AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Fernando Puig Rosado (Illustrateur)
EAN : 9782070577071
144 pages
Gallimard Jeunesse (15/03/2007)
4.07/5   2327 notes
Résumé :
Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon nommé Bachir.

Il était une fois une petite fille, une sorcière du placard aux balais, un géant aux chaussettes rouges, une paire de chaussures amoureuses, une poupée voyageuse, une fée du robinet...

La rue Broca n'est assurément pas une rue comme les autres. Avec insolence et humour, Pierre Gripa... >Voir plus
Que lire après La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue BrocaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (135) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 2327 notes
5
55 avis
4
48 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis
En fouinant dans la bibliothèque de ma mère, je suis retombée sur ce bouquin que j'adorais quand j'étais gamine. Ce recueil de contes, je l'avais lu et relu à en user les pages. Je l'aimais d'autant plus qu'à l'époque j'habitais rue Monge, à deux pas de la rue Mouffetard. Et si dans les années 80, époque où je lisais "la sorcière de la rue Mouffetard", le quartier latin n'était déjà plus celui qui sert de paysage à ces contes (qui ont été écrits dans les années 60), il gardait encore un peu un aspect village qui a sans doute totalement disparu aujourd'hui.

Revoir cette couverture m'a procuré une grande émotion. Les souvenirs de mon enfance parisienne, avant le déménagement vers la banlieue, se sont bousculés dans ma tête. J'ai souri en revoyant les sympathiques illustrations en noir et blanc de Puig Rosado (que j'avais honteusement coloriées). En relisant ces contes, je me suis aperçue que je n'avais rien oublié. L'ogre aux chaussettes rouges, la sorcière qui veut manger Nadia, les chaussures amoureuses, la fée robinet, la sorcière du placard à balai... Je me souvenais de toutes ces histoires, de tous ces personnages.

Cette relecture teintée de nostalgie a été un grand plaisir. Mais est-ce là un avis objectif ? Un jeune lecteur d'aujourd'hui apprécierait-il autant ces récits ? Même s'il est difficile de faire abstraction de mon affection toute personnelle pour ce livre, je pense que les histoires imaginées par Pierre Gripari ont tout pour plaire aux enfants d'aujourd'hui tant elles sont intemporelles et pleines d'humour. La plume de Gripari est fraîche, vive, parfois naïve mais sans mièvrerie aucune. Les intrigues sont tour à tour poétiques et farfelues, toujours tendres et drôles.
Il ne me reste plus qu'à le faire découvrir à mon fils. Ce sera une nouvelle occasion pour moi de le relire encore.

Challenge Multi-Défis 2016 - 15 (un livre qui se déroule dans votre région d'enfance)
Challenge Petits plaisirs 2016 - 9
Commenter  J’apprécie          769
Ce livre n'est pas vraiment un livre comme les autres. Déjà parce que tout le monde (ou presque) - enfin surtout ceux de m'a génération - n'a pas pu y échapper ! Certains de ces contes nous auront plus marqués que d'autres, mais les sept présents dans cette édition sont sans aucun doute de très bons souvenirs d'enfance pour beaucoup d'entre nous.



Ce recueil comporte sept contes :
La sorcières de la rue Mouffetard où une sorcière vieille et laide veut manger une petite fille pour devenir jeune et jolie...
Le géant aux chaussettes rouges où un géant cherche à avoir une taille humaine pour pouvoir épouser une jeune fille...
La paire de chaussures où deux chaussures mariées vont être séparées et vivre des aventures palpitantes...
Scoubidou, la poupée qui sait tout où une poupée peut voir le passé et le futur...
Histoire de Lustucru ou la vraie histoire du père Lustucru et de la mère Michelle...
La fée du robinet ou comment la punition/récompense d'une fée peut se retourner...
La sorcière de placard aux balais où un jeune homme héberge une sorcière dans son placard...



Quand j'étais toute petite j'aimais particulièrement l'histoire de la sorcière du placard à balai et je crois qu'aujourd'hui encore ce conte reste mon préféré. J'ai aussi tout particulièrement La fée du robinet, mais un chouia moins !



En tout cas, ces contes sont merveilleusement bien raconté : ils s'adressent aussi bien aux enfants qu'aux adultes. C'est une lecture très agréable, très fraîche et sans aucune prise de tête !

La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca est vraiment un de ces livres parfaits, qu'on lit à tout âge et avec énormément de plaisir. Elle fait partie des lectures qu'on recommande, de celle avec lesquelles on a appris à lire et qu'après dix ans, on aime toujours relire...

Vous n'avez aucune bonne raison d'échapper à ce livre de Pierre Gripari !
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          470
Lus il y a très longtemps mais étant déjà adulte, certains dans leur version théâtrale et mis en scène avec des collégiens, je les ai reparcourus avec bonheur.
Destinés, selon l'auteur dans sa préface, aux personnes qui « aiment les histoires » ces contes nous font retourner directement en enfance où toute part de réalisme est ôtée, mais où la peur côtoie la grande tendresse, où l'étonnement rivalise avec la crédulité. Ces contes fourmillent de bons mots, de tours joués par un personnage à un autre, d'évènements magiques… Il s'agit de vrais contes de fées même si l'on y croise plus souvent des sorcières.
Ces contes sont toutefois localisés en plein Paris, dans un quartier précis longuement dépeint par Gripari dans la préface. On sent l'amour de l'auteur pour ces lieux qui sont ses racines.
Le parti pris de l'auteur est clair et irrévocable : c'est celui du narrateur pour les enfants qu'il comprend et avec lesquels il a une grande complicité.
Je n'ai pas de conte préféré, tous me plaisent et j'aime à les relire, m'attardant chaque fois sur un détail différent. Ils m'étaient apparus très scéniques (qui plus est dans la version théâtrale) et cette fois c'est leur côté très picturaux, imagés, que je retiens. Et chaque fois le plaisir des mots qui composent les histoires. Publiés pour la première fois en 1966, ils sont indémodables !
A savourer sans modération !
Commenter  J’apprécie          440
J'ai du lire ce livre quand j'avais onze ans. A cette époque, lire un livre de la première à la dernière page était un exploit digne du livre Guiness des records (j'exagère à peine).
Et pourtant, je l'avais lu sans me faire prier, même s'il faisait partie de la liste de livres à étudier au cours de l'année de sixième. Il semble d'ailleurs, à la lecture d'autres critiques, que nous fûmes nombreux dans ce cas.
Eh bien je peux vous rassurer, fidèles de la rue Broca et des rues adjacentes, les contes de Gripari fonctionnent toujours sur la nouvelle génération de lecteurs. Ma fille (9 ans mais pas toutes ses dents, petite souris oblige) est une adepte de la famille de Nadia et des autres membres de la bande.
Nous avons commencé ensemble la lecture (enfin surtout moi à haute voix), puis elle a continué toute seule. Et maintenant elle écoute la version audio (lue par l'auteur) en boucle sur son lecteur de CD.
La fantaisie de M. Gripari n'a pas d'age, elle traverse le temps et fonctionne toujours, que ce soit sur une petite fille de 9 ans ou sur son père de 40.
Alors ne vous privez pas, lisez, relisez et faites lire. Il y a des trésors d'imagination, de drôlerie, de sentiments variés qui vous attendent dans ces pages.
Commenter  J’apprécie          270
La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca, c'est LE livre de mon enfance. Dans ce petit recueil, on retrouve 7 petits contes :

- La sorcière de la rue Mouffetard : l'histoire d'une sorcière laide qui veut devenir jolie et pour cela, il lui faut manger une petite fille à la sauce tomate.
- le géant aux chaussettes rouges : l'histoire d'un géant qui doit rapetisser pour pouvoir se marier.
- La paire de chaussures : l'histoire de deux chaussures amoureuses.
- Scoubidou, la poupée qui sait tout : l'histoire d'une poupée qui sait voir le passé et l'avenir.
- Histoire de Lustucru : la véritable histoire de Lustucru et de la mère Michel !
- La fée du robinet : l'histoire d'une fée qui n'a pas l'air de faire les bons choix.
- La sorcière du placard aux balais : l'histoire de Monsieur Pierre et de sa nouvelle maison où vit cachée une sorcière.

Mon conte préféré est (sans surprise) La sorcière du placard aux balais. Mmmh, j'ai encore des petits frissons, me rappelant mon enfance, en lisant "Sorcière, Sorcière, prends garde à ton...". Il y a des choses, des sensations, que l'on n'oublie pas et ce, même 20 ans plus tard. C'est ce qu'il y a de vraiment magnifique quand on se replonge dans un livre-doudou comme celui-ci.

Néanmoins, chaque conte sait se faire apprécier. J'ai vraiment pris plaisir à les redécouvrir tous et je suis sûre que ce sera toujours le cas dans 20 ans ! Je ne vais pas vous faire un grand discours sur chacun des contes car je pense que ce livre mérite d'être découvert par soi-même. Au vu de son petit nombre de pages (notons que dans l'édition que je possède, 32 pages sont consacrées à des petits jeux permettant d'approfondir l'univers des contes), je pense que je vais vous gâcher le plaisir de la découverte si j'en dis plus.

L'écriture de Pierre Gripari est simple et fluide, avec un agréable côté enfantin sans être naïf. Il utilise un vocabulaire simple mais direct qui traduit bien l'imagination en ébullition des enfants. Je pense que c'est en grande partie pour cela que ses contes sont intemporels.

En quelques mots, La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca est un livre qui mérite d'être découvert et ce à n'importe quel âge. Si vous avez des enfants, n'hésitez pas à leur lire ces petits contes, je suis sûre qu'ils apprécieront tout comme cela a été le cas pour moi quand j'étais enfant. Ces contes sont vraiment plein de vie, loin d'être naïfs et, bien qu'il y ait toujours une petite morale cachée dans chaque histoire, ils sont loin d'être des contes moralisateurs.
Lien : http://leslivresdezaela.blog..
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
LA SORCIERE DU PLACARD A BALAIS

C'est moi, monsieur Pierre, qui parle, et c'est à moi qu'est arrivé l'histoire.
Un jour, en fouillant dans ma poche, je trouve une pièce de cinq nouveaux francs. Je me dis : « Chouette ! Je suis riche ! Je vais pouvoir m'acheter une maison ! »
Et je cours aussitôt chez le notaire :
« Bonjour, monsieur le Notaire ! Vous n'auriez pas une maison dans les cinq cents francs ?
- Cinq cents francs comment ? Anciens ou nouveaux ?
- Anciens, naturellement !
- Ah non, me dit le notaire, je suis désolé ! J'ai des maisons à deux millions, à cinq millions, à dix millions, mais pas à cinq cents francs. »
Moi, j'insiste quand même :
« Vraiment ? Et en cherchant bien, voyons... Pas même une toute petite ? »
À ce moment, le notaire se frappe le front :
« Mais si, j'y pense ! Attendez un peu... »
Il fouille dans ses tiroirs et en tire un dossier.
« Tenez, voici : une petite villa située sur la grand-rue, avec chambre, cuisine, salle de bains, living-room, pipi-room et placard aux balais.
- Combien ?
- Trois francs cinquante. Avec les frais, cela fera cinq nouveaux francs exactement.
- C'est bon, j'achète. »
Je pose fièrement sur le bureau ma pièce de cent nouveaux sous. Le notaire la prend, et me tend le contrat.
« Tenez, signez ici. Et là, vos initiales. Et là encore. Et là aussi ».
Je signe et je lui rends le papier en lui disant :
« Ça va, comme ça ? »
Il me répond :
« Parfait, Hihihihi ! »
Je le regarde, intrigué :
« De quoi riez-vous ?
- De rien, de rien... Haha ! »
Je n'aimais pas beaucoup ce rire. C'était un petit rire nerveux, celui de quelqu'un qui vient de vous jouer un méchant tour.
Je demande encore :
« Enfin quoi, cette maison, elle existe ?
- Certainement, Héhéhé !
- Elle est solide, au moins ? Elle ne va pas me tomber sur la tête ?
- Hoho ! Certainement non !
- Alors ? Qu’est-ce qu'il y a de drôle ?
- Mais rien, je vous dis ! D'ailleurs, voici la clé, vous irez voir vous-même... Bonne chance ! Houhouhou ! »
Je prends la clé, je sors, et je vais visiter la maison.
C'était, ma foi, une fort jolie maison, coquette, bien exposée, avec chambre, cuisine, salle de bains, living-room, pipi-room et placard aux balais. La visite une fois terminée, je me dis :
« Si j'allais saluer mes nouveaux voisins ? »
Allez, en route ! Je vais frapper chez mon voisin de gauche :
« Bonjour, voisin ! Je suis votre voisin de droite ! C'est moi qui viens d'acheter la petite maison avec chambre, cuisine, salle de bains, living-room, pipi-room et placard aux balais ! » Là-dessus je vois le bonhomme qui devient tout pâle. Il me regarde d'un air horrifié, et pan ! sans une parole, il me claque la porte au nez !
Moi, sans malice, je me dis :
« Tiens ! Quel original ! »
Et je vais frapper chez ma voisine de droite :
« Bonjour, voisine ! Je suis votre voisin de gauche ! C'est moi qui viens d'acheter la petite maison avec chambre, cuisine, salle de bains, living-room, pipi-room et placard aux balais ! » Là dessus, je vois la vieille qui joint les mains, me regarde avec infiniment de compassion et se met à gémir :
« Hélas, mon pauv' monsieur, v'z’ avez ben du malheur ! C'est-y pas une misère, un gentil p'tit jeune homme comme vous ! Enfin p'tête ben qu'vous vous en sortirez... Tant qu'y a d'la vie y a de l'espoir, comme on dit, et tant qu'on a la santé... »
Moi, d'entendre ça, je commence à m'inquiéter :
« Mais enfin, chère madame, pouvez-vous m'expliquer, à la fin ? Toutes les personnes à qui je parle de cette maison... »
Mais la vieille m'interrompt aussitôt :
« Excusez-moi, mon bon monsieur, mais j'ai mon rôti au four... Faut que j'y alle voir si je veux point qu'il grâle ! »
Et pan ! Elle me claque la porte au nez, elle aussi.
Cette fois, la colère me prend. Je retourne chez le notaire et je lui dit :
« Maintenant, vous allez me dire ce qu'elle a de particulier, ma maison, que je m'amuse avec vous ! Et si vous ne voulez pas me le dire, je vous casse la tête ! »
Et, en disant ces mots, j'attrape le gros cendrier de verre.
Cette fois, le type ne rit plus :
« Hé ! là, doucement ! Calmez-vous, cher monsieur ! Posez ça là. Asseyez-vous !
- Parlez d'abord !
- Mais oui, je vais parler ! Après tout, maintenant que le contrat est signé, je peux bien vous le dire...la maison est hantée !
- Hantée ? Hantée par qui ?
- Par la sorcière du placard aux balais !
- Vous ne pouviez pas me le dire plutôt ?
- Eh non ! Si je vous l'avais dit, vous n'auriez plus voulu acheter la maison, et moi je voulais la vendre. Hihihi !
- Finissez de rire, ou je vous casse la tête !
- C'est bon, c'est bon...
- Mais dites-moi donc, j'y pense : Je l'ai visité, ce placard aux balais, il y a un quart d'heure à peine... Je n'y ai pas vu de sorcière !
- C'est qu'elle n'y est pas dans la journée ! Elle ne vient que la nuit !
- Et qu'est-ce qu'elle fait, la nuit ?
- Oh ! Elle se tient tranquille, elle ne fait pas de bruit, elle reste là, bien sage, dans son placard...seulement, attention ! Si vous avez le malheur de chanter :

Sorcière, sorcière,
Prends garde à ton derrière !

À ce moment là, elle sort... Et c'est tant pis pour vous ! »
Moi, en entendant ça, je me relève d'un bond et je me mets à crier :
« Espèce d'idiot, Vous aviez besoin de me chanter ça ! Jamais il ne me serait venu l'idée d'une chose pareille ânerie ! Maintenant, je ne vais plus penser à autre chose !
- C'est exprès ! Hihihi ! »
Et, comme j'allais sauter sur lui, le notaire s'enfuit par une porte dérobée.
Que faire ? Je rentre chez moi en me disant :
« Après tout, je n'ai qu'à faire attention... Essayons d'oublier cette chanson idiote ! »
Facile à dire ! Des paroles comme celles-là ne se laissent pas oublier ! Les premiers mois, bien sûr, je me tenais sur mes gardes... Et puis, au bout d'un an et demi, la maison, je la connaissais, je m'y étais habitué, elle m'était familière... Alors j'ai commencé à chanter la chanson pendant le jour, aux heures où la sorcière n'était pas là... Et puis dehors, où je ne risquais rien... Et puis je me suis mis à la chanter la nuit, dans la maison - mais pas entièrement ! Je disais simplement :

Sorcière, sorcière...

et puis je m'arrêtais. Il me semblait alors que la porte du placard aux balais se mettait à frémir... Mais comme j'en restais là, la sorcière ne pouvait rien. Alors, voyant cela, je
me suis mis à en dire chaque jour un peu plus :
Prends garde... puis Prends garde à... et puis Prends garde à ton... et enfin Prends garde à ton derr... je m'arrêtais juste à temps ! Il n'y avait plus de doute, la porte frémissait, tremblait, sur le point de s'ouvrir... Ce que la sorcière devait rager, à l'intérieur !
Ce petit jeu s'est poursuivi jusqu'à Noël dernier.
Cette nuit-là, après avoir réveillonné chez des amis, je rentre chez moi, un peu pompette, sur le coup de quatre heures du matin, en me chantant tout au long de la route :

Sorcière, sorcière
Prends garde à ton derrière !

Bien entendu, je ne risquais rien, j'étais dehors. J'arrive dans la grand-rue :

Sorcière, sorcière...

Je m'arrête devant ma porte :

Prends garde à ton derrière ! ...

Je sors la clef de ma poche :

Sorcière, sorcière…

je ne risquais toujours rien... Je glisse la clef dans la serrure :

Prends garde à ton derrière...

Je tourne, j'entre, je retire la clef, je referme la porte derrière moi, je m'engage dans le couloir en direction de l'escalier...

Sorcière, sorcière,
Prends garde à ton derrière !

Zut ! Ça y était ! Cette fois, je l'avais dit !
Au même moment j'entends, tout près de moi, une petite voix pointue, aigre, méchante :
« Ah, vraiment ! Et pourquoi est-ce que je dois prendre garde à mon derrière ? »
C'était elle. La porte du placard était ouverte, et elle était campée dans l'ouverture, le poing droit sur la hanche et un de mes balais dans la main gauche. Bien entendu, j'essaye de m'excuser :
« Oh ! Je vous demande pardon, madame ! C'est un moment de distraction... J'avais oublié que... Enfin, je veux dire... J'ai chanté ça sans y penser...
- Sans y penser ? Menteur ! Depuis deux ans tu ne penses qu'à ça ! Tu te moquais de moi, n'est-ce pas, lorsque tu t’arrêtais au dernier mot, à la dernière syllabe ! Mais moi, je me disais : Patience, mon mignon ! Un jour, tu la cracheras, ta petite chanson, d'un bout à l'autre, et ce jour là ce sera mon tour de m'amuser...Eh bien, voilà ! C'est arrivé ! »
Moi, je tombe à genoux et je me mets à supplier :
« Pitié, madame ! Ne me faites pas de mal ! Je n'ai pas voulu vous offenser ! J'aime beaucoup les sorcières ! J'ai de très bonne amies sorcières ! Ma pauvre mère elle-même était sorcière !
Si elle n'était pas morte, elle pourrait vous le dire... Et puis d'ailleurs, c'est aujourd'hui Noël ! Le petit Jésus est né cette nuit... Vous ne pouvez pas me faire disparaître un jour pareil !... »
La sorcière me répond :
« Taratata ! Je ne veux rien entendre ! Mais puisque tu as la langue si bien pendue, je te propose une épreuve : tu as trois jours, pour me demander trois choses. Trois choses impossibles ! Si je ne suis pas capable de te les donner, je m'en vais pour toujours et tu ne me verras plus. Allez, je t'écoute ! »
Moi, pour gagner du temps, je lui réponds :
« Ben, je ne sais pas... Je n'ai pas d'idée... Il faut que je réfléchisse... Laissez-moi la journée !
- C'est bon, dit-elle, je ne suis pas pressée. À ce soir ! »
Et elle disparaît.
Pendant une bonne partie de la journée, je me tâte, je me creuse, je me fouille les méninges - et tout à coup je me souviens que mon ami Bachir a deux petits poissons dans un bocal,et que ces deux petits poissons, m'a-t-il dit, sont magiques. Sans perdre une seconde, je fonce rue Broca et je demande à Bachir :
« Tu as toujours tes deux petits poissons ?
- Oui. Pourquoi ?
- Parce-que, dans ma maison, il y a une sorcière, une vieille, une méchante sorcière. Ce soir, je dois lui demander quelques choses d'impossible. Sinon, elle m'emportera. Tes petits poisso
Commenter  J’apprécie          30
— Bonjour, monsieur Saïd.
— Bonjour, Madame. Vous désirez ?
— Je voudrais Nadia.
— Hein ?
— Oh, pardon ! Je voulais dire : une boîte de sauce tomate.
— Ah, bon ! Une petite ou une grande ?
— Une grande, c'est pour Nadia...
— Quoi ?
— Non, non ! Je voulais dire : c'est pour manger des spaghetti...
— Ah, bien ! Justement, j'ai aussi des spaghetti...
— Oh, ce n'est pas la peine, j'ai déjà Nadia...
— Comment ?
— Excusez-moi, je voulais dire : les spaghetti, je les ai déjà chez moi...
— En ce cas... voici la boîte.
La vieille prit la boîte, la paya, puis, au lieu de partir, se mit à la soupeser.
— Hum ! C'est peut-être un peu lourd... Est-ce que vous ne pourriez pas...
— Quoi ?
— Envoyez Nadia la porter chez moi ?
Mais Papa Saïd se méfiait.

(La sorcière de la rue Mouffetard)
Commenter  J’apprécie          440
Et cette nuit-là, pendant que tous dormaient, papa, maman, Bachir et ses grandes soeurs, Scoubidou, dans son coin, se mit à chanter à mi-voix :
Papa veut un vélo
Un tout petit vélo
Comme un poil de chameau
Avec deux roues
Poil de hibou
Avec une selle
Poil d'hirondelle
Avec des freins
Poil de lapin
Avec un phare
Poil de homard
Et une sonnette
Poil de crevette
C'est pour Bachir
Poil de tapir !
Pendant toute la nuit, elle chanta cette chanson magique. Au petit jour, elle s'arrêta, car la magie était finie.
Commenter  J’apprécie          200
— Bonjour, monsieur le Notaire ! Vous n'auriez pas une maison, dans les cinq cents francs ?
— Cinq cents francs comment ? Anciens ou nouveaux ?
— Anciens, naturellement !
— Ah non, me dit le notaire, je suis désolé ! J'ai des maisons à deux millions, à cinq millions, à dix millions, mais pas à cinq cents francs !
Moi, j'insiste quand même :
— Vraiment ? En cherchant bien, voyons... Pas même une toute petite ?
A ce moment le notaire se frappe le front :
— Mais si, j'y pense ! Attendez un peu...
Il fouille dans ses tiroirs et en tire un dossier :
— Tenez, voici : une petite villa située sur la grand-rue, avec chambre, cuisine, salle de bains, living-room, pipi-room et placard aux balais.
— Combien ?
— Trois francs cinquante. Avec les frais, cela fera cinq nouveaux francs exactement.
— C'est bon, j'achète.

(La sorcière du placard aux balais)
Commenter  J’apprécie          110
— Tant pis, dirent les parents. De toutes façons, notre fortune est faite. A partir d'aujourd'hui, la petite n'ira plus à l'école. Elle restera assise à table, et parlera toute la journée au-dessus du saladier. Et si elle arrête de parler, gare à elle !
Martine qui, entre autres défauts, était bavarde et paresseuse, fut d'abord enchantée de ce programme. Mais au bout de deux jours, elle en eut assez de parler toute seule et de rester immobile. Au bout de trois jours, cela devint un tourment, au bout de quatre un supplice, et le soir du cinquième jour, pendant le dîner, elle entra dans une grande colère et se mit à crier :
— Zut ! Zut ! Zut !
En vérité, elle ne dit pas zut, mais un mot beaucoup plus vulgaire. Et en même temps, voici que trois grosses perles, énormes, roulèrent sur la nappe.

(La fée du robinet)
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Pierre Gripari (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Gripari
Pierre Gripari lit "Les derniers jours de l'Eternel" (1990)
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (9882) Voir plus



Quiz Voir plus

la sorcière de la rue Mouffetard

Comment s'appelle la petite fille que la sorcière veut manger ?

Carla
Neilia
Nadia
Camillia

4 questions
126 lecteurs ont répondu
Thème : La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca de Pierre GripariCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..