AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012176208
Éditeur : Hachette Livre BNF (01/04/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Cet ouvrage est une réimpression à l'identique de l'édition originale numérisée par Gallica. Il est possible qu'il présente quelques défauts dus à l'état de l'ouvrage et au procédé de numérisation.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LydiaB
  29 janvier 2014
On connaît le Jules Verne romancier mais on connaît beaucoup moins le dramaturge. Et pour cause... Si l'auteur fut très attiré par ce genre, ses pièces n'obtinrent que très peu de succès. Celle-ci fut écrite à quatre mains, en collaboration avec Charles Wallut, dramaturge, éditeur et financier. Ensemble, ils firent quatre autres pièces : La Tour de Montlhéry (1852), Un fils adoptif (1853), Onze jours de siège (1861) et Les Sabines (1867). Un neveu d'Amérique fut sans doute remaniée par deux autres dramaturges ayant obtenu du succès : Edouard Cadol et Eugène Labiche.
C'est peut-être ce qui explique le fait que celle-ci soit aussi agréable à lire et que l'on soit en plein vaudeville. L'histoire est basée sur la souscription d'une assurance-vie. Savinien, le neveu de Monsieur Stanislas de Frontignac, débarque dans la vie de ce dernier sans crier gare. Il tombe amoureux de Madeleine. Cependant, il n'a aucune fortune. Son oncle décide alors que le mariage aura lieu coûte que coûte. Il ne lui reste plus qu'à trouver l'argent nécessaire...
Le style est vif, endiablé même. On sourit de la première à la dernière page. A découvrir !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
cicou45
  23 février 2014
Un grand merci à la personne qui m'a fait découvrir cet ouvrage via Babelio (et qui se reconnaîtra) et qui a eu l'extrême gentillesse de le commander pour moi. Je crois que sans elle, je n'aurais probablement jamais entendu parler de ce dernier et n'aurai peut-être jamais découvert Jules Verne en tant qu'auteur de pièce de théâtre...et cela aurait été bien dommage. En effet, qui ne connait pas ce géant de la littérature d'anticipation ? Vous pensiez avoir tout lu de lui ? Eh bien non, il vous reste à découvrir cette admirable pièce, qui relève parfois du burlesque et qui est à mourir de rire.
Ici, Stanislas de Frontignac découvre qu'il a un neveu et non pas des moindres parce que figurez-vous que celui-ci lui vient d'Amérique...rien que ça ! Frontignac, un homme d'une quarantaine d'années qui se croyait jusqu'ici sans famille (et bien ravi de l'être car il est avare comme Harpagon), se voit donc ici oncle et qui plus est, d'un neveu sans le sou et qui n'a qu'une envie : épouse la belle et jeune Madeleine, la nièce de son ami Carbonnel.
Il faut également vous dire que si Frontignac est extrêmement près de ses sous, il n'en a pas moins le coeur sur la main lorsqu'il s'agit de ce neveu débarqué d'Amérique et qu'il est prêt à tout pour que ce projet se réalise.
S'il m'est permis ici de le comparer à Harpagon, je pousserais même jusqu'à faire de lui un véritable Don Juan tant il est beau parleur, séduisant et n'hésitant pas à jouer sur plusieurs tableaux à la fois, faisant ainsi tourner la tête des pauvres Antonia et Evelina (j'emploie le mot "pauvres" car elles font toutes deux les frais de ce bourreau des coeurs), respectivement épouses de Roquamor et de Marcandier.
Maintenant que j'ai un peu planté le décor et fait la présentation des personnages, je ne vais pas trop m'arrêter sur l'intrigue de peur d'en dire trop. Vous aurez tout de même qu'il s'agit ici de mariage, d'amour et d'argent et c'est, à mon humble avis, les trois éléments dont vous devez être informés pour avoir une idée globale du contenu de la pièce. Une pièce qui m'a tantôt rappelé Molière, tantôt Jules Romains avec sa pièce "Knock ou le Triomphe de la médecine" et qui, pourtant, n'est en rien comparable, si ce n'est quelques expressions qui m'ont rappelé l'un pu l'autre mais dans un genre tout autre car le pièce est réellement unique en soi et mérite d'être découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
BrunoA
  24 février 2014
Pièce de théâtre écrite par Jules Verne à ses débuts, son style tranche avec les Voyages Extraordinaires auxquels l'auteur nous a habitués.
Pour autant, on passe un moment agréable. le rythme est enlevé et la l'ambiance sympathique.
S'agissant de l'intrigue, cette pièce nous livre moins une histoire qu'une époque.
Cette histoire de mariage du neveu d'Amérique a un parfum désuet qui lui donne beaucoup de charme.
A lire pour découvrir un autre aspect de Jules Verne.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   29 janvier 2014
MARCANDIER.

Que voulez-vous ? Voilà six mois que vous êtes à Marseille pour votre grande affaire de terrains. A votre retour, madame Roquamor a l'heureuse idée de donner un bal pour vous faire renouer connaissance avec le monde parisien. Rien de plus simple...


IMBERT.

Vous devez être enchanté de voir madame Roquamor admirée, adulée, entourée.


MARCANDIER, bas.

Taisez-vous donc ! Il est jaloux comme un tigre !


ROQUAMOR.

Parlons-en de ma femme et de cette foule de petits drôles qui sautillent, voltigent et glapissent autour d'elle. Tenez, en ce moment, elle polke avec une espèce de fat que je ne connais pas et qui lui fait des mines ! Mon Dieu... que cette polka est longue... Non... permettez. (II remonte et essaye de se frayer un passage à la porte du fond).


PREMIER INVITÉ, à Roquamor.

Ne poussez donc pas, monsieur !


DEUXIÈME INVITÉ.

Vous n'espérez pas nous passer au travers du corps ?


ROQUAMOR.

C'est que... j'aurais désiré...


PREMIER INVITÉ.

Après la polka, monsieur.


ROQUAMOR.

Mille pardons, j'attendrai. (Redescendant la scène.) Décidément, là, c'est fort ennuyeux de ne pas être connu.


MARCANDIER.

Eh bien ! vous n'entrez pas ?


ROQUAMOR.

A moins d'envoyer chercher quatre hommes et un caporal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
cicou45cicou45   23 février 2014
"On a tord de railler les médecins ; ils sont précieux, quand on n'est pas malade."
Commenter  J’apprécie          150
cicou45cicou45   23 février 2014
SAVINIEN : Oh bonheur !
Frontignac : Oh la jeunesse ! La jeunesse ! Que c'est beau ! Et contente à si peu de frais. On n'a jamais rien inventé, on n'inventera jamais rien de mieux.
Commenter  J’apprécie          20
cicou45cicou45   23 février 2014
"On ne vieillit que quand on le veut bien. Ce sont les enfants qui ont inventé la vieillesse pour mettre leurs parents sous la remise."
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jules Verne (111) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Vidéo de Jules Verne
autres livres classés : pièce de theatreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
207 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre