AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1785652443
Éditeur : Titan Books; edition (2014-01-10) (21/02/2017)

Note moyenne : 4.47/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Un autre monde vous attend, là, de l'autre côté du mur...

Kell est un magicien de sang, un sorcier capable de voyager d'un monde à l'autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l'âme. Le nôtre est gris. Le deuxième, rouge, déborde de magie. Dans le blanc, elle s'est faite bien trop rare quand, dans le noir, elle a tout dévoré. Et le fléau s'apprête à contaminer chacun des univers jusqu'au dernier – ce n'est plus qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  14 décembre 2018
Il est toujours difficile de quitter un univers et des personnages qu'on a aimés, et avec ce dernier tome de Shades of Magic, ce fut sans aucun doute le cas. Je me console en me disant que les comics sur Maxim vont sortir et qu'il y a une "suite" où l'on reverra certains protagonistes de la première trilogie ! Youpi ! Sauf bien sûr s'ils leur arrivent malheur... Mais cela sera une autre histoire.
La fin du second tome avait été brutale et assez anxiogène à de nombreux niveaux. C'est donc avec un peu de fébrilité que j'ai ouvert Shades of Light. Je n'étais pas forcément inquiète, me disant que Victoria Schwab ne pouvait pas être aussi cruelle avec nos héros, mais il y a eu cette tension indéniable qui m'a tenue en haleine. Je commençais bien mon aventure livresque... surtout que cette tension est palpable tout au long du roman. Mais en même temps, et cela durant toute ma lecture j'ai aussi eu ce sentiment réconfortant de me retrouver en présence de personnages que j'aime énormément et d'un univers dans lequel je ne me sens pas étrangère. Il ne m'arrive pas souvent de ressentir cette sensation de confiance et de sérénité, comme si, vous vous retrouviez avec... pas des amis, le mot serait trop fort, mais des "familiers" si je puis dire. Et je trouve cela assez magique qu'un auteur puisse insuffler ce genre de sentiments.
Malgré les plus de sept-cent pages, le roman se lit avec fluidité et c'est à peine si l'on voit les pages tourner. Il n'y a pas de temps mort et le fait que nous suivions les personnages à différents endroits fait que l'on a une vue d'ensemble qui rend le récit très dynamique et complet. Les états d'esprit de chacun sont ainsi mis à jour et il est clairement plus facile d'appréhender la globalité du récit. J'adore comprendre les motivations ou la façon d'agir d'un personnage. C'est assez primordial pour moi. Cela donne du relief, une authenticité mais aussi une légitimité à l'ensemble. On arrive à réellement s'imaginer tel ou tel protagoniste comme étant un être de chaire et de sang. Victoria Schwab maîtrise cela avec perfection.
Ce tome trois est aussi celui que j'ai trouvé le plus "profond" dans le sens où ce qu'il s'y passe pousse plus à la réflexion. Nos héros sont poussés dans leurs retranchements. Ils font des choix, parfois mauvais, mais qui peuvent se montrer nécessaire. Qu'est-ce qu'un roi ou un leader doit sacrifier pour son peuple ? Jusqu'où peut-il ou doit-il aller ? La recherche de pouvoir est-elle toujours source d'égoïsme ? Un ennemi n'a-t-il pas lui aussi droit à la parole ? Ses intentions sont-elles toujours mauvaises ? Tant de questions qui sont nuancées avec délicatesse et parfois traitées avec poigne. le tout ne laisse pas indifférent. le récit est intelligent, donne la parole à tous, reste réaliste, et conclut de façon presque parfaite (la perfection n'existant pas...) cette fabuleuse saga.
Il y a bien sûr des pertes. Je ne m'attendais pas à autre chose pour ce dernier tome. Cela aurait été d'ailleurs peut-être "surréaliste" en un sens. Et bien entendu, j'ai eu de la peine, surtout à un moment donné où l'un des personnages exprime de façon viscérale sa douleur face au sacrifice de l'un de ses proches. Mais je n'ai pas non plus senti que ces morts ou ces pertes étaient superflues. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'elles avaient un sens, je ne pense pas que la mort en ait, mais ce n'était pas une façon de rendre plus tragique que nécessaire l'histoire. Si bien entendu, j'ai très fortement apprécié le développement de la romance entre Lila et Kell, c'est avant tout Holland qui m'a le plus touché ici. le fait de voir les trois magiciens ensemble étaient presque naturel à un moment donné, et Victoria Schwab nous permet enfin de mieux connaître l'Antari Blanc. Il était clair pour moi que ce personnage avait beaucoup à offrir depuis le départ et je n'ai pas été déçue. Je l'ai même beaucoup aimé, ce à quoi je ne m'attendais pas forcément. Une très jolie surprise.
Un dernier tome donc très réussi. Je l'ai refermé avec sérénité et aussi avec une touche d'espoir. Je me doute que les survivants auront droit à d'autres mésaventures, certaines choses restant en suspens mais les diverses conclusions m'ont largement contentée. Il y a peut-être un chose concernant Kell qui m'a chagrinée... atténuée par le fait que cela ne change pas la mentalité et la façon d'être du jeune homme. Mais mis à part ce petit détail, je suis plus qu'enthousiasmée par Shades of Magic que je conseille vivement. J'ai hâte de découvrir d'autres oeuvres de Victoria Schwab.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Annabelle19
  15 mars 2017
Et voilà, c'est avec un petit pincement au coeur que j'ai refermé ce troisième et dernier tome de la série de V.E Schwab. Les personnages et l'univers vont me manquer, j'appréhendais le moment où je devrais les quitter.
A conjuring of light est plus sombre que les deux précédents romans, plus adulte aussi. C'est le moment du grand combat vers lequel tendaient les deux précédents, celui contre l'entité noire qui a détruit Black London. Et la lutte va s'avérer rude pour les personnages, qui devront accumuler les échecs et les pertes avant de parvenir à trouver un peu d'espoir de s'en sortir. C'est l'occasion de redécouvrir certains personnages sous un nouveau jour, d'approfondir leurs peurs et leurs faiblesses pour les rendre plus humains, plus attachants.
Si le tome précédent était, en effet, moins rythmé que celui-ci, il a eu le mérite de faire monter l'attente et le sentiment de désastre imminent, qui ne font que renforcer les événements de ce dernier tome.
Depuis le tout premier tome, j'avais une tendresse particulière pour Holland. Sa dimension un peu tragique, son caractère d'homme brisé qui cache ses cicatrices sous une épaisse carapace d'inhumanité, me parlait. J'ai donc été plus que ravie qu'il prenne ici un rôle particulièrement important. le personnage se découvre un peu plus à chaque chapitre, on a des flash back sur sa vie, qui a été semée de trahisons, de morts et de souffrance.
L'écriture de V.E. Schwab est vraiment particulière, elle a quelque chose d'addictif, pour moi. L'auteure parvient à conserver une tension permanente dans ses mots, elle fait en sorte qu'on appréhende toujours la suite, tout en étant impatient de la connaître.
V.E. Schwab a une façon de mettre en danger ses personnages, de nous faire sentir ce danger et de nous laisser sur les nerfs en permanence. C'est d'ailleurs assez rare (pour moi, en tout cas), de s'attacher autant non seulement aux personnages principaux, mais aussi aux secondaires. Preuve du talent que peut avoir l'auteur pour élaborer des psychologies complexes en peu de mots.
Cette scène, à la fin, où le dénouement approche et où l'on ne sait pas qui va finir par se sacrifier, où la situation n'arrête pas de tourner, m'a fait agripper mon livre jusqu'à laisser des marques d'ongles sur les pages.
Au fil des trois tomes, l'histoire s'est faite de plus en plus profonde et ambitieuse : les intrigues sont ici multiples, imbriquées les unes dans les autres et s'enchaînent non-stop jusqu'à la fin. Chaque personnage a son moment, sa part de lumière, et le tout est mené avec brio.
L'auteure a aussi un style très graphique, pour moi : on voit les mouvements des personnages s'effectuer comme une peinture, les descriptions prennent vie sous nos yeux. Il y a une certaine importance des couleurs, qui contribue aussi à cet aspect graphique.
Il y a quelque chose du manga dans cette série, non seulement à cause des image que les mots me font venir à l'esprit, mais aussi par rapport au ton employé, mélange entre humour et drame. Les relations entre les personnages rappellent aussi ce genre par leur ambiguïté : beaucoup sont entre tension et attirance, entre haine et fascination. C'est comme si des fils invisibles étaient tissés entre tous les personnages et qu'ils tiraient sans cesse dans un sens et dans l'autre, entre attirance et répulsion. J'ai notamment beaucoup aimé la relation entre Kell et Alucard, entre qui brûle une forme de jalousie possessive envers Rhy et dont les caractères sont tellement opposés que leurs confrontations sont souvent hilarantes.
V.E. Schwab parvient à animer tous ces personnages avec un talent qui confère à la science, parfois, elle les fait évoluer les uns autour des autres comme en une danse, c'est juste fascinant.
Dans A conjuring of light, des personnages jusqu'ici laissés en retrait sont plus explorés, notamment le roi et la reine, dont j'ai trouvé les doutes et les peines vraiment touchantes. le roman explore pas mal les thèmes du deuil et de la perte, de manière subtile et très juste, d'après moi. Certains passages sont vraiment beaux à lire, les mots employés pour décrire des sentiments complexes sont toujours tellement justes.
La fin du roman - et de la série, est assez douce amère, et plutôt dure, même : aucun des personnages ne se sort indemne de ce combat, tous ont désormais leurs blessures, plus ou moins profondes, et tous semblent avoir perdu quelque chose qu'ils ne retrouveront jamais. Cette fin ne fait que renforcer la puissance de la série dans son entier, pour moi.
Seule Lila semble épargnée. J'ai souvent trouvé ce personnage agaçant, par son insouciance et son égoïsme, même si elle a aussi ses bons côtés. Elle n'a jamais eu à souffrir ni de la perte de ses talents (magiques ou autre), ni de celle de ses proches (sa seule grosse épreuve a été la mort de Barron, qui remonte au premier tome). du coup, c'est vrai que j'aurais bien aimé qu'elle fasse face à un sacrifice quelconque, elle aussi, qui la rende moins intouchable et la rabaisse un peu au niveau des autres.
J'ai n'ai qu'une seule vraie déception par rapport au dénouement, c'est à propos de la fin offerte à White London.
En résumé : A conjuring of light est un final magnifique, dantesque, à une série proprement exceptionnelle, qui a quelque chose de vraiment particulier à mes yeux. C'est un univers dans lequel on est aspiré corps et âme et duquel on a bien du mal à se tirer.
Un film est prévu, à ce que j'ai pu voir. Je ne suis pas sûre de pouvoir sauter de joie à cette idée, tellement je me suis fait une idée précise de chaque personnage, mais cela aura au moins un bon côté : la traduction française ne devrait pas manquer de suivre ! du coup, je n'ai qu'un conseil pour les amateurs de fantasy ou, juste, de bonnes histoires : jetez-vous sur cette série dés que vous le pouvez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aventurine
  14 février 2019
Même si j'aurais voulu qu'il en soit autrement, le chemin aura été long pour terminer le troisième et dernier tome de cette trilogie. Autant le dire tout de suite, puisque cela ne m'a pas aidé dès le début : mais pourquoi V.E. Schwab a abusé des points de vue multiples ?
J'ai commencé ma lecture à secousse, avec des chapitres tellement courts que c'était comme m'apporter une bouchée et la retirer avant que je la mange. Et puis ces changements constants, à aller voir untel et puis tel autre... J'ai commencé par être frustrée, parce que je n'en avais rien à faire des autres. Je crois sincèrement que si elle avait choisi tous ces points de vue, précisément, dès le début de la trilogie, ça aurait été différent (même si ça en fait de trop quand même). Mais tenter de créer un lien avec des personnages sur le dernier tome, c'est risqué et ça n'a pas pris chez moi. Avec l'abondance de flashbacks en plus, j'avais très honnêtement l'impression que V.E. Scwab voulait caler dans son roman tout ce qu'elle avait sous la main avant la fin : histoires, relations, personnages secondaires...
Et, vraiment, ça m'a frustré, parce que le reste c'est du bon, parfois même du très bon ! Dès que l'on suit Kell, Lila, Alucard ou Rhy, c'est entrainant ! L'auteure nous livre un univers toujours aussi original avec une intrigue plus recherchée que les deux premiers tomes. Si je n'avais pas été dépassée par cette surabondance de points de vue et de flashbacks (et de scènes inutiles), ce livre aurait pu être le meilleur de la trilogie. Parce qu'il est plus sombre, parce que les relations des personnages que l'on a suivis depuis un moment sont un régal. Que leur évolution personnelle est géniale...
Donc voilà, mon retour est mitigé, mais aux extrêmes. Ce dernier tome reste une bonne conclusion à cette trilogie que j'ai globalement appréciée, mais je reste quand même déçue sur certains points qui ne datent pas que de ce tome. Je pense que mon attachement grandissant pour certains personnages y est pour beaucoup, parce que j'ai l'impression qu'ils n'ont pas été mis assez en avant. Et ce, alors qu'ils sont, sans hésiter, la réussite de cette trilogie.
Je la conseillerais tout de même, parce que ce ressenti peut (et est sûrement) très personnel. Mais pour mon petit avis à moi, cette fin aura tout de même été plus que teintée par la déception.
Mais allez comprendre quelque chose, je suis ravie quand même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaTeteDansLaLune
  27 février 2017
Pour une raison inconnue je ne peux pas cocher 5 étoiles…
Le tome 3 reprend le récit exactement où l'auteure nous avait laissé dans le précédent : juste après le cliffhanger qui avait vu Kell partir pour le Londres blanc, se faire capturer, et proposer d'offrir son corps à la mystérieuse entité magique hébergée à ce moment là par Holland en échange de la résurrection de son monde. Kell ayant refusé, et Holland ayant été contraint d'offrir le sien, notre nouvel ennemi décidait d'envahir le monde du Londres rouge…
La plupart des arguments négatifs que j'avais pu lire dans les critiques concernant le second volume portaient sur son manque apparent de rythme et d'action. Je l'avais pointé du doigt dans ma propre review en mettant en avant que si ce tome était - en apparence - effectivement plus calme, c'est qu'il servait avant tout à introduire de nouveaux personnages, développer les relations entre eux, ainsi que le monde du Londres rouge, et qu'il "créait et amplifiait une tension qui trouverait une conclusion - à n'en pas douter - épique dans le dernier volume !" (première fois que je m'auto-cite !!!). Eh bien j'avais raison !
Si le premier tome fonctionnait très bien en stand alone, constituant à lui seul une histoire complète (c'est même confirmé par l'auteure qui dans une interview déclarait que pour elle les premiers tomes d'une série sont supposés pouvoir fonctionner comme des one-shot), les deux suivant travaillent vraiment en binôme. L'image qui semble la plus correspondre pour vous décrire cette duologie, c'est l'exemple des montagnes russes. le premier tome, et donc deuxième de la trilogie pour ceux qui ne suivent pas ( je vous vois tout au fond !) correspond à la lente montée des wagons : c'est calme, on admire le paysage, tout en discutant tranquillement, mais en même temps, on sent la tension qui monte et qui enfle à l'idée de ce qui nous attends par la suite. Et comme je vous l'ai déjà dit plus haut, A conjuring of Light démarre sur les chapeaux de roues ! On se retrouve immédiatement embarqué dans une succession de chapitres qui prennent vraiment aux tripes (accrochez-vous à votre culotte !). J'ai fait l'erreur de commencer le livre a 22h, et je n'ai pu le lâcher qu'une fois un chapitre plus calme atteint… minuit passé !
Après cette première longue partie d'action/tension non stop qui met en place les différents dangers et enjeux auxquels vont faire face nos héros, on entre dans une deuxième partie -légèrement- plus calme orientée davantage aventure, et où l'on va également alterner entre les différents protagonistes, principaux ou non, et en apprendre davantage sur eux, sur leurs motivations, leur personnalité, les raisons derrières leurs comportements et leurs réactions,… Et c'est en grande partie pourquoi ce roman est aussi intense et prenant…
L'auteure réussit en effet à nous rendre suffisamment proche et familier des différents personnages, bons ou mauvais, à suffisamment développer leur backstory, pour que peut importe ce qu'il leur arrive au cours du récit, on soit profondément touché et affecté, pour que l'on ressente tous ces sentiments de manière très forte. Et ce pour quasiment. Tous. Les. personnages ! Elle est même parvenue à me faire complètement changer d'avis concernant certains d'entre-eux !
L'intrigue, les personnages, la fin du roman,… Tout est absolument parfait du début à la fin, y compris les moments durs et tristes, tout est parfaitement dosé et distillé à un rythme idéal, et on est partagé entre l'envie de finir cette saga, de savoir comment tout se termine, et l'envie que ça ne s'arrête jamais…
On se retrouve déjà à la conclusion de cette trilogie, et je n'ai qu'une chose à vous dire : lisez-là ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas été autant pris par un roman, son intrigue et ses personnages, et je n'ai qu'une hâte : découvrir ce que nous réserve le film. Car oui, si cette trilogie devait à la base être adaptée en série télé, Sony vient tout juste d'annoncer avoir acheté les droits pour l'adapter au cinéma !
L'auteure a de son côté annoncé que cette suite de romans ne constituait dans sa tête qu'un arc, et que l'on pouvait espérer voir revenir ces univers dans une potentielle suite…
Et accrochez-vous, car il se pourrait bien qu'ils débarquent en France prochainement ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maeli-chan
  03 novembre 2018
Je tiens à remercier les Editions Lumen pour l'envoi de ce roman.
Et voilà, c'est la fin d'une saga et c'est à la fois exaltant et triste. Exaltant, parce qu'on va enfin avoir le fin mot de l'histoire et triste, puisqu'on va dire au revoir à des personnages qu'on a aimé et que l'aventure s'achève.
La saga Shades of magic a été un gros coup de coeur et j'avais hâte de lire ce dernier tome. Encore une fois, nous sommes en présence d'un coup de coeur pour moi. L'univers est tellement bien construit, l'autrice nous a transporté dans un monde riche et bien décrit. Même parfois un peu trop....
En effet, durant ma lecture, il y eu quelques longueurs par moment, mais je m'y attendais au vu du pavé qu'est le tome 3.

L'autrice nous avait laissé sur un suspense incroyable.
ATTENTION SPOILER !
Kell est retenu prisonnier par le seigneur Osaron qui habite le corps de Holland dans le Londres Blanc. Pendant ce temps, Lila est partie à sa recherche en voyant le prince Rhy à l'agonie. Ne pouvant rester dans le Londres Blanc où il y a trop peu de magie, le dangereux souverain du Londres noir décide d'envahir le monde de Kell et de le façonner à son image.... Il commence à prendre possession des habitants et surtout à prendre le contrôle....
Nos héros auront encore pas mal de soucis à se faire avec ce nouvel ennemi.

Si le tome 2 était un peu moins fourni au niveau action, notamment puisque de nouveaux personnages avec leur propre intrigue sont apparus, avec celui-ci l'action commence dès la première phrase et nous avons peu de temps pour nous remettre dans l'histoire. Heureusement, tout revient très vite et nous sommes happés par l'action.
Cette dernière épreuve est à la hauteur de l'oeuvre crée par l'autrice. Osaron semble insurmontable car il est la magie en elle-même. Nos héros devront se surpasser et aussi créer des alliances avec leurs pires ennemis.
Chaque personnage va dévoiler une facette de sa personnalité encore inconnue et surmonter ou non l'insurmontable pour certains. Je pense notamment à Alucard ou Rhy dans ce cas-là.
La fin de cette saga ne donne pas toutes les réponses que l'on attendait. Je pense que c'est pour garder le mystère notamment sur l'histoire de Lila ou même Kell et c'est assez frustrant. Surtout qu'on nous donne bien envie avec quelques indices disseminés par-ci par-là et au final le personnage ne va pas plus loin, c'est rageant.
Mais néanmoins, on a pas mal d'informations, que ce soit sur les sentiments de Lila ou le passé d'Holland. le récit est entrecoupé de passages du passé d'Holland, ce qui nous aide à comprendre beaucoup mieux ce personnage et par où il est passé. On voit comment il est devenu Antari, comment il a rencontré Kell pour la première fois...
J'ai beaucoup apprécié ces passages, ils apportaient une sorte de pause dans l'action et ça m'a permis d'apprécier plus l'Antari du Londres blanc.
J'aurais aimé avoir la même chose avec Lila pour le coup. Mais la jeune fille se dévoile sur un autre aspect, elle change au niveau de ses sentiments. Elle décide de faire confiance et de se laisser aller. C'est agréable de la voir moins sur ses gardes.
Comme je le disais plus haut, il y a eu un moment un peu longuet où les personnages semblaient attendre et rien ne se passait mais tout ceci a été vite effacé vers la fin du récit où tout s'enchaîne et on a le souffle coupé.
J'ai versé ma petite larme à certains moments, l'émotion était tellement forte que ça m'en a déchiré le coeur. Je ne m'en suis pas rendue compte mais je m'étais attachée à certains personnages secondaires et parfois les voir souffrir ou mourir m'a fait un pincement au coeur. Ce livre nous fait vraiment passer dans tous les stades de l'émotion.

En bref, une belle conclusion d'une belle saga. Même si j'aurais voulu en savoir plus et les suivre encore un peu plus après le mot fin, ça été une lecture des plus passionnantes et des plus émouvantes. Je suis vraiment heureuse d'avoir lu cette saga et je regrette déjà de ne pas avoir de suite....
Lien : https://le-coin-lecture-emil..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   13 décembre 2018
- L’amour et la perte sont comme un bateau et la mer, déclara Tieren en passant un doigt dans sa barbe. Ils s’élèvent ensemble. Plus nous aimons, plus nous avons à perdre. Le seul moyen d’éviter la perte est d’éviter l’amour. Mais le monde serait alors bien triste.
Commenter  J’apprécie          130
florencemflorencem   10 décembre 2018
Une cicatrice n’a rien de déshonorant, sauf si tu en es toi-même persuadée, avait-elle déclaré avant de se redresser. Si tu ne les portes pas, ce sont elles qui te porteront.
Commenter  J’apprécie          110
florencemflorencem   09 décembre 2018
- La vie n’est pas faite de choix mais d’accords, l’interrompit Holland. Certains sont bons, d’autres mauvais… Quoi qu’il en soit, ils ont tous un coût.
Commenter  J’apprécie          110
ElineTirantElineTirant   21 octobre 2018
-Je suis désolé d'être parti, telment désolé... Mais tu ne peux pas mourir maintenant que je suis là, dit-il d'une voix brisée. Ne vois tu pas que ce serait impoli ? J'ai parcouru tant de chemin pour te voir.
Soudain, la main du prince se crispa et son crops de figea. Puis son torse se souleva pour s'abaisser avec violence dans un dernier frisson.
Avant de s'immobiliser.
L'espace d'un instant, Alucard en fut soulagé : à présent qu'il avait trouvé le sommeil, Rhy pouvait enfin se reposer. L'espace d'un instant, tout alla pour le mieux. L'espace d'un instant, oui... Car tout à coup, le monde vola en éclats.
Quelqu'un hurlait. Le prêtres de précipitaient vers le prince. Les gardes le forcaient à reculer. Le capitaine, lui, fixait Rhy. Il ne comprenait pas. Ou plutôt, il ne voulait pas comprendre.
Puis6la main de son amant s'échappa de la sienne et retomba sur le lit. Sans vie.
Les derniers fils d'argents lâchèrent prise et glissèrent sur la peau du malade comme des draps en été.
C'est alors qu'il se mit à hurler à son tour.
Et ensuite, le trou noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Katnip12Katnip12   30 octobre 2018
Quel que soit le mythe, le héros survit, le mal est vaincu et le monde restauré. S'ensuivent parfois des célébrations, d'autres fois des funérailles.les morts sont enterrés et les vivants tournent la page. Rien ne change, et pourtant rien n'est plus pareil.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Victoria Schwab (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victoria Schwab
Les lecteurs prennent la parole sur Glose ! Glose et MargaudLiseuse ont animé un atelier Booktube au Salon du Livre 2017, dans lequel les lecteurs se sont lancés pour leur toute première chronique de livre en vidéo ! Ici, Virginie partage son coup de coeur pour A Darker Shade of Magic de V.E. Schwab édité chez Titan Books Ltd. Merci à elle !!
Sur Glose, vous trouverez plus de 800 000 livres en français et en anglais, dans tous les genres : fiction, essais, éducatif, grands classiques, sciences humaines, thrillers, young adult, philo etc... Nous avons toutes les nouvelles sorties, des promos tous les jours et des dizaines de livres gratuits. Aussi, vous pouvez commencer tous les livres GRATUITEMENT sur Glose, jusqu'à 10% de leur contenu, avant de vous décider à acheter. On vous attend !
? Si vous voulez nous suivre, on est sur Facebook : https://www.facebook.com/GloseFrance/ ? On est aussi sur Twitter : https://twitter.com/Glose_France ? Si vous voulez nous aider : mettez-nous une bonne note sur Google Play ou l'appstore d'Apple https://itunes.apple.com/ch/app/glose/id896681871?l=fr&mt=8 ? Et si vous voulez échanger avec nous: hello@glose.com
Si vous avez lu la description jusqu'ici, sachez qu'on vous aime ! A bientôt dans un livre.
+ Lire la suite
autres livres classés : magieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1546 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..