AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782845654655
48 pages
Éditeur : Soleil (18/06/2003)
3.69/5   59 notes
Résumé :
« S’il existe sur cette terre un lieu qui ressemble à l’enfer, c’est bien de là que je viens ».

Blessé après un combat contre une troupe de soldats, Tristan de Halsbourg relate la légende qui fait de lui « le Chevalier errant ».

Près de 20 ans plus tôt, le château de son père est attaqué et brûlé par son propre frère, Matthias le sec.

Tandis que les hommes de main de son oncle exterminent sa famille, Tristan bébé est sauv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 59 notes
5
1 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

Escapist
  07 juillet 2014
Une légende qui s'inscrit à jamais dans l'histoire de la bande dessinée. Amateurs et amatrices d'heroic fantasy médiévale, de combats cruels et sanglants, de violence irraisonnée et de sagesse sauvage, n'attendez plus pour dévorer cette série.
On se sent tout d'abord attiré par les splendides première et quatrième de couvertures aux reflets de feu rehaussées par l'or flamboyant du titre dont le soucis du détail le place comme une oeuvre forgée par l'art médiéval. Dominé par un homme aux traits déterminés dont le regard nous fixe intensément, un jeune garçon à l'air plus indécis se tient sous la protection de deux loups gris. le ton est donné. Les chaudes couleurs nous incitent à nous approcher de plus près dans cet univers mystérieux où combats et souffrances semblent régner. La page est alors tournée... et nous voilà plonger au coeur d'une forêt sinistre aux arbres dénudés dont la sérénité n'est troublée que par une cavalcade d'hommes armés. "Nous l'avons perdu!" C'est sûr ces mots que débute l'histoire, une histoire prise en cours d'action et qui nous prend en haleine dès la première page, au rythme des essoufflements des soldats et du claquement des sabots des chevaux lancés au galop. S'en suit une mortelle bataille avec un homme inconnu, pourchassé avec une telle intensité qu'il semble évident qu'un destin particulier l'attend. Exténué, ravagé par la douleur, notre blond chevalier bascule et s'effondre au seuil de la piteuse demeure d'une sorcière. Ces événements nous sont contés par un mystérieux narrateur qui se présente sous le nom d'Aered de Hilseim. Ce chroniqueur cède alors la parole à celui dont il retrace la vie. Perlant de sueur et à l'aube de la mort, notre mystérieux inconnu se décide alors à raconter l'histoire de sa propre vie.
Au coeur des cités médiévales, l'histoire se déroule dans un duché germanique où traîtrise, mensonges, alliances empoisonnées et jeux de pouvoir se mêlent à la sorcellerie. C'est dans ce monde agité qu'évolue notre chevalier, Tristan de Halsbourg, encore à l'âge de l'enfance. En parallèle d'une vie ducale malsaine, il mène une existence heureuse aux côtés d'une meute de loups, recueilli par un étrange Garou au sein des forêts verdoyantes jusqu'à ce que son destin le rattrape et le mène à la rencontre de ses tourments. Trahison, sang, éducation rigoureuse... sa vie ne fait que débuter au son des fers qui s'entrechoquent et des gifles assénées tandis que plane le mystère de sa naissance et la raison pour laquelle on tente à tout prix, surtout celui du sang, de le capturer.
Swolfs signe ici une bande dessinée de qualité et illustre la célèbre locution "l'homme est un loup pour l'homme". Ayant déjà pu lire la série "Le prince de la Nuit" du même auteur, la différence est évidente et la profondeur de l'enseignement plus marquée. le canevas de l'histoire peut sembler simple, mais Swolfs l'amène d'une manière originale, ponctuée d'énigmes et de surnaturel. La qualité du dessin s'observe au fil des pages et plus on avance, plus les traits semblent plus forts et l'énergie plus vive. Les personnages sont marqués par une intense puissance, des traits, d'esprit. Les caractères nobles et les plus vils se mêlent pour proposer un monde ravagés par la haine, l'envie, la fornication, la dureté de l'enseignement, la vengeance et la cruauté.
Il en sort que ne sont pas plus sages et humains ceux que l'on pense, ceux qui se targuent de construire des cités florissantes et de dresser d'imposants monuments dans une société réglementée par des lois. La sagesse et la philosophie de vie la plus saine se trouvent finalement au coeur de la "sauvagerie".
Remercions donc les éditions Soleil pour, à nouveau, nous proposer une magnifique version d'un bande dessinée riche en puissance et en détails. Mais remercions également Swolfs de nous faire profiter de son univers, implanté dans des faits historiques, et qui choisit à merveille un sujet intéressant sur lequel faire fleurir son imagination. Avec un nom pareil, on ne pouvait rêver plus approprié qu'un travail sur le loup, l'homme et sa cruauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nekomusume
  22 septembre 2013
J'ai trouvé ce premier tome magnifique du point de vue des dessins; l'histoire est assez simple, un mystérieux chevalier blessé est recueilli par une femme assez marginale pour être traité de sorcière et il commence à lui raconter sa vie, son enfance alors que nourrisson, il est sauvé in extrémis de l'éradication de sa famille et de la façon dont il a été élevé par un "Loup-garou" c'est à dire un homme qui vit avec les loups.
Cette histoire médiévale fait la part belle aux légendes communes de l'époque (sorcière, loup-garou) mais les applique telles qu'elles devaient être à l'époque, c'est à dire désignant des personnes au mode de vie en marge de la société,plus que par la possession de pouvoirs surnaturels.
Une histoire pleine de promesses, à voir si elles se concrétisent dans la suite de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          140
belette2911
  28 décembre 2012
De Swolfs, je connaissais "Prince de la Nuit" (saga vampire aux dents longues) et "Durango" (saga western), séries que j'avais suivies avec plaisir, aimant le style de dessin, plus proche du style "réaliste" que de celui de "gros nez" (bien que je n'ai rien contre les gros nez).
La couverture de "Légende" avait attiré mon oeil, comme du miel une mouche et la présence des loups, en plus du nom bien connu de l'auteur, m'avait convaincue.
Ce premier tome nous faisait découvrir un grand blond avec des vêtements bleu et une armure grise. Un grand blond qui maniait l'épée comme le "lonesome" Durango maniait le Mauser C96.
Blessé, il est recueilli par une sorte d'infirmière de l'époque (pas infirmière cochonne) et le voilà qu'il lui conte le récit de sa vie... recueilli tout bébé et élevé par le Galoup, un homme solitaire vivant avec une meute de loup, notre beau blond ne savait rien de ses origines.
Jusqu'au jour où...
Ce sera le fil rouge de toute la saga à venir (au moment où je l'avais entamée, elle était à venir) : Qui suis-je ? Où vais-je ? Comment reprendre ma place et virer celui qui est khalife à la place du khalife ?
Sa rencontre avec une jeune fille blonde sera déterminante : fini l'insouciance au fond des bois en compagnie de ses frères loups.
L'album se terminait sur le Galoup qui menait son "fils" vers des bandits de grand chemin pour en faire un homme. On se doutait bien qu'il n'allait pas apprendre à cueillir les fleurs avec eux, mais à se battre.
Des complots - avec le traître qui a pris le pouvoir et s'est débarrassé des héritiers pouvant prétendre au titre, de l'Aventure avec un grand A, des loups, de la violence, un soupçon de sexe, bref, tous les ingrédients réunis pour nous donner une bonne saga.
Le seul inconvénient étant que, puisque commencée dès le départ, cette saga allait me faire patienter un sacré bout d'années avant d'en voir la fin !
Titre participant au Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette, catégorie "Loup".
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Kenehan
  28 février 2015
Challenge Petits Plaisirs 2014/2015
La couverture m'a d'emblée séduit. L'ambiance médiévale des costumes, le château en fond et puis surtout : les loups ! J'adore les loups ! Ce sont donc ces dessins soignés qui m'ont tenté.
En ouvrant cette BD, l'appréhension était forte. Je redoutais le style des planches dont la couverture n'est pas toujours le reflet. Après un feuilletage rapide, je n'ai pas été rebuté. Mais il restait l'histoire. L'aimerais-je ?
Un soir, un duché est attaqué. Coup d'état, lutte intrafamiliale, massacre : la routine pour l'époque médiévale. Mais un petit garçon survit, marqué d'un étrange symbole. le destin fera qu'un homme des bois et ses loups le recueilleront. Car le destin a déjà décidé que cet enfant répondra à une prophétie et destituera le pouvoir en place.
Rien de très original ici. C'est une histoire des plus classiques autant du point de vue de son ambiance, que de son intrigue et de ses personnages. Mais ce n'est pas pour autant à rejeter. Même une recette trop souvent servie peut rester bonne et donner envie.
Mais soyons objectif, je crois dans le fond que ce que j'ai le plus apprécié, ce sont les loups et leur lien avec le Galoup et avec Tristan. le reste c'est surtout un enrobage sympathique.
L'ambiance est réaliste. Les dialogues bien écrits, soutenus. le décalage entre l'époque médiévale et l'époque contemporaine n'en est que plus souligné.
Du côté des dessins, globalement, j'aime bien. L'architecture du château sous différents angles est excellente, un beau château comme j'aime. J'émettrai un petit bémol quand au vert dans certaines planches que je n'ai pas toujours apprécié.
Un premier tome bien sympa et je vais de ce pas lire la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Erik_
  31 août 2020
Une histoire et un dessin de Swolfs parfaitement maîtrisés. C'est le style que j'aime et j'en redemande. :) C'est toujours intéressant d'acquérir une oeuvre par un auteur au sommet de son art.
Certes, la trame du scénario n'est pas vraiment originale: un trône usurpé par l'oncle félon qui écarte l'unique héritier. Ce seul rescapé nouveau-né au prénom moyenâgeux de Tristan est recueilli par un meneur de loup. Il va trouver malgré lui sa place au sein de leur horde.
Cependant, un très bon rythme et de l'action contribue à une fluidité exceptionnelle. Que dire également du graphisme qui restitue à merveille l'ambiance médiévale? Les flashs back sont rondement bien menés. le mythe de l'enfant loup a souvent été utilisé dans la bd. Néanmoins, il prend ici une place particulière car plus proche de l'explication rationnelle.
Tristan est un héros solitaire; cela change de la formule du héros accompagné d'un comparse de préférence gros et fort qui donne une note humoristique. Par ailleurs, cela renforce le profond sentiment de solitude et d'angoisse dans ce monde de brutes.
On sent que l'auteur a prit son temps pour bien définir les motivations et la psychologie d'un nombre assez important de personnages afin de donner plus de complexité et de richesse à cette saga. Ces personnages qui s'étoffent au fil des tomes deviennent plus intéressants.
Quant au dessin, c'est une pure merveille! Un graphisme réellement exceptionnel! J'aime beaucoup! :)
En résumé, une belle histoire d'épopée chevaleresque mise en scène grâce à une narration efficace et à un dessin accouplé à une colorisation impeccable.
Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4.25/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
EscapistEscapist   07 juillet 2014
... Le loup leur échappe... ils n'en feront jamais un chien rassurant, fidèle et servile!... mais plutôt un rival insaisissable, auquel les hommes attribuent tous les penchants qui assombrissent leur âme!... ces penchants qui leur inspirent crainte et dégoût!... en tuant le loup, l'homme croit chasser ses propres démons!
Commenter  J’apprécie          40
archi19archi19   20 septembre 2015
Le malheur s'abattit sur le duché dix-neuf ans plut tôt, par une nuit de septembre, quand Matthias "le Sec" prit le pouvoir en éliminant son frère et la famille de celui-ci...
Profitant du relâchement de la garde à l'occasion de la célébration du baptême des nouveaux-nés du maître des lieux, les complices de Matthias ouvrirent les portes du château aux troupes qui attendaient dans les bois tout proches !...
Et ce fut la curée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DomichelDomichel   29 octobre 2013
Je sens en toi un peu de l’âme de cette forêt mais… Tu dois dormir à présent, la mort ne te prendra plus dans le sommeil, repose-toi.
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   11 septembre 2020
Entre l'histoire et la légende, je choisirai toujours la légende.
Commenter  J’apprécie          10
ptitgohanptitgohan   14 juillet 2014
couleur dessin histoire tout colle a suivre...
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Yves Swolfs (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Swolfs
Yves Swolfs en interview pour planetebd.com .En 2002, Yves Swolfs enterrait son vampire "Le prince de la nuit", pour se consacrer aux aventures d?un autre type de chevalier dans "Légende". 13 ans plus tard, il l?exhume de son humus régénérateur, pour lui offrir un tome 7 autonome et en forme de préquelle : comment Kergan est-il devenu vampire, à l?époque de l?occupation romaine ? On retrouve avec plaisir le trait réaliste chiadé de ce dessinateur belge, qui conserve son savoir-faire artisanal. En interview, il nous a fait saliver : d?autres tomes sont en préparation?
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre