AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743628510
Éditeur : Payot et Rivages (07/05/2014)

Note moyenne : 2.84/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Nous sommes tous morts est le journal de bord de Nathaniel Nordnight, jeune second du baleinier Providence. Le voyage tourne au cauchemar lorsque le bateau est pris dans les glaces. Entre un récit d'aventure à la Stevenson et un roman d'épouvante lovecraftien.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  22 février 2016
Nathaniel Nordnight, second du baleinier Providence raconte quand le cauchemar qu'a vécu les membres de l'équipier. Très vite, le bateau est pris dans une tempête et figé dans les glaces. Très vite, les hommes perdent la tête et les morts se font de plus en plus nombreux…
C'est le titre qui m'a poussé à prendre ce livre mais grosse déception, j'attendais un roman d'épouvante mais l'origine du danger reste inconnue, les scènes d'horreur ne m'ont pas donné les frissons de peur que j'espérais avoir. Une hypothèse avancée à la fin mais pas sûre d'avoir bien saisi… (à discuter ?) L'écriture est jolie parfois poétique mais j'ai grincé à l'utilisation systématique du mot vomir dans les premières pages. Dommage, j'espérais que cette aventure marine soit plus intéressante que ça.
Commenter  J’apprécie          193
motspourmots
  25 mai 2014
Tout ça pour ça… Voilà ce que j'ai pensé en refermant le livre, heureusement suffisamment court pour me forcer à aller jusqu'au bout. J'ai eu une drôle impression de déjà vu à plusieurs reprises comme si l'auteur avait pioché différents ingrédients dans la littérature ou les faits divers pour construire son histoire, de Moby Dick au dramatique récit des survivants du crash d'un avion dans les Andes en 1972, contraints au cannibalisme pour survivre. J'ai consciencieusement tourné les pages, attendant la révélation, l'originalité qui donnerait un sens au récit. Malheureusement, cette étincelle n'est pas venue.
Reste donc le récit (ou est-ce plutôt une hallucination ?) d'une aventure entre horreur et surnaturel pour ces marins chasseurs de baleine, confrontés à la violence de la nature, d'abord tempête gigantesque dans laquelle ils pensent trouver la mort puis enfermement dans une cellule de glace à la fois incassable et comme vivante, se régénérant sans cesse. Rien d'étonnant donc, à ce que tout le monde bascule dans la folie, avant même que la décision de cuisiner en ragoût l'un de leur petit camarade mort de froid ne soit prise.
D'où vient que l'on a du mal à s'intéresser à l'histoire ? En tout cas, avec moi, ça n'a pas pris même si la plume n'est pas désagréable. Mais qu'importe la forme, si le fond se dérobe… l'immeuble s'écroule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Chatoon
  31 mai 2014
Le baleinier norvégien " la Providence" lève l'ancre, avec comme équipage le fleuron des chasseurs de baleines.
Le capitaine Eddy Sogarvans est au commande. le journal personnel de son second, Nathaniel Nordnight raconte le récit halluciné de cette traversée.
Au quatrième jour de navigation, la tempête surprend l'équipage qui se retrouve prisonnier dans une mer de glace.
Quelles sont ces tentacules qui enserrent la coque du bateau. La folie envahit les marins. La raison n'a plus cours : suicide, meurtre, cannibalisme..un voyage en mer ou plutôt une descente en enfer.
On aborde ce roman secoués par une tempête inouïe. On se retrouve rapidement glacés d'épouvante. L'effroi se niche partout. Les corps sont torturés par le froid, la faim, la peur, la réclusion, l'isolement.
Tels des condamnés dans le couloir de la mort, ils attendent de se livrer aux fantômes . La terreur laboure leur âme. Ils sont déjà morts sans l'être vraiment, humains sans ne plus l'être tout à fait. Auraient-ils été abandonnes par Dieu ?
Accès de démence collective ou phénomène paranormal, réalité ou fantastique ?
On entre dans ce roman et très rapidement l'angoisse et la peur vous envahissent.
Ce livre, bien sûr, nous fait penser à G.Stevenson qui n'aurait sans doute pas rougi de cette paternité.
C'est le premier roman de Salomon de Izarra. Son style et sa plume feront date et sont très prometteurs de futures belles heures de lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sycorax
  15 juillet 2015
Il est question dans ce récit inquiétant, d'enfermement dans un lieu ou un espace-temps indéterminé, de folie et de cannibalisme ; on ne saura jamais si le narrateur est fou et si son récit relève d'un état mental vacillant ou si ces naufragés sont victimes d'une force surnaturelle objective et indéterminée (bien que la toute fin fournisse un début d'explication).
Tout y est pour faire un bon récit fantastique et d'horreur : pas - ou très peu - d'explication(s) rationnelle(s) sur l'origine des phénomènes décrits, violence psychologique, séquences horrifiques très "premier degré".
L'unité de lieu fait bien sûr penser au roman "Moby Dick" de Melville et au film "The thing" de John Carpenter, le twist final fait clairement un clin d'oeil aux conclusion de certaines nouvelles de Richard Matheson ou encore des épisodes de la "Twilight zone" des années '50-'60.
