AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253014423
149 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1977)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Les hommes politiques, je les connais bien : il y a trente ans que je les regarde, que je les écoute, que je les fréquente.
J'aime la politique, je l'avoue, comme d'autres le théâtre non pour monter sur la scène, mais pour applaudir ou siffler les acteurs. Et les hommes politiques, je les aime bien, comme Henri Fabre aimait ses insectes favoris, comme Jean Rostand aime ses grenouilles et ses têtards. Souvent, j'ai eu envie de leur parler à coeur ouvert, de le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
La31
  09 août 2019
Pierre Vianson-Ponté est un grand journaliste qui a marqué son époque au Monde notamment lorsque le journal était autogéré. Ce livre est un de ses derniers ouvrages; il est paru en 1976.
Pierre-Vianson-Ponté avait la dent dure mais quand même on ne penserait pas que ce texte a plus de 40 ans.
« En France, la politique a mauvaise réputation. Quant à la réputation de ceux que De Gaulle aimait à nommer « les politichiens », elle est tout simplement effroyable. Il n'est guère de pays qui aient aussi peu de considération, autant de mépris même, pour ceux qui les gouvernent, ou les représentent.
S'il est à droite, l'homme politique français est considéré comme un raté de la finance, de l'industrie, du commerce ou du moins l'un de leurs employés subalternes. Sa seule idée que rien ne change.
À gauche, il passe pour un bureaucrate, un apparatchik guidé moins par la conviction que par l'ambition ou plus prosaïquement l'appétit. Son espoir : que tout change, c'est-à-dire que la queue de la poêle passe dans ses mains.
Entre les deux, c'est le marais où s'embourbent ceux qui ne savent pas exactement de quel côté soufflera demain le vent et donc dans quelle direction ils doivent prendre. Et qu'on nous montre sur les bancs des assemblées et les états-majors des partis les grands intellectuels, les vrais savants, les champions de leur spécialité : ils se gardent bien d'aller perdre le temps dans ce monde de l'illusion et de la combine. Non, non : tous les mêmes, tous des médiocres, au mieux incompétents et inutiles, au pire véreux et pourris, qui ne sont là que pour se remplir les poches. Voilà, en gros, l'image que beaucoup trop de vos concitoyens ont de vous, les hommes politiques. Et c'est bien dommage.
C'est dommage d'abord parce que c'est faux. Vous n'êtes pas tous honnêtes, je le sais bien et il existe parmi vous des concussionnaires, des prévaricateurs, des arnaqueurs, les uns prêts à se vendre et les autres à se louer à la journée et même à l'heure. Mais ceux-là, chacun les connaît et on pourrait aisément les nommer. Et dans tout le personnel du régime et de l'opposition, dans toute la classe politique, on pourrait les compter sur les doigts d'une seule main – enfin disons par prudence deux.
Car le parlementaire et le technocrate de base sont dans l'ensemble honnêtes et désintéressés, contrairement à ce qu'un vain peuple pense. Seulement il faut reconnaître qu'une carrière politique pose tant de problèmes personnels, matériels et moraux, de système de vie et de travail, de relations et d'appartenance, d'opportunité, de tactique et de hasard que parfois tout se mêle dans un brouillard où il est aisé de se perdre.
Je n'ai jamais rencontré un député, un seul, qui n'ait pas l'ambition d'être un jour ministre, et c'est normal : la finalité de son entreprise, c'est le pouvoir ou son apparence.
Je n'ai jamais vu un ministre, un seul, qui ne soit soucieux de le rester ou à défaut, par une démission bien calculée ou un effacement provisoire bien orchestré, de le redevenir aussitôt que possible.
Je ne connais guère de hauts fonctionnaires qui, un jour d'exaspération contre les tergiversations, l'ignorance ou l'indifférence de leur ministre ou des élus, n'aient souhaité une fois au moins entrer au Parlement, voire au gouvernement, pour apprendre leur métier à tous ces incapables.
Et parmi les militants, j'en sais peu qui aient refus de se dévouer en posant leur candidature à quelque mandat plus ou moins prestigieux, en acceptant quelque désignation flatteuse.
S'il existe des hommes politiques heureux, combien me sont apparus tenaillés par la peur : peur des « patrons » dispensateurs d'investiture et de responsabilités, crainte cyclique des chers électeurs, souci lancinant de leur personnage public, incertitude dans l'action, angoisse jusqu'au plus haut niveau parce qu'il leur faut, comme l'a dit l'un d'eux et non des moindres, en permanence « gérer l'imprévisible ».
En bonus : le lobbying
« Il est impossible de tout savoir et un élu consciencieux trouve très vite ses limites. Comment pourrait-il, la même semaine, avoir à la fois un avis tranché et motivé sur une réforme de l'enseignement supérieur, une position sur la politique pétrolière, une conviction sur le choix de la meilleure filière nucléaire, un jugement sur l'aménagement de la région lyonnaise, une idée sur la fiscalité des cultivateurs de tabac ou des magasins de grande surface, et une opinion ferme sur la conduite monétaire du Japon, Et pourtant, sur tous ces sujets et bien d'autres, il faudra se prononcer, voter et décider. le bon sens ne fait rien à l'affaire, surtout quand on n'a ni les possibilités intellectuelles, ni le temps, ni le goût d'étudier des dossiers qui, de surplus, ne sont pas à votre disposition.
Ces dossiers précisément, quelques-uns les détiennent. Les uns, ministres, rapporteurs, experts officiels sont censés les connaître. Les autres les possèdent sur le bout du doigt : ce sont eux qui les ont constitués, eux qui le plus souvent les ont fournis, tout préparés, aux ministres et hauts fonctionnaires et sous une forme édulcorée, orientée, aux quelques parlementaires utiles. Comme il est tentant de s'en remettre à ceux qui savent et s'offrent ainsi à vous éclairer. Ainsi les décisions sont-elles souvent arrachées à la faveur d'une savante mise en condition assortie de quelques facilités à la simple flatterie en passant par un bon déjeuner ou un menu service.
Après cela, on trouvera des naïfs pour s'étonner et même admirer que les groupes de pression, les lobbies, si bruyants et indiscrets sous la IVe République où l'on voyait certains jours leurs représentants s'abattre comme les hirondelles en vols serrés dans les couloirs du Palais-Bourbon et les antichambres des ministères, aient presque disparu sous la Ve. Parbleu ! C'est qu'ils sont passés de l'antichambre au cabinet, voire au bureau du ministre et des couloirs dans l'hémicycle. Installés au coeur du dispositif exécutif, parlementaire et administratif c'est à peine s'ils ont besoin désormais de respecter les apparences. Au lieu de manipuler les pouvoirs, ils les contrôlent, les partagent et parfois les détiennent, se confondant largement avec eux... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SauveterreSauveterre   29 mai 2020
Vous avez dit dans votre campagne présidentielle que vous vouliez "gouverner au centre". Maintenant vous pensez que le centre, au fond, c'est la droite. Belle découverte !

(Lettre ouverte à Valéry Giscard d'Estaing)
Commenter  J’apprécie          52

Video de Pierre Viansson-Ponté (5) Voir plusAjouter une vidéo

Tribune Ben Barka
Débat en studio sur "l'affaire Ben Barka" entre deux journalistes : Pierre CHARPY, de Paris-Presse, et Pierre VIANSSON PONTE, du Monde. Ils répondent aux questions de Pierre DUMAYET et Pierre DESGRAUPES, et relatent les faits les uns après les autres depuis l'enlèvement de Ben Barka. Leurs points de vue respectifs divergent. Les questions : l'enquête de police a-t-elle été mené...
autres livres classés : vie politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox