AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782743622060
115 pages
Éditeur : Payot et Rivages (13/04/2011)
5/5   1 notes
Résumé :
« Les poètes sont les miroirs des ombres gigantesques que l’avenir jette sur le présent ; les trompettes qui sonnent la bataille et ne sentent pas ce qu’elles aspirent ; l’influence qui n’est pas émue mais qui émeut. Les poètes sont les législateurs non reconnus du monde. »
Shelley

Reprenant en 1821 le titre du traité de Sir Philip Sidney écrit au XVIe siècle, Shelley en modernise le contenu et les perspectives. Traducteur aguerri de Platon, Sh... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Lily13Lily13   17 janvier 2016
Un homme, pour être superlativement bon, doit imaginer avec force et étendue : il doit se mettre lui-même à la place d’un autre et de beaucoup d’autres ; les peines et les plaisirs de son espèce doivent devenir les siens. Le grand instrument du bien moral est l’imagination ; et la poésie concourt à l’effet en agissant sur la cause. La poésie élargit le champ de l’imagination en la remplissant de pensées qui lui apportent une joie toujours nouvelle, pensées qui ont le pouvoir d’attirer et d’assimiler à leur propre nature toutes les autres pensées, et qui forment de nouveaux intervalles ou interstices, dont le vide appelle toujours un autre aliment
(traduit de l’anglais par Franck Lemonde)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lily13Lily13   05 octobre 2017
Un homme, pour être superlativement bon, doit imaginer avec force et étendue : il doit se mettre lui-même à la place d’un autre et de beaucoup d’autres ; les peines et les plaisir de son espèce doivent devenir les siens. Le grand instrument du bien moral est l’imagination ; et la poésie concourt à l’effet en agissant sur la cause. La poésie élargit le champ de l’imagination en la remplissant de pensées qui lui apportent une joie toujours nouvelle, pensées qui ont le pouvoir d’attirer et d’assimiler à leur propre nature toutes les autres pensées, et qui forment de nouveaux intervalles ou interstices, dont le vide appelle toujours un autre aliment.

Défense de la poésie, traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Franck Lemonde, Paris, Éditions Rivage, 2011, « Petite bibliothèque », p. 49-50.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   26 septembre 2019
Ce qui nous manque, c'est la faculté créatrice pour imaginer ce que nous connaissons; ce qui nous manque, c'est l'impulsion généreuse à accomplir ce que nous imaginons; ce qui nous manque c'est la poésie de la vie ...
Commenter  J’apprécie          70
JeanArgentyJeanArgenty   17 novembre 2016
La culture de la poésie n'est jamais plus désirable qu'aux époques pendant lesquelles, par suite d'un excès d'égoïsme et de calcul, l'accumulation des matériaux de la vie extérieure dépasse le pouvoir que nous avons de les assimiler aux lois intérieures de la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Percy Bysshe Shelley (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Percy Bysshe Shelley
Le Brasier Shelley : Film sonore (France Culture / Création on air). (Je ne détiens aucun droit sur cette création radiophonique. Si les créateurs souhaitent, pour quelque raison que ce soit, que je retire cette vidéo, je le ferai. Je les prie simplement de m'en informer au préalable, sans porter plainte auprès de YouTube : le dialogue est toujours une vertu.) Diffusion sur France Culture le 16 septembre 2018. Émission “Création on air”. Portrait de Percy Bysshe Shelley par Alfred Clint, en 1819. Photographie © Crédits : Céline Ters - Radio France. Trembler, luire un instant et disparaître. Un film sonore de Ludovic Chavarot et Céline Ters. Avec Gaspard Ulliel, Marianne Faithfull, Warren Ellis et Lola Peploe. Le 18 juillet 1822, le corps sans vie du poète Percy Bysshe Shelley fut retrouvé sur le rivage de Viareggio, en Italie, rongé par le sel et l'eau. Il avait 29 ans. L'intelligentsia anglaise se réjouit alors de la disparition du plus magnifique, mais du plus subversif de ses poètes. Chassé du Royaume-Uni pour ses écrits et ses mœurs, aussi sulfureux les uns que les autres et après avoir enlevé sa très consentante future jeune épouse Mary Shelley, qui sera l'auteure, à 18 ans, du fameux “Frankenstein”, Shelley s'embrase et noircit des pages jusqu'au vertige. À rebours de sa mort, sur le fil de l'eau et du feu, Shelley, révolutionnaire, libertaire, féministe, républicain, idéaliste, enleveur de femmes, athée... déroule ses mots comme de la poudre, en échos politiques, poétiques et incendiaires au-devant du sublime.
« Ci-gît Un dont le nom fut écrit sur de l'eau Mais avant que s'élevât le souffle qui pourrait l'effacer, La Mort, en repentir de ce meurtre cruel, La Mort, hiver immortalisant, se jeta Par le travers du flot, et le torrent vierge du temps Déploya Un rouleau de cristal, blasonnant le nom... »
Avec :
Gaspard Ulliel : Percy Bysshe Shelley Lola Peploe : Mary Shelley Christophe Dilys : Percy Bysshe Shelley (voix anglaise) Warren Ellis : Docteur Polidori / Echos Jean-François Néollier : Narrateur / Sir Edward Trelawny
Avec la participation exceptionnelle de Marianne Faithfull, et les voix de Tanguy Blum, Jérôme Ters, Leopold Tobisch et Céline Ters.
Musique originale : Warren Ellis et Augustin Viard. Prise de son : Frédéric Changenet, Bernard Lagnel, Jean-Michel Cauquy, Eric Villenfin. Mixage et spatialisation : Frédéric Changenet. Producteur : Ludovic Chavarot. Réalisation : Céline Ters.
“Le Brasier Shelley” est dédié à Marguerite Boussuge et Véronique Crespan.
Remerciements à Marc Porée, Hélène Fleury, Alain Morvan, Sophie Musitelli et Lou Guibert.
Liens bibliographiques :
“Les derniers jours de Shelley et Byron” de Sir Edward Trelawny (éditions José Corti) “Percy Bysshe Shelley” de Richard Holmes (Fayard) “Que les étoiles contemplent mes larmes” de Mary Shelley (Éditions Finitude) “Poèmes” de Percy Bysshe Shelley, Robert Ellrodt (Imprimeries Nationales, La Salamandre) “Écrits de combat” de Percy Bysshe Shelley (L’insomniaque) “Ode au vent d'ouest, Adonaïs et autres poèmes” (Points) “Œuvres poétiques complètes de Shelley tome 1 et 2” de Percy Bysshe Shelley (Hachette BNF)
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre