AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714460462
448 pages
Belfond (15/05/2015)
2.75/5   12 notes
Résumé :
Mais qu'est-ce qui a bien pu passer par la tête de Marion D., mère de famille exemplaire, épouse aimante et dévouée du 5e arrondissement de Paris, ce sombre jour de septembre où elle est devenue cette militante altermondialiste dangereuse et recherchée par toutes les polices de France ? Est-ce un effet de la rentrée des classes ? La réforme du rythme scolaire ? Sa vie qui l'ennuie ? La mort de sa sœur ? Toujours est-il que cette société dans laquelle elle est si bie... >Voir plus
Que lire après La simplicité du coup de massueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Depuis le décès de sa soeur jumelle, Marion n'est plus la même. Irritable, elle se prend le bec avec deux policiers, finit au poste, échange quelques phrases avec un autre détenu et découvre un monde insoupçonné : celui des altermondialistes. Elle qui s'ennuie comme un rat mort dans sa prison dorée - quand ses trois enfants sont à l'école et entre deux soirées mondaines au bras de son mari - troque escarpins, bijoux, manteau de fourrure et carré Hermès contre une cape (virtuelle) de super-héroïne, entre Fantômette et Zorro... Pendant ce temps, Huguette, sa voisine, essaie d'entrer en contact avec les défunts, et Claudine, une caissière, tente de s'opposer aux nouvelles conditions de travail favorables au grand capital et préjudiciables aux salariés.

Intérêt mou, flottant, pour cet ouvrage, malgré des thématiques qui m'interpellent - oisiveté et ennui d'une bourgeoise mère au foyer, activisme contre le capitalisme et la société de consommation. On tourne en rond, on n'avance pas dans ces trois histoires, en particulier celle autour des trois vieilles dames. Même la narration en alternance ne suffit pas à donner du rythme à ce récit poussif. J'abandonne page 285/460, agacée d'avoir perdu du temps (zut, 4 h. de lecture, c'est pas rien !). le même scénario développé en deux cents pages, et/ou avec des réflexions pertinentes/percutantes et de l'humour, ça m'aurait plu, j'en suis sûre...

PS : en lisant des avis de Babeliotes sur le premier roman de l'auteur ('Le bonheur n'est pas un sport de jeune fille'), je découvre que cette 'Simplicité du coup de massue' en est la suite. La première et la quatrième de couverture pourraient l'annoncer plus clairement...
J'ai donc pris une série en cours, ceci explique peut-être en partie l'ennui éprouvé.
Commenter  J’apprécie          163
Certains évènements nous touchent plus que d'autres et parfois, notre comportement peut en être totalement modifié. Marion l'apprend à ses dépends lorsqu'elle perd sa soeur jumelle.

Jusqu'ici, elle semblait satisfaite de sa vie, femme au foyer, mère de trois enfants, mariée à un avocat, une vie sociale épanouie, Marion a toujours tout géré. Faire face aux situations complexes avec dignité, le mantra de la famille, jusqu'au jour du décès quand elle reçoit un appel téléphonique : un commercial osant la contacter dans l'espoir qu'elle l'autorise à organiser les funérailles.

Marion se métamorphose, hier, douce, aujourd'hui sanguine, presque agressive. Et c'est en taguant du mobilier urbain sur lequel était affichée la publicité de l'entreprise de pompes funèbres peu délicate, qu'elle sera interpellée et placée en garde à vue.

Au commissariat elle rencontre Ludovic, membre actif d'un mouvement de contestation contre la consommation de masse. Il tombe sous le charme et elle devient sa muse, Barbatruc, icône en fourrure et lunettes de soleil qui attise les foules lors de chaque manifestation. Devenue un personnage public, presque un phénomène de société, elle prend plaisir à revêtir le costume de cette justicière. Mais, l'étau se resserre et son anonymat n'est plus garanti. Les conséquences de ses actes se répercutant sur son mari, elle fuit pour se retrouver cachée dans une famille modeste de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Marion va-t-elle retrouver sa vie tranquille ?

Voilà une lecture que je pensais prometteuse, « le bonheur n'est pas un sport de jeune fille », premier roman d'Élise Tielrooy ayant connu un certain succès, je me suis précipitée sur celui-ci et malheureusement pour moi, cette histoire ne m'a nullement convaincue.

Je n'ai pris aucun plaisir à suivre les aventures de cette mère de famille rebelle. Pourtant, le thème m'attirait, mais la façon dont il a été abordé m'a déplu. Tout d'abord, les personnages, trop caricaturaux, les aisés trop égocentriques ou tyranniques, les plus modestes, de bonnes poires manipulables à merci et à l'intellect plus que limité. Barbatruc elle-même tellement clichée qu'elle m'a semblé détestable.

Je vous invite toutefois à vous faire votre propre opinion en le lisant. Je dois avouer que ce n'est pas un style de lecture que j'affectionne particulièrement, donc, il y avait peu de chance que je crie au coup de coeur. Je suis cependant certaine que ce livre trouvera des adeptes parmi les amateurs de littérature à tendance comique.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
Commenter  J’apprécie          90
Rappelez-vous, les Barbapapas, ces gentilles créatures aux formes généreuses qui pouvaient se transformer à volonté , juste en disant : "Hulahup Barbatruc !" Barbatruc, c'est le surnom que va donner Ludo, jeune activiste, à Marion, mère de famille très BCBG, qui porte le manteau de fourrure et le foulard Hermès avec la décontraction que donne l'appartenance à la haute bourgeoisie.L'auteur met en scène au début du roman la rencontre hautement improbable entre ces deux personnages. Marion, dont la jumelle vient de mourir, est très perturbée, et le coup de fil d'une entreprise qui se propose de prendre en charge les funérailles de celle-ci, la met dans une colère noire. Comment la société Bellefin est-elle au courant du décès de sa soeur et surtout comment s'est-elle procurée son numéro ? Elle se rend compte que celui-ci, pourtant sur liste rouge, a été vendu et découvre une réalité de notre époque, le "trafic d'informations", l'achat de listings, pour mieux cibler la clientèle. Elle voit rouge et tague sur un abribus une publicité pour Bellefin. Prise en flagrant délit, elle se retrouve en garde à vue avec Ludo et va découvrir grâce à lui le monde des activistes, qui luttent contre le système marchand, contre une économie "décomplexée" où l'humain n'est qu'un paramètre comme un autre.

Fragilisée par la perte de sa soeur, confrontée à une réalité que son statut social lui permettait d'ignorer, elle va se lancer à corps perdu dans le projet inventé par Ludo. Elle devient la grande Barbatruc, une icone bourgeoise et glam, qui intervient de manière spectaculaire lors d'actions menées par les activistes. Ses propos, complètement décalés, par rapport à son image, remettent en cause notre société consumériste. Très rapidement, les médias font feu de tout bois et notre " Hermès woman" devient une "héroïne" sur Internet et du poil à gratter pour les dirigeants de grands groupes. Tout se fait sous couvert d'anonymat et Marion jongle entre sa vie bien rangée de jolie poupée et son existence plus mouvementée d'agitatrice patentée... Evidemment, il fallait qu'un jour, quelqu'un découvre le pot aux roses mais elle ne s'attendait pas à ce que cela soit Claudine, caissière à Rondpoint, rencontrée quelques années plus tôt lors d'une thalasso en Bretagne.

Les premières pages de ce livre m'ont fait craindre une lecture un peu ennuyeuse, avec un schéma stéréotypé, la bourgeoise qui développe une conscience prolétaire. Petit à petit, je me suis laissée entraîner par une ribambelle de personnages secondaires très attachants : les résidents de la maison de retraite de Saint-Quentin en Yvelines, Nonosse et son taser fabriqué avec un mixeur, Huguette et ses plans machiavéliques pour être invitée à un réveillon de Noël. L'intrigue est menée tambour battant et mélange des scènes d'une grande drôlerie à d'autres plus plus sensibles ou plus critiques envers le système économique actuel.

Sans être un chef-d'oeuvre, le roman d'Elise Tielrooy est une lecture vraiment plaisante.
Commenter  J’apprécie          20
Bon, je me suis ennuyée mais ennuyée ..
Pourtant , j'avais lu "Le bonheur n'est pas un sport de jeune fille" dont on retrouve ici des personnages;
Mais l'histoire de cette bourgeoise qui se découvre une conscience politique ne m'a pas emballée. On n'y croit pas !
Je pense que l'écriture est artificielle,(trop de personnages loufoques tuent la" loufoquerie" ).
Il y quelques passages sympas mais qui; reliés entre eux ne font pas un roman.
Et puis, trop de clichés sur les différentes classes sociales , la bourgeoise au carré Hérmés et manteau de fourrure, les "pauvres " (vigile et caissière) aux enfants prénommés Kévin et Samantha ,les vieilles dames qui se sentent seules, la femme au foyer qui s'ennuie . J'ai eu l'impression que l'auteur ne connaissait pas son époque, son pays , ses contemporains et se contente de plaquer un catalogue de clichés.
Trop de facilités d'écriture: la fille de Marion s'appelle Anaïs , pour que l'auteur ait l'occasion de faire un jeu de mots avec le célèbre :"Anaîs, Anaîs" de la pub Cacharel , c'est de l"humour à deux balles"!

Une comédie pas drôle , c'est triste non?

Commenter  J’apprécie          60
N'avez vous jamais eue envie de devenir une autre ? Marion D. a eue cette occasion. Après un très gros choc psychologique et une rencontre fortuite, elle devient bien malgré elle, une sorte de super héros de la contestation.

Au placard la femme bourgeoise et rangée qui obéit à son mari et sert ses enfants. Qui aurait cru que l'esprit de rébellion sommeillait dans cette femme discrète et soumise ? Marion devient Barbatruc, une femme libérée des codes que la société lui a donnée. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela va faire beaucoup de bruit... D'insipide, elle devient potentiellement dangereuse et la femme la plus recherchée de France.

C'est drôle, fantasque tout en abordant pourtant des thèmes bien sérieux. La plume de l'auteur est toute fraîche et l'humour est bien au rendez vous. On suit ici avec beaucoup de plaisir les aventures de Marion sans oublier une palette de personnages secondaires avec laquelle on s'amuse aussi énormément.

Rien d'exceptionnel au demeurant, me direz vous, mais c'est pourtant typiquement le genre de roman qu'on a envie de lire dès que les beaux jours apparaissent.

En bref, une comédie fort sympathique, divertissante à souhait qui devrait vous faire passer un bon moment, tout simplement !
Lien : http://sophiesonge.canalblog..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
La petite était née. Et leur aventure merveilleuse et tellement banale avait commencé. Des nuits trop courtes qui font espacer les "dîners en ville", puis "perdre" quelques amis après les avoir laissés suffisamment traîner pour être sûrs de les avoir égarés définitivement, avant l'inévitable. Fin du congé maternité, bébé malade, mari en voyage, son emploi du temps transformé en défi. Elle était devenue officiellement la variable ajustable du couple en cessant de travailler. (p. 43)
Commenter  J’apprécie          101
Ils n'avaient qu'à lever les yeux pour voir le reste : une femme dessinée comme une princesse de Walt Disney . Belle, douce , avec qui on se marie et on a beaucoup d'enfants .
Commenter  J’apprécie          220
Derek, toujours de retour d'une aventure passionnante. Militant radical. Sans travail fixe, bien sûr, ni domicile déclaré. Des papiers, mais beaucoup trop. Un réseau puissant d'amis indéfectibles et des petits jobs entre les missions ou les séjours en prison. (p. 64)
Commenter  J’apprécie          70
Elle avait bien essayé la télé.... Mais tous ces meurtres , les policiers en numérique qui vous accompagnent au fin fond de la bassesse humaine, quelle angoisse! Après quand elle descendait au Rondpoint avec son cabas , elle avait peur . Alors la télé restait éteinte , et elle parlait toute seule .
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Elise Tielrooy (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elise Tielrooy
Elise Tielrooy parle de "La simplicité du coup de massue" Partie 2
autres livres classés : altermondialismeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (24) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}