bercé l'enfance des sorciers et sorcières et qui sont ici commenté par Albus Dumbledore.
Une entrée dans l'enfance des sorciers, la sensation que ce monde existe réellement à travers ce petit livre, et ce depuis des siècles.
Une belle petite aparté de la série Harry Potter.
JK Rowling a vraiment un don pour nous faire croire à son univers...
Commenter  J’apprécie          346
Alwenn
  08 décembre 2008
Nostalgie quand tu nous tiens… L'an dernier, quand j'ai tourné la dernière page de la saga Harry Potter, que j'avais suivie avec fébrilité à chaque parution, je m'étais promis de ne pas acheter cet exemplaire des contes de Beedle le Barde, frustrée de me dire que les livres ayant trait au jeune sorcier étaient désormais derrière moi, et soucieuse de ne pas remuer le couteau dans la plaie, par des histoires n'ayant finalement qu'un rapport lointain avec la saga.

Las ! Je suis finalement très faible, et j'ai craqué. Je me suis dit qu'en fait, ce pourrait être un bon moyen pour couper le cordon en douceur (et, oui, je l'avouer, un excellent moyen également de retrouver – même un tout petit peu- cet univers dont les histoires m'ont tenue en haleine ces dernières années…)
Et finalement, je ne suis pas déçue d'avoir craqué. Les contes de Beedle le Barde se présentent sous la forme d'un livret bleu, à la couverture surimprimée d'illustrations de la main même de l'auteur. A l'intérieur, cinq contes. Cinq courtes histoires où magie, poésie et humour s'entrelacent pour le bonheur de tous, fans convaincus d'HP de la première heure, aussi bien que novices, curieux de découvrir l'univers du jeune sorcier à lunettes. En somme, nul besoin d'avoir lu toute la saga Potter pour lire ces cinq contes, qui forment chacun des histoires pleines et entières.
- le sorcier et le marmite sauteuse : premier conte du recueil, on retrouve bien là l'imagination de J.K. Rowling. C'est une histoire dont la portée moralisatrice s'efface derrière l'humour de la situation de ce sorcier revêche dont la marmite, legs paternel, va lui causer quelques soucis… pour finalement lui ouvrir de nouvelles perspectives.
- La fontaine de la bonne fortune : Un de mes contes préférés. Récit initiatique de trois sorcières et un chevalier moldu. Histoire poétique et féerique, dont la fin illustre parfaitement une certaine philosophie de la vie et du bonheur à laquelle beaucoup plus de gens devraient adhérer, afin de pouvoir eux aussi profiter pleinement de leur bonne fortune… ^^
- le sorcier au coeur velu : Mon conte préféré ! C'est le conte le plus noir, le plus cruel, et le plus sanglant (à ne pas raconter aux jeunes enfants d'ailleurs ! Ils risqueraient d'en être traumatisés, à l'image de la sorcière Karen Bloxam…).
L'histoire s'occupe de la part de ténèbres des sorciers, qui sont aussi des hommes, et dont le coeur peut se trouver prisonnier de sortilèges qu'il aurait mieux valu ne pas leur appliquer… Ce conte est terrible, mais d'une portée profonde et philosophique. le commentaire de Dumbledore, qui s'appuie sur le premier principe des lois fondamentales de la magie d'Adalbert Lasornette, convaincra définitivement ceux qui n'auraient pas compris la gravité du sujet abordé dans ce conte : « Ne touche aux plus profonds mystères – la source de la vie, l'essence de soi- que si tu es préparé à en subir les conséquences les plus extrêmes et les plus redoutables. »
Et j'aime désormais beaucoup l'expression « avoir le coeur velu » pour désigner une personne froide ou insensible !
- Babitty Lapina et la souche qui gloussait : Peut-être le conte qui ressemble le plus à l'un de nos contes de Moldus. L'histoire est plus mignonnette que les autres, moins acérée. Celle sans doute où l'humour s'affiche le plus. Et comme dans les deux premiers contes, les Moldus ne sont jamais loin…
- le conte des trois frères : LE conte qui apparaît dans le tome 7 des aventures de Harry Potter (Harry Potter et les reliques de le Mort) et avec lequel nous avions pris connaissance de l'existence de ces contes de Beedle le Barde… Après le sorcier au coeur velu, c'est le conte que je préfère.
Deux raisons à cela : tout d'abord, c'est le conte qui entretient le rapport le plus étroit avec la saga HP, qui établit un pont avec le dernier tome. Donc forcément, petit pincement au coeur de nostalgie qui s'est emparé de moi lorsque j'ai lu le conte, dont je connaissais pourtant le fond pour l'avoir justement lu dans le tome 7… Et c'est là que je me rends compte qu'un an après, je n'ai toujours pas véritablement coupé le cordon avec cette série…
Deuxième argument pour me plaire : il me fait furieusement penser à tous ces contes bretons et celtiques où la Mort (parfois c'est le diable) attend les humains sur un pont, ou un gué, et passe des pactes avec eux. C'est un schème folklorique assez répandu, mais J.K Rowling, avec l'ingéniosité qu'on lui connaît bien désormais, revisite la trame narrative habituelle et l'adapte à son univers de sorciers. La magie opère (c'est le cas de le dire ! ) et le conte des trois frères propose ainsi un récit où magie et conte traditionnel trouvent un parfait équilibre.
Il faut souligner que les illustrations qui accompagnent le livre sont de la main même de JK Rowling. Et force est de constater qu'elle dessine bien ! C'est simple et sans grand effets picturaux, mais ça apporte une touche supplémentaire au livre. Personnellement, ces dessins crayonnés me font penser aux illustrations qu'il y avait dans un vieux livre de contes –justement- chez ma grand-mère.
Mon bémol ira probablement aux commentaires de Dumbledore qui suivent chaque conte. Même si je les ai trouvés très intéressants, j'ai aussi trouvé qu'ils coupaient trop brusquement le rythme narratif des contes. Entre chaque histoire, il faudrait faire un passage par l'analyse de Dumbledore. A vrai dire, je crois que je conseillerais à un lecteur de lire d'abord les 5 contes, pour bien s'imprégner de l'ambiance du livre, puis, dans un second temps, de revenir aux commentaires de Dumbledore. En outre, même si je parle naturellement des « commentaires de Dumbledore », je dois avouer que j'ai trouvé ces passages exégétiques un peu désincarnés du grand magicien, directeur de Poudlard : on sent encore trop, à mon sens, la présence de JK Rowling derrière ces passages. D'autant qu'elle intervient parfois dans les notes, renforçant sa présence derrière le personnage de Dumbledore. Mais bon, c'est un reproche assez infime au final.
En tout cas, c'est un ouvrage où l'humour, la poésie, la magie et les réflexions sur le monde magique d'Harry Potter se marient à merveille. Nous, Moldus, sommes biens contents de pouvoir enfin découvrir les contes qui ont bercé l'enfance des sorciers du Monde Magique. Donc, en définitive, que vous soyez, comme moi, fans d'Harry Potter, et nostalgiques des années où vous suiviez la saga, ou tout simplement curieux de découvrir l'univers ensorcelant de JK Rowling, ce petit livre fera un parfait cadeau de noël.

A noter enfin que tous les bénéfices liés à la commercialisation de ce livre sont entièrement reversés à une oeuvre de charité, le « Children's High Level Group » (CHLG), co-fondée en 2005 par J. K. Rowling et Emma Nicholson dans le but d'améliorer le sort d'enfants maltraités.
Terminé le 07 décembre 2008
Lien : http://fabulabovarya.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
AelinelAelinel   22 septembre 2018
Plus d’un parent a exigé le retrait de ce conte de la bibliothèque de Poudlard. (…) Mr Malefoy a formulé sa demande d’interdiction du conte en écrivant :

« Toute oeuvre de fiction ou pas, qui fait état de croisements entre des sorciers et des Moldus devrait être bannie des rayons de Poudlard. Je ne souhaite pas que mon fils subisse des influences pouvant l’amener à souiller la pureté de son sang à travers la lecture d’histoires qui encouragent un mariage sorcier-moldu. »

Mon refus d’enlever le livre de la bibliothèque fut approuvé par une majorité des membres du conseil d’administration. J’ai répondu à Mr Malefoy en lui expliquant ma décision :

« Les soi-disant famille de sang pur ne maintiennent leur prétendue pureté qu’en supprimant de leurs arbres généalogiques les Moldus ou nés-Moldus, ou en mentant sur leurs origines. Ils tentent ensuite d’imposer leur hypocrisie aux autres en nous demandant d’interdire des œuvres qui traitent de vérités qu’eux-mêmes cherchent à nier. Il n’existe pas de sorcière ou de sorcier dont le sang n’ait pas été mélangé avec celui de Moldus et je considère donc comme à la fois illogique et immoral de retirer du domaine de connaissance de nos élèves des livres qui abordent le sujet. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gteisseire2gteisseire2   13 janvier 2011
Les sorciers n'ont toujours pas trouvé une manière de réunir le corps et l'âme après la mort. Ainsi que l'éminent philosophe de la sorcellerie, Bertrand de Pensées-Profondes l'a écrit dans sa très estimée Étude sur la possibilité d'inverser les effets réels et métaphysiques de la mort naturelle, concernant en particulier la réintégration de l'essence et de la matière : "Laissez tomber. On n'y arrivera jamais."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
fnitterfnitter   21 avril 2018
Ne touche aux plus profonds mystères – la source de la vie, l’essence de soi – que si tu es préparé à en subir les conséquences les plus extrêmes et les plus redoutables.
Commenter  J’apprécie          420
fnitterfnitter   21 avril 2018
Cet échange a marqué le début de la longue campagne que Mr Malefoy a menée pour me destituer de mon poste de directeur de Poudlard et de celle que j’ai moi-même entreprise pour mettre un terme à sa position de Mangemort favori de Lord Voldemort.
Commenter  J’apprécie          240
LydiaBLydiaB   03 décembre 2010
Il m’apparaît que la morale de cette histoire est que les efforts de l’homme pour arrêter ou retarder la Mort sont voués à l’échec. Seul le troisième frère dans l’histoire (le plus jeune mais le plus sage) comprend qu’il a déjà échappé une fois à la Mort et que le mieux qu’il puisse faire est retarder l’heure de leur prochaine rencontre. Ce jeune cadet est conscient que, même s’ils ridiculisent tous la Mort (comme son premier frère, qui utilisa la violence ou le deuxième, qui joua avec le mystérieux art de la nécromancie), il se retrouve finalement face à un adversaire qu’il ne sait pas comment vaincre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de J. K. Rowling (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. K. Rowling
Masterclass : Apprenez à écrire un roman - Structurez votre récit .Savez-vous ce que les écrivains JK Rowling (Harry Potter), Gustave Flaubert (Madame Bovary), J. R. R. Tolkien (Le Seigneur des Anneaux), James Joyce (Ulysse) et Victor Hugo (Les Misérables) ont en commun ? Leurs romans suivent tous la même structure narrative inspirée des mythes. Cette structure narrative peut s?appliquer à n?importe quel récit et quelle que soit l?étape où vous vous trouvez dans l?écriture de votre roman. Vous pouvez l?utiliser si vous en êtes encore à l?ébauche de votre roman. Elle vous permettra également de retravailler votre manuscrit en profondeur si vous avez finalisé votre roman. Concrètement, cela va vous faciliter la tâche et vous permettre d?y voir plus clair dans la construction de votre récit et dans la caractérisation de vos personnages. Dans notre masterclass, vous travaillez sur votre propre roman. Votre objectif : tenir votre futur lecteur en haleine et lui donner envie d?aller au bout de votre histoire !
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Contes de Beedle le Barde

Combien y a t-il de contes?

6
5
4
8

7 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Les contes de Beedle le barde de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre
.. ..