AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791091879897
Éditeur : JDH Éditions (14/11/2019)

Note moyenne : 2.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Collection "My feel good"Aux petits bonheurs ou l'anatomie de la marguerite, est un livre heureux. Heureux et tendre. Généreux et drôle. Épicurien. Amoureux. Parfois nostalgique. Parfois subversif. Parfois émouvant. Il est laïc et apolitique. Sans vulgarité. Sans revendications. Les situations qu'il décrit sont assises dans nos vies. Elles sont convives de notre temps : des clins d'oeil à la chanson française, au cinéma, à la BD, etc. Les prétentions de ce recueil n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  30 janvier 2020
Je remercie les JDH Editions et Babelio pour l'envoi, dans le cadre d'une masse critique privilégiée, du recueil : Aux petits bonheurs ou l'anatomie de la marguerite d'Arthur Saint-Servan.
Cet ouvrage est composé de 30 textes qui sont des clins d'oeil à la vie de tous les jours.
Après une mise en bouche, l'auteur nous raconte La chasse à la mûre avec son épouse, une fin de matinée d'été. C'est très agréable à lire, j'avais l'impression d'être avec eux dans les bois et j'ai trouvé ça amusant. D'ailleurs c'est mon texte préféré.
Ensuite l'auteur nous parle de nourriture avec La cène ; d'une virée au bord de l'eau avec La caravelle.
Et puis, nous arrivons sur le texte le cul de mon coeur où l'auteur nous parle de son amour pour le matage des jolis petits culs qui passent dans la rue. Ce texte sur les petits culs, où l'auteur fait une ode aux jolis fessiers, m'a fait rire mais ce n'est pas politiquement correct et il faut avouer que ça risque d'en choquer certains lol J'ai rit, même si ce n'est pas très fin. Il faut avouer qu'un homme adore regarder les jolis culs, il n'y a rien de mal à ça. A la piscine, à la plage, difficile de tourner la tête ! Toutefois de nos jours, ce n'est pas de bon gout de le dire tout haut ou de l'écrire. Monsieur Arthur Saint-Servan a osé écrire ce que beaucoup pensent :)
Viennent ensuite un texte sur La sieste, un autre sur La liberté puis un auquel je n'ai pas adhéré sur Un splif ou comment se rouler un joint. Certes c'est de l'humour... mais pas du tout le mien !
Après Ad Hoc il y a Poltron Minet, où l'auteur nous explique qu'il adore faire pipi au petit matin, dehors, contre un arbre. Là encore, surprenant mais amusant. Au moins, on ne peut pas dire que ce recueil ne soit pas original :)
Il y a quand même trente textes, je ne vais pas tous vous les détailler. Dans la suite, j'ai beaucoup aimé Quelques mots d'amour, car c'est joliment écrit, vraiment très poétique. Mais aussi Un canard car il raconte la difficulté d'un enfant (puis d'un adulte) à jouer cette satané flûte à bec qui nous faisait faire des cauchemars au collège lol
L'amoureuse des livres que je suis a apprécié Ma librairie,
Aux petits bonheurs ou l'anatomie de la marguerite est un recueil de textes intéressant, même si tout ne m'a pas plu. Arthur Saint-Servan a une écriture très poétique. Il écrit vraiment bien et j'ai beaucoup aimé certains textes.
Toutefois, cela ne peut pas plaire à tout le monde car l'auteur a une écriture et une façon de penser un peu d'une autre époque. Certains passages sont un peu graveleux, c'est de l'humour un peu lourd. Honnêtement cela ne me dérange pas plus que ça car les personnes que je fréquente ont parfois ce genre d'humour :)
Je dois quand même avouer que par moment le ton m'a surpris. J'ai vraiment eu l'impression de lire un vieil auteur qui vit dans le passé, avec des valeurs qui ne sont pas les miennes mais plus celle de mon père. Surprenant parfois, toutefois comme l'écriture est jolie ça ne me choque pas vraiment, c'est poétique et original.
Mon avis est assez mitigé, c'est pour cela que je ne met que trois étoiles et demie.
A vous de voir si vous tentez la lecture :) En tout cas, je ne regrette pas la mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
saphoo
  14 janvier 2020
Bien j'ai décidé de publier mon avis malgré la dispense accordée, car je tiens mes engagements, et j'ai lu ce livre. Pour dire, il n'est pas si mal que ça. Je pense que c'est le titre qui ne colle pas aux attentes du lecteur, dans la collection My feel good, il y a le My donc déjà on doit bien se douter que ce sont des textes autobiographiques. Sans doute que le lecteur s'attend à un livre sur le bonheur, les recettes etc... mais pas du tout , c'est un recueil de textes au bon souvenir de l'auteur je présume. Qui doit être quasi de ma génération, est-ce pour cela que je m'y retrouve plus que d'autres lecteurs, j'ai bien aimé moi, lire ces instants, cette époque révolue...
Donc pour être franche, je ne suis pas restée indifférente à une bonne partie des textes, et même certains m'ont touchée de par ma sensibilité, ou ma fibre poétique , que sais-je, mais j'ai bien aimé lire ces petits bouts de vie, ces moments partagés.
Par contre, je déplore la trop grande quantité de jeux de mots ou la reprise des paroles des chansons pour mener un texte. Et certains textes n'ont pas trouvé de quoi m'émouvoir.
Je pense qu'un livre ne peut pas plaire à tout le monde sinon ça serait trop facile, chaque livre a son lectorat, il faut sans doute cibler encore plus quand ce sont des recueils de textes, de poésie, beaucoup sont hermétiques à ces mots qui nous font frémir, nous touchent sans pouvoir l'expliquer. Certes, je ne juge pas la qualité du livre mais le plaisir que j'ai eu à lire. Et j'ai bien aimé en grande partie.
Le marché le dimanche matin par exemple je cite : le marché le dimanche matin, c'est la poésie de la rue, le chant de la campagne, un jardin dans le béton.
Tout est visuel, ressenti, il faut lire avec tous ses sens en alerte, et même si certains textes n'ont pas eu mon adhésion totale, j'ai apprécié les souvenirs qui ont fait surface comme le collège avec la mob 103, le stylo plume et l'effaceur à deux bouts, c'était une époque ! ou encore, la cueillette des mûres. etc...
J'ai bien aimé aussi Tempête pas, P'tit bout d'aile, etc..
Bref, des instants à savoir saisir outre quelques petites scories ici et là , j'ai passé un bon moment à lire, sourire, et me souvenir, rien que pour ça je dis merci à Babelio Masse critique et à l'auteur pour son partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
AMR
  21 février 2020
Habituellement, pour les livres lus à l'occasion des opérations Masse Critique de Babelio, ouvertes à tous les membres ou privilégiées, je remercie l'auteur et la maison d'éditions pour l'envoi du livre et j'enchaine sur ma chronique…
Pour Aux petits bonheurs d'Arthur Saint-Servan, je me dis que j'ai peut-être eu le « clic » un peu facile quand Babelio m'a proposé cette lecture et que, surtout, quand je me suis vue libérée de mon obligation de rendre une critique, j'aurais pu en rester là… Mais, voilà, je suis curieuse.
L'auteur nous invite à le suivre dans une série d'évocations de moments simples de la vie, enfin, ceux qui lui plaisent surtout à lui, des instants épicuriens, qu'il voudrait à la fois drôles et émouvants, sensuels.
L'écriture, à la première personne, certes ni vraiment vulgaire ni triviale, est cependant lourde à l'oreille, souvent connotée par un regard voyeur sur les corps féminins ; je me sentais à la frontière entre le désintérêt et la gêne et le malaise comme sous le coup d'une mauvaise impression générale mais persistante. le style et la tonalité me font penser à des regards trop appuyés, des remarques gênantes, comme quand on éprouve le besoin de changer de place dans les transports en commun ou de s'éloigner de quelqu'un.
Je m'attendais sans doute à un recueil de textes sur les petits plaisirs du quotidien en forme d'effeuillage de la marguerite… Mais tout le monde n'a pas le talent et la poésie de Philippe Delerm : là où j'avais rapidement imaginé effeuillage, il est question d'anatomie… Là, où l'on pourrait lire entre les lignes un bel univers référentiel, il y a surtout paraphrase…
J'ai lu jusqu'à la moitié, et puis j'ai survolé ; mêmes les petites vignettes qui figurent à la fin de chaque récit, toujours deux personnages dont les silhouettes en forme de S représentent sans doute les initiales de l'auteur, m'ont agacée.
Arthur Saint-Servan propose un jeu auquel je ne veux pas jouer. Tant d'autres livres m'attendent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Luria
  07 janvier 2020
Bon.
Autant l'écrire tout de suite, sans préambule, je n'ai pas aimé. du tout.
Sans doute parce que je ne suis pas le public cible de ce genre de livre.
Je ne vais donc pas être sympa. du tout.
Pourtant quand on m'a proposé de le recevoir, il avait tout pour plaire. Un livre sur les petits bonheurs, un livre heureux et célébrant l'épicure. Et diable sait par les temps qui courent où on n'a plus besoin de lui pour zizanier et tout faire cramer, comme l'idée d'être momentanément dans une bulle, pour croire un peu au bonheur me paraissait attirante.
Ca commençait bien, des citations Gide, Voltaire en exergue et un avant-propos qui promettait en toute modestie au lecteur de renouer avec le beau. Je voyais donc un livre de recettes, d'idées, de tests, d'anecdotes.
Or pas du tout. L'auteur raconte là ses petits bonheurs à lui, ce qui lui plaît, crémière, cul de la, potes, famille etc... et tant mieux si tout ceci le comble, mais il n'y a là ni recettes ni généralités, et moi je suis restée à côté, grinçante, agacée, à pester... Mais je m'en fiche de ce qui l'anime! Et qu'ils sont laids ces petits dessins en fin de chapitre, on se croirait à lire un journal d'école, ceux qui jadis étaient imprimés sur papier-alcool, qui n'a d'intérêts que pour les étudiants eux-mêmes.
[masse critique]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Snoopythecat
  09 janvier 2020
Tout d'abord je remercie les éditions JDH pour l'envoi de ce livre, moi qui n'ai jamais rien gagné dans ma vie j'avoue que j'ai apprécié de trouver ce livre dans ma boîte aux lettres.
J'ai bien aimé le style de l'auteur, des phrases longues, des phrases très courtes, des successions de mots. Un côté poétique et une sensation de me retrouver, par moments, dans une fable De La Fontaine. Une ponctuation et une mise en page très appropriées, selon moi.
Voilà pour la forme.
Venons-en au fonds. Là, c'est plus compliqué. Certains "petits bonheurs" m'ont clairement plu, plus précisément ceux concernant la famille, l'amitié, les souvenirs scolaires, les librairies, ...
D'autres ne m'ont pas fait beaucoup d'effets car ils ne me concernent pas, à savoir la dégustation de pastis et le roulage de stif ( pour tout avouer je ne connaissais même pas le mot, c'est pour dire ).
Les derniers, qui ne m'ont fait aucun effet, et pour cause car ils ne peuvent parler qu'à d'autres hommes, sont tous ces petits moments relatifs au matage de culs, au pipi matinal dans le jardin, au problème de bandaison dans un pantalon fermé par un zip. Oui, oui, n'ouvrez pas des yeux ébahis, c'est bien réel.
En conclusion, je pense qu'il est compliqué de classer ce livre, qui n'est pas un roman, dans la catégorie Feel Good. le sentiment de bien-être est très certainement ressenti par l'auteur mais reste un peu inatteignable pour la lectrice.
Pour terminer ma critique très critique, je dirais que je n'ai pas compris la présence des petits dessins à la fin de chaque chapitre. Ces dessins ne sont pas particulièrement beaux ni soignés. Sont-ce des vers de terre en colère ou des macaronis trop cuits ? Si l'auteur a voulu ou dû illustrer les fins de chapitre, il aurait pu choisir des dessins plus réussis ou de simples dessins de marguerite.
En conclusion, un réel potentiel pour l'écriture mais une remise en question sur le sujet du prochain livre. Elève Arthur, vous pouvez faire mieux faire, courage.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CrazynathCrazynath   06 janvier 2020
Avoir du vocabulaire dans la vie, c'est important. Surtout pour insulter son prochain. Rien n'est plus triste qu'une insulte qui tombe à plat comme une crêpe sur le carrelage.
Commenter  J’apprécie          90
ManouBManouB   24 janvier 2020
Une belle insulte, pour celui qui sait la servir, c'est un bonheur. Outre le fait qu'elle peut vous rendre sympathique, elle traduit aussi votre esprit et vous place séance tenante, dans le clan des amateurs de bons mots.
Des érudits.
Des êtres remarquables.
Commenter  J’apprécie          10
LysetteLysette   08 janvier 2020
Non, ce qui est beau dans la pratique comme dans l'idée de la sieste, c'est qu'elle est synonyme de plaisir.
Elle est égoïste.
Commenter  J’apprécie          30
ManouBManouB   24 janvier 2020
Tant qu'il y aura des librairies, les grands enfants auront un endroit où aller rêver et les petits un lieu où apprendre à mieux devenir grands.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : épicurismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
794 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre