AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367190623
Éditeur : Tristram (22/02/2018)
Résumé :
L'histoire est connue. En Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, Lady Susan Vernon, une veuve de trente-cinq ans, belle et intelligente, semble prête à tout pour conserver son train de vie mondain. Séjournant dans la famille de son mari, elle s'intéresse à Reginald, le jeune frère de sa belle-soeur. Celui-ci tombe sous le charme de cette femme fascinante, en dépit de sa réputation d'intrigante. Aidée par sa meilleure amie Alicia, une Américaine en exil, Lady Susan ve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Labibliothequedemarjorie
  30 avril 2018
Angleterre, fin du 18ème siècle.
Lady Susan Vernon, jeune veuve, se rend au château de Churchill dans la famille de son défunt mari pour une visite de courtoisie. Elle y rencontre le frère de sa belle-soeur, un bel homme qui ne tarde pas à tomber sous son charme. Par la même occasion, elle s'efforce de fiancer sa fille, Frederica, à un jeune aristocrate très riche.
Cette histoire a fait grand bruit dans le milieu mondain de l'époque, Jane Austen l'a d'ailleurs repris dans son court roman écrit en 1794 et publié en 1871.
Whit Stillman en propose ici une autre version, celle du neveu de Lady Susan, qui estime que sa tante a été injustement calomniée et souhaite réécrire son histoire. Lady Susan, trente-cinq ans, est une femme belle, élégante, intelligente et bien élevée, les hommes se laissent facilement charmer en la présence de cette jeune veuve. Son beau-frère l'apprécie et l'admire et Réginald envisage même de l'épouser. Seule sa belle-soeur, Catherine, est très contrariée par sa présence au château et ne cesse de la calomnier en écrivant chaque jour une lettre de dénonciation à ses parents pour la dénigrer et l'accuser toujours un peu plus de fourberies et de manigances.
Avec ironie, le texte de Whit Stillman se lit bien. L'auteur nous propose un autre portrait du personnage et démontre qu'une jalousie excessive serait à l'origine de la diffamation dont lady Susan Vernon a peut-être été victime.
A la fin du livre, on retrouve les quarante-et-une lettres écrites entre les différents protagonistes, lesquelles ont servi de support à l'écriture du roman de Jane Austen et laissant au lecteur le soin de lire les deux versions proposées.
Une lecture très agréable et captivante dressant le portrait d'une jeune veuve aristocrate, désireuse de maintenir son train de vie ainsi que celui de sa fille dans l'Angleterre du XVIII ème siècle.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AliceFee
  04 juin 2018
Quelques mots tout d'abord sur Whit Stillman, qui n'est pas un inconnu dans le petit monde austenien puisqu'il n'est autre que le réalisateur de Love and Friendship, l'adaptation cinématographique de Lady Susan. Pourtant, attention, il ne s'agit pas ici de la retranscription du film mais bien d'une austenerie à part entière et les austeneries autour de ce roman n'étant pas nombreuses, c'est déjà une bonne nouvelle.
L'axe choisi est pour le moins original puisque l'histoire nous est racontée par le neveu par alliance de Lady Susan avec l'intention de réhabiliter cette charmante dame, honteusement calomniée par la vieille demoiselle auteure, Jane Austen en personne. Ce qui amusant, c'est que le neveu en question est un sot et qu'à aucun moment bien sûr, il n'arrive à nous convaincre que les actes de Lady Susan aient pu être différents de ce que l'on pensait, tout en se félicitant lui-même régulièrement de défendre si bien sa cause. J'ai beaucoup aimé cet humour-là mais j'ai regretté que l'auteur n'aille pas plus loin dans sa réécriture, se cantonne à des scènes que nous connaissons déjà là où son neveu aurait pu nous en apprendre bien plus sur la suite des évènements par exemple. Il y a bien quelques bonnes surprises sur la fin mais trop peu nombreuses à mon goût. Finalement, on reste un peu trop proche du texte d'origine et moi qui le connait presque par coeur me suis parfois légèrement ennuyée.
Malgré ce petit bémol, qui vient principalement du fait que j'ai lu et relu l'oeuvre originale un trop grand nombre de fois sûrement, on reste quand même très largement dans le haut du panier des austeneries, surtout du point de vue de l'écriture.
À la fin du récit est adjoint le texte original, commenté par le neveu, et là encore je trouve l'idée amusante mais un peu sous-exploitée. Ce qui est plus intéressant en revanche, c'est qu'il s'agit ici d'une nouvelle traduction et je salue l'initiative des Éditions Tristram et le travail de Johanna Blayac. En la comparant à d'autres traductions ainsi qu'à l'original, j'ai pu me rendre compte que les différences étaient infimes et pourtant, et ne me demandez pas à quoi ça tient, j'ai trouvé son travail plus direct, audacieux et apportant un peu de fraîcheur à ce texte tant de fois parcouru. Et comme il eut été dommage de ne pas profiter de cette nouvelle version, Tristram réédite également Lady Susan, seule, et avec cette jolie couverture rose, le 7 juin prochain.
Lien : http://janeausten.hautetfort..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel
  11 avril 2019
Tout est dans le titre ! Ici un neveu à moitié corse de Lady Susan va nous raconter l'histoire telle qu'elle s'est vraiment passée – au lieu de suivre les calomnies d'une certaine « vieille demoiselle auteure », ainsi qu'est désignée Jane Austen, une ringarde pas drôle qui ne connaissait rien à l'amour.
Ce roman cite très largement celui d'Austen (d'où l'intérêt de les lire d'après la même traduction), mais en réinterprétant dans un autre sens (ou en montrant comment Austen a travesti la vérité, à vous de choisir). C'est ainsi que des motifs sont repris et montés en épingle (la bizarre comparaison de Sir James avec le roi Salomon ou les talents vocaux de la fille de Lady Susan). Aucun personnage n'échappe réellement au ridicule, y compris le narrateur et il est très divertissant de voir comment Stillman s'insère dans le texte d'origine pour nous dire bien d'autres choses.
Alors c'est une pochade sans prétention. Je me suis demandé à plusieurs reprises si la platitude de certains dialogues était réellement voulue ou maîtrisée, ou simplement destinée à moquer les personnages. Néanmoins, l'ensemble est très plaisant, d'autant que tous les personnages secondaires ont été étoffés, notamment l'amie de l'héroïne, ce qui rend la chose plutôt agréable à lire.
Mention spéciale pour les petits pois.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
LeMonde   30 mars 2018
Pastiche de « Lady Vernon », premier roman de la fameuse auteure anglaise, « Amour & Amitié » est un gage d’admiration de l’Américain Whit Stillman.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15315 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre