AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782012034082
576 pages
Éditeur : Hachette (23/01/2013)
3.82/5   108 notes
Résumé :
Chaque année, Blue Sargent accompagne sa mère clairvoyante observer les esprits des futurs morts. Des esprits que Blue ne peut voir… Du moins, elle ne le pouvait pas, jusqu’à ce qu’un jeune homme lui apparaisse et s’adresse directement à elle.
Il s’appelle Gansey et Blue découvre vite qu’il est étudiant à Aglionby, l’école privée locale. Or, elle a pour principe de ne pas s’approcher des jeunes hommes de l’académie ; plus connus sous le nom de « Corbeaux », i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 108 notes

harmo20
  27 août 2013
D'après ce que j'ai compris, ce livre, soit on aime soit on n'aime pas. Personnellement, j'ai apprécié ma lecture. J'ai passé un agréable moment avec la magie de Maggie Stiefvater.
Blue est une jeune adolescente vivant qu'avec des femmes. Chez elle, il y a toujours du monde. La mère de Blue est un médium, Blue n'a pas hérité des dons de sa mère car Blue ne prédit pas l'avenir et ne ressens pas la vie des objets… Par contre, elle amplifie les pouvoirs divins quand elle est à proximité. Un soir, elle va aider sa demi-tante Neeve, et va voir apparaître son premier esprit, sauf que ce n'est pas une coïncidence d'après Neeve. Et à partir de là, l'aventure va commencer pour Blue.
Depuis son enfance, on n'arrête pas de prédire à Blue : « Si elle embrasse l'amour de sa vie, il mourra ». Elle vit avec cette prédiction depuis longtemps, mais peut-être que l'amour de sa vie est sur le point de toquer à sa porte.
Blue est une jeune femme indépendante, elle n'a jamais connu et ne connaît même pas son prénom, mais ça ne l'a dérange pas du tout. Elle a été élevé par sa mère, tantes, cousines. Elle va dans un lycée public et a plusieurs petits travailles à côté pour gagner un peu de sous. C'est un personnage autonome, qu'on apprécie beaucoup.
Gansey, Adem, Ronan et Noah, quatre garçons qui vont à Aglionby – un lycée privée où les personnes aisés vont – que Blue doit absolument éviter de fréquenter, pourtant le destin ne va pas les éloigner longtemps. Tous les quatre ont un passé, un caractère différents.
Noah est un personnage timide, qui ne parle pas beaucoup, il aime bien rester seul. Ronan est un personnage fort, qui a du caractère et ne le cache pas. Il n'en fait qu'à sa tête mais c'est un ami fidèle. Adam est un personnage gentil et qui réussir par lui-même, il travaille énormément pour ce payer le lycée – car ces parents ne sont pas riches – c'est un personnage tendre, qu'on aime obligatoirement. Ensuite, il y a Gansey, on pourrait penser que c'est le fils à papa pourri gâté mais en fait, il est adorable à sa façon, son histoire est attendrissante.
On ne peut pas apprécier plus un personnage qu'un autre dans ce livre, on les apprécie tous.
Ces cinq personnages sont les plus importants de l'histoire, ensuite nous avons le professeur de latin, les tantes et cousines de Blue, les familles des garçons, bref, il y a beaucoup de personnages dans ce livre. D'ailleurs, le début a été assez difficile pour comprendre qui est qui, car l'auteur entre directement dans le vif du sujet, mais à force de lecture on se fait aux personnages et à l'histoire.
Plus j'avançais de la fin, plus je me demandais comment aller finir ce premier tome, j'espérais juste que l'auteur ne finisse pas ce tome en une fin horrible pour le lecteur. Finalement, la fin de ce roman est calme, on se pose encore des questions mais la fin est correct, je suis presque un peu déçue de cette fin calme, l'auteur aurait pu nous donner un détail capitale pour la suite pour attiser la curiosité des lecteurs.
En conclusion, un début difficile avec tous les personnages mais une intrigue prenante. Dès qu'un chapitre est finit, on se langui de lire la suite pour découvrir ce qu'il va se passer. le style de l'auteur est agréable à lire, l'univers qu'elle a créé est très intéressant, j'ai été prise dans La prophétie de Glendower, dans la découverte des lignes de ley… Je me pose encore des questions, donc je continuerais cette saga avec un grand plaisir !
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
liredelivre
  18 décembre 2012
Je crois que pour éviter les déceptions [pour certains] et attirer les autres, je vais le dire [l'écrire] en premier lieu : ne vous fiez pas à l'accroche en couverture du roman ! Que ceux/celles qui n'ont pas envie de le lire en pensant tout de suite "Une énième histoire d'amour..." soient prévenus ;) & que ceux/celles qui s'attendent à en retrouver de la romance dans le livre le soient aussi ^^ Bien sûr, on en a [vraiment un peu], mais ce n'est pas le thème central du roman. Ce qui n'est pas forcément pour déplaire !
Blue Sargent a deux principes dans la vie : "ne jamais tomber amoureuse" et "les Corbeaux sont des salauds". Autant de promesses à elle-même qui font qu'elle ne tombera jamais amoureuse, et encore moins d'un Corbeau ! Pourtant, voilà que l'esprit de l'un d'eux lui apparaît à la veille de la Saint-Marc, réveillant cette prophétie qu'on lui répète depuis qu'elle est petite. Si Blue embrasse l'amour de sa vie, son baiser le tuera. Mais l'esprit qu'elle a vu continue de la perturber. Elle veut savoir qui c'est et, surtout, si elle peut le sauver. Lorsqu'une bande de trois Corbeaux débarquent chez elle afin de rencontrer sa mère, médium, Blue n'a aucune idée de tout ce qui se prépare dans l'ombre des rues et des forêts de la ville de Henrietta. Elle n'a qu'une certitude : elle en sera.
On est tous d'accord que quand j'écris "Corbeau(x)", il s'agit d'une (de) personne(s) et non pas de ces volatiles au plumage noir ^^ [Ni même de celui de de la Fontaine ;)] En fait, si Blue appelle ces garçons des Corbeaux, c'est à cause de leur école privée : Aglionby, qui possède pour emblème un corbeau ;) Et si elle ne veut rien avoir affaire avec eux c'est que ce sont des garçons [l'école est justement réservée à la gente masculine ^^], des fils à papa [l'école est en plus très élitiste] et des salauds [ils ont une mauvaise réputation...].
Mais, je ne suis pas Blue et j'ai adoré d'emblée les quatre Corbeaux qui m'ont été présentés : Gansey, Adam, Noah & Ronan. Bon, j'avoue eu avoir un peu plus de mal avec Ronan, mais je suis tombée accro à son côté complexe et mystérieux. D'ailleurs, ils sont tous plus ou moins complexes et découvrir leurs histoires au fil des pages à vraiment été un vrai plaisir. Et les garçons sont incroyables ! On pourrait facilement imaginer des rivalités entre eux, une certaine animosité, tant leurs différences peuvent être nombreuses, et pourtant ils sont terriblement soudés, très attachés les uns aux autres. C'était très beau ♥ Quant à Blue : j'aime aussi ce genre de personnage. Adieu la fille clichée, bonjour Blue =D Sans être un ovni non plus, Blue est un personnage assez commun, auquel on se lie très vite. Et elle-même se lie très vite aux garçons. Voir leur amitié naître, les attaches se faire, a été un grand moment, plein de doutes et de rires entre Adam qui hésite, Ronan qui se la joue brute et Gansey qui ne sait pas comment l'aborder :lol: Ce qu'il y avait d'impressionnant avec chacun des personnages de la prophétie de Glendower, c'est qu'on ne les découvre pas tout de suite. Pendant le roman, il garde une part de secrets, qu'on ne devine qu'à demi-mots, avant que Maggie nous donne enfin la révélation. Ce qui ne manque pas de maintenir en haleine et de garder notre intérêt pour le roman intact ! Et certaines révélations n'ont pas manqué de me bouleverser, mais je vous laisse deviner lesquelles ;)
Comme je vous le disais, l'intrigue amoureuse n'est [en tout cas dans ce tome] pas la principale, et de loin. Maggie distille par endroits de petites indications, mais rien d'énorme, si bien que le plus important ici semble être la quête de Glendower ! L'aspect mythe est très renforcé dans le roman, on est plus dans la quête que dans l'amour, ce qui change un peu des récits que ne sont centrés que sur ça ^^ Un peu d'aventure, un peu de frisson, et pas de mélo ! =D On aurait tort de passer à côté ! Un brin de magie aussi, qui est indéniable : la famille de Blue est une famille de médiums, même si cette dernière n'a que très peu de dons dans ce domaine... [je vous laisse découvrir lesquels ;)], ce qui donne un côté parfois un peu loufoque au roman, et de belles scènes bien humoristiques !! Puis le décor est juste magnifique ! La ville de Henrietta et ses forêts... J'en ai plein les mirettes *__* même si je ne suis pas sûre de mettre un jour les pieds dans une forêt comme la décrit Maggie [moi, poule mouillée ? :o] A moins que je ne sois avec les garçons :p En plus, l'auteure a toujours ce talent pour les descriptions ♥ Quelques mots et hop! j'avais quitté mon lit, le sol ou même mon couloir de fac pour me retrouver dans la forêt, chez Blue... dans le roman quoi ! C'était impressionnant, ce sentiment à chaque page d'être avec les personnages, au coeur du livre *o* Et maintenant, me revoilà accro à l'auteure ! J'avoue que la série Frisson m'avait à la longue un peu refroidie, mais je crois que la prochaine fois, je reculerai moins à prendre Sous le signe du scorpion dans ma PAL ;)
Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre :
"Ici, dans l'entrée, il faisait un peu moins président, mais uniquement parce que, à cause de la chaleur, il vait remonté les manches de sa chemise en les roulants de travers et ôté sa cravate, et que ses cheveux châtains étaient tout ébouriffés. Restaient la montre, assez grande pour assommer un braqueur de banques, et l'éclat rayonnant de sa peau : le teint d'un garçon qui n'a jamais connu la pauvreté, et dont ni le père, ni le grand-père, ni l'arrière grand-père ne l'ont connue non plus. Blue n'arrivait pas à décider s'il était très beau, ou juste très riche ; cela revenait peut-être au même.
Gansey. C'était lui, Gansey."
Que vous dire de plus, ma foi ? Ce roman est une petite pépite, qui fait du bien et nous change un peu d'air ! On lit La prophétie de Glendower avec plaisir, avec délice, tournant les pages sans les voir passer ! Et après ? On attend la suite ;)
RDV en librairie le 23 janvier 2013 :)
Lien : http://liredelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Hillel
  04 février 2013
Grosse déception fut le bilan de ma laborieuse lecture. Je n'ai en rien retrouvé la douceur du style de Maggie Stievfater. La romance d'un récit prenant, la finesse d'une narration malgré tout rythmée... non rien de tout cela.
J'ai retrouvé un imbroglio de tout et n'importe quoi. La narration est à la troisième personne, on assiste à la croisée des chemins de nombreux personnages. Ils sont tous un peu perdus, "fêlés" à la recherche d'une grande quête digne du "saint Graal". Sauf qu'on est très loin de la légende arthurienne. Point de grande aventure, point de grande romance, et point de héros charismatique...
Il n'y a effectivement pas de véritable personnage principal, les personnages sont nombreux, vivent en communauté, et j'ai eu beaucoup de mal à repérer qui était qui, au début. de plus, on n'a pas franchement le temps de s'attacher ni de s'identifier à un héros qui va nous embarquer avec lui, dans sa vie.
J'ai tout de même été attirée par le fragile Adam, j'ai commencé à trouvé Blue attachante et forte sur la seconde partie du roman.... Mais que ce fut long!
Non le style ne m'a pas séduite. je n'ai pas eu l'impression de lire du Maggie Stieffvater, tant j'ai trouvé cela long, mal écrit, lourd... peut-être est-ce du à la traduction? Qui sait?
Mais surtout l'histoire et toute cette quête d'un roi endormi dans un endroit où se croisent des lignes de force, ou lignes de Ley, m'a profondément ennuyé! Pffff! Que de bla-blas pompeux, pénibles à lire!
je ne me suis pas du tout sentie impliquée dans cette intrigue.
Trop de choses se mélangent dans ce tome. Une quête, une histoire de meurtre, le paranormal, avec de la voyance, des fantômes, des forces et énergies qui se croisent... et des histoires d'ados perdus... A cela rajoutez un garçon qui aime bien une fille, qui elle même, d'après les dires de sa mère voyante, ne doit jamais tomber amoureuse... Entre eux, tout en restera là, bien chaste et bien frustrant.
En bref un mélange trop ambitieux qui nous perd en court de route, et assez tôt dans la lecture, c'est fort dommage...

Alors certes, sur la fin, j'ai trouvé quelques passages touchants. Dés que l'auteur s'attarde sur l'histoire personnelle des personnages, tout devient plus subtil, plus émouvant, plus juste! Et là je me suis dis que cette auteur est réellement douée pour peindre des personnages, des destins fragiles et tourmentés, mais pas pour dresser une grande histoire à la Tolkien.
Elle aurait dû en rester là, à ces destins de gamins qui se cherchent... et pas s'éparpiller sur le terrain d'une quête mystique, peu vraisemblable.

En bilan, amateur de romance, passez votre chemin, il y en a bien une en légère ébauche, mais ce n'est réellement pas le thème central de cette série, contrairement à ce que sous-entend le sous titre "si elle embrasse l'amour de sa vie, il mourra".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Eowyne
  13 septembre 2021
De Maggie Stiefvater, j'avais déjà lu la trilogie "Les loups de Mercy Falls" que j'avais plutôt appréciée. Quand Net Galley m'a proposé le cycle du corbeau qui est en fait une réédition, Je me suis laissée tenter. Blue,16 ans, a le pouvoir d'intensifier les énergies environnantes et notamment les pouvoirs de sa mère et de ses tantes. Elle doit aussi lutter contre une prédiction qui la concerne : si elle embrasse l'amour de sa vie alors il mourra. C'est dommage quand on a 16 ans et ses premiers émois. La veille de la Saint Marc, Blue va rencontrer l'esprit de Gansey, un « Corbeau », qui, par conséquent, va mourir dans l'année. Ce jeune homme va être amené à faire la connaissance de Blue dans la vraie vie car il est à la recherche de la "Ligne de Ley", qui correspond aux circuits vitaux de la Terre et où des phénomènes étranges se passeraient. Pour cela il est aidé de ses compagnons, Les "Corbeaux", lycéens de l'école privée du coin : Adam, Ronan et Noah. Nous suivons donc le quotidien de Blue, avec ses tantes aux pouvoirs extraordinaires et l'amitié qui se développe avec les quatre garçons qui n'ont absolument rien à voir avec elle. Blue est plutôt mature pour son âge et très réfléchie. Si vous cherchez une histoire d'amour contrariée, passez votre chemin car dans ce premier tome, en tout cas, ce thème est peu traité. Les caractères des garçons sont également intéressants et complémentaires même si parfois, ils peuvent paraitre incompréhensibles. La quête de la ligne de Ley est bien menée même si j'ai été gênée par le fait que l'auteure partait du principe que nous savions ce que c'était... le rebondissement de la fin est intéressant mais j'ai trouvé quelques longueurs et surtout les dialogues m'ont gênée (qui parle ?). Un bon moment de lecture mais pas le meilleur livre de cette auteure ! #LaProphétiedeGlendower #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
alittlematterwhatever
  23 janvier 2013
Si Les loups de Mercy Falls m'avaient moyennement plu, j'avais beaucoup, beaucoup aimé Sous le signe du scorpion. Je n'avais qu'une donc hâte de découvrir le nouveau roman de Maggie Stiefvater : La prophétie de Glendower
Blue vit avec sa mère et ses tantes, plutôt excentriques. Celles-ci sont médiums et ne cessent de répéter à Blue qu'elle tuera l'homme qu'elle embrassera. Depuis, Blue ne prend aucun risque de tomber amoureuse. Pourtant, le soir de la Saint Marc (la nuit durant laquelle l'esprit des personnes qui mourront dans les douze mois à venir apparaisse aux médiums), Blue voit l'esprit de Gansey, un garçon de son âge. Or « il n'y a que deux raisons pour lesquelles un esprit peut apparaître à un non-voyant, à la veille de la Saint Marc, il est soit l'amour de sa vie, soit la cause de sa mort ».
Parallèlement, le vrai Gansey, étudiant à la prestigieuse école d'Aglionby, recherche activement les lignes de Ley afin de trouver la dépouille d'Owen Glendower. En effet, le jeune homme croit dur comme fer à la légende des rois endormis selon laquelle des héros tels que Glendower ou Arthur ne sont pas vraiment morts mais dorment dans leur tombeau en attendant que quelqu'un les réveille. Celui-là se verra exaucer un voeu.
Avec La prophétie de Glendower, Maggie Stiefvater signe, d'après moi, son meilleur roman. Grâce à son écriture envoutante, elle nous emmène dans une aventure emplie de magie et d'enchantement. Tels des sortilèges, les mots de Maggie nous ensorcèlent, il n'y a pas à dire, je suis vraiment tombée amoureuse de ce livre. La plume de l'auteur a su me séduire, comme ça avait été le cas pour Sous le signe du scorpion. Une fois de plus, Maggie Stiefvater nous propose un style poétique mais pas seulement, elle capte parfaitement la magie et sait nous la retranscrire.
Mais le carnet paraissait avant tout insatiable. Il semblait vouloir plus qu'il ne pouvait contenir, plus que les mots ne pouvaient décrire ou des schémas illustrer. Cette fringale sourdait de ses pages, transparaissait dans chaque ligne hâtivement tracée, dans chaque croquis fiévreux, chaque définition en épais traits noirs. L'objet exsudait un je-ne-sais-quoi de douloureux et de mélancolique.
L'écriture a su me toucher au même titre que les personnages. Car il est là aussi, le talent de Maggie Stiefvater : créer des personnages complexes qui ne peuvent que nous plaire. Vous parler d'un héros en particulier m'est difficile, je les aime tous : Blue, l'adolescente qui se cherche, Gansey, qui dégage un charme mystérieux et mélancolique, Adam, le gentil garçon, Ronan, le bad boy et le fragile Noah. Mais il y a également la famille de Blue. J'ai adoré ces femmes excentriques, hautes en couleurs. Même après avoir refermé le livre, Les personnages de la prophétie de Glendower continuent de me hanter.
Il y a des livres que l'on dévore pour le finir le plus vite possible mais le roman de Maggie Stiefvater n'en fait pas partie. J'ai rarement ressenti ça pendant une lecture mais je ne pouvais pas me résoudre à le terminer. Je lisais quelques pages, le refermait pour le reprendre quelques instants plus tard. Quand je me suis rendue compte qu'il ne me restait que cinq chapitres, j'ai été prise d'une grande nostalgie. Je ne voulais pas qu'il ne reste plus rien que le souvenir de ma lecture. J'ai donc fait des recherches : les lignes de Ley, Owen Glendower (qui est un héros gallois aussi connu qu'Arthur, ce que je ne savais pas), je voulais prolonger ma quête, ou tout du moins, participer à celle de Gansey. Car l'aventure ne s'arrête pas là : La prophétie de Glendower est une tétralogie. Je suis donc rassurée : la magie de Maggie Stiefvater n'est pas prête de s'arrêter, même s'il faudra attendre septembre pour que la suite des aventures de Blue et des garçons sorte en VO.
Je remercie infiniment la Collection Black Moon, en particulier Cécile, pour m'avoir permis de lire en exclusivité ce roman qui a réussi à me bouleverser. La prophétie de Glendower sera disponible le 23 janvier dans toutes les librairies et je ne peux que vous encourager à succomber et à laisser la magie entrer dans votre vie.

Lien : http://alittlematterwhatever..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Ricochet   29 octobre 2013
Loin des poncifs fantastiques adolescents, Maggie Stiefvater creuse avec ce premier tome âpre un sillon très adulte dont la profonde originalité se révèle très convaincante. A suivre !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
HillelHillel   04 février 2013
- Tu es vraiment jolie.
- C'est le caillou qui te fais croire ça, répliqua Blue aussitôt. (Le bout des doigts d'Adam effleurait la commissure de ses lèvres, et elle sentait la chaleur de sa propre peau)
il donne une vision très flatteuse des choses.
Adam prit délicatement le caillou que tenait Blue et le déposa entre eux sur le plancher. Il passa les doigts dans une mèche rebelle près de son cou.
- Ma mère répète toujours "Ne gaspille pas les compliments, même si ils sont gratuits!" dit-il avec sérieux. Je n'ai pas parlé à la légère, Blue.
Blue tritura l'ourlet de sa robe, mais ne détourna pas les yeux.
- Je ne sais pas quoi répondre quand tu dis des choses comme ça.
- Tu peux me dire si tu veux que je continue.
Blue se sentait déchirée entre son envie de continuer et sa crainte des conséquences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
orbeorbe   29 janvier 2013
-Je m'appelle Blue Sargent.
- Boulou?
- Blue.
- Blouse?
Blue poussa un soupir.
- Jane, dit-elle.
- Oh, Jane ! J'ai cru un moement que vous disiez blue !
Commenter  J’apprécie          200
InvidiaInvidia   30 décembre 2013
Blue parla d'une voix plus oppressée qu'elle ne l'aurait voulue :
- Comment se fait-il que... que je peux le voir ?
Neeve jeta un coup d'oeuil par-dessus son épaule (Blue se demanda si c'était parce que d'autres esprits arrivaient, ou parce qu'au contraire il n'en venait plus) et, lorsqu'elle tourna la tête, Gansey avait complètement disparu. Blue sentait déjà une certaine chaleur revenir sur sa peau, mais derrière ses poumons subsistait un point glacé, et une tristesse envahissante s'épanouissait en elle, amertume ou regret.
- Il n'y a que deux raison pour lesquelles un esprit peut apparaître à un non-voyant à la veille de la Saint-Marc, Blue. Tu doit être soit l'amour de sa vie, soit la cause de sa mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liredelivreliredelivre   18 décembre 2012
Ici, dans l'entrée, il faisait un peu moins président, mais uniquement parce que, à cause de la chaleur, il vait remonté les manches de sa chemise en les roulants de travers et ôté sa cravate, et que ses cheveux châtains étaient tout ébouriffés. Restaient la montre, assez grande pour assommer un braqueur de banques, et l'éclat rayonnant de sa peau : le teint d'un garçon qui n'a jamais connu la pauvreté, et dont ni le père, ni le grand-père, ni l'arrière grand-père ne l'ont connue non plus. Blue n'arrivait pas à décider s'il était très beau, ou juste très riche ; cela revenait peut-être au même.
Gansey. C'était lui, Gansey.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
orbeorbe   29 janvier 2013
- Prive-t-on les adolescents de sortie, de nos jours, ou était-ce seulement dans les années quatre-vingt?
- Je serais drôlement fâchée si tu faisais ça, dit Blue, encore sous le choc de la réprobation maternelle. Je risquerais de me révolter et de sortir de ma chambre par la fenêtre en déchirant mon drap pour en faire une corde.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Maggie Stiefvater (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maggie Stiefvater
Maggie Stiefvater - Fusion .Maggie Stiefvater vous présente son ouvrage "Fusion" aux éditions Hachette.http://www.mollat.com/recherche/auteur/%20Maggie%20Stiefvater.htmlNotes de musique : Anton von Webern - 1 Im sommerwind
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Frisson

Comment s'appellent les personnages principaux ?

Isabelle et Jack
Sam et Beck
Sam et Grace
Grace et Rachel

8 questions
135 lecteurs ont répondu
Thème : Les loups de Mercy Falls, tome 1 : Frisson de Maggie StiefvaterCréer un quiz sur ce livre

.. ..