AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258113245
Éditeur : Les Presses De La Cite (19/06/2014)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Pas si bête. Nils Uddenberg, psychiatre à la retraite, s'était juré qu'il ne s'encombrerait pas d'un animal de compagnie, jusqu'au jour où... Alors qu'il rentre d'un séjour en Afrique avec sa femme, Nils découvre une petite chatte gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, le fixant de ses grands yeux jaunes. Le couple pense qu'il s'agit de l'animal d'un voisin. Mais le chat ne part pas et devient un sujet de conversation quotidien. Nils met des affichettes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
beatriceferon
  30 novembre 2016
Jeune, l'auteur a possédé une véritable ménagerie. Puis, un jour, il décide que s'occuper d'animaux représente une trop lourde responsabilité. Ce n'est pas maintenant, à l'âge de la retraite, qu'il va changer d'avis ! A lui les voyages lointains ! Sauf que...
Ne dit-on pas des chats que ce sont eux qui nous adoptent ? Minette n'aime pas l'hiver. Pelotonnée dans une caisse à outils sous l'abri de jardin, elle tente d'échapper aux rigueurs du climat nordique. Est-ce vraiment raisonnable de l'abandonner dans un lieu aussi inconfortable ? Et de fil en aiguille...
Ce livre est présenté comme un roman. A mon avis, ce n'est pas le cas. Les personnages en sont l'auteur et les membres de sa famille. Bien réels, donc. Nils Uddenberg observe la chatte et se livre à des réflexions, recherches, rapprochements avec des auteurs tels que Montaigne ou T.S. Eliot. le voilà occupé à philosopher ou à noter les réflexions d'autres écrivains. le livre est enrichi de splendides illustrations en noir et blanc, oeuvres d'Ane Gustavsson.
Les parents de Nils Uddenberg avaient deux chats. Il a donc dû les côtoyer et les observer. A mon avis, pourtant, il ne semble pas trop bien les connaître. Quand il parle à Minette : « Petite Puce, regarde ces belles fleurs. (…) Je ne pense pas qu'elle comprenne un traître mot de notre discours. Est-elle même capable d'interpréter notre ton correctement ? » Tandis que je recopie ces mots, les petits félins qui m'entourent rient sous cape. Bien évidemment, ils comprennent, même si les fleurs ne sont pas leur principale préoccupation. Et, sinon tous les mots, le ton de la voix, ils l'interprètent parfaitement. J'ai lu qu'entre eux, les chats miaulent très peu. C'est pour eux une façon de s'adresser à leurs humains. Ainsi, P'tit Gars a un vocabulaire étendu. Son miaulement est très différent selon qu'il m'appelle à l'aide : « Au secours ! Les chiens ne font rien qu'à m'embêter ! », veut sortir, manger, dire qu'il m'aime. Ma petite Flocon m'appelait souvent d'un cri ressemblant étonnamment à « Ma-Man ». Quand je lui demandais « Qui est ma petite fille ? » elle répondait « Moi ».
Nils Uddenberg s'interroge. Minette est-elle capable d'éprouver de la gratitude ? Pour P'tit Gars, battu par son affreux maître qui l'a abandonné au cours d'un hiver glacial, aucun doute, il est reconnaissant. J'entends son ronronnement si puissant qu'il traverse la pièce. Il me fixe d'un regard plein d'amour, et, quand je suis au jardin, il pousse des cris perçants pour que je puisse le localiser. Tous quatre prodiguent leurs remerciements à ceux qui s'occupent d'eux pendant notre absence. Donc, je pense que Minette fait de même avec l'auteur. Peut-être celui-ci n'arrive-t-il pas à décrypter ses attitudes ?
Quelque chose me perturbe : « si sa fourrure avait eu une autre apparence, elle m'aurait peut-être laissé indifférent. Certains chats sont vraiment laids, avec des taches de toutes les couleurs dans des endroits inopportuns. » Et quoi ? Si Minette n'avait pas été assez belle à ses yeux, elle n'aurait pas mérité d'être recueillie ? Il l'aurait laissé affronter le froid ? Pense-t-il de même à propos de ses enfants et petits-enfants ? (« Ah ben non, Patrick a le nez de travers, je ne lui offre pas de cadeau »???)
Je n'aime pas tellement non plus qu'il se considère comme le « maître » de Minette. Car les chats n'ont pas de maître. Ils nous choisissent et nous font cadeau de leur affection. Quand quelqu'un les traite en « maître », souvent, ils partent et jettent leur dévolu sur une personne plus respectueuse. Avant d'être lâchement abandonné, P'tit Gars venait souvent vers moi et me tenait de longs discours en langage de chat, semblant me narrer ses misères.
Voici notre auteur perplexe : « Pourquoi les chats possèdent-ils une queue ? Leur sert-elle à exprimer des sentiments ? Dans ce cas, à qui s'adressent-ils ? » En ouvrant n'importe quel ouvrage consacré à nos félins, il aurait eu sa réponse. Leur queue ne leur sert pas seulement de balancier, elle traduit tout un langage.
Bien évidemment, tout ceci ne l'empêche pas d'adorer Minette et de bien s'en occuper. Pour mieux la comprendre, il fait de nombreuses recherches et cite des passages significatifs. Mais toutes ses lectures ne sont pas recommandables ! Qui est ce crétin de Sven Nilsson, professeur de biologie du XIXe siècle, qui pense que des chats ont « assassiné des enfants sans défense dans leur berceau » ou « gravement blessé des personnes âgées » ? Il argumente : « lorsque la bête voyait la carotide battre sous la peau du cou, cela la poussait à attaquer ; elle griffait ou mordait l'artère et le maître imprudent risquait alors de succomber à une hémorragie. » Comment peut-on écrire de telles sottises ? Si c'était vrai, bien des gens qui dorment avec leur petit compagnon seraient morts depuis longtemps ! Heureusement, pour contrer de telles inepties, il existe des auteurs tels Montaigne qui, trois siècles plus tôt, se moque de ceux qui croient « savoir ce qui se passe dans la tête des animaux » et, se prenant eux-mêmes pour des dieux, les jugent stupides. Ou T.S. Eliot, prix Nobel de littérature, qui « affirme qu'un chat doit avoir trois noms : un pour le quotidien, un plus personnel et un que lui seul connaît. »
Au final, ce livre m'a beaucoup plu, même s'il ne m'a rien appris et j'ai aimé suivre l'évolution de l'auteur. Si, au début, en découvrant Minette, il espérait qu'elle serait partie le lendemain, à la fin, il hésite s'absenter de peur de la laisser seule !
Une lecture agréable, donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Plumipille
  14 mai 2018
Voici un livre que j'ai pris par hasard à la médiathèque pour le challenge Babelio ABC, pour lequel il me fallait un auteur dont le nom commence par la lettre U.
Je suis donc tombée sur ce livre, dont le sujet m'a intéressée puisqu'il parle d'un homme qui voit un chat entrer dans sa vie, un peu à son insu.
L'auteur est psychiatre à la retraite et philosophe, et est visiblement connu en Suède où il a publié plusieurs ouvrages dans ses domaines d'expertise, dont un essai sur le bonheur. Ce livre est donc semble-t-il son premier roman, et tout m'incitait à penser que j'allais passer un agréable moment.
A la lecture de la 4e de couverture, je m'attendais à trouver dans ce livre une analyse un peu loufoque, tout au moins humoristique de l'arrivée inopinée d'un chat dans la vie de cet homme.
Moi-même propriétaire d'un chat, j'ai trouvé que ce roman n'entrait pas vraiment dans son sujet, ressemblant davantage à un essai qu'à un roman, dans lequel l'ironie et l'autodérision promises n'étaient pas au rendez-vous.
Je n'irais pas jusqu'à dire que je me suis ennuyée car ce n'est pas vrai non plus, mais ce roman ne restera pas dans ma mémoire c'est certain. Il est cependant bien noté par les lecteurs de Babelio donc il a trouvé son public, tant mieux.
CHALLENGE MULTI-DÉFIS 2018
CHALLENGE DES 50 OBJETS
CHALLENGE ABC 2017 - 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MaelieFistch
  19 juillet 2015
Ce livre est intéressant pour tous les amoureux des chats car ils peuvent se retrouver dans le discours de Nils, aussi il permet d'apprendre beaucoup de faits sur le comportement des animaux ainsi que leurs sentiments (si ils en ressentent, si oui lesquels, etc...). Selon moi, c'est juste un livre "sans prise de tête" sympa à lire pour ceux qui aiment les chats et ceux qui veulent juste lire un livre sympathique sans se prendre la tête. C'est également un livre qui se lit facilement, sans problème, très fluide et avec un vocabulaire riche et détaillé. On remarque que le narrateur n'est pas centré sur sa vie mais plutôt
sur la relation que lui et sa femme entretiennent avec Minette et sur la vie affective, psychique et comportementale de cette dernière.
Commenter  J’apprécie          70
BillyJane
  04 novembre 2015
Un roman pour les amoureux des chats. C'est l'histoire d'un psychiatre, qui c'était juré de ne jamais avoir de chat. Jusqu'au jour ou Minette entre dans sa vie et ainsi devenir un membre à part entière de la famille. L'auteur observe et analyse le comportement de l'animal. Ce livre est centré sur la relation qu'entretiennent cet homme et sa femme avec ce chat. Un roman touchant, doux et tendre. Un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          90
asnico
  24 octobre 2015
Ce livre raconte la relation qu'un psychiatre a construite avec un chat alors qu'il s'était juré de ne pas en avoir...
Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé: Nils Uddenberg a laissé le chat "faire sa vie" pour ainsi dire dans une sorte de grange. Mais l'hiver est arrivé. Et l'hiver en Suède, il est rude!
Et puis un chat, c'est quand même des contraintes: qu'est-ce qu'on en fait pendant les vacances par exemple? Plus les soins quotidiens à apporter...
Mais finalement, le psychiatre a "craqué" et il nous en explique les raisons dans ce petit livre de 150 pages que je recommanderais à tous les amoureux des chats et à ceux qui aiment les histoires pleines de tendresse.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
sweetiesweetie   04 août 2015
Jean Cocteau, le poète avant-gardiste français, aurait déclaré qu'il préférait les chats aux chiens pour la simple raison qu'il n'y a pas de chat policier. Le fait que les chiens soient prêts à se soumettre à l'homme par loyauté est une véritable catastrophe, a-t-il ajouté.
Commenter  J’apprécie          40
RanineRanine   05 mars 2018
La peine que j'ai éprouvée à la perte de mes parents est à la fois plus profonde et plus radicale que ce que je pourrai jamais ressentir pour un chat. Mais elle est également plus acceptée : tout le monde est prêt à prendre une telle douleur au sérieux. A l'inverse, si un chat que vous ne connaissez que depuis six mois et qui n'est même pas disparu depuis deux jours vous manque, cela paraît d'une niaiserie achevée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
asnicoasnico   21 octobre 2015
Après tout, il en va ainsi avec les histoires d'amour : il faut s'accommoder des quelques défauts ou mauvaises habitudes de l'être aimé.
Commenter  J’apprécie          30
KaaliopeKaaliope   26 décembre 2015
Mais il était inscrit dans mon destin qu'un jour une déesse domestique aussi petite qu'indépendante ferait irruption dans ma vie.
Commenter  J’apprécie          30
BillyJaneBillyJane   22 octobre 2015
"Depuis peu, je suis propriétaire d'un chat. Enfin, je crois plutôt que c'est le chat qui me possède."
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14485 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre