AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L. (Traducteur)
ISBN : 2070770540
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Cuba, 1957. L'île, tenue par les américains, exhibe scandaleusement ses hôtels de luxe et ses boîtes de nuit. La police politique traque la rébellion menée par Castro. Des bombes explosent. La fête est partout. Des gens disparaissent. N'importe qui peut être un autre et des mendiants dirigent la ville tandis que de faux puissants ne sont que des façades. Cuba reste un mystère. King Bongo, qui croyait tout connaître de son île, la redécouvre brutalement. Sa sœur auss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pecosa
  24 juin 2019
King Bongo n'a aucun lien avec la musique de la Mano Negra, pas plus qu'avec celle de Roy Eldridge. King, le héros de ce polar est un des meilleurs bongoceros de l'île. Enfant d'un Américain et d'une Cubaine, il est aussi blanc que sa soeur, la Panthère, sculpturale danseuse vedette du légendaire Tropicana, est noire.
Nous sommes en 1957, deux années avant la Révolution. Les barbudos se cachent dans la Sierra et l'on raconte que Castro aurait abandonné la lutte pour batifoler à Acapulco avec une Mexicaine.
King Bongo, ancien privé, vend des assurances. Le soir, il vient assister au spectacle de sa soeur, qui vit sous la coupe de Zapata, un chef de police corrompu. Mais une bombe explose au Tropicana, et sa soeur la Panthère disparait.
La quête de Bongo débute, et le lecteur se trouve plongé dans de multiples intrigues. Thomas Sanchez lui lâche tellement la bride qu'il suit avec intérêt mais sans comprendre le lien qui les unit. Ce n'est qu'à la fin du roman que l'auteur relie les pièces, et que l'on saisit le pourquoi de cette déconstruction de l'intrigue.
Malgré ce parti pris narratif qui m'a un peu déstabilisée, King Bongo nous offre une très bonne radioscopie de l'île: la capitale, flamboyante, les cités balnéaires, féériques, les cabarets et boites de légende, la Floridita, le Tropicana, les stars de cinéma, avec un portrait au vitriol d'un Errol Flynn surnommé le Mauvais Acteur, vieillissant et écoeurant, et en périphérie, les femmes exploitées de toutes les manières possibles, les enfants au ventre gonflé par la malnutrition, les familles vivant dans les taudis et se nourrissant de puces bouillies.
Le choix de la période est crucial. La Havane est encore une des places les plus glamour du monde, digne soeur caribéenne de Montecarlo. Mais les attentats se multiplient, et les Américains ne comprennent pas, tout à leurs excès, que le récréation est bientôt terminée.
Les agents infiltrés qui rêvent de renverser Batista pour mieux servir les Etats-Unis, n'ont qu'un mépris pour Cuba et ses habitants, en plus d'être des pointures en géopolitique: « De toute façon, l'île ne tarderait pas à devenir le quarante-neuvième Etat américain, et ils renverraient tous les Cubains au Mexique, d'où ils venaient ».
Sur cette poudrière, paradis des riches et enfer des pauvres, King Bongo, héritier de deux cultures, symbolise les paradoxes de l'île, et la possibilité d'incarner un juste équilibre, que le lecteur sait impossible. C'est là le meilleur atout de ce polar tropical.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          499
Patmarob
  09 juillet 2013
Cuba en 1957 : la description de la situation sociale, politique sert de cadre à l'histoire. le contexte est bien mis en relief. L'intrigue policière ( King Bongo recherche sa soeur disparue suite à un attentat ) est inégale. L'auteur mêle la violence, le sexe, le vaudou, des protagonistes sans scrupule ...la cohabitation entre Cubains, Américains, Chinois...Le récit paraît se disperser par moments.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PecosaPecosa   24 juin 2019
Derrière le comptoir, des barmen en veston rouge préparaient des mixtures dans de grands verres.
- Connards de mixeurs humains de merde, lâcha Lézard. Quand ils préparent ces saloperies de daiquiris bourrés de sucre, on a l'impression qu'ils vérifient des tubes à essais pour un traitement contre la polio.
Commenter  J’apprécie          102
PecosaPecosa   23 juin 2019
Tu es tellement malin! Tu pourrais voler ses tétons à une nonne pendant la prière!
Commenter  J’apprécie          243
Video de Thomas Sanchez (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Sanchez
Les carnets de route, François Busnel, France 5, épisode 6/7, 22/03/2012
Rencontre avec Thomas Sanchez
Découvrir une autre Amérique à travers le regard de ses écrivains, voilà ce que propose François Busnel, une fois par mois, avec ces Carnets de route'. Sept émissions de rencontres, de surprises et d'émerveillements, mais aussi d'interrogations et parfois même de critiques impitoyables. Episode 6 : «Désert - Pacifique : une contre-culture». Le périple de François Busnel commence dans le désert Mojave, en plein territoire Apache pour se poursuivre jusqu'au Grand Canyon, lieu sacré pour les Indiens. Puis la nature et l'immensité laissent place à Las Vegas, mirage au milieu de nulle part, et enfin San Francisco, haut lieu de la contre-culture américaine... Avec les écrivains Anne Rice, Jim Fergus, Thomas Sanchez et Lawrence Ferlinghetti...
+ Lire la suite
autres livres classés : vaudouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1688 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre