AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072705290
Éditeur : Gallimard (03/01/2017)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Tragi-comiques, ces quatre œuvres brèves sont chacune des pièces d’orfèvrerie tchékhovienne, où se débattent des individus aux solitudes vertigineuses.

'Je n’ai personne, Nikitouchka, ni parents, ni femme, ni gosses… Seul, comme le vent dans la plaine…'
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BazaR
  24 janvier 2017
Me voilà à la découverte d'Anton Tchékhov l'auteur de théâtre. Ce petit livre nous en donne un échantillon à travers quatre courtes pièces en un acte de style et de ton variées.
La première – le chant du cygne – est estampillée « étude dramatique » et met en scène un vieil acteur en train de dessouler (ok, gros cliché : le Russe est un poivrot, bravo !) qui s'est endormi après la fermeture du théâtre et qui, sous l'effet de l'alcool et de la dépression, va vider son âme seule et triste dans l'oreille du souffleur qui s'est installé là. Oscillant entre deux tons gai et triste, la pièce laisse bien passer l'humeur intermittente du pauvre vieux qui m'a fait de la peine, peuchère !
La farce « La demande en mariage » est ma préférée. Ivan Vassiliévitch Lomov, un propriétaire terrien, vient demander la main de Nathalia Stépanovna, la fille de son voisin Stépan Stépanovitch Tchouboukov (rien que les noms à rallonge russes sont comme de la musique). Grand timide, Lomov n'arrête pas de tourner autour du pot auprès de Nathalia et ils tombent plusieurs fois sur des écueils de conflit de voisinage et autres chicaneries qui leur font oublier l'essentiel. Bref, ce sont de sacrés têtes de lard. C'est tuant de drôlerie.
La pièce suivante est encore une farce. « le jubilé » raconte les péripéties d'un vingt-cinquième anniversaire d'une banque où rien ne se passe comme prévu et où le comptable a un mal de chien à terminer le discours de son président. Traduit dans un style moderne (on lit des trucs comme « Je peux pas le blairer ») ça part dans tous les sens. C'est complètement barré, peut-être un poil trop.
« Les méfaits du tabac » est un court monologue qui termine le recueil. Un homme doit faire un discours sur – vous l'aurez deviné – les méfaits du tabac et digresse systématiquement vers ses déboires avec sa femme si autoritaire. Ça se rapproche assez d'un sketch de one-man-show genre « L'eau ferrugineuse » de Bourvil hormis que ça déboule plus sur le l'auto-apitoiement. Cela doit être plus sympa à voir qu'à lire.
Une bonne manière de découvrir cet auteur mort trop jeune. J'irai bien en reprendre.
J'attends tes conseils, ô public !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BazaRBazaR   24 janvier 2017
LOMOV: Il faut vous dire que je suis venu vous demander la main de votre fille, Nathalia Stépanovna.
TCHOUBOUKOV: Ma cocotte ! Ivan Vassiliévitch ! Répétez ce que vous venez de dire... J'ai peut-être mal compris !
LOMOV: J'ai l'honneur de vous demander...
TCHOUBOUKOV: Ma colombe... Je suis si heureux, etc. C'est comme je vous le dis, et ainsi de suite. Je le souhaitais depuis longtemps. C'était mon désir le plus cher. Et je vous ai toujours considéré comme un fils, mon cher ange. Aimez-vous et soyez heureux, etc., quant à moi, j'ai toujours souhaité que... Mais qu'est-ce que je fais là, imbécile ? Je me sens tout chose de joie, tout chose ! De toute mon âme... Je vais aller chercher Nathalia, et ainsi de suite...
(La demande en mariage)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
BazaRBazaR   23 janvier 2017
SVETLOVIDOV: A qui est-ce que j'appartiens ? Qui a besoin de moi ? Qui est-ce qui m'aime ? Personne ne m'aime, Nikitouchka !
NIKITA IVANITCH: Le public vous aime, Vassil Vassilitch !
SVETLOVIDOV: Le public est parti, le public dort et a oublié son bouffon. Non, personne n'a besoin de moi, personne ne m'aime... Je n'ai ni femme ni enfants...
NIKITA IVANITCH: Ça, c'est pas des choses à regretter...
(Le chant du cygne)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Lire un extrait
Videos de Anton Tchekhov (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
Célia Houdart Villa Crimée éditions P.O.L : où Célia Houdart tente de dire comment et de quoi est composé son nouveau livre Villa Crimée, et où il est question notamment d'un ensemble construit par Sarah Bitter au 168 rue Crimée, à Paris 19e, de logements sociaux et d'ateliers d'artiste, d'architecture et d'écriture, de 212 fenêtres et de 212 fragments, de cuivre et de pavés, de couverture et d'ouvertures, de "La Vie mode d?emploi" et d'"Espèces d'espace", de Geroges Perec, d'admiration et des merveilles du monde, à l?occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Villa Crimée", à Paris le 23 octobre 2018 "Un îlot en chantier, un labyrinthe de traits sur un plan d?architecte, un toit-manteau de cuivre gold. Un couple qui dort à la belle étoile sur une loggia, le piano d?Anton Tchekhov dans sa Datcha Blanche. Série de visions, de fictions. Fenêtres sur cour et vies rêvées, en même temps que coups de sonde dans le passé d?un quartier parisien"
+ Lire la suite
autres livres classés : farceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre