AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070665453
Éditeur : Gallimard (10/04/2015)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Twylla, dix-sept ans, est une élue, l’incarnation de la fille du dieu de la vie et de la déesse de la mort. Depuis ses treize ans, elle vit dans le château de Lorture où, bien qu’elle soit promise au prince, elle ne participe pas comme les autres à la vie de la cour. Car Twylla est, en quelque sorte, le bourreau de la reine. Nourrie chaque mois d’un poison mortel contre lequel elle est immunisée, elle exécute les traîtres du royaume. Simplement en les touchant. Ce s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  29 mai 2015
Melissa Salisbury est une jeune trentenaire britannique. Grace à l'opération Masse Critique et il faut bien l'avouer à une erreur d'envoi des Editions Gallimard Jeunesse, j'ai hérité ;-) de la première partie de sa trilogie : « L'héritière ».
Et bien, je n'ai pas perdu au change. Avec ce récit, je plonge dans un tout nouvel univers Fantasy moyenâgeux, avec croyances, coutumes bien particulières et habité de personnages singuliers.
Le protagoniste principal est Twylla. Jeune femme de 17 ans qui vit dans le royaume de Lormere. Ainée d'une famille pauvre, fille de la dévoreuse, celle qui mange les pêchers des morts et leur donne le droit de passage et de repos. Soeur de plusieurs autres enfants dont elle avait la garde et dont elle se sentait responsable. A l'âge de 6 ans elle a été choisie pour être « Daunen incarnée », choisie à cause de ses cheveux roux, de ses yeux clairs et de sa belle voix.
La « Daunen incarnée », celle qui « porte à la fois l'espoir et la justice ». Celle qui « montre au royaume » qu'ils vivent un « temps béni » et dont la présence est de « frapper ceux qui leur veulent du mal ». Elle donne son sang qu'on mélange au poison qu'elle boit pour en imprégner sa peau, la rendre toxique pour ceux qui entrent en contact direct avec elle. Mission qu'elle endosse, l'empêchant d'avoir de vraies relations, la laissant coupée du monde, redoutée de tous ceux qui la côtoient. Son avenir est tout tracé : épouser le Prince Merek et devenir la future reine. Mais Twylla tombe amoureuse de Lief, son beau garde. Twylla va découvrir qu'on lui a toujours menti et va devoir apprendre à distinguer le vrai du faux.
Avec l'utilisation du « je », le lecteur vit avec Twylla cette sensation d'enfermement, de secret, d'isolement. On vit avec elle ses moments d'introspection, ses doutes, ses questions, sa prise de décision. le lecteur s'interroge, tombe amoureux tout comme elle.
Le texte même s'il est destiné aux adolescents est bien écrit et n'infantilise pas. La quatrième de couverture parle d'un triangle amoureux. C'est un peu vite dit. C'est surtout une question de choix. Réfléchir aux choix donnés et prendre une décision. Grand dilemme chez les adolescents. Captivant à lire dans ce livre. J'ai beaucoup aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Lunartic
  13 juillet 2019
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir de nouveau fait confiance en m'accordant ce service presse. J'en suis honorée et cela me touche beaucoup. Je donne à chaque SP que je reçois de leur part le meilleur de moi-même pour ne pas les décevoir. Merci encore à eux de me faire ce grand bonheur et de m'offrir la chance d'avoir un partenariat régulier avec eux, je leur en suis extrêmement reconnaissante.
Il me tenait très à coeur de lire L'Héritière. En effet, dès sa sortie, il m'avait fait de l'oeil, la couverture et sa quatrième m'avaient envoûtée. Je suis totalement addict à ce type d'histoires se passant dans un univers lointain et remplies de magie, de mystère, d'autres contrées si riches en émerveillement, en légendes abracadabrantes, et avec des personnages plus captivants et fascinants les uns que les autres. Autrement dit, la Fantasy est mon genre de prédilection. En lorgnant sur ce roman dans une librairie, j'ai ressenti une excellente intuition, j'étais attirée comme un aimant et je devais me procurer cet ouvrage à tout prix. Seulement voilà, le temps a passé et je n'ai pas eu l'occasion de me l'offrir. Encore merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour leur gentillesse donc.
Maintenant que je me suis plongée dans ce roman avec délice, et je crois que je n'ai pas réussi à véritablement en sortir, même après avoir refermé le livre, je peux assurément dire que l'habit fait le moine dans le cas présent. Je m'explique : certaines couvertures de roman sont un leurre (du moins, c'est mon opinion), elles sont si belles et plaisantes à observer que l'on ne s'en détache pas et, dans la foulée, on pense que le contenu du roman doit certainement être excellent avec une couverture pareille. Déception assurée dans certains cas, malheureusement... mais pas ici. Si vous êtes éblouis, comme moi je le suis, par cette couverture, n'hésitez plus, sautez sur ce livre-objet dès que vous le voyez, je suis sérieuse ! Désormais, quand je regarde cette couverture, et je l'ai sous les yeux au moment même où j'écris ces mots, elle me ramène directement au royaume de Lormere, au côté de notre héroïne, qui est prisonnière non seulement physiquement mais surtout mentalement, concernant ses sentiments, ses choix, sa destinée.
La jeune fille représentée dans la bouteille de poison incarne bien l'image que j'ai de Twylla dans mon esprit, une jeune fille aux cheveux de feu piégée par son propre rôle, noyée sous les choix qu'elle a faits alors qu'on l'a bernée vers un avenir meilleur. J'ai l'impression qu'en reprenant la couverture originelle (Dieu merci d'ailleurs !), la version française accentue les couleurs, les renforce, ce qui met le roman plus en valeur. de surcroît, les couleurs prédominantes me ramènent à l'essence même du roman : le vert me replonge dans les yeux émeraude de Lief et dans l'atmosphère médiévale et aventureuse, enchanteresse de l'histoire ; le rouge fait forcément référence aux cheveux embrasés de notre héroïne pour le moins enflammée mais aussi au sang versé par la cruauté et les caprices de la reine Helewys ; enfin le noir symbolise l'avenir sombre de Twylla et le confinement qu'elle subit depuis qu'elle est née en somme. Et les lettres argentées font penser à la royauté, à un conte de fées, à un univers qui va au-delà du nôtre, merveilleux tout simplement. Je regrette juste que le titre originel n'est pas été traduit littéralement, car il caractérise beaucoup mieux le personnage de Twylla. Certes, elle est l'Héritière aussi mais en lisant le roman, on découvre que c'est un peu faussé, je ne vous révèle rien, lisez le livre et vous comprendrez.
Je pourrais passer des heures à décrypter la couverture du livre, veuillez me pardonner, mais elle reflète actuellement ce que je ressens pour ce roman et pourquoi je l'adore tant, les éléments qu'il concentre et qui sont irrésistibles. Ce livre est véritablement un page-turner. J'ai eu beau m'efforcer de le savourer tranquillement, à un moment, je ne tenais plus, mon envie insatiable de tourner les pages de plus en plus vite a eu raison de moi. Il faut dire que ce roman m'a submergée, il réunit tout ce que j'adore dans une intrigue : des contrées inspirées du Moyen-Age, au passé légendaire, avec des mystères et des histoires, des mythes ayant traversés les siècles. Je ne pouvais qu'être exaltée face à un tel univers ! Au fur et à mesure des pages, je me représentais les personnages, les lieux dans mon esprit, la grandeur, la majestueuse aura du château de Lormere, les divers habits, costumes des personnages, des robes des dames aux capes et épées des messieurs, la verdure et l'envoûtement produit par la forêt. Lors du passage du jardin des simples, j'avais l'impression de sentir l'odeur des plantes, l'herbe fraîche, comme si j'étais moi aussi allongée dedans !
Je me sentais en symbiose avec les éléments. Cet univers provenant de la plume de l'écrivain est si bien construit et bien fourni, si crédible que je le ressentais. Mes battements de coeur s'alignaient sur le rythme du roman. Cela peut paraître exagéré tout ce que je vous dis là mais c'est ma manière de vous introduire à cet univers magique et qui m'a mis des étoiles plein les yeux. On ressent le travail de l'écrivaine à chaque page, sa minutie, sa maîtrise, alors qu'il s'agit de son premier roman ! Je lui tire ma révérence, et je l'admire car, passionnée, dévorée de lecture (on l'appelait Matilda enfant. Cf. Roald Dahl, rien que pour ça je l'aime Melinda !), et notamment de Fantasy (et elle est Potterhead en plus, ce qui prouve résolument qu'elle est une bonne personne !), elle a su utiliser sa passion, y puiser à bon escient pour produire sa propre richesse, son propre chef-d'oeuvre à elle. Merci Melinda Salisbury, vous m'avez fait vibrer à chaque page, vous avez ouvert mon imagination à un monde médiéval somptueux dans lequel j'ai adoré pénétrer et auquel je continue de penser bien après avoir tourné la page finale. Mon coeur a été tourmenté par tous les rebondissements ingénieux et épatants que vous nous offrez dans ce roman, j'en suis restée coi.
Votre oeuvre m'a indubitablement marquée, c'est de la belle, de la puissante fantasy, qui séduira je pense les prés-ados comme les jeunes adultes, c'est mon humble opinion. Je vais parler de suite des personnages qui me permettront de développer mon avis sur l'univers des trois royaumes : Lormere, Tregellan et Tallith. Pour commencer, je me suis très rapidement attachée à Twylla, l'héroïne de l'histoire, qui subit un fléau très lourd, celui d'être un danger vivant pour tous ceux autour d'elle, exceptés les royaux. Dès le départ, j'ai été intriguée par son histoire, celle de sa vie, qui semble être régulée par les dieux. La place des divinités dans l'intrigue est très intéressante, elle rappelle justement le Moyen Age et le poids que pesait l'Inquisition sur la société.
Twylla est une héroïne qui m'a beaucoup plu, elle est flamboyante à l'image de ses cheveux, certes, elle est enfermée dans un rôle et subit toute la soif de pouvoir et de domination de la reine, mais quand on regarde Twylla évoluer dans l'histoire, on décèle comme une petite flamme qui tente de se rebeller, une flamme qui ne s'éteint jamais. Twylla est belle et ardente, elle est aussi perdue dans la question de son identité mais elle se démarque par sa force et son audace, par la vivacité de son esprit, en particulier à la fin où elle m'a impressionnée, ce n'est pas rien de le dire.
Ne vous laissez pas tromper par la quatrième de couverture, certes très alléchante, mais qui annonce un triangle amoureux : je vous rassure, ce dernier n'a rien d'un sentimentalisme niais et dégoulinant de bons sentiments comme on le voit dans maintes séries télévisées, ou même livres et films. le triangle amoureux insupportable tente de nous terrasser mais nous ne céderons pas ! La preuve avec celui formé par Twylla, Lief et Merek. Selon moi, les sentiments de Twylla sont faciles à cerner, si on se concentre bien, et il n'y a pas de "Lequel choisir ?" comme quand une fille hésiterait entre deux paires de chaussures. Excusez-moi de cette métaphore, mais les jeunes femmes qui sont en train de s'apitoyer sur elles-mêmes car elles aiment deux hommes à la fois, c'est tellement pathétique que c'en est pas croyable.
Je hais les triangle amoureux "classiques", "basiques", ça, c'est dit. Dans L'héritière, Melinda Salisbury a fait un travail parfait, impeccable, car elle nous montre superbement l'ambiguïté que nos sentiments peuvent avoir, sans tomber dans du ridicule mélodrame digne d'un soap opera. de mon point de vue, les sentiments que les personnages ont les uns pour les autres sont tout à fait crédibles et intéressants à analyser. Et à mes yeux, Twylla n'a jamais aimé qu'un seul des deux, et ce qu'elle ressentais pour l'autre était un autre type d'amour, et elle s'est laissé berner par l'illusion car elle n'avait pas d'autre alternative. Je vous donne envie de découvrir tout ça par vous-même, non ?
Sinon, Melinda nous explique à la fin dans les remerciements que des teams Merek ou Lief se sont déjà crées, rien d'étonnant ! La mienne est largement celle de Lief ! Il est irremplaçable, charmant, jovial, singulier et captivant de bout en bout. Il me fascine et m'a fait succomber à son charme en un rien de temps ! Je me damnerais pour ses yeux verts et pour l'avoir comme garde, aaaah !
Après, je dois reconnaître que j'aime beaucoup Merek et qu'il ferait un roi formidable, il a beaucoup plus de bon sens et de bonté en lui que sa mère, et comment ! Il m'a beaucoup touchée et a attiré ma sympathie, et au départ, je le préférais lui. Et Twylla, lequel a-t-elle choisi ? Je vous laisse languir pour la réponse !
Dans ce roman, on nous présente une palette de personnages très complète : on passe du paysan à la royauté, en passant par la noblesse et les serviteurs. Dans chaque catégorie, des personnages interviennent et, si leur apparition est assez brève, elle joue un rôle important dans le dénouement, et cela annonce le contenu du tome deux, que je suis impatiente de dévorer au passage.
J'allais oublier de parler de la reine, qui est omniprésente, et particulièrement effarante ! Je n'aurais pas du tout aimé me retrouver en face d'elle, elle est consumée par sa folie et son avarice. Et quand on croit qu'elle est plus douce et humaine que ce qu'il n'y parait, on réalise que tout n'est que ruse et mensonges et qu'elle nous mène par le bout du nez. C'est à se demander comment le roi, son cousin (bienvenue dans la consanguinité !), a fait pour l'épouser, lui qui est si clément et gentil.
En clair, je me suis attachée à beaucoup de personnages, comme Dorin, Damia, les servants dans le château, ceux proches de Twylla, et au fond tous les personnages sont très intéressants du point de vue psychologiques, aucun n'est inutile, ils sont tous un pilier de cette histoire, comme s'ils créaient la légende de Lormere eux aussi. Et petite remarque, j'adore leurs prénoms : Lief, Merek, Dorin, et autres, on se croirait vraiment dans les temps anciens dans un royaume légendaire, ça nous immerge encore plus dans l'univers de L'Héritière. On a beau être coincés dans le château, comme Twylla, je crois que j'ai vécu bien plus d'événements, d'aventures et de frissons, de sensations, que si j'avais traversé mille contrées ! Ce huit-clos est juste génial, je ne me suis pas ennuyée une seconde, certainement pas non !
La fin de l'histoire est particulièrement réussie, je l'ai trouvée magistrale, et même plus fort que ça. Je pense que l'écrivain avait l'intention de nous faire agoniser car, en deux pages d'épilogue, elle a failli faire arrêter mon coeur de battre, sérieusement ! J'ai cru qu'elle m'avait coupée le souffle, comment peut-elle nous laisser sur une ouverture pareille ? Je ne vais pas pouvoir attendre le tome deux, ce n'est pas envisageable c'est de la torture ! Je veux découvrir plus en profondeur Tallith et Tregellan, rencontrer les alchimistes tregelliens, savoir la vérité finale sur le Prince Endormi, ce qu'il est véritablement advenu de lui, continuer à poursuivre le périple de Twylla à ses côtés, à la recherche de qui elle est, de ses propres choix et décisions, de la construction de son être libre et de ses croyances. Je ne ferai qu'une bouchée du tome suivant à sa sortie, vous pouvez me faire confiance !
En attendant, lisez L'Héritière, ayez foi en moi, ou alors je me fais Daunen incarnée et je m'enferme dans un cloître... Vous ne souhaiteriez pas ça, n'est-ce pas ? COUP DE FOUDRE ϟ
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maliae
  28 mai 2015
Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoie de ce livre. Ensuite, j'ai pas mal de choses à dire sur ce livre je crois, et je vais me montrer assez spoilante, donc si vous désirez le lire sans connaître les détails de l'histoire, je vous recommande de ne pas lire mon avis.
Avant de commencer ma lecture, j'avais peur de tomber sur une pale copie de « Insaisissable » de Tahereh Mafi, puisque les thèmes avaient l'air très semblables, mais en fait c'était heureusement très différent. Ici, nous avons surtout une histoire de religion et de superstition. de manipulation. Twylla est persuadée d'être la Daunen incarnée, persuadée que si elle touche quelqu'un elle le tue, puisque les dieux en ont décidé ainsi. Elle devient le bourreau de la reine, parce qu'elle pense ne pas avoir le choix. Enfermée dans sa tour et dans son temple elle a l'impression d'être prisonnière de cette vie, prisonnière de la reine. Elle a aussi l'impression de faire ça parce que c'est ce que désirent les dieux. Et parce que la reine donne de l'argent à sa mère et à sa soeur en échange de ses loyaux services.
Twylla est repliée sur elle-même, incapable de se défendre, de prendre des décisions, elle a peur de la reine et lui obéit, même si elle cherche parfois à protéger ceux qui pourraient déplaire à la reine, de façon générale elle agit de façon soumise. La reine est une sadique, elle est froide, méchante, imbue de pouvoirs, ne supporte aucune frustration. C'est une perverse narcissique et sa relation avec Twylla fait sérieusement penser à la relation d'une mère abusive envers sa fille. D'ailleurs la vraie mère de Twylla était déjà une mère abusive. Twylla est donc quelqu'un qui a été manipulé toute sa vie, qui n'a jamais pu prendre de véritables décisions, qui a eut a faire entre un choix moches et un choix un peu moins moche qui s'est avéré pire. Qui cherche l'amour sans le trouver, et qui se raccroche à son rôle, à sa destinée pour donner un sens à une vie qui paraît ne pas en avoir. Twylla est faible, je le dis tout de suite. C'est une fille faible, malheureuse, qui a abandonné avant de prendre les armes. Ça ne la rends pas moins attachante, j'ai trouvé au contraire ça plutôt intéressant de partir de cette fille pour la voir évoluer doucement, la voir changer, grandir, prendre conscience de ses erreurs.
Ce que j'ai adoré dans ce livre, c'est toute l'espèce de Mythologie du monde. L'histoire des dieux (même si ça sent la superstition à mille kilomètres), et surtout le rapport très glauque avec la nourriture. En effet, quand quelqu'un meurt, il faut dévorer ses pêchés. Les pêchés sont dès lors personnifié, on transforme les pêchés en nourriture. La jalousie par exemple est représenté par les huîtres. Tous les pêchés sont ainsi mis sur le cercueil et la Mangeuse de Pêchés vient les dévorer. La Mangeuse de Pêchés qui n'est rien d'autre que la mère de Twylla d'ailleurs. C'était super intéressant, j'aurais vraiment aimé qu'on s'attarde un peu plus sur la vie de ce peuple et des rois, et qu'on tourne un peu moins autour de Twylla (c'est aussi parfois le problème des histoires écrites à la première personne, c'est difficile de montrer ce qu'il se passe autour du personnage). J'ai aussi aimé les révélations sur la Daunen, j'avoue que je m'attendais pas du tout à ce que tout soit faux, j'étais bêtement persuadée que si elle touchait quelqu'un il allait mourir.
Ce que je n'ai pas du tout aimé dans ce livre, c'est l'histoire d'amour. Lief le garde dont Twylla va tomber amoureuse. Déjà c'est téléphoné, on sait tout de suite qu'elle va tomber amoureuse de lui, elle ne voit que lui après tout. Elle n'a de contact avec personne d'autre quasiment et il a à peu près son âge, il est sympa avec elle, doux, il la fait rire, il prends soin d'elle. Alors oui, c'est pas étonnant qu'elle tombe amoureuse de lui, c'était même évident que ça allait se passer comme ça, et … Bon sang que c'était chiant.
J'ai pas aimé Lief. J'avais pourtant rien à lui reprocher. Il était beau, gentil, il la protégeait, lui apprenait des choses, il avait un brin mauvais caractère mais ça permettait à Twylla de se remettre en question, il lui offrait tout l'amour dont elle avait besoin, blablabla. En fait, il me paraissait trop bien, trop gentil, trop chevalier servant, trop… du coup il m'a juste gonflé et j'avais pas envie de le voir ni d'assister à l'histoire d'amour entre eux. Elle m'a particulièrement agacé, et a complètement pourri ma lecture. Je comprends bien le fond, Twylla n'est jamais tombé amoureuse blablabla, elle est destinée à épouser le prince, à juste suivre sa destinée d'ailleurs, mais franchement? Je m'en tapais qu'elle tombe amoureuse, j'aurais voulu un combat qui ne repose pas sur la découverte de ses sentiments en fait. Surtout des sentiments qui m'ont paru factices, parce que Lief aurait pu être Bernard, elle avait juste besoin qu'on prenne soin d'elle, c'est tout.
Et puis, je l'ai déjà dit non? Mais les triangles amoureux ça m'agace. Comme si j'avais envie de voir l'héroïne être entouré de deux mecs amoureux d'elle, qui lui jurent fidélités et compagnie, nyanya. Non je ne veux pas d'accord? Alors si là vous avez une idée de triangle amoureux pour votre future livre, stoppez tout tout de suite, parce que vous savez quoi? En fait personne n'aime ça ! Nous ce qu'on veut c'est une histoire qui tient la route, avec de la romance s'il faut, mais pas ce genre de romance, pas une romance où les mecs tournent autour de la fille parce que « c'est l'héroïne ». Non.
Heureusement, là le triangle était moins chiant que prévu. Parce que Twylla ne tergiverse pas, elle sait ce qu'elle veut, elle aime Lief, pas le prince Merek. Bien, c'était toujours ça de pris.
Sauf que pas de bol, ben moi j'ai préféré le prince. J'ai presque espéré qu'il devienne homo avec une histoire trop mignonne d'amour entre hommes, sauf que faut pas rêver, Merek était amoureux de Twylla. Evidemment. Donc c'était pas réciproque, mais il faisait de son mieux. Je sais pas pourquoi mais c'est un personnage qui m'a particulièrement plu. On le sent blessé par la vie, faible, autant prisonnier que Twylla, même s'il a voyagé. Comme Twylla il est sous le joug de sa mère, et s'il arrive à faire en sorte qu'elle lui accorde quelques trucs, ça n'empêche pas qu'il est prisonnier. C'est un prince qui pense à son peuple, qui rêve du meilleur pour celui-ci et qui voit en Twylla une personne qui va l'aider, qui va le soutenir. Parce qu'il est tellement brisé qu'il a besoin qu'on l'aime (quelle idée de jeter son dévolue sur Twylla aussi). Bref je l'ai aimé, même si j'aurais voulu qu'il fasse moins la serpillière avec Twylla. J'ai quand même été contente qu'il lui laisse une chance de s'expliquer à la fin, qu'il essaie de la comprendre, de l'écouter, malgré la jalousie et la déception. C'était un type bien. Un peu pris dans un bordel pas possible quoi.
Comme l'histoire d'amour prends quand même une bonne partie de l'histoire, j'avoue avoir quand même un peu détesté ma lecture par moment et j'avais plutôt hâte de finir le livre. Me disant que je ne lirais pas le tome 2.
Surtout avec l'arrivée de quelque chose de véritablement magique dans l'histoire. Ouais, parce qu'on vous dit que tout est faux, les dieux n'existent pas blablabla, et là paf, la plus grande légende du monde est vrai… C'était un brin tiré par les cheveux très franchement.
Un peu comme si j'avais raté un truc.
Sauf que la fin, étrangement, la fin est géniale. Je ne parle pas de la relation de Lief sur le fait qu'il était en vrai un sale type payé par la reine pour séduire Twylla, ni sur le fait que la reine PERDS !
Non je parle du fait que Twylla finisse seule ! Qu'elle choisisse sa vie et qu'elle ne choisisse aucun des deux mecs, ni le sale type menteur qui promets qu'il l'aime, ni le prince qui voudrait bien qu'elle le sauve. Elle choisit sa vie à elle, et elle est bien. Elle vit seule avec des bouquins dans un village au loin, elle est libre de faire ses propres choix, de faire ce qu'elle veut et c'est géniale ça. Elle a bien sûr promis de revenir si le Prince Endormi revenait vraiment à Lormere, mais en attendant elle fait ce qu'elle a envie. Je trouve ça bien. J'aurais haïs une fin où elle finit avec Lief parce qu'elle lui pardonne où je ne sais pas. Une fin où elle se met avec Merek parce qu'il lui demande.
Et donc cette fin se termine en gros cliffhanger.
Du coup.
Je suis assez curieuse de savoir la suite.
On verra.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Melissa-Macy
  02 mars 2016
Destinée à devenir la Mangeuse de péchés du royaume de Lormere comme sa mère avant elle, Twylla voit sa vie changer le jour où la Reine devine qu'elle est en réalité la Daunen incarnée, cette fille des dieux qui donne la mort par son seul toucher. Désormais, Twylla a tout, sauf le plus important : quelqu'un à aimer, avec qui partager le quotidien.
Dévouée à sa tâche, Twylla passe ses journées à prier dans son temple quand elle ne tue pas les traîtres à la couronne. Isolée, crainte, la jeune fille attend inlassablement que les jours passent, sans rêve ni espoir.
Un jour, elle sera Reine de Lormere en épousant le Prince ... à moins que quelque chose ou plutôt quelqu'un lui montre le chemin de l'amour ...
Si j'ai choisi de découvrir ce volume, c'est tout d'abord grâce à sa superbe couverture et aussi grâce au mystère qui émane du synopsis terriblement aguicheur. Pourtant, malgré ces atouts indéniables, j'ai cru un moment arrêter ma lecture aux 100 premières pages ! La faute à ... la lenteur du récit !Premier tome d'une saga fantasy, L'Héritière pose les bases d'une histoire qui s'intègre dans la continuité du conte du Joueur de Flûte de Hamelin. Le livre décrit un royaume régi par une Reine machiavélique et intransigeante qui utilise les anciennes légendes de son peuple pour édicter ses lois. Dans ce monde, Twylla, l'héroïne, n'est qu'une marionnette au pouvoir meurtrier.
Durant tout le début du livre, Twylla décrit sa vie, sa morosité proche de l'abattement résigné, son aversion pour son don ainsi que son extrême solitude. le discours est volontairement assommant et froid pour mieux plonger le lecteur dans l'existence de la jeune fille. Seulement à trop vouloir peindre une vie vide de sens, je me suis profondément ennuyée, attendant le moment où, enfin, l'histoire démarrerait. Et ce moment est finalement venu, tardivement certes mais avec une certaine force ! Twylla fait une rencontre, celle d'un nouveau garde attaché à sa sécurité qui l'emmène sur les dangereux chemins de la vie et surtout de l'amour. Grâce à Lief, le garde, la jeune fille s'ouvre au monde, prend conscience avec de nouveaux yeux de la vie qui l'environne et finit par vouloir se rebeller afin de goûter à son tout nouveau rêve. Mais destinée à devenir la Mangeuse de péchés du royaume de Lormere comme sa mère avant elle, Twylla voit sa vie changer le jour où la Reine devine qu'elle est en réalité la Daunen incarnée, cette fille des dieux qui donne la mort par son seul toucher. Désormais, Twylla a tout, sauf le plus important : quelqu'un à aimer, avec qui partager le quotidien.
Dévouée à sa tâche, Twylla passe ses journées à prier dans son temple quand elle ne tue pas les traîtres à la couronne. Isolée, crainte, la jeune fille attend inlassablement que les jours passent, sans rêve ni espoir.
Un jour, elle sera Reine de Lormere en épousant le Prince ... à moins que quelque chose ou plutôt quelqu'un lui montre le chemin de l'amour ...
Si j'ai choisi de découvrir ce volume, c'est tout d'abord grâce à sa superbe couverture et aussi grâce au mystère qui émane du synopsis terriblement aguicheur. Pourtant, malgré ces atouts indéniables, j'ai cru un moment arrêter ma lecture aux 100 premières pages ! La faute à ... la lenteur du récit !Premier tome d'une saga fantasy, L'Héritière pose les bases d'une histoire qui s'intègre dans la continuité du conte du Joueur de Flûte de Hamelin. Le livre décrit un royaume régi par une Reine machiavélique etintransigeante qui utilise les anciennes légendes de son peuple pour édicter ses lois. Dans ce monde, Twylla, l'héroïne, n'est qu'une marionnette au pouvoir meurtrier.
Durant tout le début du livre, Twylla décrit sa vie, sa morosité proche de l'abattement résigné, son aversion pour son don ainsi que son extrême solitude. le discours est volontairement assommant et froid pour mieux plonger le lecteur dans l'existence de la jeune fille. Seulement à trop vouloir peindre une vie vide de sens, je me suis profondément ennuyée, attendant le moment où, enfin, l'histoire démarrerait. Et ce moment est finalement venu, tardivement certes mais avec une certaine force ! Twylla fait une rencontre, celle d'un nouveau garde attaché à sa sécurité qui l'emmène sur les dangereux chemins de la vie et surtout de l'amour. Grâce à Lief, le garde, la jeune fille s'ouvre au monde, prend conscience avec de nouveaux yeux de la vie qui l'environne etison ainsi que les manigances politiques de la Reine l'emportent. Le triangle amoureux qui s'était installé entre le Prince, le garde et Twylla éclate en même temps que la vérité. Les coups bas ne cessent de pleuvoir, les trahisons se révèlent en dévastant les cœurs au passage ... L'épilogue nous tient en haleine, si bien que, malgré la lenteur des premiers chapitres, le lecteur n'a qu'une hâte : en découvrir plus sur ce conte revisité et énigmatique !!
Comme je l'ai déjà évoqué le style de l'écrit répond aux humeurs de son héroïne. Raconté à la premier personne, le récit change de rythme et d'intensité au gré de la vie de Twylla. Lorsque la jeune fille s'ennuie, le lecteur l'accompagne, et quand elle vit des moments pleins de tension, nos cœurs battent à l'unisson. Je salue là la performance de l'auteure qui réalise un écrit réellement très empathique.
Les personnages sont tous extrêmement bien façonnés, chacun ayant une personnalité bien marquée et apportant à l'histoire l'ingrédient qui manquait.
La structure du scénario est discutable mais compréhensible, cohérente. Je regrette cependant qu'elle se soit effectuée au détriment de mon propre intérêt de lectrice.
Au final, je reste mitigée, ne sachant trop sur quel pied danser. Si le roman m'a plu par certains aspects : romance, revisite originale du conte, utilisation de légendes pour créer un univers singulier ... il m'a aussi beaucoup déroutée par sa langueur initiale et le fait que l'héroïne n'est jamais réellement actrice de son existence, sauf à la toute fin. J'imagine que le second tome tranchera d'un côté ou de l'autre de la balance ! Alors wait & see ;) !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1
  08 juin 2015
Tout d'abord, je remercie chaleureusement les éditions Gallimard - On lit plus fort pour l'envoi de se livre que j'ai traîné a lire. Pourquoi ça, parce que le résumé de la quatrièmement de couverture ne me tenté absolument pas... Je me suis dis en le recevant, voila encore un livre fantastique (oui c'est pas vraiment mon genre de prédilection) que je vais oublier sitôt ma lecture achevée.
Et puis, ce week-end, je me suis enfin lancée et j'ai adoré. Ce roman est un gros coup de coeur, a tel point que j'ai fait sonner mon réveil plus tôt pour pouvoir finir ma lecture ne pouvant pas aller travailler sans connaitre le dénouement.
Difficile de vous parlez de l'intrigue, sans vous dévoiler l'intrigue même. Disons que l'on on se trouve dans un autre monde, gouverné par une reine. Twylla est une jeune fille, qui se trouve être l'incarnation sur terre de la fille des Dieux. Et son pouvoir et de pouvoir tuer quiconque la touchera. Elle est fiancée aux fils de la Reine, le prince, Merek et constamment surveillé par Lief, son garde. A partir de la et des les premières pages, impossible de lâcher le livre car il est passionnant. L'écriture de l'auteur est fluide et l'on dévore les pages. le suspense est omniprésent et l'on va de révélations en révélations. Intrigue, complots, trahison, amours tout est réunis pour le plus grand bonheur du lecteur.
Bref c'est un énorme coup de coeur, et je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

critiques presse (2)
HistoiresSansFin   17 novembre 2015
Melinda Salisbury frappe très fort. L'univers médiéval-merveilleux de L'Héritière est fascinant.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet   12 mai 2015
L'univers de fantasy est complexe, soigné, complètement intégré dans une histoire digne de la cour royale la plus comploteuse.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   14 avril 2015
Je désirais venir au château, et je vis ici. Je voulais faire un beau mariage, je vais épouser le prince. Ils accèdent à mes prières, je vis l'existence de mes rêves. J'ai de la chance. Je suis privilégiée.
Je suis un instrument. Un couteau.
Commenter  J’apprécie          140
ptitelily01ptitelily01   22 mai 2015
Alors, viens avec moi. Prends le contrôle de ta vie et viens avec moi. Je croyais que c’était ce que tu voulais ? (Sa bouche se tord et il cherche ses mots.) De toute façon, je ne peux pas rester ici, qu’importe les manigances de cette reine folle. Je ne peux pas te regarder devenir la femme d’un autre. Oui, il en sera blessé, et ils se lanceront à notre poursuite. (Les mots jaillissent de sa bouche maintenant.) Mais cela en vaut la peine, non ? Pour avoir une chance d’être ensemble ? Je crois en nous. Je crois que je suis fait pour toi et que tu es faite pour moi. Je préfère mourir plutôt que vivre sans toi. Et si tu n’éprouves pas la même chose, je comprendrai, et je partirai. Jamais plus je ne t’importunerai. Mais réfléchis, je t’en conjure. Peux-tu souffrir de rester avec lui alors que j’emporte don cœur avec moi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
missmolko1missmolko1   20 mars 2015
Ma mère avait l'habitude de dire que tout ce qui brille n'est pas d'or. Elle avait raison : parfois les yeux brillent. Les yeux brillent... jusqu’à ce que la vie les quitte.
Commenter  J’apprécie          100
Luna26275Luna26275   11 août 2015
J'ai le choix de partir en sachant que je signe son arrêt de mort. Il paierait de sa vie mon bonheur avec Lief. Sa vie contre la nôtre.
Commenter  J’apprécie          110
Luna26275Luna26275   12 juin 2015
Je m'exerce à prononcer son nom, qui a la saveur des pêches que je chapardais quand j'étais enfant, le goût de la crème léchée dans le bol quand personne ne me regardait. Un goût d'interdit.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Melinda Salisbury (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Melinda Salisbury
Va chercher bonheur plus bas :D - La vidéo en HD c'est encore mieux.
-----------------------------------------------------------
Les livres cités : *Amoureuse et un peu plus de Pamela Morsi : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/04/amoureuse-et-un-peu-plus.html *Blackmoore de Julianne Donaldson : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/10/blackmoore.html *Le goût de la vie d'Anouska Kniight : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/05/le-gout-de-la-vie.html
*In the after de Demitria Lunetta : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/06/in-after-tome-1.html *In the end de Demitria Lunetta : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/07/in-after-tome-2-in-end.html *Une braise sous le cendre, tome 1 de Sabaa Tahir : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/10/une-braise-sous-la-cendre-tome-1.html *Inhuman, tome 1 de Kat Falls : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/02/inhuman-tome-1.html *Mercy Thompson, tome 8 : La faille de la nuit de Patricia Briggs : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/08/mercy-thompson-tome-8-la-faille-de-la.html *L'héritière, tome 1 : Melinda Salisbury : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/09/lheritiere-tome-1.html *The book of Ivy, tome 1 d'Amy Engel : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/03/the-book-of-ivy-tome-1.html *Fille des cauchemars, tome 1 : Anna de Kendare Blake : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/11/filles-de-cauchemars-tome-1-anna.html *Le joyau, tome 1 d'Amy Ewing : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/08/le-joyau-tome-1.html *Le joyau, tome 2 : La rose blanche d'Amy Ewing : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/10/le-joyau-tome-2-la-rose-blanche.html *Vieux, râleur et suicidaire - La vie selon Ove de Fredrick Backman : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/06/vieux-raleur-et-suicidaire-la-vie-selon.html *Red Queen, tome 1 de Victoria Aveyard : http://bloggalleane.blogspot.fr/2015/03/red-queen-tome-1.html
-----------------------------------------------------------
Mon blog : http://bloggalleane.blogspot.fr/ Ma page FB : https://www.facebook.com/pages/Le-blog-de-Galleane/137798319627169?ref=hl Twitter : https://twitter.com/GalleaneL Instagram : http://instagram.com/galleane
----------------------------------------­­-------------------
Ma wish-list (aucune adresse n'y est associée) : http://www.amazon.fr/registry/wishlist/I3EDLGFMHCOZ Ma wish list sur LA : http://www.livraddict.com/profil/galleane/?goto=wishlist
----------------------------------------­­-------------------
Musique d'introduction : Reflection (Mulan)
+ Lire la suite
autres livres classés : poisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Melinda Salisbury (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'héritière

Twylla est...

Rousse
Blonde
Brune
Chauve

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : L'héritière de Melinda SalisburyCréer un quiz sur ce livre
.. ..