AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290389782
256 pages
J'ai lu (03/01/2024)
4.17/5   99 notes
Résumé :
Voici l'histoire d'un héros français oublié. Alfred Nakache, juif natif de Constantine, gloire de la natation française de 1936 à 1942, admis à titre posthume en 2019 dans le saint des saints de la natation mondiale, le Swimming Hall of Fame, en Floride. Mais qui sait qu'il fut déporté à Auschwitz avec sa femme et sa fille, et redevint champion du monde ?
L'histoire vraie de l'homme qui nagea en enfer

C'est l'histoire d'un héros français oublié... >Voir plus
Que lire après Le nageur d'AuschwitzVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 99 notes
5
18 avis
4
14 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Grâce à Mylène des Editions l'Archipel, via net galley, j'ai eu la chance de lire en avant première : le nageur d'Auschwitz de Renaud Leblond.
L'auteur nous fait découvrir l'histoire d'un héros français oublié.
Alfred Nakache (1915-1983), juif natif de Constantine, fût une gloire de la natation française et du water-polo de 1936 à 1942, survivant d'Auschwitz et de Buchenwald.
Interdit de bassin lors des championnats de France en 1942, dénoncé en novembre 1943, il est arrêté, détenu à Drancy, puis déporté par le convoi n° 66 du 20 janvier 1944.
À Auschwitz, Alfred Nakache bravera les nazis en allant nager, à ses risques et périls, dans des réserves d'eau à l'autre bout du camp.
En 1945, alors qu'on le croit mort, lui qui, petit, avait peur de l'eau, revient nager dans son club des Dauphins, à Toulouse.
Avec l'espoir de retrouver sur le quai de la gare, où il se rend tous les soirs, sa femme Paule et sa fille Annie, déportées avec lui.
Le nageur d'Auschwitz est un roman, librement inspiré par la vie d'Alfred Nakache.
Bravo à l'auteur pour le travail de recherche, on sent qu'il a travaillé pour nous retracer la vie de cet homme courageux.
Incroyable mais vrai, Alfred avait une peur panique de l'eau quand il était enfant ! Une rencontre le motive et fait qu'il s'entraine, dur, très dur même, pour devenir un champion. Cela force l'admiration.
Il réussira à force d'entrainement, et il est très intéressant de découvrir sa vie.
J'ai lu de nombreux ouvrages se déroulant dans les camps de concentration mais pas celle d'un champion tel que lui.
Il va devoir se battre non seulement pour réussir mais aussi pour continuer sa passion car nager devient compliqué quand on est juif avant la seconde guerre mondiale, et pendant, évidemment !
Nous le découvrons avant son arrestation, pendant sa détention dans les camps puis après. Ce n'est pas toujours dans l'ordre, il faut bien suivre.
Sa condition de vie est misérable, les gardiens s'amusent avec lui en le faisant nager dans des conditions déplorables et quand il fait parfois très froid.
Certains passages sont durs, évidemment, et font mal au coeur.
C'est poignant de penser qu'il ignorait que sa femme et leur fille étaient décédées, surement dès leur arrivée à Auschwitz. Il croyait en elles, pensait qu'un jour ils se retrouveraient. Il a tenu, envers et contre tout. J'ai plusieurs fois eu les larmes aux yeux en pensant au calvaire vécu par ses hommes.
J'ai beau lire beaucoup de romans ou témoignages sur cette période, je ne comprends toujours pas comment des hommes ont pu faire un tel génocide envers d'autres êtres humains ! Et malheureusement, on a beau dire qu'il ne faut pas oublier pour que cela ne recommence pas.. certains semblent trouver normal de recommencer. Quelle tristesse.
J'ai apprécié ma lecture dans l'ensemble, et la découverte du destin de ce champion méconnu de nombreux personnes, dont moi.
Petit bémol : j'ai trouvé ça un peu brouillon par moment. Les chapitres ont un titre, mais parfois à passer d'un moment à un autre je me suis un peu perdue.
Le nageur d'Auschwitz est malgré cela un bon roman, je le recommande et je le note quatre étoiles.
Commenter  J’apprécie          311
Un magnifique roman vrai, selon la définition d'Anne Berest, c'est à dire une fiction où tout est vrai, en prenant quelques arrangements mineurs avec la vérité. Un docu-fiction très étoffé qui retrace la vie d'Alfred Nakache.

Il naît en 1915 à Constantine et bénéficie de la nationalité française par le décret Crémieux. C'est un enfant qui vit heureux avec sa famille dans le quartier juif, son père est très religieux. Tous les enfants aiment s'amuser dans un bassin naturel qui fait office de piscine, sauf Alfred qui a une phobie de l'eau. C'est pourtant le lieu de rassemblement des gosses du quartier et Alfred la fréquente assidument, mais sans se baigner, il sait à peine nager et a très peur de ne pas avoir pied. Pourtant à l'âge de treize il fait une rencontre qui va changer sa vie : Les champions de natation de l'équipe militaire viennent s'y entraîner et l'un d'eux encourage le jeune Alfred, qui découvre les joies de la natation. Il prend rapidement confiance en lui et à seize ans participe à sa première compétition, le début d'une très longue carrière. Il devient un grand champion, en 1933 il part à Paris, bat des records et participe aux Jeux de Berlin de 1936. Mais l'antisémitisme monte et sa situation devient de plus en plus difficile, puis il sera déporté en 1944 à Auschwitz d'où il reviendra vivant mais brisé par la mort de sa femme et de sa fille de deux ans.

Les chapitres de ce livre très bien écrit sont courts et alternent la période de détention du champion et son passé. J'ai lu beaucoup de livres sur la seconde guerre mondiale , mais je n'avais jamais entendu parler de lui. le livre est très documenté et explique bien comment l'antisémitisme a infiltré le milieu sportif, comme le reste de la société. Il a été dénoncé par un rival dont il avait battu les records.

C'est un livre très touchant, mais sans pathos et très sobre, sauf une scène qui relate le meurtre d'un bébé. On découvre aussi qu'Alfred bénéficiait d'un régime de faveur comme d'autres champions qui amusaient les Allemands, il en a profité pour aider au maximum d'autres détenus.

Ce docu-fiction joue un rôle important dans le devoir de mémoire en mettant un visage et une histoire sur ces victimes anonymes. On a répété des millions de fois « plus jamais ça », pourtant les camps de concentration semblent avoir été remis au goût du jour pas bien loin de chez nous, pour un autre peuple cruellement exterminé en ce moment. Je ne comprends pas pourquoi l'Homme est capable de telles horreurs envers son prochain.

J'ai beaucoup aimé ce livre assez court mais indispensable. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Un grand merci à Mylène de l'Archipel de m'avoir permis de connaître la vie de cet homme courageux, qui pensait aux autres malgré toutes les épreuves endurées.

#LeNageurdAuschwitz #NetGalleyFrance !
Lien : https://patpolar48361071.wor..
Commenter  J’apprécie          340
Alfred Nakache, deuxième couloir de nage.

Le nageur d'Auschwitz' est le deuxième ouvrage consacré au champion de natation que je lis, dans le sillage de ‘le nageur' de Pierre Assouline que je viens juste de terminer.

Ci celui-ci est qualifié de roman, le précédent l'était de récit ce qui autorise les deux auteurs à des approches de leur sujet différentes combien même il est le même : Alfred Nakache.

Mon propos ici n'est pas de comparer fébrilement les deux livres, de jouer au jeu des sept erreurs même si, dès le démarrage de cette seconde lecture, des écarts biographiques surgissent rapidement : les raisons qui ont mis le jeune Alfred à l'eau, lui réputé aquaphobe par exemple. Si l'un parlait d'un tour pendard des copains de foot au fond d'un oued, l'autre envisage l'attrait de l'équipe nationale de natation à la piscine locale!
Lequel tient la réelle motivation ?

Volontairement traité à la façon d'un roman,  la narration casse le fil chronologique du récit pour faire alterner les deux époques principales de la vie de Nakache, d'un côté son ascension, sa période de gloire, de l'autre son internement à Auschwitz. Étayée de témoignages dont les références nous sont données, elle intègre des dialogues pour alléger le ton et rendre plus accessible la tragédie à laquelle est confronté cet homme ordinaire qui avait eu la naïveté de croire que sa notoriété internationale pouvait le protéger, lui et sa famille.

Autre notoriété abordée dans ce roman, celle de Victor Young Perez, le boxeur qui partage les malheurs de Nakache à Auschwitz et dont l'histoire apparaît un peu ici comme un cheveu sur la soupe, une digression surabondante voire inutile quelque peu  Wikipédienne, même si je comprends la volonté de l'auteur de lui rendre hommage.

Est-ce le fait d'enchaîner les deux ouvrages (l'histoire m'est connue) ou la construction alternant les périodes de celui-ci qui me l'a rendu plus ardu à lire combien même son style est plutôt commun, sans difficultéparticulière.
Il me faut cependant considérer l'excellence du travail de recherche qui a été mené dans la collecte de témoignages nombreux et riches en intérêt. le tout dernier chapitre du livre liste la courte bio de l'ensemble des personnes réelles citées dans le roman.

Le parti pris de juxtaposer des scènes scénarisées et dialoguées avec d'autres relevant plus du récit biographique donne à l'ensemble un côté bancal qui finit par nuire à son sujet. C'est un peu comme une composition assemblant documentaire et biopic si je m'autorise une comparaison avec un travail télévisuel.

À l'arrivée, je garderai en mémoire l'histoire hors du commun de cet homme extraordinaire que fut ce champion de natation Alfred Nakache que la notoriété n'a pas réussi à sauver des camps dont il est revenu seul, sans sa femme et sans sa fille. Un destin terrible, sans doute précipité par la jalousie d'un adversaire, qui est passé par le pire de ce que l'homme a pu envisager, réfléchir et mettre en oeuvre combien même cela paraît impensable : industrialiser la mort pour ne sélectionner que ceux qui s'étaient autoproclamés supérieurs.

Impensable et pourtant…

Nous devons un travail de mémoire et HURLER : Plus jamais ça.
Triste je suis de constater que pourtant l'actualité s'accompagne de remugles qui obligent à penser que tout reste possible!
 
Commenter  J’apprécie          198
Un roman sur la seconde guerre mondiale ça nous prend toujours aux tripes mais quand c'est tiré d'une histoire vraie c'est encore pire que ça !

J'ai découvert l'auteur et son roman grâce à un salon littéraire et j'en suis très heureuse parce que ce livre a été une très bonne lecture !

L'auteur va nous raconter l'histoire de Alfred Nakache, un jeune homme qui va devenir un grand champion de natation. Nous allons le suivre dans ses entraînements et dans ses nombreux championnats mais aussi dans sa vie personnelle et amoureuse.
Les chapitres alterneront entre deux périodes, celle du champion en devenir et celle où il tente de survivre dans les camps de concentration.

Ce livre a été très agréable à lire (sans parler du sujet, évidemment) . Déjà pour l'écriture qui est simple et fluide mais aussi pour la construction de l'histoire. Alterner entre les deux périodes avec des chapitres très courts donne une vraie dynamique à la lecture. J'aurais apprécié qu'il y ai plus de passages sur la période concernant Alfred en camp de concentration, qui étaient des chapitres plus intéressants que les autres, même si j'ai malgré tout aimé le voir évoluer dans cette discipline et devenir un grand nageur, mais tout en restant très humble.
Je me suis parfois perdue dans les personnages ,entre sa famille, ses amis, ses camarades d'entraînement et les compagnons d'infortune rencontrés en camp . Mais ça n'a pas entaché ma lecture pour autant !

Une lecture poignante, émouvante et révoltante ! Certaines scènes étaient très dures à lire mais essentielles pour nous montrer toute l'honneur qu'a vécu ce jeune homme. Un homme d'un courage sans faille et d'une générosité incroyable qui m'a énormément ému et auquel je me suis beaucoup attaché.

Seul l'amour pour sa femme, sa fille et pour sa passion, la natation, lui ont permis de garder espoir !

Commenter  J’apprécie          210
Roman de Renaud Leblond.
Enfant en Algérie, Alfred Nakache avait peur de l'eau. Jeune homme, il remporte toutes les compétitions en France et en Europe. Médaille après médaille, il s'assure l'admiration des Français et l'inimitié de Jacques Cartonnet, son éternel rival des bassins. Mais en janvier 1944, avec son épouse Paule et leur fille Annie, Alfred est dans un train pour l'Allemagne. Son statut de champion lui vaut quelques égards et il profite de son emploi au dispensaire pour aider d'autres prisonniers. « N'oublie pas, Alfred, que tu es recordman du monde de natation. Ils ne te regarderont jamais comme les autres. » (p. 150) Les chapitres ne sont pas chronologiques, mais retracent parfaitement le parcours du nageur, champion progressivement interdit de compétition en raison de sa religion. « D'un trait de plume, il n'est plus rien. Ni français, ni algérien. Juif. Et, partout, indésirable. » (p. 123) Dans le camp, il nage pour la galerie nazie, mais aussi au nez et à la barbe des gardiens, refusant de se voir retirer cette liberté qu'il conquiert dans l'eau.
Des jardins parfumés de Constantine et aux fosses putrides d'Auschwitz, ce roman vrai nourrit le devoir de mémoire. Il montre aussi à quel point le sport peut être dévoyé par ceux qui le mettent au service d'une idéologie nauséabonde et excluante. Pierre de Coubertin lui-même assure que l'esprit olympique est respecté par Hitler. » (p. 89) La qualité littéraire de ce texte est limitée, mais sa puissance historique est indéniable. Renaud Leblond, fondateur du prix Jules Rimet, dédié aux littératures sportives, signe un bel ouvrage.
Lu dans le cadre du prix Sport Scriptum.
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (2)
Bibliobs
09 juin 2022
La force de l’auteur est d’avoir réussi à décrire la vie du champion de natation et l’insondable tragédie qui emporta sa femme et leur petite fille de trois ans – oui de trois ans ! - sans aucune recherche de pathos, et surtout en entremêlant un chapitre sur les camps et un chapitre sur l’avant puis sur l’après.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro
09 juin 2022
L'évocation d'Alfred Nakache plonge dans la vie méconnue d'un champion survivant de la Shoah.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Son frère raconte à qui veut l'entendre que ses yeux sont devenus tristes. Il a raison. Il ne les regarde plus. Il n'allume plus la lumière quand il entre dans la salle de bains. Il n'arrive même plus à rire d'une blague, c'est dire.
Ce voile, il le sent sur tout son corps. Il devrait s'arrêter là. Préserver ceux qui l'aiment d'un spectacle pitoyable. Et pourtant, il s'aligne. Aux côtés d'Alex et de Yoyo, ses deux mousquetaires. Sous le regard d'Alban le magicien. Devant ses frères, sa soeur, ses parents venus d'Algérie. Il s'aligne comme un automate, guidé par une force qui lui échappe. Il n'entend rien de la clameur qui court dans les gradins, ni des envolées du speaker déchaîné. Il entre en lui-même, imperméable au monde qui l'entoure.
Commenter  J’apprécie          40
Je quitte le sport, non parce que je ne l'aime plus, mais parce que je ne veux pas, un jour, risquer de ne plus l'aimer.
Commenter  J’apprécie          121
Auschwitz, Février 1944
A l'eau, Nakache ! Ne nous fais pas attendre, tout l'état major est là pour t'admirer , mon vieux.
L'officier Muller, responsable d'Auschwitz, du bâtiment de l'infirmerie, jubile. Nakache recordman du monde de 200 mètres brasse , est son divertissement préféré.
( page 12)
Commenter  J’apprécie          30
Un bout de pain, de simples épluchures de pommes de terre, une cigarette sont, physiquement d'un apport presque nul. Mais les yeux de celui qui reçoit peuvent irradier un tel sourire, une telle lueur de consolation, qu'il ne faut pas se laisser retenir par la médiocrité du geste.
Commenter  J’apprécie          30
Il n'y a rien de plus triste que le vieux champion qui se fait battre par tout le monde parce qu'il n'est plus ce qu'il a été, parce qu'il n'a pas voulu désarmer. Il ressemble un peu à ces vieilles dames qui continuent à minauder quand l'heure est passée.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Renaud Leblond (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Renaud Leblond
#renaudleblond #lenageurdauschwitz #alfrednakache LE NAGEUR D'AUSCHWITZ (L'INCROYABLE HISTOIRE D'ALFRED NAKACHE) - PRIX ANTOINE BLONDIN 2023 par Renaud Leblond -
L'HISTOIRE VRAIE DE L'HOMME QUI NAGEA EN ENFER. Le Nageur d'Auschwitz est lauréat du Prix Antoine Blondin 2023 et du prix « Sport Scriptum » du meilleur ouvrage littéraire sportif. Il est également finaliste du grand prix littéraire de la société des membres de la Légion d'Honneur
« La nageur d'Auschwitz, un livre important ! » Michel Drucker, Vivement Dimanche « Un roman poignant » Télé 7 jours
"Renaud Leblond signe là un puissant ouvrage, sans jamais tomber dans la facilité ni dans le pathos. Un livre pudique et respectueux...comme Alfred Nakache" Sud-Ouest, Philippe Brégowy
Le livre : https://www.lisez.com/livre-grand-format/le-nageur-dauschwitz-lincroyable-histoire-dalfred-nakache-prix-antoine-blondin-2023/9782809844559
(c) France Info dans « Club Info », interview par Victor Matet et Laurie Delhostal, le 30/04/23
+ Lire la suite
autres livres classés : natationVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (336) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1671 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..