AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070145744
336 pages
Éditeur : Gallimard (15/10/2015)
3.4/5   10 notes
Résumé :
À l'approche de la soixantaine, au sommet d'une brillante carrière, Anders Hill s'attend à récolter les lauriers de son dur labeur. Mais contre toute attente, c'est le sentiment d'un grand vide existentiel qui l'envahit. Rongé par l'insatisfaction, il divorce de sa femme, abandonne le confort de leur énorme maison du Connecticut et prend sa retraite anticipée d'une grande banque de New York.
Alors que les festivités de Noël se préparent, Anders commence pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  16 janvier 2018
Comment qualifier ce premier roman si riche et prometteur ?
C'est l'histoire d'Anders Hill, la soixantaine, qui , au sommet d'une brillante carrière, ressentant un grand vide et une insatisfaction abyssale , abandonne le confort de son énorme maison du Connecticut , prend une retraite anticipée d'une grande banque de New-York, divorce de sa femme Hélène .......
C'est un personnage fort complexe, qui fut en rébellion ouverte , avérée, virulente avec son père---, fugues, fuites ---durant son adolescence, à la profession de juge, intraitable, en désapprobation ouverte à la moindre des actions de son fils .......
Anders Hill a passé sa vie de travail à acheter des parts, courir pour les revendre, assumer ses responsabilités, envers les actionnaires et les investisseurs, sa direction, sa propre famille, plonger la tête la première dans les vagues bouillonnantes de l'économie mondiale et en sortir chaque jour vainqueur ........

Il en a assez des compromissions , il est frustré , insatisfait , ne se comporte pas mieux que son père avec ses fils......
Son plus jeune, Preston fugue de toutes les écoles privées payées à prix d'or par ses parents, disparaît de l'université de Boston, vit d'expédients, ne reprend pas ses études, tombe de plus en plus bas, découvre le plaisir des opiacées, déteste les cures de désintoxication .
Anarchiste en herbe, rebelle, peu adapté à cette société , incapable de se prendre en charge, il vit une vie d'adolescent attardé ......
Anders Hill n'est pas heureux, ne l'a jamais été , considére sa vie d'adulte, où réussir sa vie était synonyme de "consommer le plus possible" , comme un insondable échec!
Au niveau d'exigence matérielle comme une compétition perpétuelle épuisante, inutile !

L'auteur analyse avec une habileté et une ironie cinglantes quarante ans de mariage et les conséquences de la crise aux Etats- Unis , Anders ne connaît pas du tout sa femme, il croit connaître ses pensées. Il se trompe.....
Fine et sensible, lucide, Hélène sait pertinemment que leur union est imparfaite, toute dans la superficialité et les convenances,les apparences , le paraître devant les amis, lui n'a jamais le temps de discuter dans sa course à l'argent .........
Hélène recherche la tendresse et l'écoute chez un ancien ami étudiant , Donny, qu'elle retrouve , deux choses que son mari lui refuse !
Mais connaît - on réellement les personnes qui nous entourent et avec qui l'on vit ?
Savons- nous reconnaître les attentes de ce qui est bien pour nous et pour les autres ?
C'est un ouvrage morose , pessimiste , instructif, une réflexion amère, tragique , remarquable, qui cerne avec talent et inventivité , justesse, dérision, les contradictions de l'âge mûr ,la réussite matérielle qui ne préserve de rien , les parcours de vie d'Anders et d'Hélène , les accidents de la vie, la vieillesse, l'essai du héros principal de se libérer du moule ironique, désabusé de la dette de la vie au sens large, propre et figuré, le désarroi adolescent qui se prolonge parfois à l'âge adulte !
Très difficile d' écrire une critique à propos d'un ouvrage intense, à l'imagination féconde , fouillé autant qu'original, authentique , un premier roman ! La tortue de la première de couverture existe vraiment !
Mais ce n'est que mon avis bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Albertine22
  29 septembre 2015
Ce n'est pas un goût poussé pour l'oxymore qui m'a incité à choisir ce titre. Il s'est imposé au cours de la lecture de ce premier roman, extrêmement prometteur. La couverture, qui met en scène une tortue prête à succomber à l'ivresse de la vitesse, est un petit bijou. Elle n'est cependant pas révélatrice de la tonalité de l'histoire, plutôt sombre.
Anders Hill, brillant financier new-yorkais décide de prendre sa retraite à l'approche de la soixantaine. Dans son milieu, ce départ suscite l'incompréhension. Quitter le navire alors qu'on a gravi les échelons pour en devenir le capitaine, que l'argent coule à flot et qu'on jouit d'une position enviable et enviée, d'aucun y voit presque une trahison. Lui juge cette décision en adéquation avec le sentiment qui le hante depuis ces débuts d'une imposture. Il n'aime pas ce qu'il est devenu, un homme occupé à générer des profits pour le bien de la société qui l'emploie, au détriment du facteur humain, considéré comme négligeable. Sa réussite a pour lui des relents de compromission et il pense être plus heureux en abandonnant son poste, sa maison et aussi sa femme Hélène, considérée comme un des multiples trophées remportés lors de son ascension sociale. La première partie du roman nous présente les faits du point de vue d'Anders. Il apparaît comme un personnage complexe, bourré de contradictions, en rebellion ouverte contre son père durant sa jeunesse mais se comportant comme celui-ci avec ses propres enfants. C'est un être de fuite, toujours insatisfait et son plus jeune fils Preston lui ressemble étonnamment. Il pense avoir parfaitement cerné son ex-femme et la présente sous un jour assez peu flatteur.
La deuxième partie du roman permet à Hélène de donner sa version de leur histoire et c'est là que l'expression "lumineuse opacité" m'a traversée l'esprit. Anders est sûr et certain de connaître sa femme jusqu'à ses moindres travers mais il s'avère qu'il se trompe et que les pensées d'Hélène sont toutes autres que celles qu'il imagine. Souvent, nous croyons que nos proches sont transparents pour nous, alors même que nous ne connaîtrons jamais leur fonctionnement intime. Ils resteront toujours "opaques" et ce n'est qu'en de rares occasions que nous parviendrons à faire la lumière sur ce qu'ils sont. Hélène, beaucoup plus subtile que son mari ne le laisse entendre, sait que leur mariage est imparfait. Elle ne reconnaît plus en Anders le jeune homme entreprenant qui l'avait séduite. La distance qu'il a instaurée entre eux l'amène à rechercher auprès d'un ancien amoureux la tendresse que lui refuse son mari. Elle s'accroche à sa maison, symbole des jours heureux, qui résonne encore des rires de ses deux fils encore petits. La décision d'Anders de divorcer, un cancer du sein, les nombreuses cures de désintoxication de Preston lui rappellent douloureusement que la jeune femme rieuse des photos en noir et blanc n'est plus.
La troisième partie nous montre les destins entremêlés des membres de la famille Hill. "L'étonnante retraite" d'Anders les a précipités dans une situation inédite dont chacun se sort à sa manière. Pas de happy end superficiel chez Ted Thompson mais un rééquilibrage des relations qui permet à Anders et Hélène d'aborder plus sereinement la vieillesse qui arrive.
J'ai beaucoup aimé ce roman subtil et pour appâter encore plus le chaland, je vous rassure, ce roman abrite bien une tortue, Relic, qui met une journée pour passer de la chambre à la cuisine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liliesichouette
  30 septembre 2015
Anders a une vie que beaucoup pourrait lui envier ; une grande et belle maison dans une banlieue cossue, un travail dans une grande banque où il a gravit les échelons, une femme, deux grands enfants, et des petits-enfants. Mais lui ne le voit pas de cet oeil. Il est malheureux, il ne se sent pas à sa place, il ne ressemble pas à l'homme qui aurait voulu être. Il ressemble à son père, un homme matérialiste qui croyait que l'argent résolvait tous les problèmes et rendait heureux, cet homme qu'il a préféré fuir durant son adolescence. Il décide alors de démissionner et de prendre sa retraite anticipée mais pas seulement. Il décide également de divorcer, un acte considéré comme un "abandon de famille" par les amis du couple.
C'est près d'un an après, dans une soirée où Anders est invité par simple politesse mais où il se rend quand même, qu'il va découvrir Hélène, son ex-femme, au bras d'un autre homme...
J'ai trouvé l'ambiance générale du livre assez négative mais totalement en adéquation avec les trois personnages ciblés du roman. Anders est déprimé, incompris mais aussi indécis et individualiste. Preston, son fils cadet, lui ressemble beaucoup. Malgré le fait qu'il ait la trentaine, il a du mal à se responsabiliser. La détresse de ces deux hommes m'a beaucoup touché contrairement à la personnalité d'Hélène qui se laisse plaindre par ses amis alors qu'elle savait que son couple allait mal.
Des questions sont mises en avant : Connait-on réellement les personnes proches qui nous entourent ? Savons-nous véritablement ce qui est bien pour nous et pour les autres ?
J'ai bien apprécié la fin qui est loin de correspondre à celle des contes de fées. La conclusion est juste, avec un renouveau pour chaque membre de la famille Hill !
Il est vrai que l'auteur a tendance à faire des phrases à rallonge, avec de nombreuses virgules qui rythment la lecture. Mais une fois qu'on a lu les premières pages et s'est imprégné de la mesure, on lit assez rapidement et on tourne les pages de façon soutenue.
Et dire que ce n'est que le premier roman de Ted Thompson...
Lien : http://labibliothequedelilie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Perlune
  12 octobre 2015
C'est l'histoire d'Anders, qui, la soixantaine, marié, père de famille et à l'apogée de sa carrière, a décidé de changer de vie : il démissionne prenant sa retraite anticipée, divorce de sa femme et quitte le domicile familial pour prendre un nouveau départ, être plus heureux et devenir l'homme qu'il souhaite être. Seulement, à l'approche des fêtes, les remords arrivent et Anders se questionne sur son choix.
Reçu dans le cadre d'une masse critique dont je remercie Babelio et l'édition, une étonnante retraite de Ted Thompson est un livre plutôt morose et très pessimiste, ce dont je ne m'attendais pas du tout ou en tout cas pas à ce point-là. C'est une réflexion sur la vie d'Anders mais c'est aussi plein d'autres histoires qui s'entremêlent liées aux conséquences de son acte, car sa décision, de se libérer du moule dans lequel il était entré, pour une autre vie, ne laisse pas indifférent son entourage, entrainant révolte sur fond d'admiration ou de dégoût. L'auteur y développe une vision assez sombre avec des personnages déprimés… Aussi, l'histoire est inégale : tout va trop vite par moment et trop lentement à d'autres et les phrases sont souvent trop longues. Tout cela est dommage car l'histoire reste bien écrite et le sujet de questionnement est intéressant...
Si donc vous choisissez de lire ce livre il faut s'attendre à un mélange d'histoires plutôt pessimistes et tragiques avec un humour présent uniquement sous forme d'ironie, pour ne pas en ressortir déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Traineau
  30 septembre 2019
J'ai a acheté ce livre pour me mettre dans la peau du héros sensé raconter l'histoire de l'arrêt de ses fonctions professionnelles. L'histoire qui est racontée n'a pas de vrai rapport avec la retraite, on y aborde de problème de l'addiction à la drogue des jeunes, la déchéance assumée du héros au travers de faits de sa vie d'égarement. Cest compliqué à comprendre, on a du mal à suivre les personnages, bref l'ennui dure tout de même 330 pages. Je regrette mes 22€ pour un ouvrage que je n'oserais même pas prêter.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Liberation   23 novembre 2015
C’est un roman de la dette au sens large, même s’il fait un sort particulier au «carnage» de la crise des subprimes.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Annette55Annette55   15 janvier 2018
"Comment appeler le long trajet qui le ramenait chez lui, les paupières closes et l'oreille percevant désormais autrement les bavardages ambiants, cet hymne aux convenances, ce chant qui célébrait le travail et la famille, ce consensus sur l'importance des enfants, des écoles, des chances qu'il fallait leur donner? Qui aurait pu ne pas être d'accord? C'était le fondement même de la civilisation .
Alors comment comprendre que tout cela le rendait désormais fou de rage?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
RenodRenod   04 décembre 2015
— Des fois, je vois ma vie comme une espèce de toile d’araignée, un immense tissu de besoins, de désirs et de dépendance qui me relient aux autres, tu vois ? Et je me suis toujours dit que plus il y aurait de fils qui m’arrivent ou partent de moi, plus j’aurais d’importance dans le monde. Plus dur ça serait de me remplacer. Les gens qui ont, disons, un million de fils – comme l’instit qui apprend à plein d’élèves à lire, ou je sais pas, moi, un pasteur qui réconforte des enfants malades, enfin ceux qui font ce genre de choses, eh bien, j’ai toujours pensé que c’étaient eux qui comptaient. Ils avaient des millions de fils qui partaient d’eux. Rien à voir avec l’influence, le pouvoir ou rien de tout ça, c’était une question de toile, de réseau, tu comprends ?
— Je pense que oui.
— Mais en fait, c’est pas vraiment ça. La toile se reforme à chaque seconde de chaque jour, elle est constamment en train de se refaire. Elle a rien de statique. Si tu venais à disparaître, d’autres parties seraient alors renforcées. Les fils reconstituent simplement le trou que tu as laissé. Parce que la toile reste là, c’est les fils eux-mêmes, pas les gens, qui comptent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
RenodRenod   03 décembre 2015
Il existait plusieurs façons d’être saoul, insistait Larry. Il y avait d’une part cette espèce de bourdonnement qui vous prenait après un verre ou deux lors d’un déjeuner, après quoi vous traversiez la brume pour revenir dans le monde en vous sentant à la fois vide et joyeux ; et de l’autre, ces cuites qui vous transformaient en une loque pleurnicharde, errant seul sur la plage, apitoyé sur votre sort, et vidant l’une après l’autre toutes les mignonnettes dérobées dans le minibar d’un ami. Mais on pouvait aller plus loin : un grand bonheur vous attendait après un mauvais moment à passer – quelques bonnes rasades de téquila, vitres baissées, alors que vous filiez devant les fenêtres éclairées des belles villas de la baie, et alors, vous vous sentiez invincible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Ted Thompson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ted Thompson
Bande annonce VO du film The Land of Steady Habits (2018), adaptation du roman de Ted Thompson
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature (2) ...

Quel célèbre poète du Moyen-Âge fut aussi l'auteur de nombreux méfaits, dont le meurtre d'un prêtre et le cambriolage du collège de Navare ?

Bernard de Ventadour
Rutebeuf
François Villon
Guillaume de Machaut

16 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littératureCréer un quiz sur ce livre