AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070782131
Éditeur : Gallimard (06/09/2007)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Issue d'une célèbre famille de notables algériens, qui tiendra une place importante dans la guerre de libération, Wassyla Tamzali est née dans une grande ferme coloniale au bord de la mer. Sa jeunesse ne lui a laissé que des souvenirs de bonheur et d'odeurs d'orangers. Un drame va tout changer : en 1957, son père est assassiné par une jeune recrue du FLN. Malgré cette forfaiture puis la nationalisation des prop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Meps
  18 mai 2018
Faute avouée est à moitié pardonnée a-t-on coutume de dire. Qu'en est-il en littérature ? En effet, par son sous-titre, Wassyla Tamzali nous vend une histoire de l'Algérie moderne de l'indépendance à l'horreur du terrorisme islamiste. Et ce qu'elle nous offre tient finalement plus du récit familial au coeur de la Grande Histoire.
Mais elle ne fait que le reconnaitre tout au long du récit, comme elle s'enferre en s'excusant dans des digressions qui lui font bouleverser totalement l'ordre chronologique. Elle semble écrire sans plan préétabli, au fil de ses souvenirs, de ses recherches de son passé et de ses histoires familiales (paternelle et maternelle). Elle cherche à comprendre l'Algérie à travers ce qui lui est arrivé, en reconnaissant la limite d'un angle de vision forcément parcellaire, mais le justifiant par son impossibilité d'y parvenir autrement que par ce biais.
Le lecteur lui pardonnera-t-il ? Moi oui, car j'ai finalement trouvé la réponse aux questions que je me posais sur cette Algérie devenue indépendante grâce aux idéaux du communisme, chantre du tiers-mondisme et retombée ensuite, sans explication apparente, dans les affres de l'islamisme le plus radical. Tamzali ébauche des réponses, aussi peu sûre que nous du flot de l'Histoire en marche. Mais cette ébauche a le mérite d'être sincère et d'éclairer le tableau d'un jour personnel qui me permet de mieux comprendre ce pays, que L Histoire a fait français pendant quelques années, et qui est devenu aussi le mien d'adoption depuis mon mariage l'an dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MicheleP
  18 août 2012
Militante feministe, fille de grands bourgeois algériens, W.T. raconte ici sa jeunesse, la vie d'une bourgeoisie occidentalisée sous la colonisation, l'assassinat de son père, les espoirs et les désillusions apportés par l'Indépendance et, ce qui me touche particulièrement, l'évocation d'une grande et belle maison d'enfance aujourd'hui à l'abandon. Style fluide et élégant.
Un témoignage d'un grand intérêt.
Commenter  J’apprécie          80
pascalthiriet
  19 octobre 2013
Elle est là cette blessure, juste là, tout près de la mer qui ne mène plus qu'à l'exil. Ils sont là ces corps martyrisés, ces insurgés de seize ans, juste là sous le sable et les cailloux, cloués de baïonnettes poisseuses, toutes empéguées de sang. Ils ne défendent plus rien que le vent chaud et l'odeur des orangers.
Et nous aussi nous sommes là, perdants sidérés. Nous qui voulions l'humanité fraternelle nous voilà regardant, mornes et un rien amers, le frère opprimer la soeur, le fils la mère et le minable époux recevoir du Dieu des imbéciles la cravache pour violenter sa femme.
Il ne reste plus qu'à s'assoir au milieu d'un café à boire l'anis et attendre qu'une femme vienne et que sa musique refasse danser la vie.
C'est pour cela qu'il faut lire ce livre. Pour dire ce nom: Wassyla Tamzali et n'être plus si seul à contempler tour à tour le verre qui s'embue et la nuit qui s'étoile.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MepsMeps   18 mai 2018
Quand nous rentrions à la maison après les meetings pour la libération des peuples opprimés, nous, le peuple des femmes, retrouvions nos oppresseurs familiers et bien-aimés, nos pères, nos frères et, le matin, à l'université, au bureau, nos oppresseurs patentés, les petits fonctionnaires socialistes tristes et moralistes qui tenaient les affaires courantes du pays.
Commenter  J’apprécie          40
oranoran   13 août 2016
Épigraphe du livre
(...) Et force est de reconnaître que le seul survivant authentique de cette histoire est le lecteur lui-même, d'ailleurs c'est toujours comme unique survivant que chaque lecteur lit chaque histoire.
José Saramago (L'année de la mort de Ricardo Reis)
Commenter  J’apprécie          31
jabjab   08 juillet 2018
J'admirais Camus comme on est capable de le faire quand on a 18 ans et que les mots de papier brûlent aussi sûrement que ceux de la vie.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Wassyla Tamzali (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wassyla Tamzali
Les Matins /Les violences faites aux femmes : une arme politique ? .Michelle Perrot Historienne, notamment de l?histoire des femmes Professeur émérite de l?université Paris-Diderot Prix Simone de Beauvoir 2014 pour la liberté des femmes pour l'ensemble de son ?uvre Wassyla Tamzali (par téléphone) Avocate Féministe Ancienne Directrice du droit des femmes à l'Unesco Rejointes en deuxième partie par : Marianne Meunier Journaliste au service Monde de la Croix
autres livres classés : colonisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr