AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782375680728
128 pages
Editions du chat noir (04/04/2018)
3.85/5   26 notes
Résumé :
Lotie, petite Parisienne de 11 ans, déménage pour la Bretagne. Une terre de légendes, lui disait-on. En guise de légende, la voilà dans un vieux manoir perché tout au bout du monde. Une bâtisse poussiéreuse, perdue sur une lande désertique. Pas de quoi enchanter la jeune fille. Elle va s’ennuyer ferme ici, sans ses amies, c’est certain. S’ennuyer ? C’est sans compter sur l’arrivée d’une étrange créature. Une silhouette encapuchonnée, armée de son immense faux, dress... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 26 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Aelinel
  17 avril 2018
J'ai rencontré plusieurs fois Jean Vigne que ce soit à des soirées Décitre sur l'Imaginaire à Grenoble, à la Convention SF 2017 ou aux Grésimaginaires 2018. Je n'ai pas osé me lancer dans sa trilogie Néochronical estampillée YA alors, j'ai tenté ce petit roman jeunesse dans la Collection Chatons Hantés destinée aux 9-12 ans. Malheureusement, j'ai le regret de dire que je n'ai pas vraiment accroché.
Lotie est une jeune fille de onze ans qui se voit contrainte et forcée de quitter sa vie parisienne pour se retrouver dans le manoir familial, en Bretagne. Loin de tout, de ses amis, sa nouvelle vie imposée par ses parents, ne l'enchante guère. le manoir est vieux, humide et sinistre. Or, s'il n'y avait que cela! En effet, chaque nuit, un sombre individu encapuchonné et armé d'une faux accoste la grève, en contrebas, sur une frèle embarcation…
Je suis vraiment très embêtée pour écrire ma chronique car ce roman avant ma lecture a bénéficié d'un capital sympathie à 100%. Comme je l'ai dit en introduction, j'avais rencontré plusieurs fois l'auteur que j'avais trouvé très abordable et vraiment très gentil. de plus, quand j'ai vu le nom d'Ankou, dans le titre, comment résister? En effet, je suis d'origine bretonne et forcément ce nom, pour désigner le Passeur des Âmes, me parle. C'est une figure omniprésente en Bretagne que ce soit dans le folklore au travers des contes ou dans l'Art, en sculpture sur les églises ou en peinture. de plus, le lieu de l'intrigue sur la Presqu'ïle de Crozon m'est familier car la dernière fois que je me suis rendue sur la Terre de mes Ancêtres, c'était à Telgruc sur Mer. Et il se trouve que j'ai vu un manoir qui ressemblait peu ou prou à celui décrit par l'auteur.
Pour en revenir au roman, trois choses m'ont déplu :
- le style littéraire. En effet, je l'ai trouvé un peu décalé par rapport à l'âge d'une jeune fille de onze ans. Si au début du roman, le style est un peu trop soutenu pour son âge, il évolue par la suite et correspond davantage à une petite fille de huit-neuf ans.
- La personnalité de Lotie. Cette dernière est une pré-adolescente et c'est simple, elle n'aime pas grand chose! Je peux comprendre qu'elle ait été un peu désorientée par ce déménagement mais elle n'est pas très positive non plus. Elle répète inlassablement que son père possède un humour pourri en le citant à chaque fois mais aussi qu'elle apprécie peu les personnages âgées et la queue en interrogation du chat de sa voisine, Félix. Or, ces répétitions ont été un peu redondantes pour moi. En revanche, deux traits de sa personnalité m'ont fait sourire : sa gourmandise (elle n'hésite pas à aller chiper quelques bonbons dans un bocal caché par sa maman – je faisais la même chose étant petite!) et son humour. le passage sur la religion catholique est d'ailleurs assez hilarant!
- L'intrigue. Il est clair que je ne suis absolument pas le public cible de ce roman. Il est plutôt adressé aux 9-12 ans qui sont beaucoup moins exigeants. Maintenant, je me rappelle avoir lu à onze ans, le Fantôme de Canterville d'Oscar Wilde et j'avais adoré. L'intrigue de l'Ombre de l'Ankou est du même acabit. Je suis donc certaine qu'il plaira au public cible.
En conclusion, malgré une bonne première impression quand j'ai débuté ce roman, j'ai été rapidement déçue par les éléments cités plus hauts (un style littéraire inadapté pour une jeune fille de onze ans, sa personnalité un peu rebutante parfois et une intrigue ayant un goût de déjà-vu). J'espère, en revanche, n'avoir rebuté personne car il est clair que je ne fais pas partie du public cible. Je pense donc sincèrement que ce roman pourra davantage plaire à un(e) adolescent(e) de neuf-douze ans.
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SaveurLitteraire
  21 mai 2021
Pour ceux qui ne le savent pas, je suis bretonne d'adoption ; bretonne tout de même, ne chipotons pas. C'est donc avec intérêt et curiosité que je me suis plongée dans L'ombre de l'Ankou, quatrième roman de la collection Chatons Hantés des éditions du Chat Noir, un titre de Jean Vigne. Si vous connaissez la collection, vous savez qu'elle regorge de lieux hantés, de manoirs abritant des êtres trépassés. Ce court roman y a aussi droit, le tout illustré avec talent ! Et alors, ce manoir, qu'en est-il ?
Lotie, une jeune fille grincheuse que l'on apprend à connaître parce que c'est elle qui nous livre ce récit empreint de mystères et d'humanité, de culpabilité et de deuil, de maladie. Lotie, donc, est une gamine grognon qui n'attire de prime abord pas vraiment la sympathie, en dépit des épreuves qu'elle traverse avec sa famille. Sa manière d'aborder les choses peut surprendre et agacer, ça sera d'ailleurs le cas pendant une bonne moitié du roman, le temps de l'exposition et de la mise en marche de l'histoire.
Avec un format court et des illustrations occasionnelles – divines au passage, comme d'habitude dans cette collection -, on sait bien qu'il y aura peu de personnages. En effet, dans L'ombre de l'Ankou, c'est Lotie qui prend toute l'attention, et le peu de personnages restants font plutôt des apparitions éclairs, à deux exceptions près, en les personnes de sa mère et de Robin, un garçon qui apparaît et disparaît plus vite que son ombre, s'il en a une. Est-ce qu'il a une ombre ? C'est en petit comité que l'on découvre peu à peu les mystères perchés au-dessus du manoir.
La collection Chatons Hantés s'adresse avant tout à un public de 10 à 12 ans, aussi je reconnais ne plus être la cible adéquate pour apprécier au maximum ce roman. Cette collection est aussi connue pour incorporer des thématiques actuelles et vécues par beaucoup dans ses publications, c'est aussi le cas ici. Avec un travail de réflexion joliment abordé sur la maladie et ses conséquences à la fois sur la personne malade, et sur ses proches. La solitude, non pas forcément à voir comme une mauvaise chose, mais comme une possibilité qui ne cache pas un mal-être. le deuil, la capacité à lâcher prise. Lotie et ses jérémiades ne sont pas exactement le meilleur guide qui soit dans cette aventure brumeuse, mais notre vision de ce petit bout d'adolescente sera amenée à changer en même temps que les pages défilent. Lotie n'est qu'une jeune fille, après tout, et il est si simple de la charrier alors qu'elle n'est que le reflet de ce que l'on a été.
Dans un style simple mais agréable, parfois un peu trop soutenu pour une jeune fille de l'âge de la narratrice, l'auteur invite le lecteur à plonger dans une légende bretonne connue de beaucoup : l'Ankou, le Passeur des âmes. D'abord vu comme une menace par Lotie car celle-ci l'aperçoit régulièrement sur son embarcation ; c'est sans compter sur les surprises que l'intrigue livre à petits morceaux. Et si l'Ankou n'était pas qu'un être à redouter à tout prix, avide de chair et de cadavres ? Une belle et sensible façon d'humaniser la Mort, de délivrer une vision plus sereine et originale. Une allure de conte sur le deuil, la maladie et les adaptations aux changements.
Pas un coup de coeur, pas le meilleur roman de la collection non plus, mais L'ombre de l'Ankou sait tenir la curiosité du lecteur éveillée jusqu'aux dernières lignes, après avoir d'abord dû plonger dans la menace lugubre, pour se rendre compte que c'est bien plus complexe que ça. Les jeunes y trouveront un modèle qui leur ressemble et à qui ils peuvent se référer en la personne de Lotie grognon, et les moins jeunes y verront une plongée dans les légendes, et une réflexion sur des thèmes peu abordés, mais bien abordés. Une histoire de famille, de culpabilité. Si le format court faisait craindre que l'histoire ne soit pas tout à fait achevée, on s'aperçoit à la fin que c'était tout ce qu'il fallait. Ni trop court, pour laisser le temps de boucler, ni trop long, parce qu'il n'y aurait pas eu plus à raconter.
Note : 3/5
Lien : https://saveurlitteraire.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FungiLumini
  06 février 2019
Je continue ma découverte des Chatons Hantés, collection des éditions du Chat Noir pour les plus jeunes. C'est cette fois Jean Vigne qui prend la plume, auteur dont j'ai déjà beaucoup aimé la plume dans la série Holomorphose et dont j'ai acheté l'intégrale Néachronical, que j'emporterai probablement en vacances cet été ! La particularité de cette collection est aussi qu'elle est illustrée par Mina M, illustratrice de grand talent que je ne vous présente plus, tellement je vous en parle tout le temps. :p
Les parents de Lotie décident de quitter la capitale française et de venir vivre dans le manoir familial breton en bord de mer, afin que la maman se remette petit à petit de son cancer. Alors qu'elle explore les alentours de la demeure, Lotie rencontre Robin, un étrange garçon aux yeux jaunes. La nuit, alors que le vent souffle fort et fait claquer ses volets, elle aperçoit sur l'eau une barque abritant une silhouette effrayante… qu'elle est la seule à voir !
Comme le titre vous l'aura fait deviner, la légende de l'Ankou, ce spectre de la mort, est ici abordée. Cela va être l'occasion d'aborder des thèmes graves, comme la mort, la maladie ou encore les accidents malheureux de la vie. Des thèmes importants qui ne sont cependant pas toujours faciles à aborder avec les plus jeunes.
La protagoniste de l'histoire, qui n'a que 11 ans, nous fait ressentir toute cette incompréhension par rapport à des choses que les adultes n'expliquent pas forcément bien. Sa maman est « en rémission », mais elle ne comprend pas ce que cela signifie et la voit toujours faible et maladive. Elle va vouloir combattre l'Ankou pour la sauver, mais que peut faire une petite fille face à la mort?
Lotie va vivre des aventures et surtout tenter de résoudre les mystères du vieux manoir. J'ai vraiment ressenti l'âge de la protagoniste dans la manière qu'avait l'auteur de décrire ses pensées et ses attitudes. Je me suis du coup moins identifiée à cette petite héroïne et à sa vision du monde, mais je pense que ce style correspondra peut-être mieux au public visé par la collection. On avait tout de même en commun qu'on est toutes les deux de grandes gourmandes voleuses de sucreries. 😀
Pour certains aspects, le format assez court de ce roman m'a paru un peu dommage : la relation entre Robin et Lotie est effleurée, je n'ai pas eu le sentiment qu'un vrai lien se créait entre eux. La légende de l'Ankou n'est pas vraiment expliquée, juste évoquée, et c'est bien regrettable, car c'est une histoire que je ne connais pas bien et qui m'aurait grandement intéressée.
Les tableaux noir et blanc pleine page de Mina M illustrent magnifiquement le récit, toujours entre sombre rêve et douceur. Attention cependant à ne pas feuilleter le livre trop loin pour ne pas vous spoiler l'histoire en voyant certains dessins ! ;)
Un roman plein de mystères, abordant des thèmes difficiles comme la maladie et la mort, une protagoniste à laquelle le jeune public s'identifiera facilement, et bien sûr les superbes illustrations de Mina ! Seul regret, la légende de l'Ankou n'y est pas développée autant que je l'aurais voulu.
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gyselinck_dominique
  07 juin 2019
Lotie s'apprête à vivre la fin du Monde, de son monde. Ses parents ont en effet décidé de quitter Paris pour aller s'installer en... Bretagne !!
Là où c'est obligé de mettre un ciret jaune, là ou il n'y a même pas internet, même pas la télé, là où le soleil ne passe même pas de la journée...
Lotie n'aime pas la Bretagne !!
Mais sa maman a besoin de repos, de paix, de calme et de tranquilité pour se débarasser enfin de son cancer, et puis... un an, c'est vite passé ? ...
Rien ne passe vite en Bretagne, Lotie n'aime paaaaaaas la Bretagne !!
Et puis il y a du vent, il pleut et il fait froid, et on n'est même pas en hiver !!!
La Bretagne.... non mais sérieux !!
Et puis, Lotie rencontre Robin, un étrange garçon, à peine plus âgé qu'elle et ses 11 ans.
Il a toujours l'Art d'apparaître sans faire de bruit... c'est énervant, il doit être Breton...
Un soir, Lotie voit une étrange petite barque accoster sur la plage de galets, éclairée par une petite lampe à l'avant, un étrange personnage s'y tient debout, immobile, comme s'il attendait quelque chose... ou quelqu'un...
Quel étrange personnage... Lotie en aurait presque peur...
Quand Robin daigne enfin se représenter à elle, Lotie lui raconte son aventure étrange, ce sinistre personnage aperçu dans la brume, sur sa barque...
Quoi ? tu as vu ... l'Ankou ??
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
LeslecturesdeMaud
  13 janvier 2020
Nous découvrons Lotie, jeune adolescente, qui quitte l'effervescence parisienne pour la Bretagne car sa maman en rémission de son cancer doit se reposer. Elle va découvrir le manoir et les terrains de jeux de sa mère, s'ennuyer en regrettant ses amies, sa vie et ses occupations.
Lors de sa première nuit, elle va découvrir par la fenêtre, l'Ankou sur son bateau. Qui est cet étrange personnage munit d'une faux ? Par peur elle retourne se coucher, serait-il là pour venir chercher sa maman ?
Elle va rencontrer Robin, mais qui est-il vraiment ? Pourra-t-il l'aider à sauver sa mère ?
Le cadre et l'ambiance sont très bien décrits, la Bretagne, la plage, le côté coupé du monde, les galets, un cadre qui colle parfaitement avec l'histoire.
C'est ma deuxième lecture de cette collection jeunesse et j'apprécie toujours autant. A chaque volet, un thème de la vie est abordé, ici la mort et la maladie à travers le personnage de Justine la maman. L'auteur distille grâce à des mots simples et une belle mise en situation la relation que peut avoir l'adolescente face à la mort. Comme se la représente-t-elle ? Lotie fait preuve d'un grand courage de vouloir faire face à la réalité, sa volonté de connaître la vérité est plus fort. Elle va se rendre compte que parfois savoir c'est aussi très douloureux. Une plume très accessible à la fois directe et très émouvante accompagne le lecteur à travers ce conte. Des personnages très attachants, mêlant, risque, imaginaire, confiance, responsabilité, sans oublier le pardon nécessaire pour aborder notre vie plus sereinement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AelinelAelinel   17 avril 2018
Je sais qui est Dieu, enfin, je crois. Maman est croyante, papa, pas du tout. Elle m’a expliqué un jour : Dieu est un homme qui vit dans les nuages, enfin, quelque part au-dessus de nous. On ne sait pas très bien où se trouve sa maison en fait. J’ai demandé si c’était un sans-abri, elle a froncé les sourcils en répondant : arrête de dire des bêtises. Maman aime beaucoup Dieu, il ne faut pas l’insulter, surtout pas. (…) Toujours est-il qu’un jour, Dieu envoya sur Terre son fils, histoire, comme dit Maman de recadrer les hommes. Son fils s’appelait Jésus Crie ou Crise, quelque chose comme ça. Jésus parlait beaucoup tout le temps, à un tas de gens, et comme il parlait beaucoup trop, il a fini cloué sur un bout de bois. Ça, c’est papa qui l’a rajouté. Moi, je me serais contentée de le bâillonner, mais bon, les adultes sont parfois compliqués. (P. 50)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
FungiLuminiFungiLumini   06 février 2019
Quand on devient adulte, l’imagination s’évapore, remplacée par ce mot que papa ne cesse de répéter : responsabilité. Un mot compliqué; moi je préfère imagination. C’est rond l’imagination, c’est beau, ça finit comme nation, passion, affection. Responsabilité, ça me rappelle fatalité, débilité, stupidité, calamité. Jamais je n’abandonnerai mon imagination.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean Vigne (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Vigne
Nous avons reçu l'auteur Jean Vigne qui nous a parlé de son actualité avec ses romans Holomorphose aux éditions du Chat Noir et Givre aux éditions du Petit Caveau mais aussi de ses (nombreux) projets à venir !
autres livres classés : ankouVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ticket pour l'enfer" de Jean Vigne.

De quoi souffre Laura et Joanne au début du roman ?

du Cancer
du Sida
d'un AVC

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Ticket pour l'enfer de Jean VigneCréer un quiz sur ce livre