AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2824210680
Éditeur : La Bourdonnaye (06/05/2015)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Premier acte : sur ordre du Padre, Corto et Alban chopent Le Marseillais dans le sud du Portugal, où il se terre comme un rat, pour un rapatriement express à Paris.Deuxième acte : mis en éveil par cette agitation, Figo, flic véreux et sadique, se lance sur la piste des ravisseurs et espère bien remonter jusqu'au parrain pour le faire cracher au bassinet.Troisième acte : ledit parrain ordonne à Gilles, petit loser toxico, de retrouver sa nana, partie en cavale avec s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
koalas
28 juin 2015
Padre, un polar pastiche série B.. Z qui se (dép)lit sans peine.
L'histoire démarre sur les chapeaux de roues en plein cagnar au Portugal. Au volant, deux petites frappes ramènent dans leur coffre le Marseillais. Un colis à transmettre illico presto à Padre Cocaïne qui n'aime pas que l'on abuse de sa générosité, lui qui monopolise à l'excès et déteste plus que tout partager son bien mal acquis avec une meute de cinglés avides.
Les personnages haut-en-couleurs ne manquent pas de clichés :
En tête de série, Padre, le maître de la chnouf qui règne du haut de son nuage de poudre blanche et prêche la bonne (foi) sur son réseau de milliers d'âmes en en manque...de neurones comme le déjanté duo Alban et Momo, sorte d'Eric et Ramsy sous acide. Et puis, un couple drôlement assorti, la jolie Mélody bien plus dégourdi que son petit Gilou, un toxico complétement accro et à coté de ses pompes. Sans oublier des flics ripoux et vicieux qui se dédoublent et un drôle d'évêque à qui l'on ne donnerait pas le bon dieu en confession.
Dommage que le style parlé de Luc Véniot, les dialogues décalés et l'humour loufoque surpoudré rendent le mix un peu indigeste. Parfois marrant mais à la longue fatigant.
Merci aux éditions La Bourdonnaye et à Masse critique pour la découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          135
LesLivresEnFolies
28 juin 2015
Je tiens à remercier Babelio et la maison d'édition La Bourdonnaye pour l'envoi de ce service presse que j'avais vraiment envie de découvrir.

La couverture en elle-même ne m'a pas réellement plu même si je l'ai trouvée parfaite pour le contenu du livre. C'est le résumé qui m'avait le plus donné envie de découvrir ce roman. En effet, je voulais savoir de quelle manière l'auteure allait mettre en place l'univers que je devinais épique.

Je tenais avant tout à vous prévenir qu'il y a certaines scènes de ce roman qui risquent de vous choquer car elles sont assez violentes voir gores et j'ai parfois eu de la difficulté à m'accrocher. Heureusement, il y a à côté des scènes un peu plus humoristiques qui détendent un peu l'atmosphère.
Tout d'abord, il faut que vous sachiez qu'il n'y a pas d'un côté les gentils et de l'autre les méchants car l'auteur nous montre ici que la barrière entre les deux est vraiment très mince. Les personnages que nous pensons être les héros sont au contraire les méchants et les méchants pas autant que nous pouvons le penser.
C'est une histoire vraiment originale et captivante qui a su retenir mon attention du début à la fin. Il y a de l'action à souhait mais également de nombreux retournements de situations qui nous empêchent de tomber dans l'ennui et qui nous permettent d'apprécier notre lecture un peu plus au fil des pages.
C'est le premier livre de l'auteur que je lisais et je n'ai pas été déçue bien au contraire. D'ailleurs, je pense que je vais me pencher un peu plus sur la question et peut être lire son autre roman qui je l'espère sera aussi bien que celui-ci.

Au niveau du contenu même du roman, si vous voulez en savoir assez pour vous donner envie de le lire, c'est vers la quatrième de couverture que je vais vous renvoyer car dans un premier temps, je la trouve vraiment intéressante et assez originale et dans un second temps car elle en dévoile à mon avis juste assez pour nous donner envie.

Il y a vraiment beaucoup de personnages mais je vais quand même vous en présenter les deux protagonistes qui sont mes personnages préférés. Il s'agit de Corto et d'Alban qui sont tous les deux inséparables même si Corto doit souvent réparer les bêtises d'Alban qui n'hésite pas à se mettre en danger sans vraiment le vouloir. Ce sont des jeunes hommes vraiment intéressants et auxquels je me suis attachée. J'ai souvent éclaté de rire car ils se mettent dans des situations épiques.

En résumé, je ne m'attendais pas autant à apprécier ce livre même si malheureusement, il n'a pas manqué grand-chose pour qu'il soit un coup de coeur. C'est un livre vraiment intéressant que je ne peux que vous recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yv1
08 juillet 2015
Au départ, je dois dire que je fus un brin décontenancé voire perdu dans les quatre histoires qui alternent, se croisent dont on sent bien qu'elles vont se rejoindre totalement, mais le mystère -ou l'opacité- reste entier. Puis je me suis attaché à Alban, totalement barré, Chinois adopté à 2 ans et abandonné à 4 et à Corto aux manières élégantes, plein d'attentions pour les gens qu'il aime. Et l'écriture vive, rapide et souvent drôle de Luc Venot m'a permis d'avancer sans difficulté et de prendre vraiment goût à ma lecture, car dès lors que tout se met en place, c'est un bouquin qu'on ne lâche plus. Certains passages sont excellents comme cette description d'un des deux flics portugais, qui reprend pas mal de stéréotypes des flics de fiction et annonce clairement la couleur : "A même pas 26 ans, il est totalement désabusé par la nature humaine, complètement blasé, vicieux, teigneux. Presque le flic parfait. Il manque encore de méchanceté, mais Figo se dit que ça viendra avec l'expérience et le dégoût." (p.24) Un autre m'a marqué parce qu'il m'a fait beaucoup rire : la visite par Alban et Momo sous acide, de la ménagerie d'un zoo, (p. 129 à 135) avec en point d'orgue la découverte des éléphants... Je vous laisse le plaisir de la surprise lorsque vous lirez le roman.
Le réseau monté par Francis Dibramar est une énorme pieuvre et lorsqu'on y est entré -pas toujours volontairement- il est impossible d'en sortir. le réseau, c'est une variation moderne du mythe de Faust dans le monde peu reluisant des gangsters. Dibramar est le diable qui achète les âmes de ses futurs collaborateurs. Lorsqu'iceux ont signé, ils sont protégés, soignés, vivent très bien, souvent assez paisiblement jusqu'au moment où il leur faudra rendre service, n'importe lequel à n'importe quel prix : "Dibramar est plus grand que toutes les mafias, les triades, les Yakusas. Supérieur aux États, aux armées... C'est un grand sorcier." (p.168). Il ne peut pas perdre, vacille à peine, il faut dire qu'il a su et sait toujours s'entourer ; il a de multiples contacts politiques, tant en France que dans le monde.
Luc Venot écrit là un polar original, drôle et violent, un peu comme les films de Quentin Tarantino -c'est la première image qui me vienne, je dois confesser ici un manque évident de culture cinématographique, sûrement d'autres noms viendront aux esprits de lecteurs plus avisés que moi en la matière-, là où la violence survient juste après ou avant une scène de franche rigolade, où elle peut être atténuée par un dialogue drôle et décalé (je pense à la scène de la balle perdue dans la voiture dans Pulp Fiction). En plus de toutes les belles choses que j'ai dites sur ce roman, je trouve la couverture très réussie (et très Tarantino-cinématographique), et chez La Bourdonnaye, les livres existent aussi en versions numériques à des prix très abordables.
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LilyToutou
16 juin 2015
Tout d'abord je voudrais remercier les éditions La Bourdonnaye et Babelio de m'avoir offert ce livre lors de l'opération Masse Critique.
J'ai n'ai pas vraiment aimé ce livre même si je ne l'ai pas détesté non plus. En fait, j'ai eu du mal avec les personnages qui ne m'ont pas plus séduite que ça pour la plupart. J'ai par exemple bien aimé Corto et Alban, qui m'ont fait rire à certaines occasions mais la majorité des autres m'a laissée indifférente.
En plus, je m'attendais à lire une comédie, drôle de bout en bout mais il s'avère que j'ai mal interprété le résumé : le livre se place vraiment dans le monde de la drogue, très présente et que je ne côtoie jamais (d'où peut-être mon manque de réaction face aux personnages sous son emprinse), de l'argent, du meurtre et de l'illégalité. Un gros décalage par rapport à mes espérances donc, avec un livre sur des sujets que je n'affectionne pas particulièrement.
En définitive, c'est un livre qui m'a laissée froide : je ne l'ai ni aimé, ni détesté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mabiblio1988
04 juin 2015
Voilà une lecture des plus originales. Ici, pas la peine de chercher le gentil et le méchant… Tout n'est pas noir ou blanc mais tout est gris. Celui qu'on imagine être le gentil se retrouve parfois voire même souvent le méchant. Celui qu'on imagine être le méchant n'est finalement pas si méchant que ça. Comment se retrouver dans toute cette histoire ? En se laissant emporter par l'histoire et en s'attachant aux personnages.
Tout commence avec la disparition de drogue et d'argents… le grand chef alias Padre cocaïne ne peut pas laisser passer ça… Un enlèvement ? Les gendarmes ne peuvent pas laisser passer ça… Il faut retrouver la victime et les ravisseurs…
Le lecteur se retrouver embarquer dans une histoire sans queue ni tête. Enfin, ça c'est l'impression que l'on a début car très rapidement on comprend que tout est lié. Chaque personnage n'est pas là par hasard, il a un rôle un jouer.
En parlant de personnage, ils sont assez nombreux mais cela ne nous empêche pas de nous attacher aux plus récurrents. J'ai adoré Corto sans oublier Alban ou Francis. Une fois de plus, il ne faut pas se fier aux apparences. Non seulement, comme je vous l'ai dit, les méchants ne sont pas ceux que l'on croit mais les moins intelligents ne sont pas ceux qui paraissent les plus bêtes…
Je ne vous en dirais pas plus mais sachez que les personnages de ce roman sont très originaux, très surprenants et très attachants.
Avec une plume tranchante, drôle et sarcastique, Luc Vénot nous emmène dans l'univers de la drogue, de la corruption. Il nous apprend à nous méfier des apparences.
Pour conclure, j'ai passé un moment de lecture très agréable et plein de surprises.
Lien : http://mabiblio1988.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
yv1yv108 juillet 2015
A même pas 26 ans, il est totalement désabusé par la nature humaine, complètement blasé, vicieux, teigneux. Presque le flic parfait. Il manque encore de méchanceté, mais Figo se dit que ça viendra avec l'expérience et le dégoût. (p.24)
Commenter  J’apprécie          00
yv1yv108 juillet 2015
Dibramar est plus grand que toutes les mafias, les triades, les Yakusas. Supérieur aux États, aux armées... C'est un grand sorcier. (p.168).
Commenter  J’apprécie          00
Video de Luc Venot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Venot
Que vous réserve le joli mois de mai chez La Bourdonnaye? De l'action à la Tarantino d'abord, avec "Padre Cocaïne" de Luc Venot, l'auteur du Best-Seller "Même pas peur" qui sort le 6 mai. Des frissons et du rire avec "Le Château de Walpurgis" de Philippe Duchateau, un univers qui tient à la fois du "Bal des Vampires" et de "La Petite boutique des horreurs". Sortie le13 mai. Un séjour entre l'enfer et le paradis avec "Deathless Days" de Lucas Legendre, un univers drôle et plein de punch à la Robert Rodriguez. Sortie le 27 mai. Et le grand retour de Pulp avec deux Séries : "La ménagerie" de Kémi Outkma, une histoire de vengeance à la Dantès tendue et furieuse et tout cela à l'intérieur d'une cité. Sortie le 13 mai. "Brooklyn Paradis" de Chris Simon, une famille bien sous tous rapports qui se voit projetée dans une sombre histoire de drogue. Une fabuleuse galerie de portraits drôles et réalistes. Sortie le 20 mai
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Luc Venot (1)Voir plus

Lecteurs (14) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1158 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre