AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.18 /5 (sur 553 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Wendall Utroi est un auteur français de romans à suspense. Policier aux différentes facettes, officier de police judiciaire (OPJ), instructeur, Wendall Utroi est curieux de tout et attiré par les missions à l’étranger. Il a commencé à écrire son premier roman "Un genou à terre" alors qu’il était en mission en Afghanistan en 2009, puis "Le dompteur de pluie", "L'enjeu", "Wanda" et "Comme un phare dans la tourmente".
En octobre 2021, il publie chez Slatkine & Cie « Le paradis des vauriens ».

Facebook :https://www.facebook.com/profile.php?id=100011604967805

Site: www.wendallutroi.fr

Twitter : @WendallUtroi

Ajouter des informations
Bibliographie de Wendall Utroi   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

REMISE PRIX DE L'OMBRE DU ZÈBRE - SALON LIVRE PARIS


Citations et extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
Chrichrilecture   30 mai 2016
Un genou à terre de Wendall Utroi
Je cligne des yeux plus souvent, tentant ainsi de me dissimuler un peu. Quinze secondes, je ne tiens plus, je voudrais regarder ailleurs, mais je me doute qu’il me testes mes joues chauffent, une bouffée de chaleur, que j’identifie, il me juge, ou tente de m’en donner l’impression.
Commenter  J’apprécie          170
ArlieRose   13 septembre 2021
Les Yeux d'Ava de Wendall Utroi
La vie ne respecte que ceux qui se battent et ignorent ses coups de bâton, qui choisissent la route qui monte, et même la gueule dans le caniveau continuent d'avancer.
Commenter  J’apprécie          60
Wendall Utroi
lalyM   11 décembre 2017
Wendall Utroi
Il était un fils de rien, un homme de bas étage, du genre à pisser le plus loin, et à cracher sur les tombes.

Il avait rencontré une fille bien, de celles qui rêvent à un homme simple, pas un normalien, de poupons, et de vols de colombes.

Il avait des muscles, même presque trop, et puis aussi, il connaissait de jolis mots. Alors, il lui a dit je t’aime.

Elle était joie, bulles de savon, champagne dans les yeux.

Ses paroles, c’était presque des poèmes.

Il était gentil, lui offrait des fleurs, elle était son trophée, un jour, il lui avait même dit son âme sœur.

Elle aimait son humour, ses manières de vaurien.

Et puis, une fois, sa jupe trop courte et de trop regarder les hommes, il lui reprocha.

Désormais, la règle c’était le genou, et à lui seul elle référerait de ses achats.

Son amour pour elle grandissait, elle devait le comprendre, c’était toujours dans son intérêt qu’il agissait.

Alors elle obéit, pas par soumission, mais plutôt comme une offrande, elle se donnait à lui quitte à baisser l’ourlet.

Un soir de beuverie, il rentra ivre de mousse, inquiète, elle lui reprocha l’heure tardive, et de colère il gifla sa frimousse.

Sa tête cogna le bois de la porte, elle cria, chose qu’il insupporte, alors il cogna, cette fois du poing.

Le sang de sa lèvre gicla, et vint éclabousser la chemise du sagouin.

Elle eut beau s’excuser, et pleurer à ses genoux, tel un chien, lui s’époumonait et la traitait comme une moins que rien. Ce fut de coups de pieds qu’il la frappa dans les reins

...

Le lendemain l’œil gonflé, et la mine d’outre-tombe, elle rasa les murs, pendant que l’autre ronflait.

Vers midi, il se leva, et s’excusa... après tout, il n’avait pas de compte à lui rendre, c’est sur elle que la faute retombe.

Elle savait l’agacer, lui manquer de respect, l’asticoter alors qu’il n’avait rien fait.

De ce jour-là, la femme amoureuse ne connut plus jamais le bonheur, des coups, elle en reçut plus souvent qu’à son heure.

Cela dura un temps, peut-être dix ans.

Elle s’en alla un soir d’été, dans sa tête c’était décidé, plus jamais elle ne souffrirait, elle se sentait enfin libre, c’était fini l’allégeance.

C’était un soir d’été, elle avait le cœur léger, elle ferma les yeux, et sentit son cœur s’arrêter une fois dans l’ambulance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
RomansNoirsEtPlus   14 septembre 2021
Le paradis des Vauriens de Wendall Utroi
J’étais attiré par elle, hypnotisé, peut être son tempérament et ses cheveux de feu ? Mais l’amour ?

C’était un sentiment sans odeur, une plaie au cœur que je ne connaissais pas, un mal qui ne l’atteignait pas, une chimère. L’amour, ça ressemblait à une faiblesse, une faille où pourraient s’engouffrer mille saloperies. Ça flirtait avec la jalousie, ça dînait avec des chandelles, ça se fourvoyait sur des chemins pavés de larmes, ça flambait, ça crânait, ça rendait les couples cons.Et puis, un jour, ça s’usait, alors les gens devenaient méchants. Moi, j’avais pris un raccourci, j’essayais juste de devenir méchant.
Commenter  J’apprécie          30
RomansNoirsEtPlus   12 septembre 2021
Le paradis des Vauriens de Wendall Utroi
La Faucheuse, je l’emmerdais. Elle n’était rien qu’une lumière éteinte, le vide, le néant, un détail de la vie, un interrupteur qu’on manipulait de manière définitive.
Commenter  J’apprécie          60
RomansNoirsEtPlus   13 septembre 2021
Le paradis des Vauriens de Wendall Utroi
Il avait tout compris : la peur poursuivait l’homme depuis la nuit des temps, elle se fondait dans ses gènes, était à l’origine de réflexes ancestraux, Mitra la brandissait d’une main et de l’autre apaisait par la douceur d’un monde utopique. L’aveuglement dans tout son art.
Commenter  J’apprécie          40
RomansNoirsEtPlus   14 septembre 2021
Le paradis des Vauriens de Wendall Utroi
La mort gagnait toujours, une main magnifique avec des jokers et l’atout maître, elle régnait sur le monde sans partage et bousculait tout sur son passage avec un claquement de doigts. La mort ne respectait rien ni personne, une banalité qui broyait le miracle de la vie.
Commenter  J’apprécie          30
Mimeko   15 mars 2021
Les Yeux d'Ava de Wendall Utroi
Il m'invita à le suivre jusque dans l'atelier, et bafouilla quelques mots de condoléances du bout des lèvres. Sa façon gauche et empruntée laissait transparaître un émoi non feint, c'est souvent dans les grandes carcasses qu'on trouve les cœurs les plus sensibles.
Commenter  J’apprécie          140
FleurDuBien   22 mai 2018
Les Yeux d'Ava de Wendall Utroi
Tu sais, ma belle, les plaies finissent toujours par se refermer, même celles qui t'arrachent le coeur. Au bout de quelque temps, tu te retrouves avec des cicatrices plus ou moins profondes. Souvent, pour les autres, tu sembles guérie... mais, elles ne cessent jamais de te mordre la couenne, crois-moi. En fait, elles font moins mal et on s'habitue. Une cicatrice, ça ne s'efface pas, au mieux, ça se camoufle. On vit tous avec nos fantômes...
Commenter  J’apprécie          124
Mimeko   18 mars 2021
Les Yeux d'Ava de Wendall Utroi
Son visage boursouflé, ses joues flasques et ses yeux éteints au-dessus de cernes affaissés lui donnaient un air de basset artésien déprimé.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

John Le Carré ou pas ?

La Mémoire dans la peau est un roman de ...

John Le Carré
Robert Ludlum

15 questions
16 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..