AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848653235
120 pages
Sarbacane (15/10/2009)
3.4/5   26 notes
Résumé :
Comme chaque été, François part en vacances avec femme et enfants chez ses parents au bord de la mer. L’occasion de passer de bons moments en famille et de se remémorer des souvenirs d’enfance ? Pas si simple… Un bonheur très vite fragilisé par le malaise de François vis-à-vis de son frère cadet, « celui qui a réussi », concentration de toutes les admirations parentales. Un récit à la portée universelle où l’on aborde la cellule familiale, l’affection, la tendresse,... >Voir plus
Que lire après Vents dominantsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Une BD simple par son graphisme mais très expressive. Une famille rejoint ses proches lors de vacances. le père y retrouve son frère ainsi que ses parents. Après les joies des retrouvailles, quelques tensions refont surface.
On peut tous se reconnaître dans un personnage.
BD très sympa et la fin est optimiste.
Commenter  J’apprécie          120
Quand j'ai commencé à lire cette bd, je me suis dis que je devais certainement l'avoir déjà lue. Il s'agit d'un couple avec deux enfants qui part passer des vacances estivales au bord de mer chez les parents où ils sont rejoints par le frère et sa famille. Bref, c'est une scène tellement commune et universelle. Il n'y a pas réellement d'originalité dans le traitement. C'est bien la vie de tous les jours qui est analysée au peigne fin.

Le personnage principal est d'ailleurs quelqu'un de très strict avec son fils et avec lui-même. Il ne se lâche pas, ce qui le rend plutôt antipathique et plombeur des soirées d'ambiance. Il jalouse un peu son frère qui a un comportement plus cool. Bref, les repas de famille réservent toujours des surprises. On se laisse gagner par le jeu des acteurs tant il y a une véritable justesse dans l'analyse des situations. C'est tellement crédible.

Au final, on reste un peu sur notre faim car les thématiques développées par le récit ne sont pas allées plus loin qu'on ne l'espérait. Il n'y aura pas de final tonitruant. Au fond, c'est quand même une lecture dispensable à moins d'aimer les tensions familiales au point d'en vouloir même en bd !
Commenter  J’apprécie          50
Vents dominants raconte les retrouvailles familiales le temps d'un séjour estival dans la maison des grands-parents. Au-delà des repas partagés, des discussions entre adultes, entre enfants, on entrevoit les relations fraternelles passées ressurgir : certains fuient (la soeur), d'autres représentations se confrontent (notamment en termes d'éducation). 

Vents dominants parle de la sociologie familiale, de ce temps pas évident où il faut réapprendre à cohabiter (avec des caractères bien trempés, les conversations sont toniques), de ces jalousies d'enfance pas complètement égarées. Ce roman graphique parle de ces interprétations qui parfois blessent, de ce temps de connivence qu'il est difficile à réinvestir. Pourtant c'est sur ces moments partagés que les choses tues se dévoilent, sur ces croisements de regards parfois rudes qui aident aussi à grandir et prendre du recul sur soi.  

J'ai bien aimé lire ce roman graphique en noir et blanc dont je trouve le ton très juste des anecdotes qu'il raconte, avec des dialogues incisifs. Il y a peut-être un côté un peu excessif et parfois caricatural chez le héros, mais on sent bien que ce coeur à vif s'est construit avec l'amour des siens et que son besoin de reconnaissance n'est pas totalement inassouvi malgré sa réussite sociale et intime. Il y a aussi l'ombre de la soeur qui plane et qui par son absence montre aussi la fausse indifférence (ou l'art de passer sans rester) et la difficulté à imposer un autre modèle que celui du couple avec enfants. Il y a les enfants qui ont intégré les relations fraternelles de leurs pères et montrent par leur discours la reproduction des positions sociales (notamment en termes de rémunération). 

Vents dominants : un roman graphique intéressant, vraiment intéressant. 
Commenter  J’apprécie          10
C'est l'été. François, sa femme et ses enfants partent en vacances chez ses parents. Aîné de la famille, il y retrouvera son frère, sa soeur et leur famille chez des parents vieillissants.
Ce qui devait être des retrouvailles familiales sympathiques se transforment, comme d'habitude pour François, en une épreuve où il se doit d'être à la hauteur. En effet, François est constamment sur la défensive et se sent obligé de justifier ses choix : son travail qui ne rapporte pas beaucoup, la maison qu'ils ont achetés en refusant l'aide des parents, l'éducation rigide de ses enfants...
La réussite financière, la liberté d'esprit, les piques moqueuses de sa fratrie le complexe et lui donne l'impression d'être un bon à rien. Les tensions sont exacerbées et vont finir par éclater, par l'intermédiaire des enfants...

Voici le récit d'une famille comme les autres, celle d'un homme qui craint le regard de sa propre famille.
Les situations sont très bien observées et chacun pourra y reconnaitre un épisode familial : les rivalités, les non-dits qui empêche d'avancer, les conflits sur l'éducation des enfants, le report de notre angoisse sur ces derniers, les parents qui vieillissent et veulent profiter des bons moments quand il en est encore temps, l'évocation des bons souvenirs avec sa famille, ...
C'est l'évocation en filigrane de la mort inéluctable des uns qui aidera les autres à relativiser ces petites querelles qui sont finalement sans importance.
Le récit est léger, subtil et simple.
Bref un premier album sans prétention mais très touchant qui vous rappellera de mieux comprendre les vôtres.
Lien : http://legrenierdechoco.over..
Commenter  J’apprécie          20
François part avec sa famille en vacances chez ses parents où il retrouve son frère. Malgré les moments complices et les apéritifs en famille, François se laisse gagner par le mal être. Petit à petit, l'explication est donnée : il ne peut s'empêcher de se reprocher ce qu'il n'a pas réussi. Pourtant, c'est son père qui lui fera passer le message de profiter de la vie et d'être fier de lui. J'ai vraiment aimé cette bd : on ressent bien l'atmosphère des vacances en famille et le message du carpe diem est joliment donné.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
(...) si tu n'arrives pas à être plus tolérant, sois plus hypocrite. Tu verras, c'est moins fatiguant.
Commenter  J’apprécie          30
Maintenant qu'il y a prescription, tu peux me dire ce qu'il y avait entre vous ?
Commenter  J’apprécie          40
- François c'était pas celle-là qu'il fallait prendre ?
- Pour aller à la maison, oui... Pour aller à Bruxelles, non.
- Ah oui ? 3 jours ça vous dit ?
- Vous avez entendu ? ça vous dit les enfants ?
- Mais... comment on va faire... pour les maths ?
- On oublie les maths pour l'instant, on aura toute l'année pour y penser ! D'accord ?
Commenter  J’apprécie          00
- Tom ça va mieux ? Il est moins anxieux ?
- ça va, oui...
- enfin, ça va... c'est pas simple... son maître dit qu'il se met une telle pression pour réussir que ça lui coupe tous les moyens.
- p'tit bonhomme...
- c'est un petit garçon sensible, ça s'arrangera en grandissant, avec les capacités qu'il a...
- comme son papa !
Commenter  J’apprécie          00
- C'est plutôt contradictoire non ? Un artiste qui n'aime pas montrer ce qu'elle qu'elle fait...
- C'est pas tant de montrer ce qu'elle fait qui la dérange. C'est le fait d'expliquer sa démarche, de la vulgariser... C'est une puriste.
- Une chieuse, quoi !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Julia Wauters (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Wauters
Quel est le lien secret qui unit chaque artiste à son atelier ? Delphine Perret va à la rencontre d'artistes, auteurs, illustrateurs, pour des portraits vidéos au coeur de la création. Cette semaine, Julia Wauters nous parle de la fabrication de Marin, Félix et l'île aux oiseaux, paru chez hélium éditions.
L'autrice / Julia Wauters Née en Normandie, Julia Wauters est illustratrice pour l'édition jeunesse et la publicité. Elle a étudié l'impression textile et la sérigraphie à l'École Duperré à Paris, puis l'illustration aux Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle travaille aujourd'hui à Nantes où elle partage un atelier avec d'autres artistes et mène de front micro-édition, illustration et de nombreuses activités artistiques.
le livre / Marin, Félix et l'île aux oiseaux, Julia Wauters et Erwan Bargain (Éditions Hélium) Marin et Félix se pensaient seuls habitants de l'Île aux oiseaux. de déception en dispute, ils décident de tracer une frontière entre leurs territoires et de construire un mur. Mais se pourrait-il que cette nouvelle occupation qu'ils partagent quotidiennement, finissent par les rapprocher au point de ne plus vouloir de ce projet ?
Retrouvez tous nos articles, podcasts et vidéos dès maintenant sur fetedulivredebron.com.
©Matthieu & Delphine Perret
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5215 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}