AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Typhaine Ducellier (Traducteur)
EAN : 9782266320276
528 pages
Pocket (03/03/2022)
4.31/5   440 notes
Résumé :
Un soir d'été de 1931, Lilly Blackwood remarque les lumières d'un cirque depuis la fenêtre de sa mansarde. La petite fille a interdiction d'explorer les alentours de Blackwood Manor... Elle n'est même jamais sortie de sa petite chambre. C'est pour sa sécurité, lui répète sa mère, car Lilly fait peur. Mais cette nuit-là, elle est emmenée en dehors de la propriété, pour la première fois. Et elle est vendue au cirque.
Deux décennies plus tard, Julia Blackwood h... >Voir plus
Que lire après La vie qu'on m'a choisieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (162) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 440 notes
Regorgeant de coups de théâtre, de renversements de situation mais surtout d'horreurs dont sont capables les êtres humains, La vie qu'on m'a choisie réserve tout de même quelques moments de bonheur que j'ai pu savourer au passage.
Ellen Marie Wiseman, autrice étasunienne que je découvre grâce à Babelio (Masse critique) et aux éditions Faubourg Marigny, maîtrise parfaitement ce roman-fleuve très addictif. Elle conduit deux histoires en parallèle, l'une éclairant l'autre, alternant régulièrement la vie de Lilly et celle de Julia, un confort de lecture que j'apprécie.
Tout débute en juillet 1931, dans l'État de New York. Blackwood Manor et son élevage de chevaux sont isolés mais c'est dans le grenier de l'imposant manoir que débute l'horreur. Lilly Blackwood (9 ans), seule avec Abby, sa chatte rousse, sa meilleure amie, est enfermée là. Elle ne connaît le monde extérieur que grâce aux livres car son père lui a appris à lire et à écrire, quand même !
Quant à sa mère, c'est une bigote rigoriste qui ne lui apporte aucune affection. Pire que ça, en pleine nuit, elle vend sa fille à un certain Merrick, membre du cirque Barlow, cirque que Lilly apercevait du haut de son grenier car il faisait halte en bordure de la propriété.
Arrachée brutalement à sa prison, parce qu'elle serait différente, elle m'a permis de vivre au quotidien avec un cirque des années 1930. Animaux sauvages enchaînés, séquestrés, musée des horreurs humaines attirent tous ces « péquenauds », comme les gens du cirque appellent les citadins qui se pressent pour admirer les spectacles. Jusqu'à présent, ce terme de péquenaud semblait désigner les gens de la campagne… subtilités de la traduction…
Je n'oublie pas l'autre histoire parallèle, celle de Julia Blackwood, que je découvre alors qu'elle a dix-huit ans, en novembre 1956, à Long Island. Sa situation est pitoyable. Elle est obligée de chaparder pour se nourrir, de se changer dans les toilettes d'un supermarché et de consacrer le peu qu'elle gagne comme serveuse dans un bar, à payer son loyer.
Seulement, plusieurs indices permettent aussitôt de penser que les deux histoires, celle de Lilly et celle de Julia, risquent de se rejoindre. J'apprends que cette dernière a fui une mère très rigoriste et que son père s'est tué en voiture. de plus, elles portent le même nom de famille.
Le décor est planté, si j'ose dire, le roman est bien lancé et je n'avais qu'une envie : tourner les pages pour savoir, pour aller de surprise en surprise… pas souvent bonnes.
En même temps qu'elle dévoile le destin de ces deux jeunes filles, Ellen Marie Wiseman détaille bien le quotidien de tous ces gens d'un cirque d'entre deux-guerres, son mode de déplacement – le train-, sa logistique, les rapports humains de domination et d'exploitation, l'utilisation de la souffrance de femmes et d'hommes dits anormaux pour attirer le public, le berner aussi.
Pendant que la vie de Julia change complètement, qu'elle se découvre un amour pour les chevaux, un don pour attirer leur sympathie, Lilly, des années auparavant, passe par tous les états, se fait brutaliser, exploiter jusqu'à ce qu'elle se réalise vraiment au contact des éléphants, grâce à Cole.
Les chevaux, les éléphants, l'autrice attire notre attention sur nos rapports avec les animaux. Certes, au cours de ces dernières années, une évolution favorable est constatée mais beaucoup trop d'animaux ne sont encore pas traités dignement, comme des êtres vivants, capables de ressentir maltraitance et privation de liberté.
La vie qu'on m'a choisie m'a passionné jusqu'au bout car c'est un roman qui va bien au-delà du sort assez extraordinaire des deux héroïnes. Même s'il se termine avec une bonne note d'espoir et d'optimisme, les malheurs et les souffrances endurées par Lilly m'ont arraché bien des larmes.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          1396
Ce roman , je l'avais bien remarqué mais c'est Isabelle qui me l'a mis entre les mains en m'en disant le plus grand bien ...Isabelle , mais si je vous en ai déjà parlé. C'est "l'alter ego "de Nicolas , les deux libraires grâce à qui je passe rarement à côté d'un bon roman ...J'en profite pour bien les remercier pour tous leurs conseils avisés....
Alors , à partir de là, autant vous le dire tout de suite , j'ai adoré, et s'il m'a fallu autant de temps pour le lire c'est parce que les circonstances ne m'ont pas permis d'aller plus vite sinon je crois que je n'aurais pas pu résister à tourner les pages aussi rapidement que possible vers un dénouement...assez optimiste , ce qui était bien nécessaire après une " aventure " aussi prenante que " tendue " . Si vous cherchez de l'émotion sans pathos excessif , si vous aimez les animaux et vous indignez des mauvais traitements qui leur sont infligés, si vous êtes convaincus de la " proximité " ou de "l'éloignement" des animaux et des hommes , si vous ne connaissez pas toutes les limites de la perversité, de la méchanceté, de la lâcheté des êtres humains , alors vous êtes au bon endroit ...
Un cirque . Une jeune fille albinos "vendue" par ses parents pour intégrer le " musée des horreurs " si fascinant pour un public avide de voyeurisme malsain , et le " voyage " commence . le train du cirque se met en route et déploie chaque jour son chapiteau ...pour réjouir des spectateurs attirés par les " flonflons" mais bien loin de ce monde " clos et mystérieux " dans lequel vous allez plonger en apnée, partageant les séquences d'atroces souffrances ou de tendre connivence . Prenez les traces de Lilly et celles de Julia , un peu plus tard , traces qui vont peu à peu se confondre pour vous mener vers le plus étonnant et habile des événements.
Vous le savez , je déteste en révéler plus que n'en contient la quatrième de couverture ouverte à tous lors de nos " promenades " dans les rayons de nos chères librairies . Ne comptez pas sur moi pour passer outre ce principe. Sachez que vous allez côtoyer des personnages troublants , attachants ou détestables dans un monde dont on disait qu'il " était mieux avant " . La lecture , grâce à une traduction fort bien menée est aisée et les scènes les plus difficiles , il y en a , sont présentées avec tact et décence. C'est un livre qu'Isabelle m'a mis dans les mains , comme je vous l'ai dit et qu'à mon tour , j'aimerais " faire circuler " ou , tout au moins , lconseiller . Si , le plus souvent , je tiens à "mesurer " mes propos pour ne pas avoir l'air de " faire l'article " , là , je m'engage sans réserve aucune . C'est un ouvrage que je vais transmettre à mon épouse, certain qu'elle aimera même si nous n'avons pas toujours la même approche , les mêmes goûts . Il y a des moments où il convient de " s'affirmer " mais , avec une telle histoire , on sait d'avance " qu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire "....Ma " modestie " n'en souffrira donc pas ...enfin , je l'espère. A bientôt.
Commenter  J’apprécie          947
Bien que je n'éprouve généralement pas une grande affinité pour la littérature américaine, j'ai découvert en Ellen Marie Wiseman une écrivaine fascinante qui me réconcilie avec la littérature outre-Atlantique. J'avais abordé avec une certaine prudence son deuxième livre traduit en français "Ce qu'elle a laissé derrière elle", et à ma grande surprise, je me suis retrouvé à dévorer ce roman. Ici encore, "La vie qu'on m'a choisie", est un succès retentissant. J'oserais même dire que j'ai préféré ce livre au précédent. Ce fut, donc, un coup de coeur immense.

Les années trente, Lilly est une petite fille qui vit recluse dans le grenier du manoir Blackwood depuis sa naissance. Elle n'a jamais eu l'occasion de voir la lumière du jour ni de vivre comme tous les enfants de son âge. Sa mère, qui la maltraite et la considère comme un monstre, voire une abomination, va jusqu'à la cacher au monde entier. Un soir fatidique change tout pour Lilly : elle est vendue à un cirque par sa mère. Ce changement signifie simplement passer d'une prison à une autre. Lilly se questionnera longtemps sur l'image qu'elle renvoie aux autres, en quoi cette petite fille est-elle si abominable comme le prétendait sa mère ? Nous le découvrirons progressivement.

Parallèlement à l'histoire de Lilly vingt ans plus tard, nous suivons Julia qui vient d'hériter du célèbre manoir Blackwood. Elle ressent un lien indescriptible avec les chevaux élevés sur les terres du manoir, Cependant, le manoir recèle des mystères sombres qui rendent le quotidien de Julia complexe car elle se retrouve tiraillée par des secrets familiaux qu'elle ne comprend pas. le lecteur seul possède les clés pour relier ces deux héroïnes dont les destins sont intriqués ; cette constante tension narrative rend l'histoire haletante et passionnante !

Le fait que j'ai dévoré ces 512 pages sans interruption aucune témoigne du caractère exceptionnellement remarquable de cette lecture.

Il s'agit là d'un très beau roman qui traverse le temps avec brio offrant aux lecteurs une extraordinaire aventure humaine aux côtés des personnages aussi attachants les uns que les autres malgré certains personnages exécrables.

Comment grandit-on lorsque l'on a été vendu par sa propre mère ? Comment trouver la force nécessaire pour vivre alors que notre monde semble verrouillé ? Comment reconnaître l'amour quand il nous a cruellement manqué durant toute notre existence ? Comment se construit-on lorsqu'on n'a aucun repère ?

Toutes ces questions sont admirablement traitées dans "La vie qu'on m'a choisie" grâce à un style narratif absolument abouti et captivant. La couverture étant aussi sublime que le contenu du livre lui-même - ne passez surtout pas à côté !

Chronique complète sur mon blog:

Lien : https://coccinelledeslivres...
Commenter  J’apprécie          859
Un grand merci à Babelio et aux éditions Faubourg Marigny...

Juillet 1931, Blackwood Manor. Lilly, 9 ans, n'a presque connu pour seule pièce de cette grande maison que le grenier. C'est là-haut, isolée de ses parents, qu'elle vit et n'est encore jamais sortie dehors. Ses parents sont très froids avec elle et ne lui ont jamais montré de signe d'affection. Seul son père, en de rares occasions, lui offrait des cadeaux, le plus beau étant son chat, Abby. Ils lui ont expliqué qu'ils la tenaient ainsi enfermée pour la protéger car les gens auraient peur d'elle en la voyant. Alors qu'un cirque s'est installé tout près de la propriété, sa mère, étonnamment, lui propose d'aller voir les animaux. Même si Lilly a attendu ce moment de sortir depuis toujours, elle hésite, rechigne, pressentant que quelque chose ne va pas. Et elle n'aura pas tort parce qu'au lieu de lui présenter les animaux, sa mère la vendra à un certain Merrick, le responsable du musée des horreurs du cirque Barlow...
Novembre 1956, Long Island. Julia Blackwood, 18 ans, a, depuis déjà trois ans, fui le Blackwood Manor. Trop de règles strictes et trop d'affection. Depuis la mort de son père, que sa mère lui a de suite reprochée, elle ne supportait plus de vivre là-bas. Mais aujourd'hui, elle galère financièrement, son petit salaire de serveuse au restaurant Chez Big al lui permettant tout juste de quoi payer le loyer de l'appartement qu'elle partage avec son ami. Un jour, elle reçoit la visite d'un détective qui dit être embauché par l'avocat de ses parents et la rechercher depuis un an. Il lui confie une enveloppe au contenu qui va l'ébranler : sa mère est décédée et elle devient ainsi l'unique héritière du domaine...

Où l'on suit deux histoires parallèles, celle de Lilly Blackwood et Julia Blackwood. La première, exposée au musée des horreurs du cirque des frères Barlow, n'aura d'autre choix que de subir cette nouvelle vie. Au sein de la troupe, elle pourra, heureusement, compter sur des âmes charitables, que ce soit Glory ou encore Cole, le jeune dresseur d'éléphants. Ainsi entourée d'animaux capturés, elle n'aura de cesse de comparer sa vie et la leurs, leur vouant une véritable tendresse. La seconde, devenue héritière, retournera sur les lieux de son enfance qui recèlent de bien sombres secrets familiaux. Quel lien, à 25 ans d'intervalle, unit ces deux jeunes filles ? S'attardant sur chacune et alternant leur récit, Ellen Marie Wiseman tisse une trame habile, maîtrisée jusqu'au dénouement inattendu. Elle nous plonge parfaitement, avec moult descriptions, dans le milieu du cirque des années 30, dépeignant aussi bien les attractions, les liens qui unissent les membres entre eux, le rapport entretenu avec les « péquenauds », la place et le traitement des animaux (les éléphants en premier lieu). Elle aborde intelligemment divers thèmes tels les secrets de famille, le sort réservé à certains animaux, la différence, l'amour... Malgré quelques longueurs et redondances, ce roman se lit avec plaisir...
Commenter  J’apprécie          748
La vie qu'on m'a choisie est dérangeante, déroutante et pourtant je dois en convenir, cela a été une lecture addictive, lue un week-end.

Nous sommes dans les années 30.

Très vite, on s'attache rapidement à Lilly Blackwood une petite fille de 6 ans, confinée, séquestrée dans le grenier du manoir familial. Son isolement réside dans sa particularité physique. Sa mère est focalisée sur sa différence. Lilly est dans une situation abandonnique. Elle écume ses journées grâce à la lecture et l'écriture apprise avec son père. Sa mère ne cesse de lui dire qu'elle est un monstre, une abomination.

Il y a un cirque qui s'est posté non loin de la demeure. Lilly a vu le chapiteau.
Elle est heureuse, car pour son anniversaire, sa mère l'emmène au spectacle. Elle conspire bien autre chose que lui faire plaisir, elle l'a vendue aux forains.

Quelle méchanceté, quelle désolation. On aimerait extraire cette enfant de ces pages pour lui épargner le destin et les souffrances qui lui seront réservées. Pourtant c'est armée de courage, qu'elle va grandir dans cet univers si particulier, cruel.

Deux trajectoires de vie, deux temporalités.

En parallèle, il y a la vie de Julia dans les années 50, qui est perdue et errante et qui hérite du manoir de ses parents. Elle va être face à bien des mystères et des secrets. C'est en ouvrant une porte puis une autre qu'elle va aller de découverte en découverte et le puzzle va se former.

L'auteur aborde à travers cette histoire plusieurs thèmes : la différence physique, l'amour, l'abandon, la cruauté, la domination, la barbarie faite aux animaux, les secrets de famille.

J'ai laissé le temps passer avant d'écrire ces quelques mots. J'en conviens je me suis laissée entraîner page après page, car je n'ai pas imaginé un seul instant la fin. L'auteur tient son pari de tenir le lecteur en haleine et le fait traverser par de nombreuses émotions.
Commenter  J’apprécie          632

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Elle fixa longuement son reflet et des larmes lui montèrent aux yeux. Pourquoi est-ce que Maman l’avait-elle retenue prisonnière, enfermée dans le grenier ? Et pourquoi est-ce que Papa l’avait laissée faire ? Est-ce qu’ils la détestaient parce que Dieu avait oublié de lui donner des couleurs ? Était-ce vraiment si terrible ? Et s’ils avaient uniquement voulu la protéger, pourquoi ne pas la laisser aller au rez-de-chaussée ? Pourquoi est-ce qu’ils ne passaient jamais du temps avec elle ? Pourquoi est-ce qu’ils ne l’embrassaient pas, ne la prenaient pas dans leurs bras ? (page 96)
Commenter  J’apprécie          350
Lilly prit la Bible sur la table de nuit (elle ne se hasardait pas à la mettre ailleurs), mit le marque-page quelques pages plus loin et reposa l’ouvrage. Maman contrôlait le nombre de pages qu’elle lisait chaque semaine et si le marque-page n’avait pas bougé, Lilly aurait de gros ennuis. D’après Maman, la sainte Bible et le crucifix sur le mur au-dessus de son lit étaient tout ce dont elle avait besoin pour être heureuse dans la vie. (pages 16-17)
Commenter  J’apprécie          320
À l’exception de Viktor qui l’avait écrasée contre son torse et des deux hommes qui l’avaient maintenue par les bras, on ne l’avait pas touchée depuis qu’elle était toute petite, à l’époque où elle n’arrivait pas encore à se laver ni à s’habiller toute seule. Papa ne lui tenait jamais la main, il ne la serrait jamais dans ses bras et il ne l’embrassait jamais, pas même pour son anniversaire. Quand il lui avait fait la surprise de lui offrir un chaton, elle était si heureuse qu’elle s’était précipitée vers lui pour lui faire un câlin, mais il s’était écarté. Quant à Maman, elle ne la touchait que pour la frapper. (pages 85-86)
Commenter  J’apprécie          220
Lilly observa Pepper. Elle ne voulait pas lui demander de faire quoi que ce soit. Pepper n'aurait pas dû être ici. Elle aurait dû être en train de se promener en liberté dans la jungle où la forêt tropicale, pas attachée à un pieu et traînée à travers le pays dans un wagon de marchandise, ou forcée à faire des acrobaties devant une foule de péquenauds insensibles à la détresse des animaux. Chaque fois qu'elle était avec les éléphants, Lilly sentait leur tristesse. Pas seulement celle de Pepper, mais aussi celle de Flossie, de Petunia et de Jojo, même s'ils n'avaient pas la moindre idée de la vie qu'ils auraient dû mener.
Commenter  J’apprécie          180
S’il y a une chose que tu dois savoir concernant les gens du cirque, c’est qu’on est des étrangers partout où on va. On ne peut compter sur personne d’autre que nous. Bien sûr, on a nos propres règles de façon à ce que tout le monde s’entende bien et, parfois, certaines personnes ne les respectent pas. Mais dans les moments difficiles, on protège les nôtres. (page 113)
Commenter  J’apprécie          270

Video de Ellen Marie Wiseman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellen Marie Wiseman
Cette semaine, la librairie Point Virgule vous propose une sélection de romans de littérature générale parus récemment et qui ont tous la particularité d'être très émouvants. Sortez vos mouchoirs, vous allez pleurer !
- Pachinko, Min Jin Lee, éditions Charleston, 23,90€ - Des diables et des saints, Jean-Baptiste Andrea, éditions l'Iconoclaste, 19€ - La vie qu'on m'a choisie, Ellen Marie Wiseman, Faubourg Marigny, 21€
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
autres livres classés : albinosVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (1267) Voir plus



Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1802 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..