AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danielle Lafarge (Traducteur)
EAN : 978B08CBHZQ5F
Éditeur : Alisio (29/09/2020)
4.36/5   11 notes
Résumé :
Le 5 octobre 2017, le New York Times publiait un article de Jodi Kantor et Megan Twohey. Il y eut un avant et un après. Pendant des mois, les deux journalistes rencontrèrent en secret des actrices, d'anciennes employées de Weinstein... Enquêtant sur des allégations inquiétantes, depuis longtemps enfouies sous des accords de non-divulgation et des sommes conséquentes, elles persuadèrent des femmes, connues ou non, de témoigner. Rien n'aurait pu les préparer à ce qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Emiliec28
  23 janvier 2021
Un ouvrage qui est éclairant (sidérant) sur ce que l'argent permet de protéger les puissants. On nous dit souvent que la vraie vie ce n'est pas comme dans les films et pourtant ! Quand on voit la manipulation, les mensonges, tout ce que WEINSTEIN a orchestré pour s'en tirer, mes doigts se sont crispés plus d'une fois sur les pages du livre, à me demander si elles allaient y arriver alors même que, évidemment, je connaissais la fin de l'aventure.
Il éclaire aussi sur les énormes difficultés que connaissent les victimes pour parler, être reconnues, entendues mais surtout pour être respectées !!
Les journalistes ont du faire un travail incroyable, il fallait tout vérifier dans ses moindres détails parce qu'une seule histoire discrédité et tout s'effondre, on défend l'agresseur. Relire l'arrivée de Trump au pouvoir avec tout ce qu'on savait sur lui, c'est comme regarder un film d'horreur.
De même qu'au delà de la moindre histoire bancale, les deux journalistes doivent pouvoir prouver un schéma récurrent pour faire tomber les agresseurs. Une fois devrais suffire, une fois devrait être la fois de trop mais non, l'opinion public attend de la récurrence lorsqu'il s'agit de personnalité public, par principe au dessus de tout soupçon, au dessus de la multitude, la parole de l'agresseur a plus de valeur que celle de la victime.
Le système judiciaire américain protège plus les harceleurs que la victime, les sanctions et les amendes sont dérisoires, les avocats sont à peine ou pas du tout payés dans le cadre de ces affaires ce qui amène à privilégier l'accord à l'amiable, ce qui amène également à protéger l'identité et l'anonymat du bourreau, résultat il peut réitérer selon son bon plaisir (actuellement des personnalités et avocats essayent d'interdire la clause de confidentialité pour que les agissements puissent être publics)
Il existe une agence gouvernementale EEOC, censée appliquer la législation mais elle garde le secret et n'est pas autorisée à révéler quoi que ce soit, ici les journalistes ont essuyé refus sur refus de leurs demandes d'informations complémentaires sur des affaires dont elle SAVAIT qu'elles avaient été signalées à l'EEOC. C'est aberrant.
On en vient par apprendre que WEINSTEIN avait recouru à une "entreprise" du nom de Black Cubes composé d'anciens de l'armée et des renseignements qui embauchent des "acteurs" pour brouiller les pistes, deux agents ont été envoyé vers les deux journalistes pour saper leur travail, les décrédibiliser, l'une se faisait passer pour une victime, le second pour un avocat souhaitant les aider.
Toute l'histoire est ponctuée d'intimidations, de violences, de menaces, de manipulation, un vrai film ! le tout saupoudré de dizaines d'avocats en conflits d'intérêts dans un camp comme dans l'autre. C'est tout un système qui est sclérosé (était ? est ?)
Dans un mémo datant de 2015 qui a fini par être fourni aux journalistes Weinstein disait à O'connor (une des sources) "Nous n'en parlons pas - est-ce que je peux te faire confiance ? Je sais que je suis un méchant garçon, mais l'important, c'est que je n'essais pas de le cacher" mais le mec est MALADE ! Les gens qui le couvrent sont tout autant responsables que lui, avec un discours pareil on ne peut pas douter que quelque chose ne tourne pas rond, est-ce que c'est pathologique ? Est-ce que c'est le pouvoir qui rend comme ça ? Qui fait perdre de vue ce qui est réellement important ?
Ce livre/témoignage est une claque. Globalement, nous sommes tous parfaitement conscients que quelque chose ne tourne pas rond, que les plus riches ont des droits, ou du moins se les octroient, dont nous n'avons même pas idée, nous commun des mortels. Mais c'est difficile de croire que tout ça peut réellement arriver dans la vraie vie, on a beau s'en douter, ça relève un peu de l'ordre du "fantasme", la justice existe, l'ordre, le droit, il y a des pouvoirs qui peuvent forcément les remettre à leur place. Et puis on lit ce genre de livres et on comprend que ce que notre imagination "fantasme" sur les limites qu'ils peuvent dépasser sont bien réelles. Qu'ils sont presque intouchables, qu'il faut des années et des années, des dizaines, des centaines de transgressions pour avoir ne serait-ce que l'espoir de les coincer.
J'ai renoué, grâce à ce livre, avec un métier que j'admirais quand j'étais petite fille : le journalisme d'investigation. Voilà la vraie nature de ce métier, j'ai une profonde admiration pour le courage qu'on eu Jodi et Megan, leur abnégation, leur patience et leur intelligence.
C'est un livre que tout le monde devrait lire (j'ai l'impression de dire ça souvent mais on en apprend tellement à tourner des pages) surtout quand je vois les jugements hâtifs sur les réseaux concernant cette affaire, comment la population est bien plus prompte à juger les victimes à cause des accords à l'amiable plutôt que d'essayer ne serait-ce que de comprendre le système qui les a piégé.
Prise de note :
- Janvier 2017, Weinstein se joint à la marche historique des femmes avec un bonnet pussyhat sur la tête, festival du film, Sundance, Park City, Utah. (Le gars, il a honte de rien)
- Gloria Allred = avocate "féministe" violée à 25 ans sous la menace d'une arme à feu et a subit un avortement illégal qui a failli la tuer. Elle a pris la défense des victimes après le scandale "Trump" on pourrait croire que c'est quelqu'un de confiance sauf que parallèlement elle fait partie de ces avocats qui se font du beurre sur le dos des victimes avec les accords de confidentialité. c'est aussi elle qui a empêché la réforme des accords de confidentialité : une indemnisation mais pas d'obligation de silence. On reparlera de sa fille plus loin mais je ne veux pas oublier le nom de cette traitresse.
- Lisa Bloom (fille de Gloria Allred) digne héritière de sa mère, a aidé Weinstein, le conseillant, l'aidant à manipuler, à dissimuler, Jodi et Megan, les deux journalistes ont fini par récupérer un mail dans lequel Lisa Bloom s'adressait à Weinstein (p.157 à 160) je n'ai même pas su quel extrait choisir tellement ses propos étaient choquant, tout ce qui résonnait dans ma tête c'était "La saloooooooope"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Elusor
  11 juillet 2021
Je suis depuis toujours intéressée et impressionnée par le travail de journalisme d'enquête, si vital pour nos démocraties. Dans cet essai/récit, les deux autrices, journalistes au New York Times, racontent leur enquête pugnace et persévérante qui leur a mérité le prix Pulitzer et a permis d'enfin exposer au grand jour les méfaits et crimes et signé la fin du super puissant producteur d'Hollywood Harvey Weinstein, qui a abusé sexuellement de ses employées et des jeunes actrices pendant des décennies. C'est vraiment intéressant de découvrir comment les journalistes ont su s'y prendre pour convaincre leurs sources de témoigner, personne ne souhaitant être la seule ou la première à le faire, et plusieurs étant contraintes par des accords de non-divulgation. C'est tout un mode opératoire de prédation qui a été enfin démasqué. le mouvement #MeToo a déferlé ensuite avec la force que l'on a vue. J'ose espérer que nous avons vécu un changement de paradigme et que des abus systémiques n'auront plus jamais les mêmes envergure et impunité. Une enquête passionnante et courageuse à lire d'urgence!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Bazart
  22 octobre 2020
Il y avait des rumeurs depuis longtemps sur l' homme le plus puissant du cinéma américain. Oui Harvey Weinstein, avait les mains baladeuses. Oui on conseillait aux stagiaires, jeunes et jolies, de ne pas rester seule avec lui dans un bureau ou un ascenseur.
Bien sûr, de New-York à Los Angeles toute personne qui travaillait dans le cinéma savait que le grand patron de Miramax avait la drague un peu lourde.
Mais ces gaillards euphemismes cachaient surtout les dangereux comportements d'un prédateur sexuel, sociopathe et pervers, qui avait mis au point tout un système d' indemnisation financière pour éviter des plaintes pour agression sexuelle.
Et un jour une femme a parlé, puis une autre et encore une autre, entraînant la parole d' autres femmes...
Grâce à ses femmes courageuses, le mouvement "# me too" se met en marche.
Mais pour s' attaquer à un homme puissant qui achète le silence de ses victimes, il faut un dossier sacrément solide.
Pour le "New-York Times" Megan Twohey et Jodi Kantor vont réunir, recouper et vérifier les témoignages d'actrices, connues ou non, d' employées, de stagiaires, de toutes personnes ayant subit les agressions sexuelles de leur patron tout puissant. Mais Harvey Weinstein , dans un monde du travail patriarcal, n' est il pas l'arbre qui cache la forêt ?
" She said " est un véritable reportage sur la naissance du mouvement " Me Too" et sur la manière de travailler d'un bon journaliste.
Opiniâtres, persévérantes, Megan Twohey et Jody Kantor s'attaquent à du très lourd en la personne d'Harvey Weinstein mais leur travail de fourmis acharnées a payé.
Le récit, extrêmement précis et détaillé, de cette enquête devrait être au programme de toutes les bonnes écoles de journalisme.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pauline_nature
  04 mars 2021
She Said
Par les journalistes dont l'article a fait éclater l'affaire Weinstein
Vous avez sûrement entendu parlé de l'affaire Weinstein. Cette "homme" est à l'origine de nombreuses, très nombreuses agressions sexuelles envers les femmes. Elles sont actrices, employé de la société... elle témoignent aujourd'hui de ce qui leur ait arrivée.
Certains faits étaient prescrit car trop ancien.
Mais il va finir ses jours en prison, c'est un soulagement pour ces femmes et pour la société. Aujourd'hui les hommes et femmes violés, harcelés... ont une VOIX. Qui peine à se faire entendre de certains malheureusement.
Il faut rappeler que ces traumatismes peuvent ruiner une vie.
Merci au Times d'avoir enquêté. Vous avez fait changer les choses ! Merci à ces femmes qui ont parlés. Vous êtes fortes et ne méritez pas d'avoir honte. Vous participer à élever les voix!
[AVIS]
Vous l'avez deviné. Ce livre est une mine d'informations sur les affaires d'agressions et d'harcelement sexuel. Je l'ai trouvé très enrichissant. J'ai appris beaucoup sur comment les criminels agissent pour faire taire leur victime. Cela vaut le coup. On s'informe pour éviter que cela se reproduise ! Pour voir la force des femmes qui ont osées parler. Cela doit inspirer pour la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalou93
  14 avril 2021

Jodi Kantor et Megan Twohey sont partis a la rencontre des victimes de Donald TRUMP et de Harvey WEINSTEIN et un article va lancer le mouvement #metoo.
Les deux journalistes nous emmènent dans un voyage au coeur du journalisme, comment elles ont contacté les victimes des harceleurs qui sont en premier lieu Donal TRUMP et ensuite Harvey WEINSTEIN ?
Elles m'ont fait ressentir la difficulté d'écouter toutes ces femmes, percevoir leur douleur et avec beaucoup de compassion, obtenir leur témoignage pour leur article, mettre leur calvaire au grand jour, as de répercussions, donc beaucoup hésitent.
Donc ce livre ce n'est pas juste le compte-rendu des harcèlements qu'elles ont subis, mais le cheminement pour se décider enfin à tout dévoiler.
Il y aussi tout l'envers du décor, les rapports qu'on eut le journal et les investigateurs des méfaits, pour qu'il ait un droit de réponse, c'est juste fascinant, ce monde journalistique, comme un tel article as pu être publiée.
Les autrices-journalistes nous racontent aussi l'après de l'article, le procès, et aussi le rassemblement de toutes ces femmes, et celles qui ne voulaient vraiment pas mettre leur histoire sous presse, ont littéralement changer d'avis sous la fusion du groupe, sans aucune pression.
J'ai eu un énorme coup de coeur pour ce récit qui n'est pas aussi simple que cela à lire, il y a des passages très douloureux, ou me suis mises à la place de ces femmes qui étaient harcelles juste pour avoir le droit de garder un métier qui leur plaisait.
Ce livre devras être lu par toutes et tous, pour comprendre leur détermination, leur obstination à faire publier cet article pour que les autres femmes ne subissent plus jamais de tels drames dans leurs vies.
Cela peut donner aussi une leçon a ceux qui harcellent toujours et qui ne sont pas encore dévoilées.
Qu'un jour, eux aussi, ils seront mis sur le devant la scène. Et évidemment passer devant la justice

Lien : https://www.nathlivres.fr/l/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   22 octobre 2020
La pratique standard en journalisme était de tenter d' égaler les concurrents sur des affaires à sensation. Si le "Post" avait un scoop sur les manigances de Trump avec la Russie, le "Times" mènerait lui aussi l' enquête sur ce sujet, et vice-versa ; celà pour informer ses propres lecteurs, mais aussi pour apporter un autre éclairage sur l' affaire, à la manière des scientifiques praticant leur évaluation mutuelle : si des équipes distinctes, voire rivales, étaient capables d'exécuter les mêmes expériences avec les mêmes résultats, alors les découvertes n' en étaient que plus fiables. Dans l' enquête sur Weinstein, les articles du "Tmes" et du "New Yorker" avaient abouti à des résultats quasi identiques -- même si pas tout à fait --, ce qui était révélateur de la solidité des preuv
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Emiliec28Emiliec28   17 janvier 2021
D'une certaine façon, ceux qui pensaient que #metoo n'était pas allé suffisamment loin et ceux qui protestaient du contraire avaient des arguments en commun : il leur manquait des procédures ou des règles suffisamment claires. Le public n'était pas entièrement d'accord sur le sens exact de mots comme harcèlement ou agression, et encore moins sur la façon dont les entreprises ou les écoles devaient enquêter où les sanctionner. Tout le monde, des comité de direction aux amis dans les bars, semblaient avoir du mal à définir ses propres règles, ce qui donnait lieu à des conversations passionnanted, mais aussi à un chaos généralisé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emiliec28Emiliec28   08 janvier 2021
Dans tous les secteurs, le harcèlement avait sa sociologique particulière. Dans la restauration, l'alcool était omniprésent sur le lieu de travail, brouillant le jugement et levant les inhibitions, et les managers répugnaient souvent à mettre en cause les clients qui avaient dépassé les limites. La silicon Valley était pleine de jeunes hommes devenus riches du jour au lendemain, qui ne se sentaient redevables à personne. Sur les chantiers navals, les chantiers de construction et d'autres lieux de travail traditionnellement masculin, les hommes essayaient parfois d'exclure les femmes en les mettant physiquement en danger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emiliec28Emiliec28   16 janvier 2021
Le principal souci de Maerov était la responsabilité engagée : il tentait de s'assurer que si quoi que ce soit tournait mal, la société serais épargnée. C'était bien différent d'essayer de garantir la protection des employés contre davantage de harcèlement et d'agressions. Une fois Maerov rassuré sur le fait que l'entreprise était légalement protégée, et que des contrôles financiers supplémentaires avaient été mis en place, il avait estimé qu'il en avait assez fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emiliec28Emiliec28   06 janvier 2021
Les entreprises contribuent à protéger les prédateurs ; certains défenseurs des femmes profitent d'un système de compensations financières qui dissimule leurs exactions ; beaucoup de ceux qui entraperçoivent le problème - tel Bob Weinstein, le frère et partenaire en affaires d'Harvey, qui nous a accordé de longues interviews pour ce livre - ne tentent pas grand chose pour le résoudre.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : investigationVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura