AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9780374384739
496 pages
Éditeur : Farrar, Strauß and Giroux (01/03/2016)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 100 notes)
Résumé :
La guerre a éclaté. Arin se retrouve au centre des affrontements, avec l'Orient comme allié et, pour ennemi, l'Empire qui l'avait réduit en esclavage. Il est enfin parvenu à fermer son esprit au souvenir obsédant de Kestrel, même s'il ne parvient pas tout à fait à l'effacer de sa mémoire. Mais sa décision est prise : il n'a plus que faire de celle qui, le croit-il, soutient l'Empereur envers et contre tout, malgré les innocents massacrés, malgré le danger qui menace... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  11 novembre 2018
Avec ma chère Mikasa, nous avions beaucoup d'attentes pour cet ultime tome… En effet, les deux opus précédents avaient toujours su nous captiver, émouvoir et tenir en haleine. Nous avions hâte de voir ce qu'il allait advenir d'Arin et de Kessel, laissés en bien mauvaise posture à la fin de « The crime » ! Hélas, si certains éléments nous ont plu, nous avons bien des regrets avec cette conclusion… Pour ma part, ce qui m'a le plus agacé, c'est le temps qu'a mis le couple pour enfin se rapprocher et se retrouver. Les doutes d'Arin à l'égard de celle qu'il aime m'ont horripilée. Il a passé son temps à jouer l'indécis, à penser à elle, envoyer tout le monde paître, ne pas écouter les messagers qu'on lui envoie, espérer et finalement décider d'agir. Son lunatisme ne m'a pas frustrée, il m'a plutôt énervée. Sans parler de la phase « je t'aime / moi non plus » qui a suivi ainsi que de l'état psychologique de Kessel. La situation m'a rendue hors de moi et j'avais hâte que les choses se concrétisent ou redeviennent comme avant. Hélas, le rythme entre les deux tourtereaux s'est traîné sur la moitié voire les trois-quarts du roman ! Je n'en pouvais plus… Certes, je les trouvais mignons et passionnés cependant, ce n'était pas la peine de faire stagner la situation aussi longtemps ! Cela a engendré des longueurs ainsi que quelques répétitions inutiles.
Heureusement, la phase mettant en avant la guerre entre les deux factions m'a davantage captivée. J'étais ravie de voir enfin ce qu'il se passait au front, la tension entre les différents meneurs, les stratégies employées ainsi que les batailles. Chaque protagoniste a pu se dévoiler dans ce combat, que ce soit par la ruse ou par les actes. J'ai ainsi été véritablement conquise par Roshar ! le découvrir ainsi m'a énormément plu. C'est un homme intelligent, habile et franc. Sa relation avec Arin est puissante et touchante, tandis que celle qu'il aura avec Kessel est drôle, taquine, pimentée et affectueuse. Ses interventions m'ont systématiquement charmée, car il n'hésite pas à parler pour faire avancer les choses ou pour faire réfléchir ses compagnons. le reste des personnages secondaires ne m'a pas spécialement marquée… Je ne me souvenais plus de Risha, Verex a été hyper absent alors que je pensais qu'il jouerait un rôle primordial, le père de Kessel est toujours plein de mystère même une fois la trilogie terminée et l'antagoniste principal aurait pu être plus développé. L'auteure s'est trop concentrée sur le couple principal, au dépens de l'entourage de celui-ci, ce qui a été frustrant.
La force de cet ouvrage réside en l'affection que le lecteur a eue pour Arin et Kessel. Après toutes ces épreuves et ce qu'ils ont malheureusement traversé (surtout Kessel qui va vraiment subir le pire dans ce troisième opus), on espère les voir enfin ensemble. Les nouveaux rebondissements arrivant au tandem nous émeuvent autant qu'ils nous agacent et nous tiennent en haleine. On se demande également comment la jeune femme va réagir face à son géniteur qui a eu un rôle dans la situation dans laquelle elle s'est retrouvée… Et on frémit à l'idée d'assister enfin à l'affrontement entre le méchant de l'histoire et les amoureux… Même si j'avais compris le plan au moment où les héros l'échafaudaient, j'ai été ravie de le voir enfin en application. Quant au dénouement, il s'est révélé être attendrissant, adorable, mais un peu trop expéditif à mon goût. J'avais par exemple des attentes concernant la soeur de Roshar dont l'arrivée a été être fade, inutile et rapide. J'ai également été déçue par la place de la religion dans ce troisième ouvrage. Je n'avais pas souvenir qu'Arin était aussi fervent de son Dieu de la guerre/de la mort. On a l'impression qu'il arrive comme un cheveux sur la soupe… Cette fois-ci, il devient presque dément à parler à cet être invisible qui semble lui répondre et avoir des attentes. À plusieurs reprises, je me suis demandée où Marie Rutkoski voulait en venir et si ces passages religieux étaient utiles à l'intrigue… Honnêtement, je cherche encore !