Le style quant à lui, fait furieusement référence à celui de Lovecraft (le bateau s'appelle d'ailleurs "Providence", ville de naissance de Lovecraft), la situation d'enfermement génère son lot d'angoisse et incite le lecteur à tourner les pages pour connaître le sort des personnages.
Malgré tout, je reste mitigé sur ce roman fantastique. Il s'agit certes d'une tentative louable de fantastique français (qui plus est, très contemporain car publié en 2014), par un très jeune auteur, mais j'ai ressenti comme "flottante" la gestion de l'espace physique (le bateau) dans lequel se déroule toute l'action.
Pour ceux qui souhaiteraient plonger dans ce récit, sachez que la lecture est loin d'être chronophage : le livre compte à peine 200 pages et - après une courte introduction où les personnages sont rapidement esquissés - le lecteur est plongé dans le feu de l'action. On ne s'y ennuie pas, et le récit est suffisamment dépaysant pour ne pas avoir une impression de déjà-vu (surtout si on n'a jamais lu d'histoires de Lovecraft). Mais il y manque un "je-ne-sais-quoi" qui a fait que je ne relirai pas ce roman une seconde fois et que d'ici quelques mois, il ne m'en restera plus grand-chose en mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Carolivra
  01 juillet 2014
Quelle révélation! Salomon de Izarra nous offre à travers son roman un petit bijou d'horreur, de fascination morbide, de frissons. le titre donne déjà le ton. "Nous sommes tous morts" sont les premières paroles prononcées par le narrateur Nathaniel. Ce dernier s'est embarqué sur un baleinier "La Providence". Alors que tout se déroule pour le mieux, l'équipage essuie une violente tempête. le lendemain, au réveil, les marins se rendent compte que leur bateau est emprisonné par une mer de glace. Impossible de s'en extraire!
Comment cela est-il possible d'ailleurs? le capitaine assure que le bateau n'a pu dériver en aussi peu de temps aussi loin vers le pôle nord. Alors chacun fait des hypothèses. Et puis, il y a cette brume à perte de vue qui ne laisse deviner que des contours, et ces marins retrouvés le matin en état catatonique, pupilles grandes ouvertes comme gorgées d'horreur. Qu'ont-ils vu? Où se trouvent-ils désormais? Dans les limbes, au purgatoire ou en enfer comme le laisse sous-entendre le pieux capitaine? Et que dire de cette glace qui semble vivante et qui grignote peu à peu le bateau?
Salomon de Izarra sème le doute chez ses personnages et chez le lecteur. Ce qui devait être une formidable expédition pleine d'aventures devient un huis-clos, angoissant, tétanisant où chaque homme devient peu à peu fou. Nathaniel et ses camarades vont devoir se sacrifier et renoncer à leur humanité jusqu'au dernier tabou…
L'auteur embarque son lecteur dans une aventure peuplée de fantômes, de ténèbres, d'angoisse. On frissonne, on se pose des questions, on se demande si les marins vivent cette réalité décalée ou la rêvent. Bref, on navigue en plein dans le fantastique. La tension monte petit à petit jusqu'à l'explosion, la révélation finale.
L'auteur a su créer une ambiance vaporeuse, faite de brume et de glace qui permet de ressentir le froid, la peur. Il joue avec les nerfs du lecteur et ceux de Nathaniel, son narrateur. Sa maîtrise du genre vaut vraiment le coup d'oeil et ne laissera pas insensible quiconque osera franchir cette mer de glace…
Lien : http://carolivre.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   10 février 2016
Je dois admettre que le spectacle était unique : le Providence était tout entier encerclé de glace. De la proue à la poupe, l'horizon renvoyait les quelques rayons de lune qui perçaient les nuages et le sol brillait d'une lueur aquatique et froide. La glace était partout, indéfinie, éternelle, lisse comme une surface laquée [...].
Commenter  J’apprécie          170
wellibus2wellibus2   08 novembre 2014
.....Pour dire vrai, j'avais oublié les autres qui grimaçaient et buvaient un peu d'eau pour faire passer leurs nausées, je n'avais plus que ce gamin en tête. Ce gamin qui aimait rire. Je mâchai. Qui avait une jolie voix. Je mâchai. Qui avait toute la vie devant lui. Je mâchai. Qui était heureux. Je déglutis bruyamment. Silence.
Commenter  J’apprécie          120
Shan_ZeShan_Ze   05 février 2016
Notre équipage était constitué du fleuron des chasseurs de baleines, des hommes à forte tête, au caractère aussi trempé qu'ils étaient compétents, qui se connaissait où tous au fur et à mesure des campagnes.
Commenter  J’apprécie          90
mumu04700mumu04700   04 janvier 2016
pas du tout aimé, beaucoup de mal pour aller jusqu'à la fin
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Salomon de Izarra (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Salomon de Izarra
Payot - Marque Page - Salomon de Izarra - Camisole
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Salomon de Izarra (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
547 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre