AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782714457912
490 pages
Éditeur : Belfond (20/08/2015)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Melbourne et à Glasgow, entre les années 1990 et nos jours.

Échapper à son quartier pourri de Melbourne ; à sa mère, grecque exubérante aux jupes trop courtes et tops trop décolletées ; à son père australien, routier rugueux, qui le rabroue régulièrement ; à son frère et sa soeur, qui lui collent aux basques ; à son corps, qui l'encombre ; à ces ;pensées gênantes, qui lui viennent dans les vestiaires, avec les autres garçons.

Changer de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  12 août 2015
Au risque d'en décevoir certains, "Barracuda", le nouveau roman de l'australien Christos Tsiolkas (à paraître à la rentrée littéraire) n'est pas une biographie de Mister T., la montagne de muscles emblématique de la série "L'agence tous risques" qui a marqué toute une génération. Non, avec ce nouvel opus, l'auteur de la désormais célèbre "Gifle" aborde une fois de plus un thème grave et pessimiste. Alors, qui est donc Barracuda ?
Danny, Dan, Dino, Daniel, Kelly, "Barracuda"... tant d'identités réunies en un seul homme. Nous sommes à Melbourne, dans les années 90, et Danny est un jeune lycéen issu du milieu prolétaire bénéficiant d'une bourse. Doué pour la natation, il intègre un établissement huppé et devient rapidement le fleuron de son équipe de nageurs. Objectif : devenir champion olympique et rendre à la société par ses succès les sous qu'elle lui a donnés pour le tirer vers le haut.
"Je suis Barracuda, je suis Danny Kelly, plus rapide que vous tous, plus fort que vous, et j'ai survécu malgré vous."
***ALERTE SPOILER***
Sauf que Daniel Kelly ne sera pas le plus rapide, ni le plus fort et qu'il peinera à survivre dans une société qui refuse de l'intégrer et qui n'accepte ni l'échec, ni la faiblesse et encore moins les déchus.
Roman de toutes les violences.
Celle de la compétition, celle des différences entre classes sociales, celle de l'échec et du regard qu'on porte sur soi-même. "Barracuda" est à la fois un coup de poing et un coup de gueule. On souffre avec Kelly et comme lui, on passe par tous les stades de son évolution : l'ambition, l'échec et la reconstruction.
Dur voire âpre, le style de l'auteur - qui m'avait déjà conquise dans la "Gifle" - résonne toujours crûment. Les masquent tombent, on se s'embarrasse pas des fioritures, on va droit au but, dans la souffrance.
Il faut reconnaître à Christos Tsiolkas qu'il n'y va jamais avec le dos de la cuillère. Son but semble toujours le même : dévoiler le vrai visage de l'Australie, de ce pays trop neuf, trop divisé, trop utopiste aussi, ancré dans ses peurs. L'auteur nous montre cet immense territoire dans toute sa diversité humaine et sociale. Certains lecteurs seront sans doute heurtés par cette peinture réaliste et sans concession. Dans la destinée de Dan Kelly, il faut en effet creuser profondément pour trouver une étincelle d'espoir et d'optimisme et pourtant l'auteur creuse, encore et toujours, il ne lâche pas le morceau.
J'ai beaucoup appris au cours de cette lecture - non exempte de certaines longueurs - notamment sur le milieu de la natation de haut niveau. Ce que je pouvais soupçonner des rudesses de la compétition m'a été confirmé par l'auteur qui semble s'être bien documenté. J'ai été à la fois fascinée et effrayée par cet univers, tout comme par la violence psychologique dans laquelle il baigne.
Une belle découverte qui prend aux tripes ; âmes sensibles s'abstenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Marple
  12 septembre 2015
Qu'est-ce qui est le plus dangereux, une Gifle ou un Barracuda ? Sous la plume de Christos Tsolkias, les deux sont violents et risquent de remuer le lecteur... J'avoue toutefois ma préférence pour la Gifle, plus facile à suivre et plus inattendue.
Barracuda retrace l'histoire de Dany Kelly, jeune australien des classes moyennes, nageur talentueux et volontaire qui caresse des rêves olympiques pendant toute son adolescence. Des rêves qui ne se réaliseront pas, on le comprend dès les premières pages, quand on le découvre en homme brisé sur une plage d'Ecosse. Pourquoi ? Comment ? Il faudra lire très attentivement pour savoir...
C'est là mon principal reproche à ce livre : il est tellement déstructuré qu'il en devient répétitif, compliqué et vaguement ennuyeux. On passe sans arrêt d'aujourd'hui à hier, puis à avant-hier, puis à nouveau aujourd'hui, et encore avant-hier parce que l'auteur a oublié de nous donner un indice, puis tiens maintenant Dany est dans l'eau mais on ne sait pas de quelle période il s'agit...
Dommage, car l'histoire devient bouleversante quand les morceaux du puzzle s'assemblent, c'est-à-dire pour moi dans les 100 dernières pages. Dommage, car les thèmes abordés sont riches et intéressants : les rêves, le dépassement de soi, l'échec, la honte, la famille, le désir, l'amitié, l'intégration dans un groupe, la société australienne, le sport de haut niveau. Dommage, car on ne peut pas regarder Dany, ce type bien qui souffre et essaie de se reconstruire, sans tendresse et compassion.
Sans ces chapitres qui nous perdent et morcellent nos émotions, j'aurais mis 5 étoiles sans hésiter. Merci en tout cas à Babélio/Masse Critique et aux Editions Belfond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Titania
  30 septembre 2017
Qu'il est difficile de ne jamais se sentir à sa place dans un pays fait de "pièces qui ne s'assemblent pas" ! Les jolies plages avec surfeurs de l'Australie contemporaine dissimulent mal une réalité sociale brutale. J'ai mis un peu de temps à émerger de ce roman très dur dans lequel l'auteur avec une intensité hors du commun, un style très particulier s'en prend autant à l'histoire qu'à l'hypocrisie sociale .
S'il est une souffrance que l'écrivain australien Christos Tsiolkas décrit avec intensité, c'est bien celle de l'entre deux et les frustrations qui en résultent. On se souvient de la gifle et on le suit avec confiance dans son entreprise de démolition.
Daniel Kelly, Barracuda pour son équipe, champion de natation déchu, homosexuel mal assumé, légèrement autocentré et assez paranoïaque est une petite bombe de colère montée sur ressorts. Hors sol dans son lycée, pas assez soutenu par sa famille, il explose en une violence inouïe qui l'emmène en prison.
Rarement un auteur ne m'a autant fascinée par son évocation de la douleur. Ce n'est pas qu'une émotion, elle passe par le corps et la crudité de son vocabulaire dans ce roman très dur, nous le rappelle sans cesse. Sa critique sociale du modèle australien est impitoyable.
Il nous laisse toutefois avec un personnage qui s'est reconstruit, mais à quel prix…celui de la sueur, des larmes et de la littérature.
J'ai adoré cette liberté de ton et ce style qui ne veut surtout pas faire joli, cette histoire qui alterne les temporalités et le point de vue , c'est magistral, un grand roman contemporain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Bazart
  02 septembre 2015
Il y a deux ans je vous avais dit tout le bien que je pensais de la Gifle, la série diffusée alors sur arte, mais également le livre à l'origine, formidable roman d'un certain romancier australien Cristos Tsiolkas qui suivait le quotidien d'une famille d'immigrés grecs et de leurs amis, dans la banlieue tranquille de Melbourne, qui se délitait après la gifle donnée par l'un d'eux au fils d'un autre membre du groupe.
En cette rentrée littéraire 2015, Tsiolkas, décrit ici et là comme "l'enfant terrible de la littérature australienne" nous revient dans les tables des libraires françaises toujours chez Belfond, avec un livre encore plus coup de poing, qui se propose de continuer à détruire l'image bien policée de la société australienne tel que les images nous la renvoie.
A travers cette histoire de jeune champion de natation issue d'une famille modeste ( d'origine grecque), c'est une société scélrosée, pleine stéréoptypes et individualiste qui est décrite. Et cette société est décrite à travers ce parcours personnel, qui commence comme un rêve avant de tomber dans la déchéance (et peut-être) dans la rédemption, de rêves, de désillusion, de déchéance et de rédemption.
Le portrait de cet homme en quête de réconciliation avec les autres, mais surtout avec lui-même est décrite avec une rage et un souffle déjà présent dans la Gifle.
Nageur lui-même, Christos Tsiolkas décrit avec énormément d'acuité l'univers de la natation, mais si cette histoire de natation- avec pas mal de détails sur des entrainement et des courses- passionne moins que les destins des personnages de la Gifle, et si la charge manque parfois de subtilité ce roman, avec une langue apre et parfois crue, reste évidemment percutant et nous tienne en haleine jusqu'au bout de ce chemin presque christique que subit ce Danny, le personnage central que Tsiolkas n'épargne pas tout au long de son roman.
La littérature australienne est assez peu représentée en France, raison de plus pour se précipiter sur ce Barracuda, écrite par un des "mauvais garçons" de cette littérature...et merci à Babelio et son opération masse critique et aux éditions Belfond pour la découverte!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
traversay
  19 août 2015
La gifle, premier roman traduit en français de l'australien Christos Tsiolkas, justifiait cent fois son titre par rapport à la virulence de son constat social. Le succès aidant (énorme en son pays), l'écrivain allait-il adoucir le ton pour son livre suivant ? Barracuda apporte la réponse : c'est non, bien au contraire. Le roman va encore plus loin dans son propos lucide et acide et ce qu'il perd sans doute en subtilité, il le regagne en efficacité avec une crudité et une violence dans les mots qui s'arrêtent juste avant les limites (certains penseront qu'elles sont peut-être dépassées). Barracuda suit le parcours d'un jeune australien, de son adolescence à l'âge d'homme, sur plus d'une décennie, autour de la natation, sport d'une importance capitale en Australie allant des espoirs à l'échec et à la possible résilience de son héros, Danny, Tsiolkas bâtit une histoire où la honte et la rage sont les sentiments dominants. Danny, d'origine grecque par sa mère, fils d'un routier est non seulement un prolétaire mais aussi un "métèque" aux yeux d'une société qui, sous des allures cool et hédonistes, n'a de cesse d'ériger en modèle absolu la "blancheur" et les origines anglo-saxonnes, avec toute l'intolérance et le mépris que cela implique. Il y a quelque chose de viscéral dans tout ce qu'entreprend Danny, notamment dans ses années d'apprentissage, pas seulement pour s'intégrer mais avant tout pour montrer qu'il peut dépasser les "golden boys" qui font la fierté de la nation, qu'il a la volonté et le talent pour être le meilleur, dans son domaine : la natation. A contre-courant des préjugés et des conventions. Le lecteur de Barracuda est à l'image du papillonneur dans la piscine, il doit se battre avec les phrases qui refluent comme des vagues et les expressions qui se répètent sans cesse, comme un mantra. Ce roman impressionnant et agressif est de ceux qui vous immergent totalement et vous laissent presque soulagé d'en avoir terminé tellement la tension de son écriture et la souffrance de ses personnages y sont palpables.
Un très grand merci à Babelio et aux Editions Belfond !
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (3)
LaLibreBelgique   29 août 2016
Roman sur le sacrifice et l’ambition, "Barracuda" vibre autant de rage que de bienveillance à travers des personnages complexes et déchirés, admirablement campés.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LePoint   12 octobre 2015
Personnages rageurs, corps en éruption, émotions à fleur de peau et style brut de décoffrage : avec Tsiolkas, la littérature s'apparente à un bain bouillonnant.
Lire la critique sur le site : LePoint
LesEchos   30 septembre 2015
Construit de manière sophistiquée, avec des flash-back, « Barracuda » est un puzzle émotionnel qui captive le lecteur, jusqu'à le bouleverser.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
FleitourFleitour   03 septembre 2015
Quand il me repose, je lutte avec les pieds avec les mains, je me remue, je me bats, et je sais que je dois la battre, la marée, pour qu'elle ne
me mange pas, je frappe, je tape, je boxe, j'avance sur la
surface, et je vole, je vole, c'est ça, voler, c'est comme ça,
sauter, glisser, pousser, et la marée recule et papa crie
Pas si Vite,
mon gars, pas si vite, mais je n'ai plus peur, elle
ne m'aura pas, la marée, je glisse entre elle et le soleil, si
je continue comme ça je vole jusqu 'au soleil, aussi haut
que lui, aussi loin que mon père, qui me passe devant et
me taquine,
Tu ne me rattraperas pas, tu ne me rattraperas pas,
alors je continue, de toutes mes forces, contre l'eau,
la marée, il faut que je gagne, mes bras et mes jambes
fouettent l'eau, ils me font mal, et j'ai les yeux qui piquent,
mais je tiens bon et je le rejoins, papa me cueille dans ses
bras, me serre contre lui, contre le dessin sur sa poitrine,
ma joue frotte sur ses poils, sa peau, je souffle tellement
fort que c'est mon cœur qui souffle, et papa dit Tout ça est
à toi, mon fils, à toi, il me retient d'un bras, et de l'autre
il me montre la mer le ciel et le soleil, sa main touche le
soleil, je le sais car il y a une flamme autour de ses doigts
et il dit encore C'est à toi, tout ça, ça t'appartient.
On vole bien droit devant le ciel , entre le soleil et la mer .
ensemble .
P452 Fin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Gwen21Gwen21   23 juillet 2015
Je sais ce que c'est qu'un corps : ça a besoin d'être sculpté, façonné, forcé de fonctionner. Je ne sais pas grand-chose, mais ça, je le sais : un corps peut être formé, transformé, un corps n'est jamais statique, toujours en mouvement. Je sais aussi que parfois il criera en atteignant ses limites, vous dira qu'on ne peut pas aller plus loin, que, malgré le désir, l'espoir, la volonté, possible ne veut pas toujours dire réalisable. Je sais cela mieux que n'importe quoi d'autre. Il arrive que le corps échoue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gwen21Gwen21   21 juillet 2015
Je m'immerge dans le XIXème siècle de Dostoïevski, ses digressions, ses culs-de-sac, sa jeunesse créative, moraliste et cruelle à la fois. Un monde où des puissances occultes, impitoyables, président aux destinées bien plus que le choix ou le désir. Un monde dans lequel j'ai envie de me dissoudre : je me perds dans Dickens, Eliot, Hardy, je dévore aussi Tolstoï, Zola, Balzac, Hugo et Stendhal.
Commenter  J’apprécie          200
Gwen21Gwen21   22 juillet 2015
Pour la première fois, Danny comprit exactement ce que voulait dire Torma, ce que les grands athlètes, les grands nageurs suggéraient en affirmant que tout était dans la tête. Il n'aurait pu y arriver sans la force, la puissance de son corps, mais cette force, cette puissance provenaient de l'intérieur. C'était en lui : quand le corps et l'esprit ne font plus qu'un, ils ne peuvent être brisés, ne peuvent faillir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
TitaniaTitania   29 septembre 2017
Vous défendez les libertés individuelles et, depuis que j'ai atterri, je n'ai vu que des règlements pour ceci, pour cela, on ne monte pas là, on ne descends pas ici, on ne fume pas, on ne boit pas, on ne conduit pas en état d'ivresse, on respecte la vitesse, on ne fait rien d'humain ! Vous avez tellement peur de mourir que vous interdisez de vivre. Putain, merde ! On est humains, on meurt, ça fait partie de la vie. C'est la vie . P. 358
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Christos Tsiolkas (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Tsiolkas
Interview par Olivia Phelip en partenariat avec www.viabooks.fr Christos Tsiolkas revient en cette rentrée littéraire avec "Barracuda" : un roman coup-de-poing par l'auteur de "La Gifle", publié en 2011 aux Editions Belfond.
En savoir plus sur "Barracuda" : http://bit.ly/1MslTkk Lire un extrait : http://bit.ly/1KTrX6g
autres livres classés : natationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"La Gifle" de Christos Tsiolkas

De quelle origine est la famille de l'auteur Christos Tsiolkas ?

albanaise
libanaise
grecque

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : La gifle de Christos TsiolkasCréer un quiz sur ce livre

.. ..