Je ne vous cacherais pas que j'ai été très déçue par rapport aux deux autres tomes. On est bien en dessous de ce que l'auteure nous avait habituée… (Peut-être que l'on en attendait trop ?) Néanmoins, je suis quand même contente d'enfin connaître le dénouement de cette trilogie dont je vais garder un bon souvenir malgré tout. Pour avoir un deuxième point de vue sur ce livre, n'hésitez pas à découvrir l'avis de mon amie Mikasa que je remercie une fois encore pour cette lecture commune.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Mikasabouquine
  11 novembre 2018
« Voilà, c'est fini ».
Terminer une saga éveille toujours en moi une sorte de sentiment nostalgique, surtout lorsqu'il s'agit d'une série coup de coeur. J'ai adoré suivre Kestrel et Arin pendant ces 3 tomes. De plus, j'ai eu le plaisir de les partager en lecture commune avec mon amie Saiwhisper, ce qui ajoute une dimension affective supplémentaire.

J'ai beaucoup aimé ma lecture. Je suis très heureuse d'avoir enfin découvert le dénouement final de cette histoire. J'ai d'ailleurs trouvé la toute fin très douce et jolie. La scène est touchante et on finit sur une note émouvante. Kestrel et Arin sont des protagonistes que j'affectionne beaucoup et les retrouver m'a fait chaud au coeur. Ce que vit Kestrel dans ce troisième tome est très éprouvant. L'auteure ne la ménage pas. Arin, quant à lui, m'aura fait fondre pendant toute la saga. Ce beau brun aux yeux gris a fait chaviré mon coeur. Sincère, profondément amoureux et courageux, il défend de belles valeurs.
Roshar, découvert dans le volume précédent, est un personnage que j'apprécie toujours autant. J'aime ses rélexions piquantes et son humour cinglant. Il reste égal à lui-même et je l'ai trouvé presque pas assez présent. La relation amical qu'il tisse avec Arin est un beau lien basé sur la confiance et la solidarité. De plus, j'ai été agréablement surprise de la révélation le concernant.

En revanche, j'aurai aimé voir Verex un peu plus présent. De même pour Risha, dont l'intervention est très brève. Au sujet d'Inisha, j'ai trouvé qu'elle manquait de charisme et de personnalité, ce qui contraste avec sa réputation livresque. J'ai été aussi déçue de ne pas avoir plus de réponse (au niveau émotionnel) concernant le Général Trajan.
En plus de ces petites déceptions concernant les personnages secondaires, je dois avouer que, tout comme ma binome de lecture, je n'ai pas compris la présence de ce Dieu de la mort qui arrive comme un cheveu sur la soupe dans l'histoire. Il apparaît comme un protagoniste à part entière sans aucune explication. Je pensais avoir davantage de réponse à la fin du livre, mais en vain. (À moins que nous nous trompions toutes deux et que nous ayons oublié sa présence dans les tomes précédents...)

Jusqu'à présent je qualifiais chaque tome de coup de coeur. Cependant, j'ai trouvé ce troisième volet malheureusement un peu en dessous de ses prédécesseurs. Cela n'enlève rien au fait que j'aime cette série, mais «The kiss» souffre malheureusement de plusieurs points négatifs qui m'ont chagrinés. En effet, j'ai trouvé que ce troisième opus souffrait de longueurs à cause de l'inégalité du rythme. J'ai également été lassée du «je t'aime moi non plus» de Kestrel et Arin. Dans le second tome, les deux tourtereaux ont enchaîné stratégies et malchances mais «The crime» n'en était pas moins addictif. Hélas, dans ce dernier volume ces situations m'ont agacée et frustrée. À force de ne pas conclure je suis devenue particulièrement impatiente. La relation Kestrel/Arin c'est : fuis moi je te suis, suis moi je te fuis.
De plus, un autre élément m'a un chouia déçu sur la fin concernant Kestrel, mais je le tairai pour ne pas spoiler.

Même si quelques points m'ont chagrinée et que je soulève quelques points négatifs j'ai tout de même passé un très bon moment en compagnie des personnages. Un troisième tome inégal mais néanmoins agréable. J'en attendais peut-être/sûrement trop...? Je remercie mon amie Saiwhisper d'avoir partagé cette lecture avec moi!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Sourisetdeslivres
  02 avril 2018
Mon cher lecteur, je suis triste. Oui, triste de finir cette fantastique trilogie qui m'aura fait passer par tout un panel de sentiments au cours des 3 tomes.
Lire un dernier tome d'une saga est quelque chose que je n'aime pas ; j'ai des attentes sur la conclusion surtout quand les opus précédents ont été des coups de coeur du coup, quand je les lis, c'est avec beaucoup de crainte, rien n'est plus frustrant qu'un tome final loupé.
Là, je ne suis plus triste ; cette saga se conclut en beauté.
Un troisième tome qui m'aura, encore une fois, emporté. Marie Rutkoski est sadique ; le suspens à certains passages est éprouvant pour les nerfs.
Qu'importe, je suppose, qu'elle aussi a dû avoir la pression quand elle a écrit The Kiss ; je lui pardonne et la remercie pour ce fabuleux voyage en compagnie de Arin et Kerstel.

The Kiss est la conclusion parfaite, je n'aurais pu imaginer mieux.
Tout au long des 630 pages tu vas avoir des rebondissements, des retournements de situation et comme je te le disais des moments de suspens et de tensions horribles.
Mon coeur s'est emballé plus d'une fois, surtout pour Kerstel qu'on laissait dans une position peu enviable à la fin du tome précédent.
Kerstel et Arin ont été finement travaillés.
Les reproches que j'ai pu faire à l'un ou l'autre dans les opus précédents sur leur psychologie ont été réparés avec cet opus.
Que de chemins parcourus pour ces héros depuis le premier tome !
Kerstel est celle qui m'a marqué le plus, j'ai ressenti énormément d'empathie pour elle, l'épreuve qu'elle va traverser va la changer à tout jamais, c'est toujours là jeune fille que tu as connu dans les tomes précédents, mais aussi tellement différente.
Par elle, et aussi par Arin, et un autre personnage que je ne cite pas, l'auteure te fait réfléchir sur le poids du pardon, de la culpabilité ; des moments cruciaux où tout a basculé, des remords et des regrets et du manque d'amour ou de reconnaissance.
Si Kerstel a changé psychologiquement, son corps lui, aussi, a été rudement éprouvé, mais elle reste malgré tout la tacticienne, la jeune fille intelligente qu'elle a été. Elle souffre, elle est hantée par le poids du chagrin, mais la cache tout comme Arin lui cache le sien.
J'ai crû à un moment que Marie Rutkoski allait nous écrire un quatrième tome, l'auteure a sorti sa plus grande arme : l'imprévisibilité.
Impossible pour toi d'imaginer ce qu'il va se passer pour nos deux héros.
Jusqu'au bout, tu vas être éprouvé.
Je te rassure pas de quatrième tome, le point est final.
Du côté des personnages, j'ai été très agréablement surprise par Roshar. le prince de Darca. Il possède un humour décapant, sarcastique, tu ne sais parfois pas s'il est sérieux ou pas.
Il m'a fait par moment peur, tu ne sais pas si tu peux totalement te fier à lui.
Je n'ose pas trop t'en parler surtout si tu n'as pas lu le deuxième tome, son amitié pour Arin est-elle sincère ou motivée par la stratégie politique ?
Un personnage aux multiples facettes qui aura réussi à me faire monter les larmes aux yeux.
Concernant Arin et Kerstel ; là aussi, je vais t'en dire le moins possible, juste te dire que la tension entre eux est maximale, plusieurs fois tu penses qu'ils vont résoudre leurs problèmes, oser parler de ce qui les inquiète, mais non, à chaque fois que tu penses à un dénouement heureux, paf, tu restes sur ta faim.
Un autre personnage bien que pas présent physiquement dans la majorité du roman laisse planer une rage sur Arin, de la douleur et de la vengeance sur Kerstel et Arin. Une ombre qui les poursuit dans leurs cauchemars et à laquelle ils devront se confronter.
Dans cette saga, les femmes sont fortes ; les hommes comme les femmes sont entraînés à la guerre, tu auras affaire à deux d'entre elles, elles possèdent un pouvoir dangereux, même si elles sont que peu présente elles arrivent à te faire craindre le pire.
En fait, c'est simple, tu ne sais pas sur quel pied danser avec aucun des protagonistes pas mêmes les principaux.
Leurs intentions sont-elles sincères ou pas ? je me suis posé la question plus d'une fois.
Du côté de l'écriture, tu te doutes bien que si je lis chaque tome c'est que j'adore Marie Rutkoski.
Ce que j'ai le plus aimé ici c'est que les personnages importants apparus dans les opus précédents comme Jess, des faits importants sont rappelés. Pas en longueur juste pour te rafraîchir un peu la mémoire et ne pas les oublier.
Marie Rutkoski ne s'éparpille à aucun moment, les descriptions des lieux, des protagonistes physiques ou psychologiques, les détails sur la stratégie militaire vont à l'essentiel.
Elle écrit avec justesse, tu ressens fortement les émotions des personnages, peur, détresse, colère.
Tu visualises parfaitement le langage corporel des personnages au moment des décisions, des choix parfois très difficiles à prendre, mais essentiels.
Dernière précision sur le choix stylistique de Marie Rutkoski si tu n'as pas encore lu la saga. Elle est écrite à la troisième personne, bien souvent je n'aime pas, car je n'arrive pas à m'identifier aux personnages, ici grâce à des dialogues subtilement placés et toujours au bon moment je n'ai ressenti aucune difficulté.
J'ai eu peur ; j'ai frissonnés ; j'ai admiré ; j'ai été en colère ; frustrée de ne rien pouvoir faire ; mais, j'ai aussi ressenti beaucoup d'émotion ; savamment dosée une fois de plus.
Ce qui fait la force de cette trilogie ?
Tu as à la fois cette intrigue entre les Herannis et les Valoriens, ces derniers ont envahi Heran 11 plus tôt, cette intrigue court sur les 3 tomes, je ne te spoile rien si tu n'as pas encore commencé la saga.
Les Herannis ont été réduits en esclavages, traités moins bien que des animaux.
Les Valoriens s'appropriant sans aucun scrupule demeures et possession du peuple conquis.
Et ensuite, tu as cette histoire qui est développée aussi sur les trois tomes entre Kerstel la Valdorienne et Arin le Heranni.
À aucun moment des livres l'un ne prend le pas sur l'autre.
Les personnages principaux sont eux aussi une intrigue.
La romance possible ou impossible vu leurs peuples opposés ne prend jamais la place au détriment de la stratégie politique.
C'est une saga qui suit une évolution ascendante avec un final parfait.
Ce n'est pas une fin ouverte, mais l'auteure te laisse imaginer un possible futur.
Enfin un dernier point que j'ai aimé ce sont les croyances de Arin, différentes de celle de Valoriens et des Darkan. Lui y croit fort, un dieu en particulier le poursuit, lui « parle »
Cette façon de faire, laisse perplexe ses amis, mais ils ne portent aucun jugement, un message de tolérance et de respect envers l'autre ; un message pertinent à aborder au moment où ces valeurs se perdent. Tout comme celui d'écouter l'autre, de ne rien en conclure sans en avoir pu en discuter calmement.
Arin et Kerstel, un duo de héros au départ que j'ai adoré ; leurs différences sont importantes : condition de vie, façon de penser, communication, confiance en soi, colère, incompréhension, ils seront mis une fois de plus à rude épreuve.
Arriveront-ils à comprendre, mais surtout accepter leurs décisions et motivations ?
Chacun a commis des erreurs. Se les pardonneront-ils ? Tous les deux sont en proie aux doutes et c'est bien normal vu les opus précédents, mais je ne t'en dis pas plus.
Ne te tracasse pas ;tu ne passes pas 600 pages à lire les difficultés morales des héros, la place n'est plus à la plaisanterie, la menace plane sur Heran. Stratégie militaire, manoeuvres politiques, batailles sanglantes sont détaillées pourtant encore une fois, tu ne te perds pas en route ; les cartes se déplient devant tes yeux, tu vois les adversaires déplacer leur pion comme un jeu d'échecs. Rien, mais, vraiment rien, n'est possible à deviner à l'avance.
Une super saga YA, chaque tome apporte un développement supplémentaire que cela soit sur la psychologie des personnages comme je te l'ai dit ou sur le destin des deux pays.
Que c'est frustrant de ne pouvoir en dire plus !
Je te laisse Arin et Kerstel entre tes mains, si tu as lu, si tu comptes lire cette saga vient m'en parler en privé. Je t'assure que je ne mords pas. J'adore échanger par e-mail ou message privé avec mes lecteurs. Je suis de nouveau un peu plus active.
Lien : http://luciebook.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
ART3MIS
  09 mai 2018
LES PERSONNES QUI N'ONT PAS LU LE TOME 2, NE DOIVENT PAS LIRE CET ARTICLE !
D'abord, je félicite Marie Rutkoski pour ce merveilleux roman. Puis ensuite Mathilde Montier, car sans elle on n'aurait pas pu lire cette saga en français; Mille mercis à vous deux.
Pourquoi ce livre ?
J'ai lu le tome 3 parce que le tome 2 se termine d'une façon si frustrante que je ne pouvais faire autrement. J'ai connu cette saga au hasard, je me baladais dans un de ces grands temple commercial de la culture populaire puis tombe sur ce livre. Je l'ai acheté.
J'ai vraiment accroché à ce livre, c'est pourquoi j'ai enchaîné avec les deux autres tomes.
Ce livre parle de quoi ?
Dès le début Marie Rutkoski nous fait comprendre que Kestrel est dans une situation peu enviable (voir pas du tout).
En effet, rappelez-vous que à la fin du Tome 2 Kestrel avait écrit une lettre en expliquant tous ses secrets (que c'est elle le Papillon de Nuit, ses sentiments à l'égard du jeune homme,...). La lettre devait aterrir dans les mains du jeune Herranis mais elle était malheureusement allée dans celle du général Trajan (son père). Celui-ci n'a pas cherché à comprendre, il a tout rapporté à l'Empereur. Kestrel était donc en route vers le camps de travail de la Toundra.
Là bas, Kestrel se fait maltraitée, droguée...La situation est très difficile. Kestrel résiste au début et essaye de se rebeller à chaque fois qu'une occasion se présente. Elle mange le moins possible pour éviter d'ingurgiter des stupéfiants. Hélas, cela devient de plus en plus difficile, surtout quand la mémoire de la jeune fille se met à lui rappeler que son père l'a abandonnée…
Quant à Arin,il a enfin réussi à ne plus penser aux souvenirs obsédants de la jeune Valorienne. La guerre a éclaté. Les Herranis qui se sont alliés aux Dacrans affrontent la terrible armée Valorienne. Quand Arin apprend le mariage précipité unissant Verex et Kestrel, il se doute que quelque chose se trame. Ses doutes se confirment quand une mystérieuse maladie prend la vie de la jeune fille.
Les pièces du puzzle vont vite se mettre en place concernant le fameux Papillon de Nuit…
Que penser de l'histoire et de ses personnages principaux (Kestrel, Arin, Roshard) ?
Personnage: Kestrel montre dans ce tome une force d'esprit impressionnante. Comment peut-on encore avoir la volonté de vivre quand on a vécu tout ça ? La jeune femme met aussi en valeur sa grandes intelligence concernant ses tactiques militaires et sa façon de penser qui est très juste.
Arin, nous dévoile dévoile son terrible passé, en nous racontant tout ça il devient plus attachant qu'il ne l'était. On ressent aussi tout l'amour qu'il porte à sa compagne.
Roshard est sans aucun doute mon personnage préféré. Il cache constamment ses émotions devant un masque. Il n'est pas habile face aux sentiments, ce qui le rend attendrissant. On devine aussi qu'il est touché par son apparence, à défaut de son physique (à cause du peuple de Kestrel, il a eu le nez ainsi que les oreilles coupées), il veut incarner un bon commandant.
Histoire: le début est difficile, car on voit bien que notre héroïne ne va pas bien. Ce livre commence très dur, on voit les conditions médiocres des prisonniers…
Et bien sûr, dans ce dernier tome de la saga, il y a des moments romantiques échangés entre nos deux tourtereaux !! le livre est aussi très addictif, la guerre nous plonge dans un suspens presque insoutenable. Puis vient la fin qui est superbe.
Conclusion
Je le conseille !! de toute façon je suis sûre que vous regardiez juste pour des avis, on ne peut pas arrêter une lecture après une fin comme le tome 2.
Bonne lecture !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lemiroirdeslivres
  28 octobre 2019
Nous retrouvons nos personnages, comme le prédit le résumé, dans une position délicate. L'un doit mener une guerre pour son pays, l'autre pour ne pas oublier tout de sa vie antérieure.
Heureusement, le destin fait que nos deux héros se retrouvent assez vite. Arin comprenant enfin que Kestrel n'est pas une mauvaise personne et qu'elle avait été contrainte à mentir pour ne pas dévoiler son identité d'espionne. le seul problème qui empêche les deux protagonistes à filer le parfait amour réside en la mémoire de Kestrel. Après avoir vécu comme esclave dans les camps de travaux, elle ne se souvient de rien.
Sa mémoire défaillante lui permet de se remettre en question et de partir sur de nouvelles bases, mais le défaut que j'ai à reprocher à cette idée, c'est que par conséquent, Arin et Kestrel tourne encore et encore autour du pot pendant de longs chapitres. Et bien que j'aime les histoires d'amour compliquée, au troisième tome ça peut commencer à m'agacer légèrement.
Donc c'est une Kestrel métamorphosée et fragilisée qu'on retrouve dans ce tome final, et un Arin torturé et courageux malgré tout. Ici il n'y pas de place à d'éventuelles personnages secondaires, pour pouvoir permettre à l'auteure d'approfondir le plus possible l'aspect psychologique de ses personnages principaux, et il y a de quoi faire.
Arin se bat pour son peuple, et veut se venger de sa famille mais il est également amoureux de la fille de son ennemi. Kestrel utilise ce que lui a appris son père pour le retourner contre lui, malgré le fait qu'elle veut encore au fond d'elle qu'il soit fière de ce qu'elle accomplit et elle est également tiraillé entre ce qu'elle a oublié et les affreux souvenirs dont elle se souvient.
Et bien qu'ils sont assez différents l'un de l'autre, Arin étant sentimental, Kestrel plus cérébrale, ils ont quelque chose en commun autre que l'amour qui les uni. Ils sont tous les deux portés par une voix, Arin pendant les batailles se laisse entraîner par les encouragements de son dieu (on frôle parfois le fantastique, mais je pense que ça tient plus de la croyance que de la magie) et Kestrel suit les conseils de son père qu'elle entend encore quand elle doit prendre une décision stratégique.
Bon, oui, il y a un bien une exception pour ce qui est des personnages secondaires, y'a Roshar, l'ami fidèle d'Arin, qui est là pour ajouter des touches de sarcasme aux dialogues. Et c'est un personnage secondaire si bien développé que je le préfère à Arin. J'adore Roshar. Ses répliques sont excellentes, même si on peut parfois douter de ses intentions, on découvre derrière son masque un peu arrogant, une loyauté sans faille pour Arin.
C'est là, l'immense qualité de ce roman : les relations que nouent les personnages entre eux, jamais simples mais toujours fascinantes à suivre. J'ai adoré l'amitié entre Roshar et Arin, leur protection mutuelle, mais aussi parfois les étincelles qui jaillissent entre eux. J'ai adoré la relation entre Kestrel et son père, l'amour qui se cache derrière la haine, une relation dure et douloureuse mais qu'on peut si bien comprendre. J'ai même aimé la relation entre Roshar et sa petite soeur, l'un croulant sous la culpabilité l'autre remplie de colère. Et aussi l'intention du fils de l'Empereur à vouloir gagner la fierté de son père, une relation qui ressemble un peu à celle qu'entretiennent Trajan et sa fille.
Le duel entre certains personnages étaient aussi savoureux, souvent tendus et avec un dénouement assez étonnant à chaque fois.
Le troisième tome de The Curse, se suit comme les précédents, c'est assez lent, les cartes se mettent peu à peu en place, les stratégies de guerre et l'aspect psychologique des personnages remplissent des pages entières, mais au final on est content d'avoir fait le voyage parce que le récit ne se perd jamais dans la facilité scénaristique. C'est brillant, et même si je conçois que ça ne soit pas au goût de tout le monde à cause de la lenteur des chapitres et de l'aspect politique, c'est une trilogie que je conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
MariloupMariloup   25 avril 2018
_ Qu'est-ce qui te manque, alors?
Le rouge monta aux joues d'Arin.
_ Tu peux me le dire, l'encouragea-t-elle.
_ Eh bien... Moi.
_ Comment ça?
_ Je veux que... tu me désires pour moi.
_ C'est le cas.
_ Non, ça ne l'est pas, rétorqua-t-il en passant une main dans ses cheveux en bataille. Je ne te parle pas d'une simple attirance physique, mais de toi et moi. Je... (En proie à une véritable lutte intérieure, il se frotta les yeux, puis laissa libre cours à sa pensée.) Je veux que tu sois vraiment mienne, de tout ton être, de tout ton coeur... que nous éprouvions la même chose l'un pour l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   22 février 2020
- Me raconterais-tu le jour de notre rencontre? Demanda alors Kestrel.

La question le prit de court.
- C’était loin d’être agréable.
- Je veux tout savoir, depuis cette date jusqu'à aujourd’hui.
- Mais je croyais que tu ne voulais pas, s'étonna le jeune homme, toujours en proie au doute.
- J’ai confiance en toi, je sais que tu ne me mentira pas.

Alors il se mit à raconter. Son hésitation première finit par s’estomper tandis que le feu voisin mourait et que la nuit s’abandonnait a ses créatures [...] À mesure qu’il parlait, une vérité s’imposa à lui: c'était la seule histoire qu’il tenait à raconter.
Il ne lui cacha rien.
Sans s’en rende compte, ils s’allongèrent de nouveau, côte à côte, dans l’herbe dense. La pleine lune au dessus d’eux les baignaient dans une lumière intime. Questions et réponses s’élevaient dans le noir. Parfois, Kestel se souvenait d’une anecdote qu’Arin était en train d'évoquer, dans ces moments là, il avait l’impression que s’il regardait dans un miroir, il l’a verrait elle et non son propre reflet.

Ils parlèrent jusqu’au bout de la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   29 octobre 2018
Je sais que tu voudrais la protéger de tout danger, seulement ce n'est pas ainsi que fonctionne notre monde.
Commenter  J’apprécie          140
ART3MISART3MIS   08 mai 2018
-Demain est un autre jour, lança Kestrel, comme par automatisme, avant de cligner nerveusement des paupières, la mâchoire crispée et de souffler la flamme de la lampe.
Il l'attira à lui.
-Qu'est-ce que tu entends pas là ? murmura-t-il.
Il sentait les battement du cœur de la jeune fille sous sa paume.
-Qu'il ne faut pas s'inquiéter des problèmes à venir. Contente-toi de régler ceux d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ART3MISART3MIS   08 mai 2018
Elle entendit un sifflement aigu, semblable à celui d'un oiseau qui prend son envol. Puis le fouet mordit dans sa chair et un liquide chaud ruissela sur ses côtes. Kestrel n'était pas courageuse. Elle s'entendit hurler au rythme du fouet. Elle ne reconnut pas le son de sa voix.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marie Rutkoski (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Rutkoski
Livre Paris, c'est déjà le week-end prochain ! Comme vous le savez, vous pourrez nous retrouvez sur le stand G33. Nous aurons le plaisir d'y accueillir Marie Rutkoski, l'auteur de The Curse, qui a tourné une petite vidéo pour l'occasion à destination de ses lecteurs français !
Vous pourrez ainsi faire dédicacer votre exemplaire de The Curse aux dates et horaires suivants :
Le vendredi de 15h30 à 16h45 Le samedi de 10h45 à 12h, puis de 14h à 15h15 Le dimanche de 13h45 à 15h00
Venez nombreux !
autres livres classés : stratégieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2106 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..